Quantcast
RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher


"Un nouveau militantisme syndical fait son apparition"

Mohsen Abdelmoumen : Comment expliquez-vous que face à l’offensive ultralibérale sans précédent, on remarque un mouvement ouvrier et des syndicats affaiblis ?

Sam Pizzigati : Aux États-Unis, depuis les années 1920, et en particulier dans le secteur privé, les syndicats n’ont jamais été aussi faibles qu’ils le sont aujourd’hui, selon les critères habituels de mesure de la force syndicale. Seulement 7% des travailleurs du secteur privé sont affiliés à un syndicat. Ces chiffres suggèrent que parmi les grandes entreprises américaines, les syndicats du secteur privé n’existent presque plus.

Mais ces chiffres ne racontent pas toute l’histoire. En dehors des structures syndicales traditionnelles, un nouveau militantisme syndical fait son apparition, souvent soutenu par les syndicats traditionnels. Ce nouvel activisme va de la lutte du mouvement « Fight for 15 $ » pour un nouveau salaire minimum aux grèves d’enseignants au niveau de l’État qui a éclaté aux États-Unis au printemps dernier.

Les centres de travailleurs – organisations basées sur la communauté qui offrent un soutien aux travailleurs à bas salaire – apparaissent également dans les villes américaines les unes après les autres. Celles-ci représentent une nouvelle vision du militantisme syndical.

Ce que les approches traditionnelles et non traditionnelles de l’activisme syndical partagent, c’est une conviction que la justice sociale aux États-Unis nécessite une mobilisation massive des travailleurs.

Y a-t-il une crise dans le mouvement syndical aux États-Unis ?

Le mouvement syndical américain est en crise depuis les années 1970. Les normes qui définissaient les relations du travail au milieu du XXe siècle ont presque toutes été rompues. Les grands employeurs n’acceptent plus, comme ils l’ont fait jadis, la négociation collective entre travailleurs et direction comme voie raisonnable vers la « paix » syndicale. La loi fédérale du travail ne protège plus le droit des travailleurs à s’organiser.

Il en résulte une forte diminution du nombre de travailleurs couverts par des contrats syndicaux et une érosion constante du pouvoir politique des travailleurs. Cette érosion a ouvert la porte à une augmentation stupéfiante de l’inégalité économique aux États-Unis.

Votre livre important de 2004 “Greed and Good : Understanding and Overcoming the Inequality That Limits Our Lives” a été recompensé par l‘American Library Association. D’après vous, à quoi est due l’exacerbation des inégalités ? La concentration des richesses entre les mains d’une minorité n’est-elle pas antidémocratique ? Peut-on dire que l’on vit en démocratie quand seulement moins d’1 % détient les richesses pendant que le reste de la population mondiale s’enlise de plus en plus dans la pauvreté ?

Nous devons une plus grande égalité économique des États-Unis du milieu du XXe siècle à deux institutions : le mouvement ouvrier et l’impôt progressif sur le revenu. Dans les années 50, les revenus supérieurs à 200 000 dollars étaient soumis à un taux d’imposition de 91%. Le taux d’imposition le plus élevé dans les États-Unis contemporains est seulement de 37%.

L’effondrement des structures institutionnelles qui sous-tendaient une plus grande égalité a concentré la richesse aux États-Unis à un rythme féroce. Et cela a été une mauvaise nouvelle pour notre démocratie.

Permettez-moi de vous donner un exemple de l’influence politique démesurée des riches. Les dernières données du Center for Responsive Politics indiquent que seulement 0,5% des donateurs aux campagnes politiques versent 200 dollars ou plus. Mais ce petit groupe de riches génère 66% du financement de la campagne.

Ne vit-on pas sous une ploutocratie plutôt que dans des démocraties ?

Certains des meilleurs experts politiques américains semblent tout à fait le penser. Benjamin Page, de la Northwestern University, l’un des politologues qui a approfondi ses recherches, a conclu que les citoyens américains moyens n’ont « aucune influence détectable » sur la politique fédérale.

Dans votre livre “The Rich Don’t Always Win : The Forgotten Triumph over Plutocracy that Created the American Middle Class, 1900-1970”, vous relatez l’histoire sociale des États-Unis. L’avant-garde du combat contre la ploutocratie ne passe-t-elle pas par une classe moyenne forte et organisée ?

Cette lutte initiale contre la ploutocratie, il y a un siècle, s’est révélé être une offensive intersectorielle réunissant des travailleurs, des professionnels de la classe moyenne et même des individus dotés de grandes fortunes. À l’époque, nous avions réellement compris que la décence sociale exigeait à la fois un effort pour élever nos plus pauvres et un effort pour niveler nos plus riches. Et à un degré remarquable, les États-Unis l’ont fait au milieu du 20e siècle. Les États-Unis sont devenus le premier pays avec une classe moyenne massive.

Cette égalité croissante, bien sûr, ne s’est pas produite par miracle. Les gens ont lutté pour cela. En 1946, par exemple, un travailleur américain sur dix partait en grève.

Vous avez écrit “The New Labor Press : Journalism for a Changing Union Movement”. Sachant que les classes dominantes et les grands patrons détiennent les grands titres de presse et les grands medias, n’y a-t-il pas une nécessité d’avoir une presse engagée qui défend la classe ouvrière ?

Nous avons absolument besoin d’un média indépendant qui ne soit pas redevable des échelons supérieurs de notre ordre économique. La presse ouvrière a déjà joué ce rôle, mais sa portée a ensuite été réduite au même titre que les syndicats traditionnels. Mais aujourd’hui, nous disposons de nouvelles opportunités en ligne pour défier les médias d’entreprise.

On remarque qu’il y a de plus en plus d’emplois précaires et des travailleurs non syndiqués, souvent sans couverture sociale, et dans certains pays, il y a un retour d’une exploitation des travailleurs proche de l’esclavage. Comment expliquez-vous ce délabrement des acquis sociaux ?

Plus le revenu et la richesse se concentrent au sommet, plus le filet de sécurité sociale s’effrite, et moins la protection sociale est grande. J’appellerais même cette dynamique la loi de fer de l’inégalité. Laissez-moi essayer d’expliquer pourquoi.

Dans des sociétés plus égales, peu d’entre nous disposeront de suffisamment de richesse personnelle pour être totalement en sécurité financière, peu importe ce qui nous arrive. Nous nous inquiétons de ce qui pourrait nous arriver ainsi qu’à nos proches si nous étions obligés de faire face à une longue période de chômage. Ou à une maladie invalidante.

Alors qu’est-ce qu’on fait ? Nous nous joignons à d’autres pour appuyer les programmes de sécurité qui nous assurent de l’aide lorsque nous en avons besoin. Dans une société égalitaire, la grande majorité d’entre nous appuierons avec enthousiasme de solides programmes de sécurité sociale, car nous aurons peut-être besoin un jour de ces programmes.

Dans des sociétés plus inégales, l’histoire est différente. Un nombre considérable de personnes dans des sociétés inégales – ces personnes qui ont la chance d’être riches – ne doivent pas s’inquiéter de leur sécurité fondamentale. Ces riches ont suffisamment de ressources personnelles pour faire face à toute maladie ou accident. Ces riches n’ont besoin d’aucun filet de sécurité publique. Ils se sentent totalement autonomes – et se demandent pourquoi les autres ne peuvent pas être autonomes.

En bref, dans une société inégale, les plus fortunés ne se sentent généralement pas intéressés à maintenir des filets de sécurité sociale solides et stables. Plus la société est inégale, plus le nombre de personnes démunies de ces droits est grand, moins le soutien aux programmes de protection sociale et autres protections est faible.

Face aux défis actuels et à l’absence d’encadrement de la classe ouvrière, ne pensez-vous pas qu’il faut réinventer un mouvement syndical combatif ? Le mouvement syndical ne doit-il pas se réadapter à cette nouvelle donnée sociologique, à savoir les emplois précaires, le travail intérimaire, la sous-traitance, les nouveaux jobs, etc. ?

Je pense que cette réinvention a déjà commencé, à l’intérieur et à l’extérieur du mouvement syndical traditionnel. Je pense que de plus en plus de militants syndicaux comprennent que l’ancien modèle d’organisation syndicale aux États-Unis, fondé sur la négociation collective avec des entreprises individuelles, ne peut plus être l’approche automatique par défaut pour renforcer le pouvoir des travailleurs.

Avec la régression que nous vivons en ce moment, n’est-il pas nécessaire de relire Karl Marx ?

Au milieu du XXe siècle, alors que l’égalité économique grandissait, la plupart des analystes américains se moquaient de l’idée selon laquelle Marx avait quelque chose d’important à offrir. Marx avait prédit, selon ces analystes, que les riches s’enrichiraient de plus en plus sous le capitalisme et les pauvres seraient de plus en plus pauvres. Mais cela n’était manifestement pas le cas aux États-Unis, a-t-on dit, alors pourquoi accorder une attention particulière à Marx ?

Je pense que davantage de gens voient maintenant que Marx traçait la ligne de tendance de la société capitaliste. Selon lui, laissées sans contrôle et livrées à elles-mêmes, les sociétés capitalistes deviendraient de plus en plus inégales. Mais au milieu du XXIe siècle, nous n’avons pas laissé l’économie de marché capitaliste livrée à elle-même. Nous avions mis en place divers contrôles : un mouvement syndical fort, un système fiscal progressif au premier plan parmi eux. Mais nous n’avons pas pu maintenir ces contrôles. Nous avons besoin d’en discuter, et c’est ce que j’essaie de faire dans mon nouveau livre, The Case for a Maximum Wage.

Ne pensez-vous pas que la classe ouvrière à travers le monde doit impérativement s’unir contre le règne du grand capital ?

La question clé est de savoir comment faire cette unification et je vois quelques nouveaux développements encourageants. Aux États-Unis et dans le monde entier, de plus en plus de militants pour la justice sociale comprennent que nous ne pouvons pas laisser nos économies générer des inégalités et essayer ensuite de les corriger au moyen de diverses stratégies de redistribution. Nous devons empêcher l’inégalité de prendre racine en premier lieu.

Cela signifie avant tout que nous concentrions notre attention sur le principal moteur d’inégalité dans le monde d’aujourd’hui, l’entreprise moderne. Près des deux tiers des 0,1% les plus riches des États-Unis doivent leur fortune à leur statut d’entrepreneur et de cadre bancaire. L’année dernière, 21 chefs d’entreprise américains ont gagné plus de 1 000 fois le salaire que le travailleur moyen de leurs industries gagnait.

Les salaires scandaleux tels que ceux-ci incitent les dirigeants d’entreprise à se comporter outrageusement, à faire tout ce qui est nécessaire pour atteindre le jackpot de l’entreprise. Et c’est ce qu’ils font. Ils réduisent leurs effectifs et sous-traitent, remplacent les travailleurs à temps plein par des travailleurs à temps partiel ne percevant aucun avantage, et prennent toutes sortes d’autres mesures qui laissent les travailleurs économiquement précaires.

Comment pouvons-nous contrer cette dynamique ? Une nouvelle idée émergente : nous pouvons utiliser le pouvoir des deniers publics contre des entreprises qui nous rendent plus inégalitaires. Nous pourrions refuser des contrats gouvernementaux, des subventions et des allégements fiscaux aux entreprises qui paient leurs principaux dirigeants plus de 25 et 50 fois davantage que leurs employés.

Aux États-Unis, les syndicats ont mené la lutte fructueuse pour obliger les sociétés à divulguer chaque année le ratio entre la rémunération de leur PDG et celle de leurs employés. Ces divulgations ont commencé cette année. La même divulgation est faite au Royaume-Uni, et le parti travailliste préconise maintenant des politiques qui utiliseraient ces ratios pour pénaliser les entreprises qui paient déraisonnablement leurs dirigeants par rapport à leurs travailleurs.

Nous assistons, dans un sens, à l’aube d’une nouvelle ère de « politique en matière de rapport salarial », et je pense que ce nouvel élan est porteur d’une promesse égalitaire considérable.

Vous écrivez sur les inégalités dans Institute for Policy Studies. Pouvez-vous nous parler de votre action dans cet institut ?

Mes collègues et moi-même à l’institut étudions et promouvons de nouvelles approches pour réduire les vastes écarts entre les riches et tous les autres. Nous travaillons en étroite collaboration avec des groupes de justice sociale et des législateurs progressistes, et nous publions une grande variété de documents sur l’inégalité de notre monde et sur ce que nous pouvons faire pour rendre nos sociétés beaucoup plus égales.

Nous publions un bulletin hebdomadaire que nous envoyons dans les boîtes de réception électroniques de militants, de chercheurs, de journalistes, de législateurs et d’éducateurs du monde entier. Et nous complétons ce bulletin avec un site Web qui met en lumière les actualités et les points de vue – ainsi que de nombreuses données – sur les inégalités. Pour en savoir plus et vous inscrire à notre newsletter, il suffit de vous rendre en ligne sur Inequality.org.

Sam Pizzigati

Interview réalisée par Mohsen Abdelmoumen

Qui est Sam Pizzigati ?

Sam Pizzigati, membre associé de l’Institute for Policy Studies de Washington, coédite actuellement Inequality.org, le principal portail du monde en ligne consacré aux questions relatives aux revenus et à la richesse mal distribués. Sam Pizzigati a beaucoup écrit sur nos divisions économiques, avec des articles et des éditoriaux publiés dans le monde entier dans des publications allant du New York Times au Guardian en passant par Le Monde Diplomatique.

Sam Pizzigati est l’auteur de quatre livres sur l’inégalité des revenus et de la richesse et en a coédité un autre. Son dernier ouvrage, The Case for a Maximum Wage (Polity), paru en juin dernier, offre un moyen politiquement plausible de limiter les revenus excessifs. Son titre de 2012, The Rich Don’t Always Win : The Forgotten Triumph over Plutocracy that Created the American Middle Class, 1900-1970 (Seven Stories Press) (Les riches ne gagnent pas toujours : Le triomphe oublié sur la ploutocratie qui a créé la classe moyenne américaine, 1900-1970), retrace le démantèlement de l’âge d’or de l’Amérique.

Journaliste du travail, Sam Pizzigati a passé 20 ans à diriger les activités de publication du plus grand syndicat américain, National Education Association, qui compte 3,1 millions de membres.

»» https://mohsenabdelmoumen.wordpress.com/2018/12/04/sam-pizzigati-un-no...
URL de cet article 34189
   
Même Thème
Déposséder les possédants - La grève générale aux « temps héroïques » du syndicalisme révolutionnaire (1895-1906)
Miguel CHUECA
Textes de Édouard Berth, Henri Girard, Jean Jaurès, Hubert Lagardelle, Paul Louis, Fernand Pelloutier, Émile Pouget, Georges Sorel et Henri Van Kol Réunis & présentés par Miguel Chueca La grève générale exprime, d’une manière infiniment claire, que le temps des révolutions de politiciens est fini. Elle ne sait rien des droits de l’homme, de la justice absolue, des constitutions politiques, des parlements ; elle nie le gouvernement de la bourgeoisie capitaliste. Les partisans de la grève générale (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

Des millions de gens ont vu tomber une pomme, Newton est le seul qui se soit demandé pourquoi.

Bernard Baruch


Ces villes gérées par l’extrême-droite.
(L’article est suivi d’un « Complément » : « Le FN et les droits des travailleurs » avec une belle photo du beau château des Le Pen). LGS Des électeurs : « On va voter Front National. Ce sont les seuls qu’on n’a jamais essayés ». Faux ! Sans aller chercher dans un passé lointain, voyons comment le FN a géré les villes que les électeurs français lui ont confiées ces dernières années pour en faire ce qu’il appelait fièrement « des laboratoires du FN ». Arrêtons-nous à ce qu’il advint à Vitrolles, (...)
30 
Le fascisme reviendra sous couvert d’antifascisme - ou de Charlie Hebdo, ça dépend.
Le 8 août 2012, nous avons eu la surprise de découvrir dans Charlie Hebdo, sous la signature d’un de ses journalistes réguliers traitant de l’international, un article signalé en « une » sous le titre « Cette extrême droite qui soutient Damas », dans lequel (page 11) Le Grand Soir et deux de ses administrateurs sont qualifiés de « bruns » et « rouges bruns ». Pour qui connaît l’histoire des sinistres SA hitlériennes (« les chemises brunes »), c’est une accusation de nazisme et d’antisémitisme qui est ainsi (...)
118 
Analyse de la culture du mensonge et de la manipulation "à la Marie-Anne Boutoleau/Ornella Guyet" sur un site alter.
Question : Est-il possible de rédiger un article accusateur qui fait un buzz sur internet en fournissant des "sources" et des "documents" qui, une fois vérifiés, prouvent... le contraire de ce qui est affirmé ? Réponse : Oui, c’est possible. Question : Qui peut tomber dans un tel panneau ? Réponse : tout le monde - vous, par exemple. Question : Qui peut faire ça et comment font-ils ? Réponse : Marie-Anne Boutoleau, Article XI et CQFD, en comptant sur un phénomène connu : "l’inertie des (...)
91 
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.