Quantcast
RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes


"Quel beau matin que le matin des étrennes"

Voeu pour l'an 2018

"Chacun pendant la nuit avait rêvé des siennes"... Ce matin, matin de Noël, je me suis levé le premier la tête pleine d’idées insoumises. La première chose que je fais le matin après avoir préparé le café, c’est d’allumer la radio. Madame est encore au lit où elle récupère de la fête du retour du soleil. Pendant que je déjeune, pressé d’aller donner leur foin à mes ânes, j’écoute un débat de "spécialistes" à la radio sur la laïcité. Les auditeurs sont invités à participer au débat sur une grande question : comment faire dialoguer sereinement les religions dans un pays (le nôtre) où l’immense majorité des gens ne croit plus au Père Noël ? Le Père Noël est aux enfants de moins de six ans ce que Dieu est à leurs parents mais j’aime la couleur de ce Père Noël devenu rouge après avoir été vert. Merci à la firme multinationale Coca-cola. Comme je pouvais m’y attendre, il se trouve un athée laïc et franc-maçon pour causer dans le poste avec les "spécialistes".

Que dit-il ? Tout simplement qu’il n’a aucun problème pour dialoguer avec les juifs, les protestants, voire avec les chrétiens mais que c’est plus difficile avec ... avec ? Vous vous en doutez avec l’Islam ! Voilà, vous êtes sur France inter. Ce n’est pas une radio où on distille que le mot tolérance résume à lui tout seul l’idée de laïcité quand il est fermement soutenu par la loi sur la séparation de l’Etat et des services publics d’avec toute espèce de religions ou de croyances.

Les "informations" arrivent alors que j’achève mon petit déjeuner. Elles commencent par le bla-bla niaiseux d’un journaliste questionnant deux petites filles pour qui le Père Noël existe encore vraiment puis vient l’évènement qui fait la une du journal. c’est la retransmission du message urbi et orbi du pape : "N’ayez pas peur".

Ben moi ! les gens, je vous en conjure : "Ayez peur ". Il faut avoir peur ! Qu’on augmente de 20% ma contribution à la CSG, qu’on réduise la vitesse sur la route à 80 KM/H, qu’on m’impose un compteur LinKy sur ma maison, qu’impuissant, je sache que des milliers de gens se noient dans la mer... je survivrai. Vous survivrez !

Il y a plus grave. Il y a beaucoup trop de riches et beaucoup trop de pauvres qui fabriquent les riches sur une planète qui chauffe. "Trop de pauvres" devient d’année en année un problème pour beaucoup trop de riches et leurs serviteurs. L’histoire (avec un grand H) nous l’enseigne. Ils (les pauvres et leurs misères) finiront par être gênants ou insoumis. Il n’y a qu’une solution pour les riches, chaque fois la même : la guerre. Vous n’aimez pas l’Histoire ? Vous n’aimez pas la politique ? Vous revivrez l’histoire (pour mémoire : 1870 et 1871, 1914 puis 1945) et la politique se fera sans vous c’est-à-dire contre vous.

Ayez peur les gens ! Si vous ne faites pas de politique, faites au moins un peu de géopolitique. Que font et à quoi préparent les bases militaires étasuniennes qui cernent "pacifiquement" la Chine ? Que font 350 000 GI sur ces bases ? Ils jouent au poker ? Qui m’invite à développer un sentiment de méfiance voire anti-Russe ? La guerre ?

Mon voeu pour vous les gens et pour moi, c’est que nous soyons morts de notre belle mort quand cela arrivera. Si nous continuons à croire que la lutte des classes est morte cela arrivera. Je ne souhaite à personne de vivre demain, comme l’a affirmé Khrouchtchev, "quand les vivants envieront les morts". Je ne souhaite pas notre mort en 2018 mais, pendant que c’est encore possible d’être vivants, de nous bouger en 2018 pour ce qui peut être un avenir en commun.

ALBERT

URL de cet article 32737
   
Même Thème
L’horreur impériale. Les États-Unis et l’hégémonie mondiale
Michael PARENTI
Enfin traduit en français. Notes de lecture, par Patrick Gillard. La critique de l’impérialisme made in USA La critique de l’impérialisme américain a le vent en poupe, notamment en Europe. Pour preuve, il suffit d’ouvrir Le Monde diplomatique de novembre 2004. Sans même évoquer les résultats des élections américaines, dont les analyses paraîtront en décembre, le mensuel de référence francophone en matière d’actualité internationale ne consacre pas moins de deux articles à cette question. Signé Claude (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

Quand les Etats-Unis sont venus chercher Cuba, nous n’avons rien dit, nous n’étions pas Cubains.

Viktor Dedaj


Reporters Sans Frontières, la liberté de la presse et mon hamster à moi.
Sur le site du magazine états-unien The Nation on trouve l’information suivante : Le 27 juillet 2004, lors de la convention du Parti Démocrate qui se tenait à Boston, les trois principales chaînes de télévision hertziennes des Etats-Unis - ABC, NBC et CBS - n’ont diffusé AUCUNE information sur le déroulement de la convention ce jour-là . Pas une image, pas un seul commentaire sur un événement politique majeur à quelques mois des élections présidentielles aux Etats-Unis. Pour la première fois de (...)
21 
Lorsque les psychopathes prennent le contrôle de la société
NdT - Quelques extraits (en vrac) traitant des psychopathes et de leur emprise sur les sociétés modernes où ils s’épanouissent à merveille jusqu’au point de devenir une minorité dirigeante. Des passages paraîtront étrangement familiers et feront probablement penser à des situations et/ou des personnages existants ou ayant existé. Tu me dis "psychopathe" et soudain je pense à pas mal d’hommes et de femmes politiques. (attention : ce texte comporte une traduction non professionnelle d’un jargon (...)
40 
Cette épuisante sensation de courir dans l’eau (plaidoyer pour rompre définitivement avec le PS)
Vous avez déjà essayé de courir dans l’eau ? Epuisant n’est-ce pas ? Au bout de quelques pas, je me dis que j’irai plus vite en marchant. Alors je marche. Comme je n’ai jamais pris la peine de me chronométrer, je ne sais ce qu’il en est réellement, mais la sensation d’aller plus vite et plus loin est bien là. Et quoi de plus subjectif que le temps ? Préambule défoulant : Socialistes, j’ai un aveu à vous faire : je ne vous supporte plus. Ni vos tronches, ni vos discours, ni vos écrits, ni vos (...)
58 
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.