RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher


Un avant-goût des horreurs d’une guerre bactériologique.

Le monde est malade d’avoir été contaminé au COVID -19. Les Américains du Nord et les Européens sont aujourd’hui aussi horrifiés que les Chinois par ce tueur invisible qui a mis leurs hôpitaux en état de siège.

Ils peuvent ainsi apprécier un avant-goût sinistre de ce que pourrait représenter une guerre bactériologique. Ceux qui ne sont pas terrés dans leurs foyers pourraient être amusés d’apprendre que quelques-uns de leurs gouvernements produisent à la chaîne quelques agents chimiques et bactériologiques hautement toxiques dans des usines secrètes.

Mais assurément, n’est-ce pas, nos innocentes démocraties blanches comme neige ne s’abaisseront pas à produire des gaz toxiques et des microbes ?

En 1990-91, j’étais cantonné à Bagdad afin de couvrir la première Guerre du Golfe. Les EU menaçaient d’attaquer l’Irak car il osait envahir les puits de pétrole du Koweït, le Koweït qui était connu pour être une partie de l’Irak qui avait été « détachée » de celui-ci par l’Empire Britannique. Au même moment, la Guerre Iran-Irak, qui allait durer huit ans, venait de s’achever en une impasse sanglante. Les EU et la Grande-Bretagne avaient pressé Saddam Hussein d’envahir l’Iran, de confisquer ses puits de pétrole, et de renverser le Gouvernement islamique de Téhéran.

Face à l’invasion Américano-britannique, Saadam Hussein ordonna à tous les étrangers en Irak de se rassembler et les confina dans des hôtels pour touristes. Parmi ces étrangers, je fis la connaissance de quatre scientifiques britanniques qui avaient été mandatés, ou « affectés provisoirement » dans le nouveau complexe de guerre chimico-bactériologiques au Sud de Bagdad, à Salman Park. Ils furent transférés comme otages face à l’attaque étasunienne.

Je m’organisai afin de m’introduire dans l’enceinte ou ils étaient enfermés et conversai avec eux de nombreuses heures autour de tasses de thé. L’équipe technique britannique me déclara qu’elle avait été envoyée en secret chez Saddam Hussein en Irak par le Ministère Britannique de la Défense et le MI6 afin de développer et déployer des armes bactériologiques contre des Forces iraniennes supérieures en nombre au Front principal, dans la péninsule d’al-raw, et contre les rebelles kurdes du Nord.

Les armes bactériologiques comprenaient des germes d’Anthrax, de la Toxine botulique, (Charbon, NdT), de la Fièvre Q, (Coxiella burnetii - NdT), la Tularemie, qui attaquent les yeux, la gorge, la peau, et la lymphe. Salman Park produisait aussi des quantités de gaz innervant et de gaz moutarde en provenance du principal producteur de Matériel de guerre chimique, le laboratoire de Fort Derrick, au Maryland, (EU).

Plusieurs des matières premières nécessaires pour fabriquer les germes ainsi que le gaz venaient d’Europe. La réserve de poisons germes/gaz venait du principal laboratoire de guerre chimique de Fort Derrick, dans le Maryland.

Une des plaisanteries les plus populaires entre journalistes occidentaux était : « En effet Saddam possède des armes de destruction massive. On a le reçu du bon de commande ».

Lorsque l’Irak mit en œuvre ses armes chimiques contre l’Iran, le résultat fut cauchemardesque : soldats aveugles asphyxiés à mort, incapables de respirer, soldats à la peau desquamée, femmes mortes leur enfant dans les bras. Plusieurs de ces attaques furent coordonnées par les satellites étasuniens positionnés au-dessus de l’Irak. Les Officiers de l’US Air Force travaillèrent secrètement avec leurs contreparties militaires irakiennes.

A ce jour, il reste des milliers de soldats irakiens blessés, aveugles, infirmes. C’est la version irakienne de la Première Guerre Mondiale, joyeusement financée par les EU, l’Arabie Saoudite et le Koweït. L’économie irakienne, qui avait été florissante, était désormais en ruines. Les EU et la Grande-Bretagne avaient même bombardé les systèmes de traitement d’eaux usées, les réserves d’eau potable, les hôpitaux et les ponts. La seule eau contaminée a assassiné environ 500 000 enfants irakiens selon l’ONU, un “ prix à payer ” selon la Secrétaire d’Etat Madeleine Allbright.

La morale à tirer entre cette terrible histoire et l’épidémie actuelle mondiale, est qu’il faut interdire immédiatement toutes les armes chimiques et bactériologiques partout dans le monde. Y compris en Russie, en Chine, en Inde et en Israël.

Le COVID 19 est simplement un avant-goût de ce qu’une réelle guerre bactériologique pourrait être. Plusieurs de ceux qui dans le monde nous sont hostiles ne pourront s’empêcher de remarquer comment la nation la plus puissante et la plus riche peut être mise à genoux par quelques microbes invisibles.

Quand le Président Trump fulmine contre la Chine au sujet du COVID 19, il devrait se renseigner sur le fait que l’Anthrax, et d’autres armes bactériologiques utilisées en Irak en 1990, sont originaires de Fort Derricks, à tout juste 90 kilomètres au Nord-ouest de la Maison Blanche, au plus à une heure de route si la circulation n’est pas trop dense.

ericmargolis.com

Traduit pour LGS par Geb avec les coquilles d’usage. (Faut bien occuper ses soirées)...

29 mars 2020

»» https://www.strategic-culture.org/news/2020/03/29/a-foretaste-of-the-h...
URL de cet article 35894
   

DE QUOI SARKOZY EST-IL LE NOM ?
Alain BADIOU
« Entre nous, ce n’est pas parce qu’un président est élu que, pour des gens d’expérience comme nous, il se passe quelque chose. » C’est dans ces termes - souverains - qu’Alain Badiou commente, auprès de son auditoire de l’École normale supérieure, les résultats d’une élection qui désorientent passablement celui-ci, s’ils ne le découragent pas. Autrement dit, une élection même présidentielle n’est plus en mesure de faire que quelque chose se passe - de constituer un événement (tout au plus une « circonstance », (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

Pour moi, un réactionnaire c’est quelqu’un qui sait que 10.000 enfants meurent de faim par jour et qui trouve que c’est dans l’ordre naturel des choses. Un conservateur, c’est quelqu’un qui sait que 10.000 enfants meurent de faim par jour et qui pense qu’on n’y peut rien. Un progressiste, c’est quelqu’un qui sait que 10.000 enfants meurent de faim par jour et qui trouve que c’est injuste. Un communiste, c’est quelqu’un qui sait que 10.000 enfants meurent de faim par jour et qui est prêt à faire pour eux ce qu’il ferait pour ses propres enfants.

Ibrahim,
Cuba, un soir lors d’une conversation inoubliable.

L’UNESCO et le «  symposium international sur la liberté d’expression » : entre instrumentalisation et nouvelle croisade (il fallait le voir pour le croire)
Le 26 janvier 2011, la presse Cubaine a annoncé l’homologation du premier vaccin thérapeutique au monde contre les stades avancés du cancer du poumon. Vous n’en avez pas entendu parler. Soit la presse cubaine ment, soit notre presse, jouissant de sa liberté d’expression légendaire, a décidé de ne pas vous en parler. (1) Le même jour, à l’initiative de la délégation suédoise à l’UNESCO, s’est tenu au siège de l’organisation à Paris un colloque international intitulé « Symposium international sur la liberté (...)
18 
Médias et Information : il est temps de tourner la page.
« La réalité est ce que nous prenons pour être vrai. Ce que nous prenons pour être vrai est ce que nous croyons. Ce que nous croyons est fondé sur nos perceptions. Ce que nous percevons dépend de ce que nous recherchons. Ce que nous recherchons dépend de ce que nous pensons. Ce que nous pensons dépend de ce que nous percevons. Ce que nous percevons détermine ce que nous croyons. Ce que nous croyons détermine ce que nous prenons pour être vrai. Ce que nous prenons pour être vrai est notre réalité. » (...)
55 
CUBA : modèle de résistance ou résistance d’un modèle ? (conférence/débat audio)
Conférence de Viktor Dedaj, animateur du site "Le Grand Soir", sur le Libre Teamspeak le 4 Décembre 2011. Notre conférencier nous explique enfin la vérité sur Cuba, sur son régime, et démonte minutieusement toute la propagande des États-Unis contre Cuba. Une conférence aussi excellente qu’indispensable. L’exposé initial de Viktor Dedaj dure une quarantaine de minutes et est suivi de deux heures de questions/débat avec les auditeurs. - http://lelibrets.blogspot.com/ Le compte Youtube (...)
22 
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas | Bernard Gensane
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.