Quantcast
RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher


Pourquoi fuient-ils ?

L’exode massif actuel des populations d’Amérique centrale vers les États-Unis, avec les histoires quotidiennes à la une des journaux sur les nombreux enfants séparés de leurs parents, signifie qu’il est temps de rappeler à mes lecteurs une fois de plus l’une des principales causes de ces migrations de masse périodiques.

Ceux qui, aux États-Unis, sont généralement opposés à l’immigration se font un point d’honneur de déclarer ou d’insinuer que les États-Unis n’ont aucune obligation légale ou morale d’accueillir ces Latinos. Ce n’est pas vrai. Les États-Unis ont en effet l’obligation parce que beaucoup d’immigrants, en plus de fuir la violence liée à la drogue, fuient une situation économique dans leur pays d’origine directement rendue désespérée par la politique interventionniste des Etats-Unis.

Ce n’est pas que ces gens préfèrent vivre aux États-Unis. Ils préfèrent rester avec leur famille et leurs amis, pouvoir parler leur langue maternelle en tout temps et éviter les difficultés que leur imposent la police américaine et autres politiciens de droite. Mais chaque fois qu’un gouvernement progressiste arrive au pouvoir en Amérique latine ou menace de le faire, un gouvernement sincèrement engagé dans la lutte contre la pauvreté, les États-Unis aident à réprimer le mouvement et/ou soutiennent la droite et l’armée du pays dans la mise en place d’un coup d’État. Ce fut le cas au Guatemala, au Salvador, au Mexique, au Nicaragua et au Honduras.

L’exemple le plus récent est le coup d’État de juin 2009 (défendu par la secrétaire d’État américaine Hillary Clinton) qui a évincé le modérément progressiste Manuel Zelaya du Honduras. L’augmentation particulièrement importante de la migration hondurienne vers les États-Unis au cours des dernières années est le résultat direct du renversement de Zelaya, dont le crime était d’augmenter le salaire minimum, d’accorder des subventions aux petits agriculteurs et d’instituer la gratuité de l’éducation. C’est une histoire fréquente en Amérique latine : Les masses opprimées finissent par porter au pouvoir un dirigeant déterminé à renverser le statu quo et à deux siècles d’oppression.... et peu après, les militaires renversent le gouvernement démocratiquement élu, tandis que les Etats-Unis - sinon le cerveau du coup d’Etat - ne font rien pour l’empêcher ou pour punir le régime issu du coup d’Etat, comme seuls les Etats-Unis peuvent le faire ; pendant ce temps, les officiels de Washington prétendent être très contrariés par cet "affront à la démocratie" tout en apportant un soutien majeur au nouveau régime (1). Le retour à la pauvreté qui en résulte s’accompagne de violences de la part du gouvernement et de la droite contre ceux qui remettent en question le nouveau statu quo, ce qui incite davantage à fuir le pays.

Discours prononcé par William Blum au Left Forum à New York, le 2 juin 2018.

Nous sommes tous d’accord, je pense, que la politique étrangère américaine doit être changée et que, pour y parvenir, il faut changer l’esprit - sans parler du cœur et de l’âme - du public américain. Mais quel est, selon vous, le principal obstacle à un tel changement ?

Chacun d’entre vous, j’en suis sûr, a rencontré de nombreuses personnes qui soutiennent la politique étrangère américaine, avec qui vous avez eu des discussions sans fin. Vous avez beau souligner une horreur après l’autre, du Vietnam à l’Irak en passant par la Libye, des bombardements et des invasions à la torture. Et rien n’y fait. Rien ne les émeut.

Pourquoi ? N’ont-ils pas de conscience sociale ? Sont-ils simplement stupides ? Je pense qu’une meilleure réponse est qu’ils ont certaines idées préconçues. Consciemment ou inconsciemment, ils ont certaines croyances au sujet des États-Unis et de leur politique étrangère, et si vous n’abordez pas ces croyances, c’est comme si vous parliez à un mur de pierre.

La plus fondamentale de ces croyances, je pense, est la conviction profonde que peu importe ce que les États-Unis font à l’étranger, peu importe à quel point cela peut paraître mauvais, peu importe l’horreur qui peut en résulter, le gouvernement des États-Unis agit avec de bonnes intentions. Les dirigeants américains peuvent faire des erreurs, ils peuvent se tromper, ils peuvent mentir, ils peuvent même, à de nombreuses occasions, causer plus de mal que de bien, mais leurs intentions sont louables. Leurs intentions sont toujours honorables, et même nobles. La grande majorité des Américains est certaine.

Frances Fitzgerald, dans sa célèbre étude des manuels scolaires américains, a résumé le message contenu dans ces livres : "Les États-Unis ont été une sorte d’Armée du Salut pour le reste du monde : tout au long de l’histoire, ils n’ont fait que dispenser des aides aux pays pauvres, ignorants et malades. Les États-Unis ont toujours agi de façon désintéressée, toujours pour les motifs les plus élevés ; ils ont donné, jamais pris."

Et les Américains se demandent vraiment pourquoi le reste du monde ne peut pas voir à quel point l’Amérique a été bienveillante et dévouée. Même de nombreuses personnes qui prennent part au mouvement anti-guerre ont du mal à se débarrasser d’une partie de cet état d’esprit ; elles marchent pour stimuler l’Amérique - l’Amérique qu’elles aiment et adorent et en qui elles ont confiance - elles marchent pour remettre cette noble Amérique sur le chemin de la bonté.

Beaucoup de citoyens tombent sous le coup de la propagande du gouvernement américain qui justifie ses actions militaires aussi souvent et aussi naïvement qu’un Charlie Brown tombant pour le football de Lucy.

Le peuple américain ressemble beaucoup aux enfants d’un patron de la mafia qui ne savent pas ce que leur père fait dans la vie, et ne veulent pas savoir, mais ils se demandent pourquoi quelqu’un vient de lancer une bombe incendiaire à travers la fenêtre du salon.

Cette croyance fondamentale dans les bonnes intentions de l’Amérique est souvent liée à l’"exceptionnalisme américain". Voyons à quel point l’Amérique a été exceptionnelle. Depuis la fin de la Seconde Guerre mondiale, les États-Unis ont :

  • Tenté de renverser plus de 50 gouvernements étrangers, dont la plupart avaient été élus démocratiquement.
  • Lâché des bombes sur la population de plus de 30 pays.
  • Tenté d’assassiner plus de 50 dirigeants étrangers.
  • Tenté de réprimer un mouvement populiste ou nationaliste dans 20 pays.
  • Se sont ingérés de manière flagrante dans les élections démocratiques d’au moins 30 pays.
  • Ont mené le monde sur le chemin de la torture ; non seulement celle pratiquée directement par les Américains sur les étrangers, mais aussi en fournissant des équipements de torture, des manuels de torture, des listes de personnes à torturer et en dispensant des conseils en torture délivrés par des enseignants américains, en particulier en Amérique latine.

C’est quelque chose de tout à fait exceptionnel. Aucun autre pays de toute l’histoire ne se rapproche d’un tel record. Il est certainement très difficile de croire que l’Amérique agit avec de bonnes intentions.

La prochaine fois que vous vous heurterez à un de ces murs de pierre.... demandez ce qu’il faudrait que les États-Unis fassent avec leur politique étrangère pour perdre leur soutien. Qu’est-ce qui constituerait pour cette personne la ligne à ne pas franchir, l’initiative de trop ? Il est fort probable que les États-Unis l’ont déjà prise.

Gardez à l’esprit que notre précieuse patrie cherche avant tout à dominer le monde. Pour des raisons économiques, nationalistes, idéologiques, chrétiennes, et pour d’autres raisons, l’hégémonie mondiale a longtemps été l’objectif final de l’Amérique. Et n’oublions pas non plus les puissants fonctionnaires du pouvoir exécutif dont les salaires, les promotions, les budgets - et leurs futurs emplois bien rémunérés dans le secteur privé - dépendent de la guerre sans fin. Ces dirigeants ne sont pas particulièrement préoccupés par les conséquences de leurs guerres pour le monde. Ils ne sont pas nécessairement mauvais, juste amoraux, à l’instar d’un sociopathe.

Prenons le Moyen-Orient et l’Asie du Sud. Les habitants de ces régions ont terriblement souffert à cause de l’intégrisme islamique. Ce dont ils ont désespérément besoin, ce sont des gouvernements laïques, qui respectent les différentes religions. De tels gouvernements ont été institués dans un passé récent. Mais quel a été leur sort ?

Eh bien, à la fin des années 1970 et pendant la majeure partie des années 1980, l’Afghanistan avait un gouvernement laïc qui était relativement progressiste, avec des droits complets pour les femmes, ce qui est difficile à croire, n’est-ce pas ? Mais même un rapport du Pentagone de l’époque témoignait de la réalité des droits des femmes en Afghanistan. Et qu’est-il arrivé à ce gouvernement ? Les États-Unis l’ont renversé, ce qui a permis aux talibans d’accéder au pouvoir. Alors, gardez cela à l’esprit la prochaine fois que vous entendrez un fonctionnaire américain dire que nous devons rester en Afghanistan pour le bien des femmes.

Après l’Afghanistan, il y a eu l’Irak, une autre société laïque, sous Saddam Hussein. Et les États-Unis ont également renversé ce gouvernement, et maintenant le pays a sa part de djihadistes et d’intégristes fous et sanglants ; et les femmes qui ne sont pas correctement couvertes courent parfois un risque sérieux.

Vint ensuite la Libye, un pays laïque, sous la direction de Mouammar Kadhafi, qui, comme Saddam Hussein, avait un côté tyrannique, mais qui pouvait, de manière importante, se montrer bienveillant et faire des choses merveilleuses. Kadhafi, par exemple, a fondé l’Union Africaine et a donné au peuple libyen le plus haut niveau de vie en Afrique. Donc, bien sûr, les États-Unis ont aussi renversé ce gouvernement. En 2011, avec l’aide de l’OTAN, nous avons bombardé le peuple libyen de manière presque quotidienne pendant plus de six mois.

Quelqu’un peut-il dire que dans toutes ces interventions, ou dans l’une d’entre elles, les États-Unis d’Amérique étaient animés de bonnes intentions ?

Quand nous attaquerons l’Iran, aurons-nous de bonnes intentions ? Aurons-nous à cœur le bien-être du peuple iranien ? Je vous suggère de garder de telles pensées à l’esprit la prochaine fois que vous aurez une discussion ou une dispute avec un Américain brandissant un drapeau.

Au cas où vous n’auriez pas remarqué

Aucune preuve d’"ingérence russe dans l’élection présidentielle américaine de 2016" n’a encore été présentée. Et nous attendons toujours une explication crédible de comment la nation américaine supposément avancée de 138 millions d’électeurs pourrait être influencée de manière aussi déterminante par une série de messages simplistes, souvent bruts, sur Facebook et ailleurs sur Internet.

En mai, le House Intelligence Committee a commencé à publier le texte de plusieurs de ces messages comme preuve de l’ingérence russe. Les messages portaient sur les deux côtés de nombreuses questions, y compris les joueurs de football qui se sont agenouillés pendant l’hymne national pour attirer l’attention sur les questions de racisme, ainsi que sur les messages pro et anti sur Trump et Clinton. La plupart ne mentionnent même pas Trump ou Clinton ; et beaucoup ont été envoyés avant même que Trump ne soit candidat.

Qu’est-ce que tout cela a à voir avec une influence sur le résultat des élections ? Le comité ne l’a pas dit. Cependant, le député Adam Schiff (Calif.), le principal démocrate du comité, a déclaré : "Ils ont cherché à exploiter les frustrations et la colère très réelles des Américains sur des questions politiques sensibles afin d’influencer la pensée, le vote et le comportement des Américains. La seule façon dont nous pouvons commencer à nous inoculer contre une attaque future est de constater de visu les types de messages, thèmes et images que les Russes ont utilisés pour nous diviser".

Aha ! C’était donc ça l’objectif :nous diviser ! Imaginez que le peuple américain, dont nous savons tous qu’il vit dans une harmonie et une fraternité béate, sans colère ou haine envers les autres, se diviserait ! Maudits soient ces Russkoffs !

Beaucoup de messages sur Facebook ont été diffusés bien après l’élection présidentielle. Rien que cela aurait dû faire croire aux membres du Congrès que les publicités n’avaient peut-être rien à voir avec les élections américaines, mais ce n’est pas ce qu’ils voulaient penser.

Tout cela donne du crédit à la suggestion que ce qui se cachait derrière les événements était un système de "click-bait" avec lequel certaines personnes gagnent de l’argent en fonction du nombre de fois qu’un site Web particulier est consulté. Le cerveau derrière ce projet serait un Russe nommé Yevgeny Prigozhin de l’Agence de recherche sur Internet de Saint-Pétersbourg, que le comité de la Chambre affirme est "parrainé par le Kremlin", sans explication. (2)

L’organisation a été nommée dans un acte d’accusation émis par le comité d’enquête du procureur spécial Robert Mueller, mais comme l’a rapporté le Washington Post : "L’acte d’accusation n’accuse pas le gouvernement russe d’être impliqué dans ce stratagème et ne prétend pas non plus qu’il a réussi à influencer les votes." (3)

Dans la nouvelle guerre froide, comme dans l’ancienne, les puissants au pouvoir en Amérique ratent rarement une occasion de salir l’image de la Russie, jusqu’à la caricature. Les preuves ne sont plus nécessaires. Il suffit d’accuser.

[…]

Un autre mot tabou

Le 12 juin, la ville de Seattle a voté en faveur de l’abrogation d’une hausse d’impôt sur les gros employeurs qu’elle avait instaurée quelques semaines auparavant. La nouvelle taxe aurait permis d’amasser 48 millions de dollars par année pour lutter contre la crise du logement dans la ville. La région de Seattle compte la troisième plus grande population de sans-abri du pays.

Le plan avait été adopté à l’unanimité par le conseil municipal, mais Amazon.com et une grande partie de la communauté d’affaires de la ville s’y sont farouchement opposés.

De nombreuses villes américaines luttent sincèrement pour résoudre ce problème, mais sont confrontées à des obstacles insurmontables similaires. Les principales causes de l’absence de logement aux Etats-Unis sont les loyers élevés et les bas salaires. Un rapport publié le 13 juin par la National Low Income Housing Coalition a déclaré que nulle part dans le pays une personne travaillant à temps plein avec un salaire minimum pouvait se permettre de louer un modeste trois pièces. Pas même dans l’Arkansas, l’état avec le logement le moins cher. Plus de 11,2 millions de familles dépensent plus de la moitié de leur salaire pour le logement (4). Comment l’Amérique, "la glorieuse terre d’opportunité" s’est-elle retrouvée ainsi ?

Le coût des loyers augmente inexorablement, année après année, quel que soit le revenu des locataires. Toute amélioration du système doit commencer par un engagement ferme à restreindre radicalement, voire à éliminer complètement, le motif de profit des propriétaires. Sinon, rien de significatif ne changera dans la société, et les capitalistes qui possèdent la société - et leurs apologistes libéraux - peuvent continuer à énoncer une platitude progressiste après l’autre pendant que leur chauffeur les conduit à la banque.

Mais dans quelle mesure les propriétaires peuvent-ils être contraints d’accepter des loyers beaucoup moins élevés ? Il n’y a pas grand-chose à faire. C’est dans leur nature. Le contrôle des loyers dans certaines villes américaines a ralenti les augmentations incessantes, mais laisse encore des millions de personnes en danger constant d’expulsion. La seule solution est de "nationaliser" l’immobilier.

L’élimination de la recherche du profit dans divers secteurs, ou dans tous les secteurs, de la société américaine se heurterait à beaucoup moins d’opposition que ce à quoi on pourrait s’attendre. Consciemment ou inconsciemment, elle est déjà envisagée par de nombreuses personnes et institutions influentes. Par exemple, les juges imposent souvent des peines plus légères aux contrevenants s’ils n’ont pas profité financièrement de leurs actes. Et ils interdisent aux autres de tirer profit de leurs crimes en vendant des droits de livres ou de films, ou des interviews. Il faut aussi garder à l’esprit que la grande majorité des Américains, comme partout ailleurs, ne travaillent pas pour le profit, mais pour un salaire. Les citoyens se sont peut-être encore plus éloignés du système que ce que tout cela indique, car la société américaine semble avoir plus de confiance et de respect pour les organisations à but non lucratif que pour les organisations à but lucratif. Le public serait-il aussi généreux en matière de secours lors d’une catastrophe si la Croix-Rouge était une entreprise à but lucratif ? Le fisc permettrait-il que l’organisation soit exonérée d’impôt ? Pourquoi le ministère des Postes offre-t-il des tarifs moins chers aux organismes sans but lucratif et des tarifs plus bas pour les livres et les magazines qui ne contiennent pas de publicité ? Pour un test de dépistage du sida, les gens font-ils plus confiance à un service de santé publique ou à un laboratoire privé ? Pourquoi la télévision "éducative" ou "publique" ne diffuse-t-elle pas de publicités régulières ? Que penseraient les Américains des volontaires du Peace Corps, des enseignants du primaire et du secondaire, du clergé, des infirmières et des travailleurs sociaux qui exigeraient des salaires de plus de 100 000 $ par an ? Le public aimerait-il voir des églises se faire concurrence les unes avec les autres avec des campagnes publicitaires vantant un Dieu Nouveau et Amélioré ? Pourquoi la compagnie aérienne American Airlines vient-elle de déclarer : « Nous ne voulons pas être associés à la séparation de familles, ou pire, d’en tirer profit. » ?

William Blum

Traduction "ah ouais... dit comme ça" par VD pour le Grand Soir avec probablement toutes les fautes et coquilles habituelles.

  1. Voir Mark Weisbrot, "Top Ten Ways You Can Tell Which Side The United States Government is On With Regard to the Military Coup d’Etat au Honduras". Voir aussi William Blum, Killing Hope [Les Guerres Scélérates, en français - NdT), chapitres sur le Guatemala, le Nicaragua et le Salvador.
  2. Moon of Alabama, "Mueller Indictment - The’Russian Influence’ Is A Commercial Marketing Scheme", 17 février 2018.
  3. Washington Post, 23 juin 2018
  4. Washington Post, 9 et 16 juin 2018
»» https://williamblum.org/aer/read/158
URL de cet article 33534
   
Communication aux lecteurs
Libérez Assange avant qu’il ne soit trop tard

Julian Assange est un citoyen australien qui a été détenu "arbitrairement" pendant plus de 6,5 ans et qui plus récemment a subi à ce jour plus de 231 jours de torture sous la forme d’un isolement continu. Privé de soleil, de contact avec le monde extérieur et de soins de santé adéquats. Le 5 février 2016, le Haut-Commissariat des Nations Unies aux droits de l’homme a déterminé que la "détention arbitraire" de Julian Assange devait cesser et que M. Assange devait avoir droit à une indemnisation".

Lire la suite : https://www.legrandsoir.info/liberez-assange-avant-qu-il-ne-soit-trop-...


Vous avez une minute ?

Même Auteur
Les guerres scélérates : interventions de l’armée US et de la CIA depuis 1945
William BLUM
Le livre "KILLING HOPE - U.S. Military and CIA Interventions Since World War II" de William Blum vient ENFIN d’être traduit en français. Editions Parangon "Nous possédons environ 60% des richesses mondiales, mais seulement 6,3% de la population mondiale... Notre tâche dans l’avenir est...de maintenir cette situation de disparité." George KENNAN, responsable de la planification du département d’Etat, 1948 "Ce livre très documenté relate plus d’une cinquantaine d’interventions américaines de 1945 à (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

« La politique étrangère américaine est ignoble car non seulement les États-Unis viennent dans votre pays et tuent tous vos proches, mais ce qui est pire, je trouve, c’est qu’ils reviennent vingt ans plus tard et font un film pour montrer que tuer vos proches a rendu leurs soldats tristes. »

Frankie Boyle, humoriste écossais


Revolucionarios : "On ne nait pas révolutionnaire... on le devient."
Chères lectrices, cher lecteurs du Grand Soir Nous vous proposons à la diffusion un documentaire intitulé « Revolucionarios ». Durée 57 Min – Version VOSTFR. Ce film, le premier d’une série, c’est la révolution cubaine racontée par celles et ceux, souvent anonymes, qui y ont participé d’une manière ou d’une autre. Des témoignages qui permettront de comprendre la réalité de ce que vivait le peuple cubain avant l’insurrection, de découvrir les raisons de cet engagement dans la lutte et de voir comment chacun (...)
20 
Comment Cuba révèle toute la médiocrité de l’Occident
Il y a des sujets qui sont aux journalistes ce que les récifs sont aux marins : à éviter. Une fois repérés et cartographiés, les routes de l’information les contourneront systématiquement et sans se poser de questions. Et si d’aventure un voyageur imprudent se décidait à entrer dans une de ces zones en ignorant les panneaux avec des têtes de mort, et en revenait indemne, on dira qu’il a simplement eu de la chance ou qu’il est fou - ou les deux à la fois. Pour ce voyageur-là, il n’y aura pas de défilé (...)
39 
Hier, j’ai surpris France Télécom semant des graines de suicide.
Didier Lombard, ex-PDG de FT, a été mis en examen pour harcèlement moral dans l’enquête sur la vague de suicides dans son entreprise. C’est le moment de republier sur le sujet un article du Grand Soir datant de 2009 et toujours d’actualité. Les suicides à France Télécom ne sont pas une mode qui déferle, mais une éclosion de graines empoisonnées, semées depuis des décennies. Dans les années 80/90, j’étais ergonome dans une grande direction de France Télécom délocalisée de Paris à Blagnac, près de Toulouse. (...)
68 
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.