RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher


Rave party à Redon : la préfecture aurait interdit aux pompiers de venir en aide aux blessé

Lors des violents affrontements qui ont opposé forces de l’ordre et participants à une rave party à Redon les 18 et 19 juin, durant lesquels un homme a perdu sa main, les blessés n’ont pas reçu l’aide nécessaire, la préfecture ayant empêché les pompiers d’intervenir, selon une enquête de Mediapart.

Un jeune homme a eu la main arrachée et plusieurs personnes ont été gravement blessées lors des affrontements qui ont marqué la rave party non autorisée qui a eu lieu les 18 et 19 juin à Redon (Ille-et-Vilaine). Mais les actions de la préfecture ont mis leurs vies en danger, car elle a empêché les pompiers d’intervenir, selon une enquête de Mediapart.

La préfecture, responsable de l’organisation des secours, explique son refus de laisser entrer les pompiers par l’absence d’un plan d’évacuation des blessés, faute de quoi l’accès au site n’était pas sécurisé pour les secouristes, révèle le média, condamnant l’« amateurisme » et « un manque de discernement évident dans l’appréciation de la gravité de la situation ».

« J’ai honte d’être pompier »

Ce n’est que le 19 juin dans la soirée que les secours ont pu accéder au site pour accorder une aide médicale aux participants à la fête, dont deux en « urgence absolue » et « plusieurs tombés à l’eau ».

Interrogé par Mediapart, un pompier s’exclame : « J’ai honte d’être pompier. Un jeune risquait de mourir. Nous le savions. Mais nous ne pouvions pas intervenir ». Et d’ajouter : « Quand il s’agissait d’aller chercher des gendarmes blessés à l’intérieur, il n’y avait pas de problème, d’autres gendarmes nous escortaient ».

Un autre renchérit : « Nous suivions ce qu’il se passait sur les réseaux sociaux. Cela en dit long sur notre absence d’information ».

Une aide qui ne vient pas

400 gendarmes ont été mobilisés dans la nuit du 18 au 19 juin pour mettre fin à cette soirée non autorisée organisée par des jeunes pour rendre hommage à Steve, mort à Nantes lors de la fête de la musique en 2019. Des affrontements accompagnés de tirs de grenades lacrymogènes ont éclaté.

Appelés tôt le matin pour « un blessé main arrachée par grenade », les pompiers sont arrivés à quelques centaines de mètres du site, mais ont été immobilisés à proximité faute d’accès sécurisé.

​Deux responsables de l’association Techno+, une association reconnue par le ministère de la Santé et dont la « mission consiste à réduire les risques liés aux pratiques festives, à la prise de drogue ou d’alcool », ont également été bloqués à l’entrée du site, observant de loin des tirs de LBD et de grenades lacrymogènes, de désencerclement et de type GM2L (à composition pyrotechnique), confie à Mediapart l’un d’eux.

​Même lorsque la main arrachée a été confirmée, les gendarmes n’ont pas permis aux pompiers de venir en aide au mutilé, mais ont donné accès au site à l’association Techno+ pour aller le chercher. « Une hérésie », « compte tenu de l’extrême gravité de sa blessure », selon l’un des responsables de l’organisme.

Les bénévoles n’ont pas pu trouver le jeune blessé au milieu du chaos qui régnait sur le site. Le mutilé a finalement été conduit à l’hôpital par une jeune femme.

Les pompiers sont plusieurs fois intervenus durant la nuit pour soigner des gendarmes blessés, précisent les sources de Mediapart.

Vers 17 heures le 19 juin, les tirs de grenades lacrymogènes ont repris. Une jeune femme a reçu des éclats de grenade au visage et a cette fois-ci pu être prise en charge par les pompiers, entrés sur le site vers 18 heures, tout comme « cinq raveurs dont deux en urgence absolue » et « plusieurs personnes tombées à l’eau », précise le média.

Des laissés-pour-compte

Il est difficile de compter les jeunes blessés, car nombre d’entre eux ont dû se débrouiller tout seuls, constate Mediapart qui a eu accès à des documents de secouristes d’Ille-et-Vilaine et aux nombreuses alertes lancées par Techno+ à la préfecture et à l’Agence régionale de santé (ARS).

Toutefois, un premier bilan dressé par l’association de prévention évalue à 22, 20 blessés et deux en état de détresse psychologique, le nombre de jeunes qui ont pu recevoir les premiers soins grâce à Techno+. Seuls quatre de ces blessés ont pu être pris en charge par les pompiers. Les blessures sont majoritairement causées par des tirs de LBD, notamment au front, constate l’association.

La préfecture d’Ille-et-Vilaine n’a pas répondu à Mediapart sur l’absence de plan d’évacuation des blessés ou d’accès sécurisé pour les pompiers. Elle ne s’est pas expliquée non plus sur l’absence de prise en charge des nombreuses victimes, dont le jeune mutilé.

Elle a en revanche déclaré au média qu’« à 1h51, un chef de groupe, un infirmier et une ambulance ainsi qu’un engin-pompe étaient sur place. Des moyens supplémentaires ont été engagés à plusieurs reprises au cours de la nuit pour prendre en charge des victimes, dont certaines s’étaient entre-temps rendues à l’hôpital par leurs propres moyens ».

1.500 fêtards (1)

L’événement qui a réuni près de 1 500 personnes a été organisé sur l’hippodrome de Redon en dépit d’un arrêté du préfet interdisant tout rassemblement festif à caractère musical. 11 membres des forces de l’ordre ont été blessés lors des affrontements avec les fêtards, a annoncé le 19 juin Emmanuel Berthier, préfet d’Ille-et-Vilaine.

À la suite des affrontements, le parquet de Rennes a ouvert une enquête, cinq jeunes ont été placés en garde à vue dans la foulée pour des faits de « violences sur personnes dépositaires de l’autorité publique ». Une enquête a été lancée sur la blessure du jeune de 22 ans ayant perdu une main, a annoncé le préfet.

Contactés par Sputnik, des participants ont dressé un parallèle de ces événements avec la mort de Steve Maia Caniço en 2019, survenue en pleine intervention policière durant la fête de la musique à Nantes.


Note de Geb.

Ca me fait penser à ce qui se passe dans le "Porte avions US le plus démocratique du Monde" quand les IDF tirent sur les ambulances et infirmiers tentant de sauver les manifestants palestiniens blessés.

(1). Aujourd’hui ce sont des "fêtards", (Ou soi-disant tels - On n’est pas tellement "fêtards" quand on commémore, même en musique, l’assassinat d’un camarade noyé par les FDO), demain, qui sait, des mères de famille réclamant du pain et du travail ???

Malgré ce que déclare "quelqu’un", c’est pas que "Lallemand, encore une fois"...

Il y a d’autres sbires aussi toxiques sur les starting-blocks de l’ignominie.

01/07/2021

»» https://fr.sputniknews.com/france/202107011045816546-rave-party-a-redo...
URL de cet article 37196
   

Le choix de la défaite - Les élites françaises dans les années 1930
Annie LACROIX-RIZ
Comment, pour préserver leur domination sociale, les élites économiques et politiques françaises firent le choix de la défaite. Un grand livre d’histoire se définit premièrement par la découverte et l’exploitation méthodique de documents assez nombreux pour permettre des recoupements, deuxièmement, par un point de vue qui structure l’enquête sur le passé (Annie Lacroix-Riz répond à Marc Bloch qui, avant d’être fusillé en 1944, s’interrogeait sur les intrigues menées entre 1933 et 1939 qui conduisirent à (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

Une idée devient une force lorsqu’elle s’empare des masses.

Karl Marx

Le fascisme reviendra sous couvert d’antifascisme - ou de Charlie Hebdo, ça dépend.
Le 8 août 2012, nous avons eu la surprise de découvrir dans Charlie Hebdo, sous la signature d’un de ses journalistes réguliers traitant de l’international, un article signalé en « une » sous le titre « Cette extrême droite qui soutient Damas », dans lequel (page 11) Le Grand Soir et deux de ses administrateurs sont qualifiés de « bruns » et « rouges bruns ». Pour qui connaît l’histoire des sinistres SA hitlériennes (« les chemises brunes »), c’est une accusation de nazisme et d’antisémitisme qui est ainsi (...)
120 
Le DECODEX Alternatif (méfiez-vous des imitations)
(mise à jour le 19/02/2017) Le Grand Soir, toujours à l’écoute de ses lecteurs (réguliers, occasionnels ou accidentels) vous offre le DECODEX ALTERNATIF, un vrai DECODEX rédigé par de vrais gens dotés d’une véritable expérience. Ces analyses ne sont basées ni sur une vague impression après un survol rapide, ni sur un coup de fil à « Conspiracywatch », mais sur l’expérience de militants/bénévoles chevronnés de « l’information alternative ». Contrairement à d’autres DECODEX de bas de gamme qui circulent sur le (...)
103 
La crise européenne et l’Empire du Capital : leçons à partir de l’expérience latinoaméricaine
Je vous transmets le bonjour très affectueux de plus de 15 millions d’Équatoriennes et d’Équatoriens et une accolade aussi chaleureuse que la lumière du soleil équinoxial dont les rayons nous inondent là où nous vivons, à la Moitié du monde. Nos liens avec la France sont historiques et étroits : depuis les grandes idées libertaires qui se sont propagées à travers le monde portant en elles des fruits décisifs, jusqu’aux accords signés aujourd’hui par le Gouvernement de la Révolution Citoyenne d’Équateur (...)
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas | Bernard Gensane
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.