RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher

Quatrième paquet ferroviaire : l’Union Européenne impose l’ouverture à la concurrence du TGV !

Jeudi 8 octobre, réunis en conseil européen, les ministres des transports de l’UE ont validé la directive imposant l’ouverture à la concurrence des lignes ferroviaires nationales. C’est de fait désormais la privatisation du TGV qui est en marche.

Ce quatrième paquet ferroviaire, ensemble de directives européennes concernant le secteur du transport ferroviaire, finalise donc la libéralisation des chemins de fer, et la liquidation des services publics et des entreprises publiques nationales du secteurs.Cela 20 ans à peine après le traité de Maastricht et le grand mouvement social victorieux de décembre 1995.

Alain Vidalies et Ségolène Royal – qui vient d’annoncer l’écriture en urgence des textes réglementaires permettant la privatisation des barrages hydroélectriques concédés, là aussi en application des directives européennes – porteront la honte d’être les liquidateurs finaux de la SNCF. Ceux qui auront validé le quatrième paquet ferroviaire qui finalise l’ouverture à la concurrence du transport de passagers, après qu’il y a quelques années l’Union Européenne a obligé les États à la libéralisation du transport de marchandise. Chaque nouvel acte de ce gouvernement témoigne un peu plus de sa nature de droite. Mais ce n’ont pas les seuls responsables. Tout ceux qui – se réclamant de gauche ou du syndicalisme – se font les défenseurs de l’Union Européenne dont ils proposent une impossible réforme, sont également les responsables directs de cette catastrophe. Car il est impossible de défendre un service public ferroviaire, et au delà les différentes composante d’une réelle politique de gauche en restant dans l’Union Européenne. Depuis plus de 20 ans maintenant, la Confédération Européenne des Syndicats à laquelle s’est ralliée malheureusement la CGT, le parti de la gauche européenne présidé par Pierre Laurent dirigeant actuel du PCF, deux organisations financées par la Commission Européenne, répandent la tragique et mortifère illusion de « l’Europe sociale ». Sauf que l’analyse et l’expérience démontrent -il suffit de regarder ce qui s’est passée en Grèce cet été – qu’il n’y a pas d’Europe sociale possible sans sortir de l’UE et de l’euro. Ceux qui veulent rester dans l’euro et dans l’UE sont de fait les défenseurs conscients ou inconscients de l’Europe patronale.

l’Union Européenne impose l’ouverture à la concurrence du TGV

Il est important de rappeler que l’ouverture à la concurence du transport de marchandise a conduit à la liquidation du fret ferroviaire, renforçant d’autant la politique du tout camion, particulièrement poluante. Mais il est vrai que l’UE et sa concurrence libre et non faussée, permet d’exploiter des chauffeurs de poids lourds bulgares ou polonais, payés avec un élastique pour faire baisser les coûts de transports et permettre les délocalisations industrielles, la guerre des prix agricoles et, in fine, le dumping social et salarial qui vise à détruire 100 ans de conquêtes sociales et démocratiques des travailleurs, en France et en Europe.

La préparation de la SNCF à sa privatisation par les différents gouvernements successifs du parti maastrichien unique (UMP, PS, EELV) a conduit à la fermeture de très nombreuses lignes, mais également à l’affaiblissement de la SNCF séparée en différentes entités et filiales, notamment afin de réduire le nombre de cheminots sous statut.

Dès 2020, la directive oblige à l’ouverture à la concurrence des lignes ferroviaires nationales. Les lignes TGV, infrastructures payées principalement par les travailleurs de France, par leur travail et leurs impôts, vont ainsi être privatisées pour permettre à l’oligarchie capitaliste de s’en mettre plein les poches. Comme d’habitude, il y a tout à craindre, s’agissant de la qualité du service et des prix, ainsi que de la liquidation des conquêtes sociales des travailleurs du rail. Augmentation de tarif, baisse de la sécurité, casse des salaires, suppression des dessertes les moins rentables, on sait ce qui attend les usagers du rail. Il est vrai que le gouvernement avec la loi Macron affiche la couleur et ce à la veille de la COP 21, peu lui importe de développer le rail, puisque qu’il vient de libéraliser le transport par autocars, au mépris de la sécurité des usagers et de l’environnement.

Les ministres européens des Transports ont donc validé jeudi un texte qui prévoit l’ouverture à la concurrence des lignes ferroviaires nationales, essentiellement à grande vitesse en France, à partir de 2020, annonce le secrétariat d’Etat aux Transports.

Réunis à Bruxelles, ils ont adopté le « pilier politique » du quatrième paquet ferroviaire qui doit entre autres entériner l’ouverture à la concurrence du transport de passagers. Ces directives vont fixer des règles en termes de sécurité et de continuité du service (interdiction du droit de grève ?) ainsi qu’établir un socle de droits minimal pour les salariés du secteur ferroviaire, en matière de temps et conditions de travail ou de sécurité. Là encore, l’Union Européenne – le contraire de l’Europe sociale – va conduire à un nivellement total par le bas.

A la suite du transport routier, où les chauffeurs de poids lourds et d’autocars, ont vu la destruction de leurs salaires et de leurs conditions de travail, l’Union Européenne liquide les conquêtes sociales des cheminots. Et menace également la sécurité des usagers. A l’heure où la catastrophe de Brétigny-sur-Orge révèle ce à quoi conduit les 20 dernières années de libéralisation européenne du rail, il y a lieu d’être très inquiet. (Regardez le documentaire de Gilles Balbastre cliquez ici : Vérités et mensonges sur la SNCF )

Les nouveaux opérateurs privées ne pourront bien sûr pas être en concurrence avec les lignes régionales. Cependant, ces dernières sont déjà ouvertes à la concurrence. Et les lignes dites de service public devront de toute façon être ouverte à la concurrence dès 2026.

Alors que la casse sociale à Air France démontre les effets dramatique de la libéralisation européenne du transport aérien, il est temps d’arrêter cela. De briser les chaines de l’union européenne, pour une politique remettant la démocratie au cœur des décisions là où aujourd’hui gouverne la dictature de la classe capitaliste le pouvoir du peuple souverain, pour une politique de gauche au service des besoins populaires et non des profits des multinationales !

Pour défendre le service public ferroviaire, pour son développement – indispensable pour un aménagement du territoire respectueux de l’environnement, il faut sortir de l’Union Européenne.

JBC pour www.initiative-communiste.fr site web du PRCF
Signez et faites signez la pétition en ligne ! pour un référendum pour la sortie de l’euro et de l’Union Européenne !

»» http://www.initiative-communiste.fr/articles/europe-capital/4e-paquet-...
URL de cet article 29428
  

L’écologie réelle
Guillaume SUING
Des premières aires naturelles protégées (zapovedniki) en 1918 jusqu’au plus grand plan d’agroforesterie au monde en 1948, avant que Nikita Khrouchtchev ne s’aligne sur le modèle intensif américain dans les années soixante, c’est toute une écologie soviétique qui fut jadis raillée par les premiers zélateurs occidentaux de l’agriculture « chimique ». Cette « préhistoire dogmatique », pourtant riche d’enseignements pour l’époque actuelle, est aujourd’hui totalement passée sous silence, y compris dans le (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

Honte à tous ceux à gauche qui ont tourné le dos à Assange. J’ai vu ce que vous avez fait, bande d’enfoirés.

Daniel Fooks

Médias et Information : il est temps de tourner la page.
« La réalité est ce que nous prenons pour être vrai. Ce que nous prenons pour être vrai est ce que nous croyons. Ce que nous croyons est fondé sur nos perceptions. Ce que nous percevons dépend de ce que nous recherchons. Ce que nous recherchons dépend de ce que nous pensons. Ce que nous pensons dépend de ce que nous percevons. Ce que nous percevons détermine ce que nous croyons. Ce que nous croyons détermine ce que nous prenons pour être vrai. Ce que nous prenons pour être vrai est notre réalité. » (...)
55 
L’UNESCO et le «  symposium international sur la liberté d’expression » : entre instrumentalisation et nouvelle croisade (il fallait le voir pour le croire)
Le 26 janvier 2011, la presse Cubaine a annoncé l’homologation du premier vaccin thérapeutique au monde contre les stades avancés du cancer du poumon. Vous n’en avez pas entendu parler. Soit la presse cubaine ment, soit notre presse, jouissant de sa liberté d’expression légendaire, a décidé de ne pas vous en parler. (1) Le même jour, à l’initiative de la délégation suédoise à l’UNESCO, s’est tenu au siège de l’organisation à Paris un colloque international intitulé « Symposium international sur la liberté (...)
18 
La crise européenne et l’Empire du Capital : leçons à partir de l’expérience latinoaméricaine
Je vous transmets le bonjour très affectueux de plus de 15 millions d’Équatoriennes et d’Équatoriens et une accolade aussi chaleureuse que la lumière du soleil équinoxial dont les rayons nous inondent là où nous vivons, à la Moitié du monde. Nos liens avec la France sont historiques et étroits : depuis les grandes idées libertaires qui se sont propagées à travers le monde portant en elles des fruits décisifs, jusqu’aux accords signés aujourd’hui par le Gouvernement de la Révolution Citoyenne d’Équateur (...)
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas | Bernard Gensane
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.