RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher

Pour se désenclaver, Cuba a mis en service son câble Internet sous-marin

Le navire d’Alacatel-Lucent qui a assuré le pose du câble ALBA-1 entre Cuba et le Vénézuela

La semaine dernière, Cuba a activé son câble Internet sous-marin, mais seulement pour une circulation à sens unique selon le cabinet d’études Renesys.

Jusqu’à présent le trafic Internet à Cuba était assuré via des connexions satellites avec un débit limité et des temps de latences importants. La mise en chantier en 2007 d’un câble sous-marin en fibre optique reliant Cuba et le Venezuela était censée désenclaver l’île toujours soumise à l’embargo des États-Unis. Et selon le cabinet d’études Renesys, qui suit les tables de routage dans le monde, le trafic Internet est aujourd’hui plus fluide à Cuba. Le câble sous-marin serait enfin entré en service. La société espagnole Telefónica a commencé l’acheminement du trafic Internet pour le compte de la société d’État cubaine de télécommunications, l’Empresa de Telecomunicaciones de Cuba SA (ETECSA) assure un des ingénieurs de Renesys, Doug Madory, sur son blog professionnel.

La pose d’un câble sous-marin entre Cuba et le Venezuela a commencé en 2007 sous l’appellation « Alternativa Bolivariana para los Pueblos de Nuestra América » ou ALBA-1 pour faire court. La Jamaïque est également reliée à un des noeuds de ce câble ALBA-1. En raison de nombreux retards, la construction ne fut achevée qu’en 2011, et même alors, Cuba a continué d’utiliser ses 3 fournisseurs d’accès Internet par satellite, écrit M. Madory.

Une architecture asymétrique

Renesys, qui analyse les données de routage Internet pour améliorer les performances réseau de ses clients, a vu Telefónica commencer à délivrer des paquets de données à Cuba la semaine dernière. Mais les données semblent seulement arriver à Cuba, mais ne pas transiter par Telefónica pour quitter le pays, écrit encore Doug Madory. Les temps de latence sont toutefois encore relativement élevés, avec une moyenne de 480 ms, ce qui signifie que le gouvernement cubain continue de privilégier les connexions satellites pour les requêtes des Internautes, assure encore l’ingénieur. Les connexions par satellite sont généralement lentes que les connexions filaires. Si les données étaient transmises uniquement par câble sous-marin, les temps de latence entre Cuba et les pays voisins devraient être inférieurs à 50 millisecondes, précise M. Madory. A titre de comparaison, il faut 60 ms à un paquet de données pour traverser l’océan Atlantique et 110 ms pour traverser le Pacifique.

Doug Madory estime donc que la conception ou la configuration utilisée par Telefónica est peut être mauvaise et ne peut donc assurer que le trafic Internet entrant à Cuba par l’intermédiaire de l’ALBA-1. Ce qui signifie le pays doit encore s’appuyer sur les connexions par satellite pour le trafic sortant. « Bien que l’activation du câble de l’ALBA-1 soit une bonne première étape pour fournir un meilleur lien à Internet à l’ ETECSA, le manque d’accès grand public à Internet sur l’ensemble de l’île continuera probablement ».

Quant à la question de savoir si Cuba applique tout simplement une politique de censure, Madory écrit que ce n’est probablement pas le cas. Les pays qui utilisent des moyens techniques pour contrôler le contenu sur Internet utilisent des outils facilement repérables. « Le trafic ralentit durant les périodes très actives où tout le monde est réveillé et utilise Internet, et les outils de censure [Deep Packet Inspection] ont du mal à suivre le rythme ». Les modèles de latence relevés à Cuba semblent « très similaires aux modèles asymétriques des satellites que Renesys a observés dans le passé, conclut M. Madory.

http://www.lemondeinformatique.fr/actualites/lire-pour-se-desenclaver-...

URL de cet article 19059
  

Les guerres scélérates : interventions de l’armée US et de la CIA depuis 1945
William BLUM
Le livre "KILLING HOPE - U.S. Military and CIA Interventions Since World War II" de William Blum vient ENFIN d’être traduit en français. Editions Parangon "Nous possédons environ 60% des richesses mondiales, mais seulement 6,3% de la population mondiale... Notre tâche dans l’avenir est...de maintenir cette situation de disparité." George KENNAN, responsable de la planification du département d’Etat, 1948 "Ce livre très documenté relate plus d’une cinquantaine d’interventions américaines de 1945 à (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

Parfois sans le savoir, nous gagnons tous les jours. Ailleurs.

Viktor Dedaj

La crise européenne et l’Empire du Capital : leçons à partir de l’expérience latinoaméricaine
Je vous transmets le bonjour très affectueux de plus de 15 millions d’Équatoriennes et d’Équatoriens et une accolade aussi chaleureuse que la lumière du soleil équinoxial dont les rayons nous inondent là où nous vivons, à la Moitié du monde. Nos liens avec la France sont historiques et étroits : depuis les grandes idées libertaires qui se sont propagées à travers le monde portant en elles des fruits décisifs, jusqu’aux accords signés aujourd’hui par le Gouvernement de la Révolution Citoyenne d’Équateur (...)
Analyse de la culture du mensonge et de la manipulation "à la Marie-Anne Boutoleau/Ornella Guyet" sur un site alter.
Question : Est-il possible de rédiger un article accusateur qui fait un buzz sur internet en fournissant des "sources" et des "documents" qui, une fois vérifiés, prouvent... le contraire de ce qui est affirmé ? Réponse : Oui, c’est possible. Question : Qui peut tomber dans un tel panneau ? Réponse : tout le monde - vous, par exemple. Question : Qui peut faire ça et comment font-ils ? Réponse : Marie-Anne Boutoleau, Article XI et CQFD, en comptant sur un phénomène connu : "l’inertie des (...)
93 
Médias et Information : il est temps de tourner la page.
« La réalité est ce que nous prenons pour être vrai. Ce que nous prenons pour être vrai est ce que nous croyons. Ce que nous croyons est fondé sur nos perceptions. Ce que nous percevons dépend de ce que nous recherchons. Ce que nous recherchons dépend de ce que nous pensons. Ce que nous pensons dépend de ce que nous percevons. Ce que nous percevons détermine ce que nous croyons. Ce que nous croyons détermine ce que nous prenons pour être vrai. Ce que nous prenons pour être vrai est notre réalité. » (...)
55 
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas | Bernard Gensane
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.