RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher

Quelles peuvent être les raisons du retard occidental en matière d’armements hypersoniques ?

On commencera, le cas échéant, par lire cet article. Il fait état des avancées russes en la matière et évoque les potentielles inquiétudes du monde occidental quant à sa capacité à les suivre, États-Unis en tête. Nous nous posons ici la question non pas d’un retard qui serait dû à un développement plus tardif, mais ce qui nous semble être une réelle difficulté conceptuelle à faire marcher de tels engins.

Puisque nous sommes à l’Ouest, rappelons-nous ces paroles de Richard Feynman, prix Nobel de physique : « le but du physicien est de faire parler les équations ».

Remarquons alors qu’au sortir de la guerre froide, nous nous trouvons dans une situation assez étrange au premier abord. L’Occident a poussé l’électronique et l’informatique bien davantage que l’Union soviétique. Il n’effleura l’idée de personne que cette dernière avait tenu tête sans cela et l’on se contenta de penser, ici, que ses équipements étaient désuets et inefficaces. Le conflit ukrainien a démontré le contraire !

Or, ceux qui ont travaillé sur du matériel adverse à l’effondrement du mur de Berlin savent très bien que « l’ennemi » d’alors avait mis en oeuvre des trésors de réflexion pour justement faire parler les équations et comprendre ce qui était vraiment en jeu sans avoir à passer par des calculs sur ordinateur. Ainsi en était-il, par exemple, des moteurs de propulsion spatiale dits « ioniques ».

Pendant ce temps, chez nous, on se reposa de plus en plus sur les logiciels. Ils constituaient une boîte noire dont on ne maîtrisait rien et on « gobait » les résultats, quels qu’ils soient, comme si c’était la vérité toute nue sortie du puits.

Un exemple vaut souvent mieux qu’un long discours. En 2013, j’ai fait tester en soufflerie numérique un engin de ma conception. Contrat fut passé avec l’école des mines qui mit un de ses meilleurs élèves venant du Polytecnico di Milano. Le but de l’étude était de déterminer les coefficients de traînée et de portance de mon appareil. J’avais effectué une estimation à la main qui m’avait pris 10 minutes. Après 6 mois d’efforts, le super calculateur sortit un coefficient de traînée qui était égal au mien à 10% près. Si on arrête l’histoire ici, on pourrait penser que je m’étais trompé de 10%. Que nenni ! En effet, par essence, mon concept devait avoir un coefficient de portance non nulle. Or celui qui émergea du programme « infernal » fut zéro. C’était donc une erreur manifeste qui montrait que l’on ne pouvait avoir aucune confiance dans le résultat concernant la traînée. Je vous passe sur l’analyse qui s’en est suivie ainsi que ses conclusions.

Aujourd’hui, les écoles d’ingénieurs, en accord total avec les entreprises, veulent des gens performants en manipulation de divers outils informatiques tel Catia (« Conception Assistée Tridimensionnelle Interactive Appliquée »). En effet, si ces derniers, au temps où ils furent conçus, amenèrent un grand progrès pour ceux qui avaient l’habitude de réfléchir, ils ne firent que « tayloriser » le vrai métier en le dégradant énormément, conduisant à l’amélioration incrémentale qui demain sera l’apanage de l’intelligence artificielle. En revanche, de mon point de vue, remplacer les physiciens et ingénieurs soviétiques de l’époque par de l’IA ne serait absolument pas possible.

Voilà donc où nous en sommes et tant que nos scientifiques ne seront pas capables d’inciter les équations à parler, il semble fort peu probable que l’Occident arrive à faire des missiles hypersoniques dignes de ce nom. Qu’entends-je par-là ? Non pas des roquettes qui vont à Mach 5 qui est la limite entre supersonique et hypersonique, mais des qui atteignent des Mach de 9 à l’instar du Zircon au niveau de la mer ou 27 comme l’Avangard à haute altitude tout en restant manœuvrables.

Pour parvenir à un tel niveau, il faut impérativement renouer avec les études se focalisant sur le papier et le crayon. Écrire les équations, essayer de les résoudre à la main et comprendre, quand on fait des approximations, à quoi elles correspondent physiquement et si elles sont légitimes.

Prenons encore un exemple. Il existe ce que l’on appelle des boucles fluides à changement de phase pour refroidir des parties, par exemple, de satellites. Si l’on ne fait pas, avec des approximations ad hoc, un développement limité à l’ordre 4 du système de Navier-Stokes, on ne peut pas concevoir de telles boucles. Jamais un ordinateur ne pourra amener à cela alors que d’excellents ingénieurs, par le passé, ont su le faire.

Quand on voit le faible niveau en mathématiques et en physique aujourd’hui dans toute la structure scolaire occidentale, on se dit que la lumière viendra d’ailleurs. Et c’est ce que l’on est en train de constater.

source : Centre Français de Recherche sur le Renseignement

envoyé par Dominique Delawarde


Note de Geb :

Ca ne concerne évidement pas que les "missiles" et autres engins de mort... Mais aussi l’Aviation civile, le Bâtiment, ou la Médecine et la Pharmacopée...

Et le reste.

Quand vous donnez , (Vous et l’Education Nationale), des Calculateurs et Wikipédia à vos enfants sous le prétexte qu’il n’y aucune différence avec Le Calcul mental ou les Livres, posez vous la question des impacts négatifs et se leur résultats humains induits à moyen et courts termes sur la Société elle-même.

Confier sans contrôle la gestion et l’éducation du cerveau humain à des "machines", aussi performantes qu’elles puissent être, c’est comme pour un haltérophile confier la gestion du lever de ses poids lors de l’entraînement à une grue. ((- ;

»» https://reseauinternational.net/quelles-peuvent-etre-les-raisons-du-re...
URL de cet article 38862
  

Les caisses noires du patronat
Gérard FILOCHE
A quoi servent les 600 millions d’euros des caisses noires du patronat, et où vont les 2 millions d’euros distribués chaque année en liquide par l’UIMM et le Medef ? Gérard Filoche dénonce ce scandale du siècle au coeur du patronat français. Il soulève toutes les questions posées par ce trafic d’argent liquide qui circule depuis si longtemps au Medef et montre comment le patronat se servait de cette caisse anti-grève pour briser la fameuse concurrence libre et non faussée. Denis Gautier-Sauvagnac, (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

Sous une dictature, il y a une chose pour laquelle nous avons plus de chance que vous en Occident. Nous ne croyons à rien de ce que nous lisons dans la presse, à rien de ce que nous voyons à la télévision, parce que nous savons que c’est de la propagande et des mensonges. Contrairement aux Occidentaux, nous avons appris à voir au-delà de la propagande et à lire entre les lignes et, contrairement à vous, nous savons que la vérité est toujours subversive.

Zdener Urbanek

Lorsque les psychopathes prennent le contrôle de la société
NdT - Quelques extraits (en vrac) traitant des psychopathes et de leur emprise sur les sociétés modernes où ils s’épanouissent à merveille jusqu’au point de devenir une minorité dirigeante. Des passages paraîtront étrangement familiers et feront probablement penser à des situations et/ou des personnages existants ou ayant existé. Tu me dis "psychopathe" et soudain je pense à pas mal d’hommes et de femmes politiques. (attention : ce texte comporte une traduction non professionnelle d’un jargon (...)
46 
Comment Cuba révèle toute la médiocrité de l’Occident
Il y a des sujets qui sont aux journalistes ce que les récifs sont aux marins : à éviter. Une fois repérés et cartographiés, les routes de l’information les contourneront systématiquement et sans se poser de questions. Et si d’aventure un voyageur imprudent se décidait à entrer dans une de ces zones en ignorant les panneaux avec des têtes de mort, et en revenait indemne, on dira qu’il a simplement eu de la chance ou qu’il est fou - ou les deux à la fois. Pour ce voyageur-là, il n’y aura pas de défilé (...)
43 
Le DECODEX Alternatif (méfiez-vous des imitations)
(mise à jour le 19/02/2017) Le Grand Soir, toujours à l’écoute de ses lecteurs (réguliers, occasionnels ou accidentels) vous offre le DECODEX ALTERNATIF, un vrai DECODEX rédigé par de vrais gens dotés d’une véritable expérience. Ces analyses ne sont basées ni sur une vague impression après un survol rapide, ni sur un coup de fil à « Conspiracywatch », mais sur l’expérience de militants/bénévoles chevronnés de « l’information alternative ». Contrairement à d’autres DECODEX de bas de gamme qui circulent sur le (...)
103 
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas | Bernard Gensane
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.