RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher

L’attentat en Norvège et ceux en Libye

Avec raison, le monde se dissocie de ce terrible attentat en Norvège qui a fait 76 morts et des dizaines de blessés. L’auteur de cette tuerie, un homme dans la trentaine, muni d’armes et de munitions, a froidement visé et tué ses victimes. Il répondait ainsi à un impératif idéologique et politique au service de valeurs inspirées du nazisme et du fondamentaliste chrétien. De ses écrits, il ressort qu’il s’affirmait contre l’ouverture au multiculturalisme, au marxisme et à toute forme de solidarité s’exprimant, entre autres, à l’encontre du sionisme.

De partout, les chefs d’État et de Gouvernement ont condamné en des termes forts cette tuerie. Les pays, membres de l’OTAN, n’ont pas fait exception. Pareille action est tout à fait inadmissible. Son auteur doit être jugé et condamné.

Pourtant, au même moment, les pays, membres de l’OTAN, continuaient de bombarder des cibles civiles en Libye. Il y a un peu plus d’une semaine, c’était un hôpital et une école. http://www.mleray.info/article-libye-l-otan-bombarde-un-hopital-a-zlit....

Il y a quelques jours c’était le Centre national des télécommunications à Tripoli qui était démoli. Dans ce dernier cas trois personnes y ont trouvé la mort et quinze autres ont été blessées. http://lavoixdesmartyrsdelalibertedexpression.blogs.nouvelobs.com/arch...

Le motif était d’empêcher le Président Kadhafi de s’adresser au peuple libyen. Dernièrement, plus de 1 million et demie de ces citoyens et citoyennes, sur une population totale de moins 6 millions d’habitants, s’étaient réunis pour appuyer le Président Kadhafi. http://mai68.org/spip/spip.php?article3058

Une autre de ces manifestations monstres était en préparation, de quoi faire rougir les responsables de l’OTAN qui proclament sur toutes les tribunes que Kadhafi est seul et que le peuple n’en veut plus. Ainsi, les pays qui se font les apôtres de la liberté d’expression ont détruit les infrastructures de télécommunication qui permettaient, entre autres, à Kadhafi de s’adresser à son peuple.

Depuis le début de cette intervention de l’OTAN, 1 118 personnes sont mortes, des milliers d’autres ont été blessées, toutes victimes de plus de 6 086 attaques avec bombes et missiles et près de 16 000 opérations aériennes. Eux aussi répondent à des impératifs idéologiques et politiques : la reconquête des zones d’influence au Moyen Orient et en Afrique ainsi que l’appropriation des richesses que renferment ces pays.

Dites-moi, quelle est la différence entre le pilote des F-16 qui largue des bombes et des missiles sur des cibles civiles libyennes et le tireur de la Norvège qui met dans sa mire des civils suédois ? Lorsqu’on nous montre la scène des 76 morts d’Oslo et les débris de l’édifice à moitié détruit par des charges de dynamites, le monde, et avec raison, se scandalise. Mais lorsque ce sont des avions de l’OTAN et des mercenaires à leur solde qui détruisent les infrastructures de tout un pays, tuant des civils et en blessant des milliers d’autres, c’est le silence complet. Les morts, les bombardements, les destructions d’infrastructures y compris des dépôts alimentaires desquels dépend l’alimentation de la population, tout cela devient normal. Ce sont, nous disent-ils, des actions humanitaires. N’allons surtout pas croire qu’il s’agit d’une guerre. Le président Obama l’a confirmé au Congrès de son pays qu’il ne s’agissait pas d’une guerre.

Pourquoi ne retrouvons-nous pas pour les tueries en Libye cette même horreur que ressentent nos élites bien pensantes lorsqu’il est question de la tuerie d’Oslo ? Serait-ce que nos états d’âme dépendent moins des crimes commis que des intérêts recherchés ? Sommes-nous devenus à ce point amnésiques à nos propres crimes ? Des questions fort pertinentes à ceux et celles qui ont la larme facile devant certaines horreurs alors qu’ils et qu’elles demeurent sans état d’âme devant certaines autres.

Le rôle joué par les médias est de plus en plus important. Ce sont eux qui étalent les horreurs des uns et taisent les horreurs des autres ou encore qui amplifient les crimes des uns et bonifient les tueries des autres. Les morts provoqués par l’ennemi sont des crimes contre l’humanité et ceux provoqués par les alliés deviennent des actions humanitaires. A ce sujet je vous invite à lire quelques références.

Les mensonges sur la guerre de Libye sont pires que ceux sur l’Irak
http://fin-des-temps.blogspot.com/2011/07/les-mensonges-sur-la-guerre-...

SYRIE - Mensonges et manipulations
http://www.legrandsoir.info/syrie-mensonges-et-manipulations.html

Libye-OTAN : Effets des bombardements aériens et des missiles
http://www.afriquejet.com/libye-actuaalite-2011072719242.html

Libye - Al Qaïda prend le contrôle du CNT
http://www.centpapiers.com/libye-al-qaida-prend-le-controle-du-cnt/77755

Oscar Fortin

Québec, le 1er août 2011

http://humanisme.blogspot.com

URL de cet article 14301
  

Même Thème
Libye, OTAN et médiamensonges
Michel COLLON
Les « armes de destruction massive », ça n’a pas suffi ? Le martyre de l’Irak, frappé d’abord par les médiamensonges et ensuite par les bombes, on n’en a pas tiré les leçons ? Non, on n’en a pas tiré les leçons. On sait que les Etats-Unis ont menti sur le Vietnam, l’Irak, la Yougoslavie, l’Afghanistan et Gaza, mais on croit que cette fois-ci, sur la Libye, ils disent la vérité. Etrange. La majorité de nos concitoyens croient encore ce que l’Otan a raconté sur la Libye. Y compris les Arabes car cette fois, (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

Lorsque l’on tente, comme ce fut le cas récemment en France, d’obliger une femme à quitter la Burqa plutôt que de créer les conditions où elle aurait le choix, ce n’est pas une question de libération mais de déshabillage. Cela devient un acte d’humiliation et d’impérialisme culturel. Ce n’est pas une question de Burqa. C’est une question de coercition. Contraindre une femme à quitter une Burqa est autant un acte de coercition que l’obliger à la porter. Considérer le genre sous cet angle, débarrassé de tout contexte social, politique ou économique, c’est le transformer en une question d’identité, une bataille d’accessoires et de costumes. C’est ce qui a permis au gouvernement des Etats-Unis de faire appel à des groupes féministes pour servir de caution morale à l’invasion de l’Afghanistan en 2001. Sous les Talibans, les femmes afghanes étaient (et sont) dans une situation très difficile. Mais larguer des "faucheuses de marguerites" (bombes particulièrement meurtrières) n’allait pas résoudre leurs problèmes.

Arundhati Roy - Capitalism : A Ghost Story (2014), p. 37

Hier, j’ai surpris France Télécom semant des graines de suicide.
Didier Lombard, ex-PDG de FT, a été mis en examen pour harcèlement moral dans l’enquête sur la vague de suicides dans son entreprise. C’est le moment de republier sur le sujet un article du Grand Soir datant de 2009 et toujours d’actualité. Les suicides à France Télécom ne sont pas une mode qui déferle, mais une éclosion de graines empoisonnées, semées depuis des décennies. Dans les années 80/90, j’étais ergonome dans une grande direction de France Télécom délocalisée de Paris à Blagnac, près de Toulouse. (...)
69 
Analyse de la culture du mensonge et de la manipulation "à la Marie-Anne Boutoleau/Ornella Guyet" sur un site alter.
Question : Est-il possible de rédiger un article accusateur qui fait un buzz sur internet en fournissant des "sources" et des "documents" qui, une fois vérifiés, prouvent... le contraire de ce qui est affirmé ? Réponse : Oui, c’est possible. Question : Qui peut tomber dans un tel panneau ? Réponse : tout le monde - vous, par exemple. Question : Qui peut faire ça et comment font-ils ? Réponse : Marie-Anne Boutoleau, Article XI et CQFD, en comptant sur un phénomène connu : "l’inertie des (...)
93 
"Un système meurtrier est en train de se créer sous nos yeux" (Republik)
Une allégation de viol inventée et des preuves fabriquées en Suède, la pression du Royaume-Uni pour ne pas abandonner l’affaire, un juge partial, la détention dans une prison de sécurité maximale, la torture psychologique - et bientôt l’extradition vers les États-Unis, où il pourrait être condamné à 175 ans de prison pour avoir dénoncé des crimes de guerre. Pour la première fois, le rapporteur spécial des Nations unies sur la torture, Nils Melzer, parle en détail des conclusions explosives de son enquête sur (...)
11 
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas | Bernard Gensane
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.