RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher

Syrie : Riyad prêt à financer les combattants anti-Assad

L’Arabie saoudite envisage de payer les salaires des combattants de la dénommée "Armée syrienne libre" (ASL) pour encourager les défections de l’armée régulière et intensifier la pression sur Damas, rapporte samedi sur son site le journal britannique The Guardian, citant des sources anonymes.

L’Arabie saoudite a déjà évoqué cette possibilité lors des négociations avec les Etats-Unis et certains pays arabes.

Fin mars, le ministre saoudien des Affaires étrangères Saoud al-Fayçal a déclaré que le royaume soutenait l’idée d’armer de l’opposition syrienne, cette dernière étant incapable de "se défendre sans armes".

Plus tôt dans la semaine, le quotidien américain New York Times, se référant aux sources anonymes au sein de l’administration américaine et aux employés des services de renseignement des pays arabes, a rapporté qu’une équipe de la CIA se trouvait dans le sud de la Turquie afin d’empêcher que les armes fournies à l’opposition syrienne ne tombent entre les mains des membres d’Al-Qaïda et d’autres extrémistes.

Selon le journal, les armes destinées à l’ASL, parmi lesquelles figurent des fusils d’assaut, des lance-grenades, des munitions et des armes antichars, sont transférées en Syrie à travers la frontière turque avec l’aide des Frères musulmans syriens. Les livraisons sont payées par la Turquie, l’Arabie saoudite et le Qatar.

Depuis la mi-mars 2011, la Syrie est en proie à une vague de contestation du régime du président Bachar el-Assad. Selon les Nations unies, les affrontements ont déjà fait plus de 12.000 morts parmi les civils et les militaires. Un cessez-le-feu a été décrété dans le pays en avril dernier, en vertu du plan de paix formulé par l’émissaire spécial de l’Onu et de la Ligue arabe Kofi Annan. Toutefois, les parties en conflit font régulièrement état de nouveaux affrontements et victimes.

Source : RIANOVOSTI

URL de cet article 17062
  

Etat de siège. Les sanctions économiques des Etats-Unis contre Cuba
Salim LAMRANI
Début du chapitre IV Les citoyens étasuniens sont autorisés à se rendre à Cuba mais il leur est strictement interdit d’y dépenser le moindre centime, ce qui rend quasiment impossible tout séjour dans l’île. Le Département du Trésor considère donc tout voyage dans l’île comme une violation de la législation sur les sanctions économiques, à moins que les personnes ayant visité Cuba puissent démontrer qu’elles n’y ont effectué aucun achat. La justice étasunienne poursuit sans relâche les contrevenants à la (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

« Une baïonnette est une arme avec un travailleur à chaque extrémité. »

Eugene V. Debs

L’UNESCO et le «  symposium international sur la liberté d’expression » : entre instrumentalisation et nouvelle croisade (il fallait le voir pour le croire)
Le 26 janvier 2011, la presse Cubaine a annoncé l’homologation du premier vaccin thérapeutique au monde contre les stades avancés du cancer du poumon. Vous n’en avez pas entendu parler. Soit la presse cubaine ment, soit notre presse, jouissant de sa liberté d’expression légendaire, a décidé de ne pas vous en parler. (1) Le même jour, à l’initiative de la délégation suédoise à l’UNESCO, s’est tenu au siège de l’organisation à Paris un colloque international intitulé « Symposium international sur la liberté (...)
19 
Reporters Sans Frontières, la liberté de la presse et mon hamster à moi.
Sur le site du magazine états-unien The Nation on trouve l’information suivante : Le 27 juillet 2004, lors de la convention du Parti Démocrate qui se tenait à Boston, les trois principales chaînes de télévision hertziennes des Etats-Unis - ABC, NBC et CBS - n’ont diffusé AUCUNE information sur le déroulement de la convention ce jour-là . Pas une image, pas un seul commentaire sur un événement politique majeur à quelques mois des élections présidentielles aux Etats-Unis. Pour la première fois de (...)
23 
Médias et Information : il est temps de tourner la page.
« La réalité est ce que nous prenons pour être vrai. Ce que nous prenons pour être vrai est ce que nous croyons. Ce que nous croyons est fondé sur nos perceptions. Ce que nous percevons dépend de ce que nous recherchons. Ce que nous recherchons dépend de ce que nous pensons. Ce que nous pensons dépend de ce que nous percevons. Ce que nous percevons détermine ce que nous croyons. Ce que nous croyons détermine ce que nous prenons pour être vrai. Ce que nous prenons pour être vrai est notre réalité. » (...)
55 
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas | Bernard Gensane
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.