RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher

Vu à la télé

Ce texte est une fiction. Toute ressemblance avec des faits ou des personnages existant ou ayant existé...

Des dizaines d’hommes font la queue à l’entrée d’une usine. Ils grelottent depuis cinq heures du matin dans le froid perçant de l’hiver austral, attendant une hypotétique embauche à la journée. De quoi gagner quelques pesos argentins, ou dollars, ou ce qu’on voudra bien leur donner pour subsister jusqu’au lendemain.

La caméra filme lentement, les uns après les autres, les visages souvent hirsutes -toujours graves- des chômeurs. Devant leur téléviseur, d’autres chômeurs et leurs familles observent leurs semblables défiler et attendent dans un silence pesant, le moindre mouvement de caméra.

Soudain, tout chancelle. Zoom avant sur le visage amaigri -mais assez photogénique tout de même- d’un jeune homme agé d’une vingtaine d’années. Les coeurs battent la chamade devant le petit écran. Le garçon semble d’abord surpris, puis dubitatif, presque méfiant. Néstor Ibarra, présentateur vedette de Canal 13, vient de s’approcher de lui, lui tend un micro, lui serre énergiquement la main, lui demande comment il s’appelle. Son nom est Ernesto Padilla. Petit à petit, Ernesto comprend, ébauche un sourire, il n’ose y croire. Car il s’agit bien de Néstor Ibarra, bel et rassurant quinquagénaire, élégant costume gris, patriotique cravate bleu-ciel sur une impeccable chemise blanche. Jusqu’à présent, il n’avait rencontré que ses collaborateurs. Emotion chez le téléspectateur et surtout chez la télespectatrice. Il est si jeune, si chanceux. Comme sa mère doit être heureuse et fière de lui !

Car ce soir, il ne seront que deux. Deux chômeurs sélectionnés par Néstor Ibarra et son équipe pour participer à l’émission « Recursos Humanos » (« Ressources Humaines »), sponsorisée par une chaîne d’hypermarchés.

Bienvenue à l’émission « Recursos Humanos », un nouveau jeu télévisé argentin où les participants se disputent non pas une voiture ou un voyage à l’Ile Maurice, mais un travail.

Chacun des concurrents doit convaincre le public de voter pour lui en appelant un numéro de téléphone pour lui faire gagner l’emploi mis en jeu. Ce soir, il s’agit d’un poste de gardien de nuit dans une salle de musculation-fitness de grande renommée, située dans un quartier chic de la capitale. Avant que la compétition ne débute et entre deux pauses publicitaires, la chaîne diffuse les portraits des protagonistes, filmés chez eux.

Ernesto vit dans un des quartiers Nord de Buenos Aires. Il rêve de devenir électrotechnicien et a perdu son emploi de coursier il y a un an déjà . Il nous explique que sa mère est sur le point de perdre sa maison, son pauvre salaire de femme de chambre ne suffisant plus à rembourser son crédit à la banque.

« Cela me brise le coeur de la voir pleurer lorsqu’elle se retrouve seule dans sa chambre ou dans la cuisine. Elle n’arrive pas à s’en sortir et moi, je ne peux rien faire pour l’aider. A vingt-deux ans, je me sens inutile, bon à rien » dit Ernesto.

Son concurrent -Santiago Delgado, 28 ans- est également désespéré. Ses larmes bouleversent le public lorsqu’il parle avec sa maman depuis le studio de Canal 13 en direct et par liaison satellite. Elle l’appelle du Sud du pays et cela fait plus d’un an qu’ils ne se sont vus, depuis qu’il a quitté la modeste maison familiale pour rejoindre la capitale. Elle regrette de ne pouvoir aider davantage son fils.

Ernesto et Santiago sont ce soir les deux finalistes. Selon le poste mis en jeu, il peut y avoir jusqu’à mille postulants aux présélections qui ont lieu quelques jours avant l’émission. Au cours de celle-ci, des spots publicitaires vantant les mérites de l’entreprise qui offre l’emploi sont diffusés gratuitement par la chaîne de télévision.

Et ce soir, la générosité de Canal 13 est bien récompensée : en direct, le directeur des ressources humaines de la société propriétaire de la salle de musculation annonce qu’il a décidé d’embaucher Ernesto et Santiago. Les deux jeunes gens tombent dans les bras l’un de l’autre, au comble du bonheur. Néstor Ibarra, le présentateur vedette en a les larmes aux yeux. Sa joie sincère et simple émeut le pays tout entier. Il explique que l’emploi devrait être un droit pour tous, que les généreuses entreprises argentines devraient se voir accorder les moyens d’embaucher tous les chômeurs, que la vie serait plus belle si son émission n’avait pas lieu d’être…

Ce soir, les deux concurents ont gagné. Happy end pour deux chômeurs argentins. Pub finale pour la chaîne d’hypermarchés. A demain 19 heures, comme tous les soirs du lundi au vendredi sur Canal 13.

Parfois la réalité rejoint -voire dépasse- la fiction.

Sites à ne pas rater (en espagnol) :

Canal 13

cnn en espagnol


URL de cet article 163
  
AGENDA

RIEN A SIGNALER

Le calme règne en ce moment
sur le front du Grand Soir.

Pour créer une agitation
CLIQUEZ-ICI

30 ans d’Humanité, ce que je n’ai pas eu le temps de vous dire
Michel TAUPIN
Quel plaisir de lire José Fort ! Je pose le livre sur mon bureau. Je ferme les yeux. Je viens de l’avaler d’une traite. Comme je le trouve trop court, je décide de le relire. Même à la seconde lecture, il est captivant. Cette fois, j’imagine ce qu’aurait été ce bouquin illustré par son compère Georges Wolinski comme c’était prévu. Ç’aurait été tout simplement génial. Des tarés fanatiques ne l’ont pas permis. La bêtise a fait la peau de l’intelligence et de l’élégance. De l’élégance, José Fort n’en manque pas. (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

Une de meilleures façons d’apporter la justice est de révéler l’injustice.

Julian Assange

Analyse de la culture du mensonge et de la manipulation "à la Marie-Anne Boutoleau/Ornella Guyet" sur un site alter.
Question : Est-il possible de rédiger un article accusateur qui fait un buzz sur internet en fournissant des "sources" et des "documents" qui, une fois vérifiés, prouvent... le contraire de ce qui est affirmé ? Réponse : Oui, c’est possible. Question : Qui peut tomber dans un tel panneau ? Réponse : tout le monde - vous, par exemple. Question : Qui peut faire ça et comment font-ils ? Réponse : Marie-Anne Boutoleau, Article XI et CQFD, en comptant sur un phénomène connu : "l’inertie des (...)
93 
Reporters Sans Frontières, la liberté de la presse et mon hamster à moi.
Sur le site du magazine états-unien The Nation on trouve l’information suivante : Le 27 juillet 2004, lors de la convention du Parti Démocrate qui se tenait à Boston, les trois principales chaînes de télévision hertziennes des Etats-Unis - ABC, NBC et CBS - n’ont diffusé AUCUNE information sur le déroulement de la convention ce jour-là . Pas une image, pas un seul commentaire sur un événement politique majeur à quelques mois des élections présidentielles aux Etats-Unis. Pour la première fois de (...)
23 
Ces villes gérées par l’extrême-droite.
(L’article est suivi d’un « Complément » : « Le FN et les droits des travailleurs » avec une belle photo du beau château des Le Pen). LGS Des électeurs : « On va voter Front National. Ce sont les seuls qu’on n’a jamais essayés ». Faux ! Sans aller chercher dans un passé lointain, voyons comment le FN a géré les villes que les électeurs français lui ont confiées ces dernières années pour en faire ce qu’il appelait fièrement « des laboratoires du FN ». Arrêtons-nous à ce qu’il advint à Vitrolles, (...)
40 
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas | Bernard Gensane
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.