RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher

Syrie – Les Etats-Unis mettent le bazar pendant que les grandes personnes réfléchissent à des solutions.

La semaine dernière, un amiral chinois est allé à Damas et a promis le soutien de son pays. Le ministre d’Etat indien aux Affaires extérieures y a aussi fait un saut. Le chef adjoint du renseignement turc y est allé en secret. Auparavant, le président turc s’était rendu en Russie et le ministre turc des Affaires étrangères s’était rendu à Téhéran. Cela fait beaucoup de discussions entre des grands pays qui sont des acteurs importants du conflit en Syrie. Aucun d’entre eux, même pas Barzani, n’est dans le camp des Etats-Unis.

Je suppose que cette flambée diplomatique qui court-circuitait Washington, a fait craindre aux États-Unis qu’une décision sur la Syrie ne soit prise sans eux. Ils devaient donc jouer leur propre carte. Voilà l’explication la plus probable pour les heurts soudains à Hasakah où les YPG (Unités de protection du peuple) kurdes syriens se sont brusquement décidés à chasser la garnison de l’armée syrienne qui protège la population arabe à cet endroit. Les forces spéciales étasuniennes « conseillent » ces Kurdes.

La garnison de l’armée syrienne est isolée et les Kurdes sont bien capables de l’écraser. Ils ont donné aux soldats syriens le choix entre déposer les armes ou mourir. Le but de cette manœuvre est de créer un bloc nord-est en Syrie qui soit complètement sous contrôle kurde (et parsemé de nouvelles bases américaines.) Cela donnerait aux États-Unis au moins un certain contrôle sur l’avenir de la Syrie. D’une manière ou d’une autre, les États-Unis doivent avoir réussi à soudoyer les YPG Kurdes pour qu’ils créent ce mini-Etat au nord-est de la Syrie. Je crois que c’est une grave erreur de calcul de la part des Kurdes et qu’ils vont la regretter. Les Etats-Unis ne sont pas un ami fiable et ils ne défendront pas les Kurdes si les autres acteurs se retournent contre eux avec toute leur puissance.

Les Russes tentent actuellement de négocier un nouveau cessez-le-feu à Hasakah et pourraient eux aussi exercer une certaine pression. Auparavant, c’était l’armée syrienne et les Russes qui soutenaient les Kurdes et les approvisionnaient en armes et en munitions pour se défendre contre l’État islamique pendant que les États-Unis soutenaient les « rebelles modérés ». Se retourner maintenant contre leurs bienfaiteurs est de la trahison.

Pour le premier ministre turc, un tel mini-état kurde serait « inacceptable ». Il deviendrait la base arrière des Kurdes du PKK qui se battent en Turquie pour l’autonomie kurde. Le PKK tue une douzaine de membres des forces de sécurité turques par semaine. Mais le PKK ne pourra jamais gagner une guerre contre l’Etat turc. Seulement la moitié des Kurdes de Turquie, et probablement moins, les soutiennent, et même la gauche politique en Turquie, qui était favorable jusqu’à présent à une sorte de fédération, se retourne maintenant contre eux. Entraîner le front syrien dans cette lutte et se faire ainsi des ennemis supplémentaires n’a pas grand sens.

Avec le soutien aérien intensif des États-Unis les YPG kurdes ont récemment chassé l’Etat islamique de Manbij. Les combattants de l’Etat islamique ont été autorisés à partir avec leurs familles. Ils vont recommencer à se battre et à tuer dès que possible. Au nord de Manbij, à la frontière avec la Turquie, se trouve Jarablus (le point rouge sur la carte), qui est aussi aux mains de l’Etat islamique actuellement. C’est la prochaine cible des forces kurdes (en violet) qui veulent annexer toute la région de la frontière syro-turque, de l’est à l’ouest, jusqu’à la Méditerranée.

Jarablus était un point d’approvisionnement très important pour l’Etat Islamique tant que la Turquie permettait aux biens et aux personnes de franchir la frontière. Le flux semble s’être arrêté, du moins pour les grosses quantités. Ce n’est pas pour cette raison que les Turcs ne laisseront pas les Kurdes prendre la ville. L’artillerie turque frappe des cibles de l’État islamique autour de Jarablus et un contingent de « rebelles syriens modérés », c’est-à-dire des Turkmènes islamistes d’Asie centrale, se prépare en Turquie à traverser la frontière et à prendre Jarablus à l’Etat islamique. Des frappes d’artillerie turques frappent aussi parfois les positions des YPG. Quel camp de ce combat à trois soutiennent les Etats-Unis ? Vont-ils, comme un « expert » fou le recommande, bombarder tout le monde pour le « symbole moral » que cela représenterait, et pour montrer qu’ils sont « prêts à exercer leur rôle légitime de superpuissance ? »

L’ingérence des Etats-Unis en Syrie crée de plus en plus de chaos. Bientôt tout le monde va se battre tout le monde. Est-ce leur objectif ? Quoiqu’il en soit, espérons que les nations plus grandes, plus anciennes et plus adultes que sont la Russie, l’Inde, la Chine et l’Iran, se mettront d’accord pour trouver une solution raisonnable et viable à ce conflit.

Traduction : Dominique Muselet

»» http://www.moonofalabama.org/2016/08/syria-the-grown-ups-talk-the-us-c...
URL de cet article 30784
  
AGENDA

RIEN A SIGNALER

Le calme règne en ce moment
sur le front du Grand Soir.

Pour créer une agitation
CLIQUEZ-ICI

Histoire du fascisme aux États-Unis
Larry Lee Portis
Deux tendances contradictoires se côtoient dans l’évolution politique du pays : la préservation des “ libertés fondamentales” et la tentative de bafouer celles-ci dès que la “ nation” semble menacée. Entre mythe et réalité, les États-Unis se désignent comme les champions de la « démocratie » alors que la conformité et la répression dominent la culture politique. Depuis la création des États-Unis et son idéologie nationaliste jusqu’à George W. Bush et la droite chrétienne, en passant par les milices privées, (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

Quelqu’un qui a avalé la propagande sur la Libye, la Syrie et le Venezuela est bête, du genre avec tête dans le cul. Quelqu’un qui a rejeté la propagande sur la Libye et la Syrie mais avale celle sur le Venezuela est encore plus bête, comme quelqu’un qui aurait sorti sa tête du cul pour ensuite la remettre volontairement.

Caitlin Johnstone

Ces villes gérées par l’extrême-droite.
(L’article est suivi d’un « Complément » : « Le FN et les droits des travailleurs » avec une belle photo du beau château des Le Pen). LGS Des électeurs : « On va voter Front National. Ce sont les seuls qu’on n’a jamais essayés ». Faux ! Sans aller chercher dans un passé lointain, voyons comment le FN a géré les villes que les électeurs français lui ont confiées ces dernières années pour en faire ce qu’il appelait fièrement « des laboratoires du FN ». Arrêtons-nous à ce qu’il advint à Vitrolles, (...)
40 
L’UNESCO et le «  symposium international sur la liberté d’expression » : entre instrumentalisation et nouvelle croisade (il fallait le voir pour le croire)
Le 26 janvier 2011, la presse Cubaine a annoncé l’homologation du premier vaccin thérapeutique au monde contre les stades avancés du cancer du poumon. Vous n’en avez pas entendu parler. Soit la presse cubaine ment, soit notre presse, jouissant de sa liberté d’expression légendaire, a décidé de ne pas vous en parler. (1) Le même jour, à l’initiative de la délégation suédoise à l’UNESCO, s’est tenu au siège de l’organisation à Paris un colloque international intitulé « Symposium international sur la liberté (...)
19 
Reporters Sans Frontières, la liberté de la presse et mon hamster à moi.
Sur le site du magazine états-unien The Nation on trouve l’information suivante : Le 27 juillet 2004, lors de la convention du Parti Démocrate qui se tenait à Boston, les trois principales chaînes de télévision hertziennes des Etats-Unis - ABC, NBC et CBS - n’ont diffusé AUCUNE information sur le déroulement de la convention ce jour-là . Pas une image, pas un seul commentaire sur un événement politique majeur à quelques mois des élections présidentielles aux Etats-Unis. Pour la première fois de (...)
23 
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas | Bernard Gensane
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.