Quantcast
RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher


Romney : la schizophrénie du pénis et du cerveau

« Dieu nous a donné un cerveau et un pénis, mais pas assez de sang pour faire fonctionner les deux en même temps » - Robin Williams

« Un jour, Dieu a dit : il faut partager : les riches auront de la nourriture, les pauvres de l’appétit. » Coluche

« Les États-Unis doivent toujours conserver leur suprématie militaire pour dissuader leurs agresseurs potentiels et défendre leurs alliés », a déclaré le candidat à l’investiture républicaine Mitt Romney.

Selon Mitt Romney, les États-Unis ont été crées pour dominer le monde. M. Romney est favori à la primaire américaine. Missionnaire de l’Église de Jésus-Christ des saints des derniers jours. Bref, un mormon.

Diplômé de Harvard, en droit.

Conclusion : un bon agencement de cellules grises n’a rien à voir avec une capacité de jugement ou d’ouverture d’esprit.

Voilà une Amérique à bout de souffle, qui ramène « dieu » chez elle. Ce discours est manifeste sur le piteux état, qui est en train d’élever une statue qui penche à droite comme la Tour de Pise. Ca dépend de quel côté vous admirez la tour…

Cette « version » de l’Histoire en dit long sur le système caméléon des américains qui ont été capables d’aller sur la lune, mais incapable d’aller vraiment sur Terre.

L’Amérique vit dans une équation dont l’étrangeté est questionnant : « Plus ça va mal, plus on appelle dieu à sa rescousse. » La « grandeur » de sa technologie, particulièrement dans le domaine de l’armement en fait un prêtre -cowboy capable du tirer sur n’importe qui.

Romney est un saint qui veut ramener Bush. A croire que les américains ont un pied dan un temple et la botte en Afghanistan ou en Irak. De la schizophrénie légalisée et non traitée.

En Amérique, on peut tuer et ensuite aller éponger ses péchés dans une église ou un temple. Pauvre Amérique ! Le mal vient la chercher. La Terre est enflée de terroristes qui veulent découper le talon de ces saints votants pour des saints.

De la bonté américaine

La crédibilité américaine sur sa bonne foi est depuis longtemps disparue, engloutie. A se demander si la politique de ce pays n’est pas sous la gouverne de « preachers » à 200$ millions.

Un pays de plâtre usé, aux murs qui se désagrègent et sur lesquels on plastronne à coups de crayons les fendillements et l’approche du désastre. Ils se flouent entre eux, vont piller les pays de la planète, enfouissent leurs pauvres sous le tapis.

M. Romney n’offre que pour programme non seulement une poursuite de la politique américaine, mais un ajout et un retour à ce que, finalement, les a mis K.O. Son « programme » :

Il propose notamment de « restaurer la crédibilité navale » des États-Unis en accélérant la construction de navires de guerre, pour passer de neuf bâtiments par an à 15. Il recommande un renforcement des relations avec les alliés de Washington, dont Israël, la Grande-Bretagne, ainsi que le Mexique sur les questions de drogue et de sécurité. lien

La bonté américaine, c’est le diable qui prend des bains de plâtre.

Le mouvement

L’Amérique est en train d’avancer en reculant. De quoi faire frémir le reste de la planète.

Ne priez pas, ne votez pas.

Attendez.

On comprend maintenant pourquoi on produit autant de films sur les zombies. La vie quitte l’Amérique. On vote pour des morts-vivants.

Et M. Romney est un zombie maquillé.

L’Amérique s’en délecte…

Gaëtan Pelletier

La vidure

URL de cet article 14812
   
Même Thème
L’horreur impériale. Les États-Unis et l’hégémonie mondiale
Michael PARENTI
Enfin traduit en français. Notes de lecture, par Patrick Gillard. La critique de l’impérialisme made in USA La critique de l’impérialisme américain a le vent en poupe, notamment en Europe. Pour preuve, il suffit d’ouvrir Le Monde diplomatique de novembre 2004. Sans même évoquer les résultats des élections américaines, dont les analyses paraîtront en décembre, le mensuel de référence francophone en matière d’actualité internationale ne consacre pas moins de deux articles à cette question. Signé Claude (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

« Je pense que l’un des grands défis des Occidentaux, c’est d’être capables de mettre le curseur sur des forces politiques que l’on va considérer comme fréquentables, ou dont on va accepter qu’elles font partie de ce lot de forces politiques parmi lesquelles les Syriennes et les Syriens choisiront, le jour venu. Et je pense que oui, l’ex-Front al-Nosra [Al-Qaeda en Syrie - NDR] devrait faire partie des forces politiques considérées comme fréquentables »

François Burgat sur RFI le 9 août 2016.


Médias et Information : il est temps de tourner la page.
« La réalité est ce que nous prenons pour être vrai. Ce que nous prenons pour être vrai est ce que nous croyons. Ce que nous croyons est fondé sur nos perceptions. Ce que nous percevons dépend de ce que nous recherchons. Ce que nous recherchons dépend de ce que nous pensons. Ce que nous pensons dépend de ce que nous percevons. Ce que nous percevons détermine ce que nous croyons. Ce que nous croyons détermine ce que nous prenons pour être vrai. Ce que nous prenons pour être vrai est notre réalité. » (...)
51 
Lorsque les psychopathes prennent le contrôle de la société
NdT - Quelques extraits (en vrac) traitant des psychopathes et de leur emprise sur les sociétés modernes où ils s’épanouissent à merveille jusqu’au point de devenir une minorité dirigeante. Des passages paraîtront étrangement familiers et feront probablement penser à des situations et/ou des personnages existants ou ayant existé. Tu me dis "psychopathe" et soudain je pense à pas mal d’hommes et de femmes politiques. (attention : ce texte comporte une traduction non professionnelle d’un jargon (...)
41 
Cuba - Tchernobyl : Lettre à Maria.
24 août 2006. Chère Maria, Je ne sais pas si mon nom vous dira quelque chose. A vrai dire, je ne crois pas vous avoir laissé un souvenir impérissable. C’est pourtant vous qui m’avez donné, au détour d’une seule phrase, une des plus belles leçons d’humanité qu’un homme puisse recevoir. Il y a déjà quelques années de cela mais, comme vous pouvez le constater, je n’ai pas oublié. Vous souvenez-vous, Maria, de cet occidental en visite sur votre île qui voulait vous poser quelques questions ? En réalité, et (...)
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.