RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher

Si la république n’était pas morte depuis longtemps, ce qui arrive aujourd’hui signerait son arrêt de mort (Empire Burlesque)

En voyant "l’accord" qui a été conclu pour résoudre "la crise du plafond de la dette," je me suis dit que je devais reprendre le titre que j’avais utilisé il y a quelques années (*). Par "accord", je fais référence bien sûr à l’extraordinaire "comité spécial" ou "super Congrès" que cet accord prétend instituer. C’est un politburo qui n’aura de compte à rendre à personne et qui pourra court-circuiter tous les procédures démocratiques (et républicaines) normales, décider des coupes budgétaires et présenter de lois de réduction d’impôts qui ne pourront pas être discutées, ni amendées mais seulement approuvées ou rejetées par le reste des sénateurs et des élus réduits à l’impuissance.

Ce n’est pas tout. Si le politburo -composé de membres triés sur le volet et en nombre égal des deux gangs de voleurs et de lâches qui règnent sur la colline du Capitole- ne réussissent pas à s’entendre sur la quantité de coupes budgétaires et sur les réductions d’impôts pour les riches, eh bien alors cela déclenchera une série de "dispositifs" qui se mettront automatiquement à couper, trancher et sectionner sans le moindre vote des représentants élus démocratiquement. Et il est certainement superflu que je précise que ces "super pouvoirs" qui n’ont de compte à rendre à personne seront vite étendus à d’autres domaines de la législation que le budget et les impôts.

Derrière toute la poudre aux yeux de cette "crise" fabriquée de toutes pièces, nous assistons à la création d’une nouvelle forme de gouvernement -ou plutôt à une autre étape de la création de la nouvelle forme de gouvernement vers laquelle les USA évoluent depuis longtemps. Nous l’avons appelée "une oligarchie néo-féodale soutenue par un état policier militaire" dans nos colonnes dernièrement. Il y a sûrement beaucoup d’autres manières de décrire la monstruosité meurtrière, vorace et inégalitaire qu’est ce système. Mais en tous cas on ne peut pas lui donner le nom de "république".

Comme je l’ai écrit sous le même titre en février 2008 :

"Je ne sais pas ce qui va arriver ensuite. Je ne sais pas si les USA pourront sortir du puits horrible de l’impérialisme et de la tyrannie dans les prochaines décades pour se raccrocher à de nouveaux principes démocratiques — ou s’ils vont juste continuer à s’enfoncer, à se déchaîner, à pourrir, à se transformer encore plus en un état adonné à la guerre et à la torture et obligé de se nourrir constamment de chair fraîche pour survivre. Bien sûr j’espère que c’est la première des deux choses qui arrivera —et je ferai tout ce que je peux pour qu’il en soit ainsi— mais honnêtement je ne crois pas que cela se produira de mon vivant. Quoiqu’il en soit, une chose est certaine désormais : la république constitutionnelle des Etats-Unis est lettre morte, une relique historique.

Et rien de ce qui arrivera en novembre —quand un potentat impérial ou l’autre s’installera au sommet du mat de cocagne — ne changera quoi que ce soit. Le Chemin de la Liberté est long —et nous n’avons même pas encore commencé à marcher dans cette direction. Nous avons des kilomètres de jungle à traverser".

Comme vous pouvez vous en rendre compte j’étais encore un incurable optimiste en ces temps heureux. Aujourd’hui je ne peux plus dire que "nous n’avons même pas encore commencé" à sortir de notre folie ; au contraire nous nous y enfonçons à la vitesse de la lumière.

Chris Floyd, Empire burlesque, dimanche 31 juillet

Pour consulter l’original : http://www.chris-floyd.com/component/content/article/1-latest-news/215...

Traduction : Dominique Muselet pour LGS

Note :

(*) http://www.chris-floyd.com/component/content/article/3/1432-if-the-rep...

URL de cet article 14300
  

Même Thème
HOLLYWOOD PROPAGANDA
MATTHEW ALFORD
Examinant le fonctionnement interne de l’industrie hollywoodienne, cet ouvrage révèle les liens étroits entre le cinéma et les forces politiques américaines les plus réactionnaires. Ses analyses détaillées de nombreux films démontrent qu’Hollywood, loin d’être le lieu d’expression de la gauche américaine, n’est que le versant culturel d’une politique impérialiste. Alors que des films comme Transformers, Terminator ou La Chute du faucon noir, ouvertement financés par l’armée, glorifient l’hégémonie (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

« Le pire des analphabètes, c’est l’analphabète politique. Il n’écoute pas, ne parle pas, ne participe pas aux événements politiques. Il ne sait pas que le coût de la vie, le prix de haricots et du poisson, le prix de la farine, le loyer, le prix des souliers et des médicaments dépendent des décisions politiques. L’analphabète politique est si bête qu’il s’enorgueillit et gonfle la poitrine pour dire qu’il déteste la politique. Il ne sait pas, l’imbécile, que c’est son ignorance politique qui produit la prostituée, l’enfant de la rue, le voleur, le pire de tous les bandits et surtout le politicien malhonnête, menteur et corrompu, qui lèche les pieds des entreprises nationales et multinationales. »

Bertolt Brecht, poète et dramaturge allemand (1898/1956)

Le fascisme reviendra sous couvert d’antifascisme - ou de Charlie Hebdo, ça dépend.
Le 8 août 2012, nous avons eu la surprise de découvrir dans Charlie Hebdo, sous la signature d’un de ses journalistes réguliers traitant de l’international, un article signalé en « une » sous le titre « Cette extrême droite qui soutient Damas », dans lequel (page 11) Le Grand Soir et deux de ses administrateurs sont qualifiés de « bruns » et « rouges bruns ». Pour qui connaît l’histoire des sinistres SA hitlériennes (« les chemises brunes »), c’est une accusation de nazisme et d’antisémitisme qui est ainsi (...)
124 
Médias et Information : il est temps de tourner la page.
« La réalité est ce que nous prenons pour être vrai. Ce que nous prenons pour être vrai est ce que nous croyons. Ce que nous croyons est fondé sur nos perceptions. Ce que nous percevons dépend de ce que nous recherchons. Ce que nous recherchons dépend de ce que nous pensons. Ce que nous pensons dépend de ce que nous percevons. Ce que nous percevons détermine ce que nous croyons. Ce que nous croyons détermine ce que nous prenons pour être vrai. Ce que nous prenons pour être vrai est notre réalité. » (...)
55 
Analyse de la culture du mensonge et de la manipulation "à la Marie-Anne Boutoleau/Ornella Guyet" sur un site alter.
Question : Est-il possible de rédiger un article accusateur qui fait un buzz sur internet en fournissant des "sources" et des "documents" qui, une fois vérifiés, prouvent... le contraire de ce qui est affirmé ? Réponse : Oui, c’est possible. Question : Qui peut tomber dans un tel panneau ? Réponse : tout le monde - vous, par exemple. Question : Qui peut faire ça et comment font-ils ? Réponse : Marie-Anne Boutoleau, Article XI et CQFD, en comptant sur un phénomène connu : "l’inertie des (...)
93 
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas | Bernard Gensane
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.