Quantcast
RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher


« Scomo doit partir », des dizaines de milliers manifestent pour l’action climatique en Australie

Des dizaines de milliers de personnes sont descendues dans les rues des villes d’Australie aujourd’hui pour protester contre la gestion par le gouvernement de la crise des feux de brousse et son refus persistant d’agir face à l’urgence climatique. Les rassemblements ont été organisés par Uni Students for Climate Justice , mais ont attiré de nombreuses couches de la communauté, notamment des victimes de feux de brousse, des pompiers, des Australiens autochtones, des syndicalistes, des lycéens et bien d’autres.

À Melbourne, environ 30 000 personnes se sont rendues malgré la pluie battante et au mépris de la pression exercée sur les organisateurs par la police et le gouvernement travailliste de l’État pour annuler le rassemblement au motif fallacieux qu’il éloignerait les ressources des services d’urgence de la lutte contre les incendies .

Il semble que la plupart des gens n’aient pas été rebutés par l’alarmisme du gouvernement. À l’approche du rassemblement, beaucoup ont souligné le fait qu’il n’y avait aucune allégation similaire de « détournement des ressources policières » en ce qui concerne le match de cricket du lendemain de Noël ou les célébrations du Nouvel An.
.
Dans son discours au rassemblement, Jerome Small, des socialistes victoriens, a donné une inculpation brûlante à l’élite dirigeante australienne : « Il ne s’agit pas de ’pardonnez-leur, ils ne savent pas ce qu’ils font’. Les gens les plus puissants de ce pays savent exactement ce qu’ils font de bon sang. Ils le font depuis des décennies - depuis des générations ! Et ce qu’ils font, c’est empiler les liquidités pendant que le pays brûle... Nos politiciens sont les serviteurs des sociétés qui alimentent la crise climatique à des fins lucratives. C’est la racine de notre problème. "

À Sydney, environ 50 000 personnes se sont rassemblées à l’hôtel de ville de Sydney avant de traverser la ville jusqu’au Parlement de la Nouvelle-Galles du Sud et à Hyde Park.

Le rassemblement était présidé par Gavin Stanbrook, activiste autochtone et co-organisateur d’Uni Students for Climate Justice. En ouvrant le rassemblement, il a déclaré : « Nous sommes ici aujourd’hui pour exiger le financement intégral des services nationaux de lutte contre les incendies et des services nationaux de soutien communautaire pour ceux qui ont été laissés par le gouvernement. Et nous sommes ici aujourd’hui pour demander des comptes aux criminels climatiques - les PDG, les sociétés minières, les politiciens. »

Parmi les autres orateurs figurait le sénateur des Verts Mehreen Faruqi : « Je me tiens devant vous en colère. Je n’ai jamais été aussi en colère de ma vie. Je suis déterminé à faire tout ce qu’il faut pour arrêter cette crise climatique. Êtes-vous prêt à faire tout ce qu’il faut ? "

Le pompier Jim Casey a également pris la parole. « Je suis pompier professionnel depuis 20 ans et je n’ai rien vu de tel », a-t-il déclaré. « Nous devons parler des ressources. Les services d’urgence ont besoin de plus ! Il y a eu une réduction de 20 millions de dollars pour les secours en cas d’incendie. Il y a eu une réduction de 35% des services de lutte contre les incendies dans le service des parcs nationaux depuis que les libéraux ont pris le pouvoir... « Comment allez-vous vous le permettre ? demandent les gens. Taxer les entreprises qui extraient des combustibles fossiles et créent ce problème ! »

La militante indigène Lizzy Jarrett a également pris la parole. « Il est temps pour la dissolution totale de ce gouvernement. Morrison, tout le gouvernement. Toutes les personnes ! Commencer à partir de zéro !"

Des milliers de personnes se sont également rassemblées dans d’autres villes : 5 à 7 000 à Brisbane, 5 000 à Adélaïde, 3 000 à Canberra, 1 500 à Perth et des centaines dans les villes et villages de la région, notamment Geelong, Byron Bay et Port Macquarie.

10 January 2020

»» https://redflag.org.au/node/6993
URL de cet article 35597
   

Guide du Paris rebelle
Ignacio RAMONET, Ramon CHAO
Mot de l’éditeur Organisé par arrondissement - chacun d’eux précédé d’un plan -, ce guide est une invitation à la découverte de personnages célèbres ou anonymes, français ou étrangers, que l’on peut qualifier de rebelles, tant par leur art, leur engagement social ou encore leur choix de vie. Depuis la Révolution française, Paris est la scène des manifestations populaires, des insurrections et des émeutes collectives. Toutes ayant eu un écho universel : la révolution de 1830, celle de 1848, la Commune, les (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

"Jamais je ne demanderais pardon au nom des Etats-Unis - quelles que soient les raisons."

Président George Bush (père)
après qu’un avion de ligne régulière Iranien ait été abattu par un missile états-unien

Reporters Sans Frontières, la liberté de la presse et mon hamster à moi.
Sur le site du magazine états-unien The Nation on trouve l’information suivante : Le 27 juillet 2004, lors de la convention du Parti Démocrate qui se tenait à Boston, les trois principales chaînes de télévision hertziennes des Etats-Unis - ABC, NBC et CBS - n’ont diffusé AUCUNE information sur le déroulement de la convention ce jour-là . Pas une image, pas un seul commentaire sur un événement politique majeur à quelques mois des élections présidentielles aux Etats-Unis. Pour la première fois de (...)
22 
CUBA : modèle de résistance ou résistance d’un modèle ? (conférence/débat audio)
Conférence de Viktor Dedaj, animateur du site "Le Grand Soir", sur le Libre Teamspeak le 4 Décembre 2011. Notre conférencier nous explique enfin la vérité sur Cuba, sur son régime, et démonte minutieusement toute la propagande des États-Unis contre Cuba. Une conférence aussi excellente qu’indispensable. L’exposé initial de Viktor Dedaj dure une quarantaine de minutes et est suivi de deux heures de questions/débat avec les auditeurs. - http://lelibrets.blogspot.com/ Le compte Youtube (...)
22 
Le fascisme reviendra sous couvert d’antifascisme - ou de Charlie Hebdo, ça dépend.
Le 8 août 2012, nous avons eu la surprise de découvrir dans Charlie Hebdo, sous la signature d’un de ses journalistes réguliers traitant de l’international, un article signalé en « une » sous le titre « Cette extrême droite qui soutient Damas », dans lequel (page 11) Le Grand Soir et deux de ses administrateurs sont qualifiés de « bruns » et « rouges bruns ». Pour qui connaît l’histoire des sinistres SA hitlériennes (« les chemises brunes »), c’est une accusation de nazisme et d’antisémitisme qui est ainsi (...)
120 
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas | Bernard Gensane
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.