RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher

Scéne de fascisme ordinaire au Venezuela

Ceux qui nient aujourd’hui la dominante fasciste de l’insurrection au Venezuela ou tentent de la minimiser, sont dangereux, et coupables de non assistance à humanité en danger.

Voici une scène de fascisme ordinaire, une traduction libre du récit fait par la maman qui en fut la protagoniste, elle s’appelle Luanda Barrios et dirige le programme « Somos Creadores » de Alba Ciudad. Mercredi, elle tentait de traverser la Place Altamira, en voiture avec ses deux jeunes enfants âgés respectivement de deux et cinq ans.

Sa voiture a été entourée par une bande de jeunes opposants, des adolescents pour la plupart, une trentaine. Certains sont montés sur le capot de la voiture, frappant le pare-brise alors que d’autres tapaient sur les vitres, les fendant, à coups de poings, ils crachaient, s’en prenaient à elle en l’insultant, la traitant de « Vieille chaviste ». Ils ont commencé à soulever la voiture dans l’intention de la retourner. Elle, entre des larmes d’énervement leur demandait d’arrêter : « S’il vous plait ! Je suis avec mes enfants ! Qu’est-ce qui vous arrive ? Vous êtes devenus fous.” Sur le siège arrière, son fils de cinq ans en position fœtale se couvrait les yeux. Il criait ; « Laissez ma maman, laissez ma maman, ça suffit ». Le bébé qui ne comprenait pas ce qui se passait, s’est mis à pleurer lui aussi.

Il y avait des adultes dans la protestation. Ils faisaient ceux qui ne voient rien, de même que les policiers de Miranda qui étaient présents sur les lieux.

Un opposant, un « Monsieur » plus âgé, bien habillé et soigneusement coiffé, qui contemplait la scène d’un peu plus loin lui cria : »Maudite pute chaviste ! ».

Les jeunes étaient comme drogués par la haine (pour le moins), ne témoignant d’aucune compassion, ni la moindre sensibilité. Finalement une jeune fille d’environs 16 ans réagit, elle dit que c’était bon, que cela suffisait, de les laisser partir

Quand elle put enfin repartir, elle s’arrêta à la hauteur de ce bourgeois qui l’avait insultée et lui demanda de le répéter en face à face, il se borna à détourner la tête.

Il y avait quelques photographes qui prenaient des photos de la scène sans intervenir, comme s’il s’agissait de quelque spectacle de cirque.

Arrivée à hauteur des forces de police de Miranda, qui avaient été témoins de la scène sans réagir, elle s’arrêta une nouvelle fois pour les interpeller.

Leur réponse : “Madame partez avec vos enfants et arrêtez ce cinéma ».

Luanda et ses enfants sont sortis de cette attaque profondément traumatisés. Elle est plus décidée que jamais malgré les attaques, les menaces, les amis opposants qui la rejettent ou l’insultent, la traitent de voleuse – un des slogans de l’opposition pour qui les chavistes sont TOUS des voleurs par nature – à défendre le processus socialiste. Plus que jamais parce que rien ne pourrait être pire que de voir ces opposants remplis de haine, insensibles et violents prendre les rênes du pays.

Sur le thème du fascisme en action contre des personnesL’avenir du Venezuela
A partir deAsí agredieron en Altamira a nuera de Farruco Sesto con sus dos hijos pequeños

»» http://les-etats-d-anne.over-blog.com/article-scene-de-fascisme-ordina...
URL de cet article 24992
  

Même Thème
Ainsi parle Chávez
Hugo Chávez, figure du Venezuela et de l’Amérique latine contemporaine, si critiqué et diffamé dans la plupart des médias, était indéniablement le président métisse, issu d’une famille pauvre, avec lequel les classes populaires pouvaient s’identifier. Pendant 13 ans, chaque dimanche, il s’est adressé à son peuple dans une émission appelée « Allô président », fréquemment enregistrée sur le terrain et en public. Ce livre recueille certaines de ses allocutions. Tour à tour professeur, historien, blagueur, (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

Abolissez l’exploitation de l’homme par l’homme et vous abolirez l’exploitation d’une nation par une autre nation.

Friedrich Engels

Ces villes gérées par l’extrême-droite.
(L’article est suivi d’un « Complément » : « Le FN et les droits des travailleurs » avec une belle photo du beau château des Le Pen). LGS Des électeurs : « On va voter Front National. Ce sont les seuls qu’on n’a jamais essayés ». Faux ! Sans aller chercher dans un passé lointain, voyons comment le FN a géré les villes que les électeurs français lui ont confiées ces dernières années pour en faire ce qu’il appelait fièrement « des laboratoires du FN ». Arrêtons-nous à ce qu’il advint à Vitrolles, (...)
40 
Analyse de la culture du mensonge et de la manipulation "à la Marie-Anne Boutoleau/Ornella Guyet" sur un site alter.
Question : Est-il possible de rédiger un article accusateur qui fait un buzz sur internet en fournissant des "sources" et des "documents" qui, une fois vérifiés, prouvent... le contraire de ce qui est affirmé ? Réponse : Oui, c’est possible. Question : Qui peut tomber dans un tel panneau ? Réponse : tout le monde - vous, par exemple. Question : Qui peut faire ça et comment font-ils ? Réponse : Marie-Anne Boutoleau, Article XI et CQFD, en comptant sur un phénomène connu : "l’inertie des (...)
93 
Lorsque les psychopathes prennent le contrôle de la société
NdT - Quelques extraits (en vrac) traitant des psychopathes et de leur emprise sur les sociétés modernes où ils s’épanouissent à merveille jusqu’au point de devenir une minorité dirigeante. Des passages paraîtront étrangement familiers et feront probablement penser à des situations et/ou des personnages existants ou ayant existé. Tu me dis "psychopathe" et soudain je pense à pas mal d’hommes et de femmes politiques. (attention : ce texte comporte une traduction non professionnelle d’un jargon (...)
46 
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas | Bernard Gensane
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.