RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher

Un scandale et une crise dans le journalisme britannique (Jewish Voice for Labour)

Jacob Ecclestone et Bernie Corbet, deux journalistes et militants britanniques chevronnés, réfléchissent à la défaillance catastrophique des médias face au procès de Julian Assange.

Le "procès" d’Assange, affirment-ils, est comparable à celui de Dreyfus, notre presse "libre" trahissant à la fois le mot lui-même et son lectorat.

Il y a un scandale et une crise dans le journalisme britannique. Depuis environ trois semaines, une audience d’extradition cruciale a lieu au Tribunal pénal central de Londres. Vous n’en saurez rien si vous vous fiez pour vos informations des journaux établis, à la BBC ou à ITV ou à Channel 4. Ils ont les ressources nécessaires pour la rapporter, mais ils ne le font pas.

Vous ne le sauriez toujours pas si vous suivez une des nombreuses agences d’information, qui n’ont pas les ressources nécessaires pour couvrir un procès important.

L’affaire tourne autour de Julian Assange, de Wikileaks ; et du gouvernement des États-Unis d’Amérique, qui souhaite extrader ce journaliste pionnier et révélateur de la vérité et le mettre dans une horrible prison jusqu’à sa mort.

Apparemment, une dizaine de journalistes se rendent régulièrement au tribunal et prennent des notes, mais à notre connaissance, un seul d’entre eux publie des comptes rendus sérieux sur ces procédures ridicules et honteuses. La grande majorité du public ne sait même pas que les procédures ont lieu, sans parler de la distorsion de la justice qui se produit à la vue de tous.

Il s’agit d’une affaire de liberté d’expression, de révélation de secrets ignobles et de la capacité des journalistes à travailler dans la société. Pourtant, les journalistes eux-mêmes lui tournent le dos. On dirait presque qu’ils espèrent qu’Assange sera enlevé, qu’il sera retiré de la vue du public et qu’on leur laissera labourer leur sillon sans être troublés par une aberration qui nous a montré que certaines choses ne sont pas ce qu’elles paraissent être.

Les journalistes devraient couvrir les procédures au jour le jour, en exposant le niveau de connivance entre les politiciens, les avocats et les journalistes américains et britanniques.

Le seul journaliste qui fait ce travail est Craig Murray, ancien ambassadeur du Royaume-Uni en Ouzbékistan, dont le blog a probablement un lectorat réduit et qui est lui-même menacé de prison en raison de sa dénonciation effrontée de la corruption et des mensonges des milieux politiques. Pour des journalistes et des syndicalistes de longue date comme nous, les reportages de Murray sur les tribunaux sont étonnants par leurs détails et leur analyse. Toute personne qui se soucie de la vérité et de la justice devrait lire chaque mot.

Le "procès" d’Assange est comparable à celui de Dreyfus, notre presse "libre" trahissant à la fois le mot lui-même et et son lectorat. Plus les gens pourront lire ce qui se passe, plus la pression sur notre gouvernement sera forte. Notre appareil judiciaire est corrompu et notre système judiciaire empoisonné sur ordre de Trump et, par conséquent, nous glissons vers le fascisme. Veuillez faire tout ce que vous pouvez pour donner "de la visibilité" à cette grotesque persécution d’Assange.

Nous sommes tous deux à la retraite. Jacob a été journaliste et dirigeant syndical au Times pré-Murdoch pendant 20 ans, puis secrétaire général adjoint de l’Union nationale des journalistes de 1980 à 1997. Bernie a été journaliste senior au Birmingham Post, Guardian et Independent, puis rédacteur en chef du journal "Journalist" de la NUJ, puis organisateur, négociateur et chargé de dossiers pour la NUJ, puis secrétaire général de la Writers’ Guild of Great Britain de 2000 à 2016.

Nous sommes peut-être vieux mais nous sentons encore l’injustice et nous sommes incrédules que la génération actuelle de journalistes ignore cette parodie critique.

Aidez-nous, s’il vous plaît.

Avec nos meilleurs vœux

Jacob Ecclestone
Bernie Corbett

Traduction "toute ressemblance avec une presse locale n’est pas fortuite" par Viktor Dedaj pour le Grand Soir avec probablement toutes les fautes et coquilles habituelles

»» https://www.jewishvoiceforlabour.org.uk/article/a-scandal-and-a-crisis...
URL de cet article 36504
  

Même Thème
L’Affaire Assange, histoire d’une persécution politique
Nils MELZER
L’affaire Assange, c’est l’histoire d’un homme persécuté et maltraité pour avoir révélé les sordides secrets des puissants, notamment les crimes de guerre, la torture et la corruption. C’est l’histoire d’un arbitraire judiciaire délibéré dans des démocraties occidentales qui tiennent par ailleurs à se présenter comme exemplaires en matière de droits de l’homme. C’est l’histoire d’une collusion délibérée des services de renseignement dans le dos des parlements nationaux et du grand public. C’est (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

« Le pire des analphabètes, c’est l’analphabète politique. Il n’écoute pas, ne parle pas, ne participe pas aux événements politiques. Il ne sait pas que le coût de la vie, le prix de haricots et du poisson, le prix de la farine, le loyer, le prix des souliers et des médicaments dépendent des décisions politiques. L’analphabète politique est si bête qu’il s’enorgueillit et gonfle la poitrine pour dire qu’il déteste la politique. Il ne sait pas, l’imbécile, que c’est son ignorance politique qui produit la prostituée, l’enfant de la rue, le voleur, le pire de tous les bandits et surtout le politicien malhonnête, menteur et corrompu, qui lèche les pieds des entreprises nationales et multinationales. »

Bertolt Brecht, poète et dramaturge allemand (1898/1956)

Médias et Information : il est temps de tourner la page.
« La réalité est ce que nous prenons pour être vrai. Ce que nous prenons pour être vrai est ce que nous croyons. Ce que nous croyons est fondé sur nos perceptions. Ce que nous percevons dépend de ce que nous recherchons. Ce que nous recherchons dépend de ce que nous pensons. Ce que nous pensons dépend de ce que nous percevons. Ce que nous percevons détermine ce que nous croyons. Ce que nous croyons détermine ce que nous prenons pour être vrai. Ce que nous prenons pour être vrai est notre réalité. » (...)
55 
Hier, j’ai surpris France Télécom semant des graines de suicide.
Didier Lombard, ex-PDG de FT, a été mis en examen pour harcèlement moral dans l’enquête sur la vague de suicides dans son entreprise. C’est le moment de republier sur le sujet un article du Grand Soir datant de 2009 et toujours d’actualité. Les suicides à France Télécom ne sont pas une mode qui déferle, mais une éclosion de graines empoisonnées, semées depuis des décennies. Dans les années 80/90, j’étais ergonome dans une grande direction de France Télécom délocalisée de Paris à Blagnac, près de Toulouse. (...)
69 
Le fascisme reviendra sous couvert d’antifascisme - ou de Charlie Hebdo, ça dépend.
Le 8 août 2012, nous avons eu la surprise de découvrir dans Charlie Hebdo, sous la signature d’un de ses journalistes réguliers traitant de l’international, un article signalé en « une » sous le titre « Cette extrême droite qui soutient Damas », dans lequel (page 11) Le Grand Soir et deux de ses administrateurs sont qualifiés de « bruns » et « rouges bruns ». Pour qui connaît l’histoire des sinistres SA hitlériennes (« les chemises brunes »), c’est une accusation de nazisme et d’antisémitisme qui est ainsi (...)
124 
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas | Bernard Gensane
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.