RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher

Syrie : La troisième voix

Les inspecteurs de l’ONU vont commencer aujourd’hui à enquêter sur le site de l’attaque chimique présumée près de Damas. Le gouvernement syrien qui a affirmé n’avoir pas utilisé d’armes chimiques dans le conflit a accepté d’observer un cessez-le-feu durant la visite des inspecteurs. Il n’est pas certain que cette disponibilité de Damas change quelque chose dans le bellicisme affiché de certaines capitales occidentales, celles-ci ayant déjà décidé que le régime syrien était coupable.

Le déploiement militaire américain en Méditerranée est clairement affiché comme relevant d’une option d’intervention militaire. C’est le souhait d’une partie de l’opposition syrienne. D’autres opposants qui conservent leur indépendance vis-à-vis des puissances étrangères, occidentales ou arabes, s’en inquiètent ouvertement. Ces opposants, à l’image de Haytham Menaa qui, sans surprise, n’a pas droit de cité dans les médias occidentaux et les satellites arabes, refusent une telle intervention. Ce n’est pas une raison pour qu’on ne rende pas compte de cette « voix » syrienne. Menaa qui est le président de l’instance de coordination nationale des forces du changement démocratique considère que les puissances étrangères, occidentales et régionales trouvent « intérêt à la poursuite de la guerre d’usure en Syrie ». Tandis que certains de ceux qui sont au pouvoir à Damas sont dans l’illusion d’une capacité à trancher la situation par des voies militaires. Des choix qui, dit-il, ne « se soucient guère de l’humanité des Syriens, du sang des Syriens, des infrastructures de la Syrie et de l’unité territoriale de la Syrie ».

Cette troisième voix - et voie - syrienne s’époumone depuis de longs mois à appeler à la sortie « immédiate » du pays de tous les combattants non syriens, l’arrêt de l’armement des différentes parties et des tueries et des destructions. La logique de guerre est imposée par l’ensemble des parties alors qu’outre les réfugiés, la moitié de la main-d’œuvre syrienne est au chômage forcé sans aucun revenu. Ces acteurs ont condamné le peuple syrien « à la mort sanglante ou à la mort lente ». Menaa dénonce l’utilisation des armes chimiques et veut que l’équipe de l’enquête de l’ONU aille sur le terrain et vérifie scrupuleusement les faits. Selon lui, les données disponibles montrent que l’arme chimique utilisée à la Ghouta est de fabrication locale. Quant à la partie qui l’a utilisée, « nous œuvrons à le vérifier par nos propres moyens ». C’est la raison, a-t-il dit, qui « nous pousse à ne pas faire de déclarations hâtives sur cette question ».

Mais d’une manière générale il estime que cette horrible affaire d’armes chimiques ne doit pas servir d’écran de fumée au fait que les Syriens meurent quotidiennement à cause des « bombardements aveugles » de l’armée, des « crimes de la chabiha », des « explosions et des opérations suicides terroristes », des enlèvements récents de plus d’un millier de Syriens sur des bases confessionnelles et dont certains ont été « retrouvés dans des fosses communes ». Pour cette troisième voix syrienne, une intervention armée étrangère ne fera qu’accentuer la plongée dans les horreurs. Cette voix est trop juste, trop « syrienne » pour être entendue par la prétendue « communauté internationale ».

M. Saadoune

»» http://www.lequotidien-oran.com/
URL de cet article 22068
  

« Cremada » de Maïté Pinero
Bernard Revel
Prix Odette Coste des Vendanges littéraires 2017 Maïté Pinero est née à Ille-sur-Têt. Journaliste, elle a été correspondante de presse en Amérique Latine dans les années quatre-vingts. Elle a couvert la révolution sandiniste au Nicaragua, les guérillas au Salvador et en Colombie, la chute des dictatures chiliennes et haïtiennes. Elle a écrit plusieurs romans et recueils de nouvelles dont « Le trouble des eaux » (Julliard, 1995). Les huit nouvelles de « Cremada », rééditées par Philippe Salus, illustrent (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

On l’appelle le "Rêve Américain" parce qu’il faut être endormi pour y croire.

George Carlin

Lorsque les psychopathes prennent le contrôle de la société
NdT - Quelques extraits (en vrac) traitant des psychopathes et de leur emprise sur les sociétés modernes où ils s’épanouissent à merveille jusqu’au point de devenir une minorité dirigeante. Des passages paraîtront étrangement familiers et feront probablement penser à des situations et/ou des personnages existants ou ayant existé. Tu me dis "psychopathe" et soudain je pense à pas mal d’hommes et de femmes politiques. (attention : ce texte comporte une traduction non professionnelle d’un jargon (...)
46 
Hier, j’ai surpris France Télécom semant des graines de suicide.
Didier Lombard, ex-PDG de FT, a été mis en examen pour harcèlement moral dans l’enquête sur la vague de suicides dans son entreprise. C’est le moment de republier sur le sujet un article du Grand Soir datant de 2009 et toujours d’actualité. Les suicides à France Télécom ne sont pas une mode qui déferle, mais une éclosion de graines empoisonnées, semées depuis des décennies. Dans les années 80/90, j’étais ergonome dans une grande direction de France Télécom délocalisée de Paris à Blagnac, près de Toulouse. (...)
69 
La crise européenne et l’Empire du Capital : leçons à partir de l’expérience latinoaméricaine
Je vous transmets le bonjour très affectueux de plus de 15 millions d’Équatoriennes et d’Équatoriens et une accolade aussi chaleureuse que la lumière du soleil équinoxial dont les rayons nous inondent là où nous vivons, à la Moitié du monde. Nos liens avec la France sont historiques et étroits : depuis les grandes idées libertaires qui se sont propagées à travers le monde portant en elles des fruits décisifs, jusqu’aux accords signés aujourd’hui par le Gouvernement de la Révolution Citoyenne d’Équateur (...)
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas | Bernard Gensane
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.