RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher
12 

Une nation d’apothicaires ?

Vue de loin, la France semble être devenue une nation d’apothicaires. S’il n’y avait pas le contexte, on aurait pu dire que c’est un vrai virus.

C’est à celui qui calculera le mieux et le plus minutieusement (et plus ce sera précis, moins on pourra contrer ce formidable calcul) le nombre de morts en moins, en plus, de la grippe, du covid, les rapports entre eux, la pyramide des âges, les années passées, les années à venir etc., dont le but, inavoué mais toujours recherché : montrer qu’il y a moins de morts qu’avant (avant quoi ? et moins de morts de quoi ?) ou qu’il n’y en a vraiment pas beaucoup.

Pourtant il y a des morts. C’est bien ennuyeux, mais il y en a.

Alors, pour pallier cette gêne aux entournures, on appelle à la rescousse une vision globale, voire historique. Ce sont de celles qui donnent l’impression plutôt désagréable (mais est-ce vraiment une impression ?) de balayer d’un revers de la main les morts, et ceux du sud en particulier, parce que (je cite un commentateur du Grand Soir) « [au Brésil] Il y a bien des morts, y compris du COVID, mais c’est en raison du manque de prévention, d’une mal vie chronique de la population défavorisée, et du manque de structures hospitalières. »

Donc finalement (peut-être pas pour ce commentateur, d’où sa maladresse, mais pour beaucoup d’autres), il y a des morts, mais c’est normal.

Et s’il y a des morts, on sait pourquoi, et ce n’est pas nouveau : l’argent roi et ses corollaires, l’accumulation des richesses, le pouvoir et la corruption, c’est-à-dire le capitalisme.

Je trouve très curieux et assez révélateur que tout le monde s’accroche au nombre de morts (vrai ? faux ?) plutôt qu’aux vrais nombres de la baisse des investissements dans le service public et à la gabegie de l’état et des banques. Pourquoi faut-il que les articles de la presse alternative et leurs commentaires regorgent d’avis et de statistiques sur la (non)létalité et pas sur le nombre de lits et de services supprimés et d’autres baisses de l’engagement de l’état ?

Vous allez me dire que c’est aussi le cas. C’est faux. La plupart des gens ont leur mot à dire sur la mortalité du covid (souvent chiffres à l’appui) mais ne sauront pas être aussi précis sur les chiffres du désengagement de l’état.

Voyez bien la différence :

- comment réagit-on à des chiffres vrais/faux de mortalité ? On pense que l’on se fait avoir individuellement.

- comment réagit-on à des chiffres vrais de désengagement de l’État ? On pense que l’on se fait avoir collectivement.

Selon la question, la réaction est forcément différente, et la réponse à la seconde pourrait être un puissant levier, si on voulait...

Je pense ainsi que la plupart de ces Français soudain férus de statistiques font fausse route, et que cette fausse route est sûrement beaucoup plus appréciée par nos gouvernants que s’il y avait (entre autres) un incessant rabâchage de statistiques et de dénonciations sur le désengagement de l’état, qui pourrait bien aboutir à... un changement ?

En fait, ce que je pense est bien pire. Je pense que ce chemin est criminel. Il est d’autant plus criminel que les personnes malades ou proches de malades ou de morts du covid s’en trouvent presque marginalisés.

Et dans le sud, et au Brésil en particulier, ne vous en déplaise, il y a bien une catastrophe sanitaire.

Et celui qui la nie tient exactement le même discours que Bolsonaro.

URL de cet article 36985
  

Boycott d’Israel. Pourquoi ? Comment ?
Nous avons le plaisir de vous proposer cette nouvelle brochure, conçue pour répondre aux questions que l’on peut se poser sur les moyens de mettre fin à l’impunité d’Israël, est à votre disposition. Elle aborde l’ensemble des problèmes qui se posent aux militants, aux sympathisants, et à l’ensemble du public, car les enjeux de la question palestinienne vont bien au-delà de ce que les médias dominants appellent le "conflit israélo-palestinien". Dans le cadre de la campagne internationale BDS (Boycott (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

L’information est devenue un produit comme un autre. Un journaliste dispose d’à peine plus de pouvoir sur l’information qu’une caissière de supermarché sur la stratégie commerciale de son employeur.

Serge Halimi

"Un système meurtrier est en train de se créer sous nos yeux" (Republik)
Une allégation de viol inventée et des preuves fabriquées en Suède, la pression du Royaume-Uni pour ne pas abandonner l’affaire, un juge partial, la détention dans une prison de sécurité maximale, la torture psychologique - et bientôt l’extradition vers les États-Unis, où il pourrait être condamné à 175 ans de prison pour avoir dénoncé des crimes de guerre. Pour la première fois, le rapporteur spécial des Nations unies sur la torture, Nils Melzer, parle en détail des conclusions explosives de son enquête sur (...)
11 
Lorsque les psychopathes prennent le contrôle de la société
NdT - Quelques extraits (en vrac) traitant des psychopathes et de leur emprise sur les sociétés modernes où ils s’épanouissent à merveille jusqu’au point de devenir une minorité dirigeante. Des passages paraîtront étrangement familiers et feront probablement penser à des situations et/ou des personnages existants ou ayant existé. Tu me dis "psychopathe" et soudain je pense à pas mal d’hommes et de femmes politiques. (attention : ce texte comporte une traduction non professionnelle d’un jargon (...)
46 
Le DECODEX Alternatif (méfiez-vous des imitations)
(mise à jour le 19/02/2017) Le Grand Soir, toujours à l’écoute de ses lecteurs (réguliers, occasionnels ou accidentels) vous offre le DECODEX ALTERNATIF, un vrai DECODEX rédigé par de vrais gens dotés d’une véritable expérience. Ces analyses ne sont basées ni sur une vague impression après un survol rapide, ni sur un coup de fil à « Conspiracywatch », mais sur l’expérience de militants/bénévoles chevronnés de « l’information alternative ». Contrairement à d’autres DECODEX de bas de gamme qui circulent sur le (...)
103 
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas | Bernard Gensane
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.