RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher

Vers une révolution globale

Le monde entier est en tourbillon, dû à une intolérance et un extrémisme d’une part et à un populisme d’autre part. Le populisme qu’il soit de droite ou qu’il soit de gauche n’appelle pas à la haine, mais il l’exploite. Car la haine n’est qu’une pulsion, elle a une existence primitive et individuelle, alors que le populisme a une existence sociale et une force historique. La haine devient ainsi, une terre en friche que le populisme aménage à sa guise, un territoire. Ce territoire est un concept qu’on approche selon différents points de vue : géographique, politique et géopolitique et en même temps, il est l’aire d’une conception commune de vie.

Ainsi, l’Islamisme d’un côté et le nationalisme occidental de l’autre sont un travail de la haine portée sur le Distinct, ce travail est une expansion tourbillonnante proche orientale sous le titre de l’Islamisme et un repli tourbillonnaire occidental sous le titre du nationalisme. Avec une excitation de la haine et un discours populiste comme performeurs, l’émersion à la surface de ces deux titres, touille notre état en un conflit. Ce mouvement de tournoiement qui semble venir de la confusion et aller vers le chaos, peut être abordé d’une manière autre que selon des sous-entendus moraux qui s’appuient sur des politiquement-corrects et des Vrais qui ne sont pas nécessairement réels.

Ce tourbillon est une déterritorialisation/reterritorialisation d’un territoire physique ou idéel dont le Brexit est un exemple ; un exemple d’un repli sur un territoire géographique et dont l’élection de Donald Trump est l’exemple d’un repli sur un territoire conceptuel.

Si la haine n’a pas été le vrai moteur qui a façonné le monde, elle a été l’un des plus grands actants. Des frontières se sont faites et des empires se sont défaits pour céder la place à d’autres, certes essentiellement par intérêt et convoitise, mais la main qui exécute a souvent été la haine.

L’histoire n’est pas faite uniquement de grands événements, elle contient aussi des informations futiles qui parfois assemblées, s’avèrent être utiles. Comme celles dont tout a commencé, par une confrontation entre des habitants et une police nationale tunisienne dans un petit village, Menzel Bouzaiane, un village à la périphérie de Sidi Bouzid, ville qui elle-même trouve à la périphérie de Tunis, capitale d’un pays à l’écart, aussi bien de la sphère proche-orientale que de la sphère occidentale. Lieu d’une révolution qui bouleversera par la suite tous les pays de la rive sud-orientale de la méditerranée et qui a inversé le couple centre/périphérie, si on le prend dans le sens de qui domine qui, en un couple périphérie/centre.

Cette nouvelle prépondérance de la périphérie sur le centre se trouve dans un nouveau monde où des informations canalisées par les réseaux sociaux dominent celles des sources traditionnelles. Les informations partagées sur Facebook, concernant les événements tunisiens de décembre 2010/ janvier 2011, relayés par la suite par les médias conventionnels, faisaient des réseaux sociaux, une source qui informe les mass-médias et non l’inverse, mais surtout une source d’auto-information en boucle, aboutissant ainsi à une autosuffisance informationnelle s’appuyant sur un réseau permettant une viralité impressionnante, une bouche à oreilles 2.0.

Bellagha Ilyes

URL de cet article 34377
  

Même Thème
Guide du Paris rebelle
Ignacio RAMONET, Ramon CHAO
Mot de l’éditeur Organisé par arrondissement - chacun d’eux précédé d’un plan -, ce guide est une invitation à la découverte de personnages célèbres ou anonymes, français ou étrangers, que l’on peut qualifier de rebelles, tant par leur art, leur engagement social ou encore leur choix de vie. Depuis la Révolution française, Paris est la scène des manifestations populaires, des insurrections et des émeutes collectives. Toutes ayant eu un écho universel : la révolution de 1830, celle de 1848, la Commune, les (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

« les Afghans (...) auraient brûlé eux-mêmes leurs enfants pour exagérer le nombre de victimes civiles. »

Général Petraeus, commandant des forces US en Afghanistan lors d’une réunion avec de hauts responsables afghans,
propos rapportés par le Washington Post, 19 février 2011

Comment Cuba révèle toute la médiocrité de l’Occident
Il y a des sujets qui sont aux journalistes ce que les récifs sont aux marins : à éviter. Une fois repérés et cartographiés, les routes de l’information les contourneront systématiquement et sans se poser de questions. Et si d’aventure un voyageur imprudent se décidait à entrer dans une de ces zones en ignorant les panneaux avec des têtes de mort, et en revenait indemne, on dira qu’il a simplement eu de la chance ou qu’il est fou - ou les deux à la fois. Pour ce voyageur-là, il n’y aura pas de défilé (...)
43 
L’UNESCO et le «  symposium international sur la liberté d’expression » : entre instrumentalisation et nouvelle croisade (il fallait le voir pour le croire)
Le 26 janvier 2011, la presse Cubaine a annoncé l’homologation du premier vaccin thérapeutique au monde contre les stades avancés du cancer du poumon. Vous n’en avez pas entendu parler. Soit la presse cubaine ment, soit notre presse, jouissant de sa liberté d’expression légendaire, a décidé de ne pas vous en parler. (1) Le même jour, à l’initiative de la délégation suédoise à l’UNESCO, s’est tenu au siège de l’organisation à Paris un colloque international intitulé « Symposium international sur la liberté (...)
18 
Analyse de la culture du mensonge et de la manipulation "à la Marie-Anne Boutoleau/Ornella Guyet" sur un site alter.
Question : Est-il possible de rédiger un article accusateur qui fait un buzz sur internet en fournissant des "sources" et des "documents" qui, une fois vérifiés, prouvent... le contraire de ce qui est affirmé ? Réponse : Oui, c’est possible. Question : Qui peut tomber dans un tel panneau ? Réponse : tout le monde - vous, par exemple. Question : Qui peut faire ça et comment font-ils ? Réponse : Marie-Anne Boutoleau, Article XI et CQFD, en comptant sur un phénomène connu : "l’inertie des (...)
93 
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas | Bernard Gensane
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.