RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher

Venezuela - Tout le pouvoir au peuple ... et à Chavez !








Le Venezuela constitutionnalise le « socialisme »


Risal, 7 septembre 2007.


Hugo Chavez l’avait annoncé dès mai 2006 : le Venezuela va réformer sa constitution, qui devrait voir son contenu plus nettement teinté de rouge, lors d’un référendum en décembre prochain. Analyse et commentaire.


Il y a un an, à la veille d’une victoire électorale annoncée et incontestable - 62,84% des votes, 75% de participation -, Hugo Chavez annonçait son intention d’autoriser constitutionnellement la réélection immédiate du plus haut dignitaire de l’État. Cette proposition, en plus de l’allongement du mandat (de 6 à 7 ans), a été amplement reprise à l’unisson par les médias pour accuser le président vénézuélien de vouloir devenir « président à vie ». Alors que la réélection et la non limitation des mandats existent dans de nombreux pays « démocratiques » [1], Chavez, quant à lui, se voit coller l’étiquette de dictateur en devenir ou, selon un éditorial du New York Times de « démocrate, au moins techniquement ».

De fait, la réélection « indéfinie » n’est pas un progrès démocratique. Juan Carlos Monedero, un des conseillers espagnols du président, se dit partisan de la non réélection « en théorie », mais, la théorie « doit aussi s’adapter à la réalité », affirme-t-il. « Seul Chavez est capable d’unifier les forces politiques de ce pays dans un projet de transformation sociale. » (El Nacional, 27 août 2007). Un aveu de faiblesse de la révolution bolivarienne. Actuellement, son leadership [2] est une des conditions de la poursuite du processus bolivarien et surtout de l’unité de ses forces. Toutefois, quel que soit le nombre de mandats, le président vénézuélien devra à chaque fois se soumettre à l’épreuve des urnes pour gouverner et, probablement, pour conserver son poste, si l’opposition tente comme en 2004 d’organiser un référendum révocatoire à mi-mandat, comme l’autorise la constitution bolivarienne de 1999.

Qu’on aime ou pas le personnage Chavez, son style et ses contradictions, il faut reconnaître que depuis huit ans et les débuts de ladite révolution bolivarienne, nombre de choses ont changé positivement au Venezuela et en Amérique latine. L’« ancien putschiste », comme le répète à l’envi les médias, a largement contribué à faire évoluer le rapport de forces. Non pas en créant un modèle à suivre, mais en essayant de dessiner des pistes alternatives. (...)

- Lire l’ article http://risal.collectifs.net






Les paradoxes de la révolution bolivarienne, par Pierre Beaudet.


Venezuela, Cuba : Le leadership charismatique dans les mouvements populaires et révolutionnaires, par Diane Raby.


Petit manuel critique d’ un Venezuela galvaudé : à l’usage des curieux, des néophytes et des citoyens... par Romain Migus et Albert Mondovi.

Hugo Chávez et la réforme constitutionnelle, par Salim Lamrani.






URL de cet article 5423
  
AGENDA

RIEN A SIGNALER

Le calme règne en ce moment
sur le front du Grand Soir.

Pour créer une agitation
CLIQUEZ-ICI

Même Thème
Ainsi parle Chávez
Hugo Chávez, figure du Venezuela et de l’Amérique latine contemporaine, si critiqué et diffamé dans la plupart des médias, était indéniablement le président métisse, issu d’une famille pauvre, avec lequel les classes populaires pouvaient s’identifier. Pendant 13 ans, chaque dimanche, il s’est adressé à son peuple dans une émission appelée « Allô président », fréquemment enregistrée sur le terrain et en public. Ce livre recueille certaines de ses allocutions. Tour à tour professeur, historien, blagueur, (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

Quand je suis arrivé au pouvoir, les multinationales recevaient 82% des revenus de nos matières premières et nous 18%. Aujourd’hui c’est l’inverse ! J’ai fait ce qu’il y avait à faire pour mon peuple. J’attends maintenant qu’on m’assassine comme ils ont fait avec Chavez.

Evo Morales, Président de la Bolivie

Analyse de la culture du mensonge et de la manipulation "à la Marie-Anne Boutoleau/Ornella Guyet" sur un site alter.
Question : Est-il possible de rédiger un article accusateur qui fait un buzz sur internet en fournissant des "sources" et des "documents" qui, une fois vérifiés, prouvent... le contraire de ce qui est affirmé ? Réponse : Oui, c’est possible. Question : Qui peut tomber dans un tel panneau ? Réponse : tout le monde - vous, par exemple. Question : Qui peut faire ça et comment font-ils ? Réponse : Marie-Anne Boutoleau, Article XI et CQFD, en comptant sur un phénomène connu : "l’inertie des (...)
93 
Comment Cuba révèle toute la médiocrité de l’Occident
Il y a des sujets qui sont aux journalistes ce que les récifs sont aux marins : à éviter. Une fois repérés et cartographiés, les routes de l’information les contourneront systématiquement et sans se poser de questions. Et si d’aventure un voyageur imprudent se décidait à entrer dans une de ces zones en ignorant les panneaux avec des têtes de mort, et en revenait indemne, on dira qu’il a simplement eu de la chance ou qu’il est fou - ou les deux à la fois. Pour ce voyageur-là, il n’y aura pas de défilé (...)
43 
Le DECODEX Alternatif (méfiez-vous des imitations)
(mise à jour le 19/02/2017) Le Grand Soir, toujours à l’écoute de ses lecteurs (réguliers, occasionnels ou accidentels) vous offre le DECODEX ALTERNATIF, un vrai DECODEX rédigé par de vrais gens dotés d’une véritable expérience. Ces analyses ne sont basées ni sur une vague impression après un survol rapide, ni sur un coup de fil à « Conspiracywatch », mais sur l’expérience de militants/bénévoles chevronnés de « l’information alternative ». Contrairement à d’autres DECODEX de bas de gamme qui circulent sur le (...)
103 
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas | Bernard Gensane
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.