RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher


Réduire au silence les dissidents : WikiLeaks et la violation des droits de l’homme (Sydney Morning Herald)

WikiLeaks a soulevé des questions fondamentales sur les droits de l’homme et la liberté d’expression, tant en Australie que dans le reste du monde - et sur la place de l’Australie dans le monde.

Lorsque WikiLeaks est apparu pour la première fois en 2006, il publiait des informations importantes qui avaient été cachées au public mais qui étaient essentielles pour la responsabilisation en matière de droits de l’homme. Du manuel classifié de Guantanamo Bay détaillant les techniques de torture américaines au rapport Minton détaillant le déversement toxique de Trafigura en Côte d’Ivoire affectant plus de 100 000 personnes, que la société avait supprimé par un bâillon au Royaume-Uni, les communiqués de WikiLeaks nous permettaient, en tant qu’avocats, d’avoir les informations dont nous avions besoin pour faire notre travail.

En tant qu’avocat des médias se battant pour que les journalistes aient accès aux documents gouvernementaux en vertu des lois sur la liberté d’information, j’ai été frustrée par les nombreuses exemptions (et l’interprétation large qui leur est donnée) qui sont utilisées par les gouvernements pour maintenir le secret et cacher leurs erreurs au public auquel ils sont censés rendre des comptes. C’est pourquoi le journalisme d’investigation fonctionne sur la base de fuites. Lorsqu’ils constatent des irrégularités, les fonctionnaires dotés d’une conscience remettent aux journalistes des documents car ils estiment que le public doit savoir ce que le gouvernement fait réellement. Les employés des entreprises remettent aux journalistes des documents confidentiels qui démontrent les pratiques illégales ou contraires à l’éthique de puissantes entreprises.

Les journalistes reçoivent et publient ces documents avec les protections de la liberté d’expression prévues dans les constitutions des démocraties libérales du monde entier - sauf en Australie, où nous nous appuyons sur un simple droit implicite et limité à la liberté de communication qui nous a été accordé, par interprétation, par la Haute Cour en 1992. L’Australie ne dispose d’aucune protection constitutionnelle explicite de la liberté d’expression.

Dans de nombreuses juridictions, les dénonciateurs ne bénéficient d’aucune protection juridique, s’appuyant plutôt sur l’obligation faite aux journalistes de protéger et de préserver la confidentialité de leurs sources pour empêcher l’identification du dénonciateur et donc le protéger des poursuites. Malheureusement, dans de nombreux pays du monde les journalistes peuvent être poursuivis s’ils refusent de révéler leur source.

Le modèle de WikiLeaks offre une solution pratique : son système de soumission anonyme a été spécialement conçu pour offrir aux journalistes et aux dénonciateurs une protection que la loi ne prévoit pas. Grâce à sa politique de publication rigoureuse, WikiLeaks offre aux sources une meilleure protection et la promesse que leurs documents - une fois vérifiés - seront publiés. Et publiés avec un maximum d’effet à l’échelle mondiale : WikiLeaks met ses informations à la disposition des journalistes, des journalistes citoyens, des militants et des avocats du monde entier.

C’est pourquoi WikiLeaks est si dangereux pour les personnes au pouvoir qui ont quelque chose à cacher - et c’est pourquoi WikiLeaks doit être défendu et protégé.

Ainsi, lorsqu’on m’a demandée de défendre Julian Assange, j’ai dit oui sans hésiter. C’était en septembre 2010 : WikiLeaks avait alors publié "Collateral Murder", une vidéo montrant l’armée américaine tuant deux employés de Reuters en Irak, et le "Afghan War Diary", alors "les archives les plus importantes sur la réalité de la guerre jamais publiées au cours d’une guerre". Chelsea Manning était dans une prison militaire américaine sur le point de faire face à des accusations d’espionnage et à une possible peine de mort pour avoir prétendument divulgué du matériel à WikiLeaks. Mais même à ce moment-là, je n’avais pas prévu l’ampleur que prendrait l’histoire.

En Australie, les révélations ont accru la pression sur le gouvernement pour qu’il se retire de la coalition d’occupation américaine et, en juin 2008, le premier ministre Kevin Rudd a annoncé un retrait de la plupart des troupes de combat australiennes. Cependant, c’est un document du Département d’État américain publié par la suite par WikiLeaks qui a révélé la vérité cachée au public australien : conformément à une promesse de campagne, Rudd a retiré environ 515 troupes de combat d’Irak en juin 2008, laissant sur place environ 1000 membres du personnel de défense, dont un détachement de sécurité de 100 hommes pour sa mission diplomatique à Bagdad, et des patrouilles navales et aériennes basées dans les pays voisins pour soutenir les opérations en Irak et en Afghanistan.

Peu après, WikiLeaks a publié les "Iraq War Logs" - la plus grande fuite de l’histoire militaire américaine. Les documents ont démontré qu’il y avait eu des milliers de morts civiles de plus que ce qui avait été rapporté ou reconnu par le gouvernement américain, ainsi que l’échec systémique à enquêter sur les rapports d’abus, de torture, de viol et même de meurtre par les forces irakiennes et les abus dans les centres de détention américains.

Quelques jours plus tard, Assange m’a dit que ce n’était pas tout : il avait reçu plus d’un quart de million de câbles diplomatiques américains et il allait les publier : cela donnerait au public un aperçu sans précédent de la diplomatie internationale, de la politique étrangère américaine et, par conséquent, de l’acquiescement australien aux exigences de son allié. Assange était parfaitement conscient des conséquences personnelles et de la persécution qui s’ensuivrait, mais il se sentait tenu, vis-à-vis de la source et du public, de publier ces documents : "Ils me poursuivront jusqu’au bout du monde, mais je dois le faire."

Bientôt, ses comptes bancaires seront gelés, WikiLeaks a été coupé des dons publics via Mastercard et Visa, le gouvernement australien a menacé d’annuler son passeport et il a été accusé à tort par Julia Gillard, alors premier ministre, de conduite illégale, dans le cadre de ce qui a été signalé comme une campagne internationale coordonnée menée par un "groupe de travail WikiLeaks" aux États-Unis.

Des politiciens américains très en vue ont demandé qu’il soit tué par une attaque de drone. Assange, qui travaillait sur cette publication avec des partenaires des grands médias, a soudain fait l’objet d’une chasse à l’homme internationale qui a abouti à une alerte rouge d’Interpol et à un mandat d’arrêt européen pour une accusation suédoise qui avait été précédemment abandonnée par le procureur général à Stockholm parce que, selon elle, les preuves "ne révélaient aucune preuve de viol" et qu’"aucun crime n’avait été commis".

Il y a eu aussi des conséquences pour moi en tant qu’avocate. Dans les jours qui ont précédé la publication de "Cablegate", le Département d’Etat américain a divulgué à la presse une lettre qu’il avait envoyée à "Mme Robinson et M. Assange" nous accusant tous deux de mettre en danger la sécurité nationale des Etats-Unis, les opérations militaires et anti-terroristes dans le monde entier. Les menaces de mort adressées à M. Assange ont également commencé à me viser.

Le "Cablegate" est devenu connu comme "le plus grand ensemble de documents confidentiels jamais publié" et il est indéniable que l’intérêt du public pour ce matériel est énorme. De la Tunisie aux Tonga, de Canberra au Caire et de la Cisjordanie à la Papouasie occidentale, les révélations de WikiLeaks ont révélé la corruption, l’abus de pouvoir et la violation des droits de l’homme.

Les documents de WikiLeaks ont été cités dans des rapports sur les droits de l’homme concernant les opérations militaires sri-lankaises contre les Tamouls et dans le documentaire novateur "No Fire Zone", qui a conduit à une enquête des Nations unies sur les crimes de guerre. Les "Iraq War Logs" ont été utilisés par des avocats pour déposer plainte contre le Royaume-Uni devant la Cour pénale internationale. Et dans un jugement historique rendu début 2018, la Cour suprême britannique a jugé que les câbles de WikiLeaks étaient recevables comme preuves devant les tribunaux britanniques. Cette évolution sera probablement suivie par les tribunaux du Commonwealth.

Mais qu’en est-il du fondateur et du rédacteur en chef de WikiLeaks - la personne qui a rendu tout cela possible ?

Assange est détenu à la prison de Belmarsh à Londres, où il est détenu depuis plus d’un an et demi et où il risque d’être extradé par les États-Unis. Cela, après avoir passé près de sept ans à l’ambassade équatorienne de Londres, pour se protéger de l’extradition américaine. En 2017, la Suède a abandonné son enquête criminelle, pour la rouvrir et la refermer en 2019.

Les allégations des femmes doivent toujours être prises au sérieux, mais il en va de même pour les garanties d’une procédure régulière, qui ont été refusées à M. Assange.

Assange a toujours été prête à faire face à la justice suédoise et britannique, mais pas au risque de subir une injustice américaine pour avoir publié des informations dans l’intérêt du public.

Tout au long de cette période, les gouvernements australiens successifs ont refusé de demander les garanties contre l’extradition dont il avait besoin pour pouvoir résoudre la situation. Au contraire, le ministre des affaires étrangères de l’époque, Bob Carr, écrivit dans "Diary of a Foreign Minister" [Journal d’un ministre des affaires étrangères] qu’il avait délibérément induit en erreur dans ses déclarations au public australien - inventant son affirmation selon laquelle Assange avait plus d’assistance consulaire que tout autre citoyen - afin de saper la campagne que la mère d’Assange et ses partisans essayaient de lancer pour le ramener chez lui. (Plus récemment, Carr a écrit pour soutenir Assange et la nécessité pour le gouvernement australien d’intervenir).

En 2016, nous avons obtenu une décision de l’ONU selon laquelle Assange était détenu arbitrairement et devait être immédiatement autorisé à quitter l’ambassade et à rentrer chez lui en Australie. L’Australie n’a pris aucune mesure.

En 2018, personne ne pouvait nier de manière crédible la menace d’extradition des États-Unis : Le procureur général des Etats-Unis, Jeff Sessions, a déclaré que la poursuite d’Assange était une priorité. Mike Pompeo, alors directeur de la CIA (et maintenant secrétaire d’Etat américain), avait déclaré que WikiLeaks était une "agence de renseignement non étatique hostile" et avait affirmé qu’Assange ne devait pas bénéficier du droit à la liberté d’expression prévu par la Constitution américaine. L’Australie n’a pris aucune mesure.

En 2020, M. Assange risque 175 ans de prison pour les publications de 2010 pour lesquelles WikiLeaks a remporté le prix Walkley de la meilleure contribution au journalisme et pour lesquelles M. Assange a remporté le prix de la paix de Sydney.

Il est actuellement en détention préventive, dans une prison de haute sécurité à Londres, n’ayant pas eu de visiteurs depuis l’apparition de la COVID-19. Et pourtant, l’Australie ne prend aucune mesure.

Le gouvernement australien affirme qu’il offre une assistance consulaire. Mais cette affaire exige davantage : elle nécessite une action diplomatique et politique.

Le traitement réservé à Assange contraste fortement avec l’assistance que le gouvernement australien a offert à d’autres, comme l’avocate de la Cour pénale internationale Melinda Taylor, qui a reçu la visite de Carr alors qu’il était encore ministre des affaires étrangères, a fait délivrer un passeport puis a été emmenée hors de Libye.

Le fait qu’Assange soit maintenant poursuivi en vertu de la loi sur l’espionnage met en danger les rédacteurs en chef et les journalistes, non seulement aux États-Unis mais dans le monde entier.

Assange est un citoyen australien, non basé aux Etats-Unis, qui a publié des informations véridiques sur les Etats-Unis, mais il est recherché pour être extradé et poursuivi aux Etats-Unis. Imaginez si l’Arabie Saoudite demandait l’extradition et la poursuite d’un journaliste australien pour avoir publié la vérité sur le meurtre de Jamal Khashoggi, ou si la Chine demandait l’extradition d’un rédacteur australien pour avoir publié des informations véridiques sur les débuts de COVID-19. L’Australie aurait certainement quelque chose à dire à ce sujet. Pourquoi pas lorsqu’il s’agit des États-Unis ?

Le gouvernement américain tente de faire valoir, dans le cadre de la procédure d’extradition, qu’Assange a mis des vies en danger avec ces publications. Mais lors du procès de Chelsea Manning en 2013, un brigadier-général américain du contre-espionnage n’a pas pu identifier une seule victime. Le porte-parole du Pentagone, Geoff Morrell, avait déclaré en 2010 "qu’il n’y avait aucune preuve que quelqu’un avait été tué à cause des fuites".

Nous devons maintenant reconnaître cette affaire pour ce qu’elle est et a toujours été : la persécution d’un éditeur pour avoir publié avec détermination ce que les puissants ne veulent pas que le public voit - des preuves de crimes de guerre, de violation des droits de l’homme et de corruption.

Comme l’a écrit Bob Carr après son mandat de ministre des affaires étrangères de l’Australie : "Le ministre des affaires étrangères Payne est en droit de rappeler courtoisement au secrétaire d’État Mike Pompeo que ... nous sommes un fidèle loyal jusqu’à l’excès... Nous avons droit à une requête modeste : que dans l’esprit dans lequel Barack Obama a gracié Chelsea Manning ... il serait préférable que l’extradition d’Assange soit discrètement abandonnée."

Assange a beaucoup contribué à la responsabilisation en matière de droits de l’homme par son travail pour WikiLeaks et pourtant il est persécuté pour ce travail. Il est temps que ses droits soient respectés.

Extrait révisé de "A Secret Australia : Revealed by the WikiLeaks Exposés", édité par Felicity Ruby et Peter Cronau, Monash University Publishing.

Traduction "un article favorable dans la presse mainstream ? Tiens, tiens..." par Viktor Dedaj avec probablement toutes les fautes et coquilles habituelles

»» https://www.smh.com.au/world/north-america/silencing-dissent-wikileaks...
URL de cet article 36737
   

Même Thème
Google contre Wikileaks
Julian ASSANGE
En juin 2011, Julian Assange reçoit un visiteur inhabituel dans sa petite maison de campagne anglaise en résidence surveillée de Ellingham Hall : le président de Google en personne, Eric Schmidt, venu tout droit de la Silicon Valley. Le général assiégé de WikiLeaks, la plus audacieuse entreprise d’édition insurrectionnelle connue à ce jour, et l’empereur d’Internet vont croiser le fer : du Printemps arabe aux bitcoins, et des solutions technologiques aux problèmes politiques, tout les oppose. La (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

"Lorsque j’ai pris mes fonctions, j’étais déterminé à faire entrer les Etats-Unis dans le 21ème siècle, toujours comme le plus grand facteur de paix et de liberté, de démocratie, de sécurité et de prospérité."

Bill Clinton, 1996

"A travers le monde, chaque jour, un homme, une femme ou un enfant sera déplacé, torturé, assassiné ou "porté disparu", entre les mains de gouvernements ou de groupes politiques armés. Et la plupart du temps, les Etats-Unis en sont complices. "

Amnesty International, 1996

CUBA : modèle de résistance ou résistance d’un modèle ? (conférence/débat audio)
Conférence de Viktor Dedaj, animateur du site "Le Grand Soir", sur le Libre Teamspeak le 4 Décembre 2011. Notre conférencier nous explique enfin la vérité sur Cuba, sur son régime, et démonte minutieusement toute la propagande des États-Unis contre Cuba. Une conférence aussi excellente qu’indispensable. L’exposé initial de Viktor Dedaj dure une quarantaine de minutes et est suivi de deux heures de questions/débat avec les auditeurs. - http://lelibrets.blogspot.com/ Le compte Youtube (...)
22 
L’UNESCO et le «  symposium international sur la liberté d’expression » : entre instrumentalisation et nouvelle croisade (il fallait le voir pour le croire)
Le 26 janvier 2011, la presse Cubaine a annoncé l’homologation du premier vaccin thérapeutique au monde contre les stades avancés du cancer du poumon. Vous n’en avez pas entendu parler. Soit la presse cubaine ment, soit notre presse, jouissant de sa liberté d’expression légendaire, a décidé de ne pas vous en parler. (1) Le même jour, à l’initiative de la délégation suédoise à l’UNESCO, s’est tenu au siège de l’organisation à Paris un colloque international intitulé « Symposium international sur la liberté (...)
18 
Lorsque les psychopathes prennent le contrôle de la société
NdT - Quelques extraits (en vrac) traitant des psychopathes et de leur emprise sur les sociétés modernes où ils s’épanouissent à merveille jusqu’au point de devenir une minorité dirigeante. Des passages paraîtront étrangement familiers et feront probablement penser à des situations et/ou des personnages existants ou ayant existé. Tu me dis "psychopathe" et soudain je pense à pas mal d’hommes et de femmes politiques. (attention : ce texte comporte une traduction non professionnelle d’un jargon (...)
44 
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas | Bernard Gensane
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.