Quantcast
RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Déclaration du Ministère des Affaires étrangères de Cuba

Une provocation anti cubaine échoue

Certains médias de la presse internationale ont répandu au cours de ces dernières semaines l’intention du Secrétaire général de l’OEA, Luis Almagro Lemes, de voyager à La Havane pour recevoir un « prix » inventé par un groupuscule illégal anti cubain, qui agit en collusion avec l’ultra droitière Fondation pour la Démocratie Panaméricaine, créée au moment du VII Sommet des Amériques de Panama, pour canaliser les efforts et les ressources contre des gouvernements légitimes et indépendants de « Notre Amérique ».

Le plan, tramé au cours de plusieurs voyages entre Washington et d’autres capitales de la région, consistait à monter à La Havane une provocation ouverte et grave contre le gouvernement cubain, générer une instabilité interne, nuire à l’image internationale du pays et, en même temps, affecter la bonne marche des relations diplomatiques de Cuba avec d’autres États. Peut-être certains ont-ils mal calculé et pensé que Cuba sacrifierait l’essence aux apparences.

Au spectacle devaient être traînés Almagro lui-même et quelques autres personnages de droite qui font partie de la dénommée Initiative Démocratique pour l’Espagne et l’Amérique (IDEA), qui a également agi de manière agressive au cours de ces dernières années contre la République Bolivarienne du Venezuela et d’autres pays ayant des gouvernements progressistes et de gauche en Amérique latine et aux Caraïbes.

La tentative a pu compter sur la connivence et l’appui d’autres organisations aux solides références anti-cubaines, comme le Centre Démocratie et Communauté et le Centre d’Études et de Gestion pour le Développement de l’Amérique latine (CADAL) ; et l’Institut Interaméricain pour la Démocratie, du terroriste et agent de la CIA Charles Alberto Montaner. De plus, dès l’année 2015, on connaît le lien qui existe entre ces groupes et la Fondation Nationale pour la Démocratie des États-Unis (NED, son sigle en anglais) qui reçoit des fonds du gouvernement de ce pays pour mettre en application ses programmes subversifs contre Cuba.

Ayant pris connaissance de ces plans et faisant valoir les lois sur lesquelles s’appuie la souveraineté de la nation, le gouvernement cubain a décidé de refuser l’entrée sur le territoire national aux citoyens étrangers liés avec les faits décrits.

Dans un acte irréprochable de transparence et d’attachement aux principes qui régissent les relations diplomatiques entre les États, les autorités cubaines se sont mises en rapport avec les gouvernements des pays d’où ces personnes voyageraient et les ont informés, et fait en sorte de dissuader et de prévenir l’accomplissement de ces actes.

Comme il est convenu par les règles de l’aviation civile internationale, les lignes aériennes ont annulé les réservations des passagers en apprenant que ceux-ci ne seraient pas les bienvenus. Un petit nombre a été réembarqué. Certains ont cherché à manipuler les faits en fonction d’intérêts politiques étroits à l’intérieur de leur propre pays, par le biais de processus internes qui leur sont propres.

Les déclarations de défenseurs de faux persécutés n’ont pas manqué, partenaires de dictatures passées et politiciens au chômage, disposés à s’allier avec de vulgaires mercenaires , au service et à la solde d’intérêts étrangers, qui ne jouissent d’aucune reconnaissance à l’intérieur de Cuba, vivent de calomnies insoutenables, se posent comme victimes et agissent contre les intérêts du peuple cubain et du système politique, économique et social que celui-ci a librement choisi et défendu héroïquement.

En ce qui concerne Almagro et l’OEA, ses déclarations et ses actes ouvertement anti-cubains ne nous surprennent pas. En très peu de temps, à la tête de cette organisation, il s’est distingué en programmant, sans aucun mandat des états membres, un agenda ambitieux d’autopromotion avec attaques contre des gouvernements progressistes comme le Venezuela, la Bolivie et l’Équateur.
Pendant cette période, les attaques impérialistes et oligarchiques ont redoublé contre l’intégration latino-américaine et caribéenne et contre les institutions démocratiques dans plusieurs de nos pays. Dans une offensive néolibérale des millions de Latino-américains sont retournés à la pauvreté, des centaines de milliers ont perdu leurs emplois, ont été forcés d’émigrer, ou ont été assassinés ou disparus par des maffias et des trafiquants, tandis que se répandent dans l’hémisphère des idées isolationnistes et protectionnistes, la détérioration de l’environnement, les déportations, la discrimination religieuse et raciale, l’insécurité et la répression brutale.

Où était l’OEA qui a toujours gardé un silence complice face de ces réalités ? Pourquoi se tait-elle ? Il faut être déphasé pour essayer de vendre aux Cubains des « valeurs et principes du système interaméricain » face à la dure réalité antidémocratique et engendrée par ce même système. Il faut manquer de mémoire pour ne pas se rappeler que, en février 1962, Cuba s’est dressée seule face à ce « conclave immoral », comme l’a dénommé Fidel au cours de la Deuxième Déclaration de La Havane. Cinquante-cinq ans après et en compagnie de peuples et de gouvernements du monde entier, il est nécessaire de réitérer, comme l’a assuré le Président Raúl Castro, que Cuba ne reviendra jamais à l’OEA.

José Martí a alerté que » ni des peuples ni des hommes ne respectent celui qui ne se fait pas respecter (…) des hommes et des peuples vont de par ce monde plantant le doigt dans la chair étrangère pour voir si elle est molle ou si elle résiste, et il faut que la chair soit ferme, de façon à ce qu’elle rejette les doigts aventureux ».

A Cuba nous n’oublions pas les leçons de l’histoire.

La Havane, le 22 février 2017

Ministère des Affaires étrangères de Cuba

Traduction Rose-Marie LOU pour Cubalinda

»» http://www.lesamisdecuba.com/une-provocation-anti-cubaine-echoue/
URL de cet article 31577
   
Même Thème
Etat de siège. Les sanctions économiques des Etats-Unis contre Cuba
Salim LAMRANI
Début du chapitre IV Les citoyens étasuniens sont autorisés à se rendre à Cuba mais il leur est strictement interdit d’y dépenser le moindre centime, ce qui rend quasiment impossible tout séjour dans l’île. Le Département du Trésor considère donc tout voyage dans l’île comme une violation de la législation sur les sanctions économiques, à moins que les personnes ayant visité Cuba puissent démontrer qu’elles n’y ont effectué aucun achat. La justice étasunienne poursuit sans relâche les contrevenants à la (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

Le Capital a horreur de l’absence de profit. Quand il flaire un bénéfice raisonnable, le Capital devient hardi. A 20%, il devient enthousiaste. A 50%, il est téméraire ; à 100%, il foule aux pieds toutes les lois humaines et à 300%, il ne recule devant aucun crime.

Karl Marx, Le Capital, chapitre 22

Cette épuisante sensation de courir dans l’eau (plaidoyer pour rompre définitivement avec le PS)
Vous avez déjà essayé de courir dans l’eau ? Epuisant n’est-ce pas ? Au bout de quelques pas, je me dis que j’irai plus vite en marchant. Alors je marche. Comme je n’ai jamais pris la peine de me chronométrer, je ne sais ce qu’il en est réellement, mais la sensation d’aller plus vite et plus loin est bien là. Et quoi de plus subjectif que le temps ? Préambule défoulant : Socialistes, j’ai un aveu à vous faire : je ne vous supporte plus. Ni vos tronches, ni vos discours, ni vos écrits, ni vos (...)
57 
Reporters Sans Frontières, la liberté de la presse et mon hamster à moi.
Sur le site du magazine états-unien The Nation on trouve l’information suivante : Le 27 juillet 2004, lors de la convention du Parti Démocrate qui se tenait à Boston, les trois principales chaînes de télévision hertziennes des Etats-Unis - ABC, NBC et CBS - n’ont diffusé AUCUNE information sur le déroulement de la convention ce jour-là . Pas une image, pas un seul commentaire sur un événement politique majeur à quelques mois des élections présidentielles aux Etats-Unis. Pour la première fois de (...)
21 
Revolucionarios : "On ne nait pas révolutionnaire... on le devient."
Chères lectrices, cher lecteurs du Grand Soir Nous vous proposons à la diffusion un documentaire intitulé « Revolucionarios ». Durée 57 Min – Version VOSTFR. Ce film, le premier d’une série, c’est la révolution cubaine racontée par celles et ceux, souvent anonymes, qui y ont participé d’une manière ou d’une autre. Des témoignages qui permettront de comprendre la réalité de ce que vivait le peuple cubain avant l’insurrection, de découvrir les raisons de cet engagement dans la lutte et de voir comment chacun (...)
18 
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.