RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher

Washington et la crise migratoire cubaine

Depuis près d’un mois, des milliers de Cubains qui souhaitent se rendre vers les Etats-Unis, dont la législation favorise l’émigration en provenance de l’île, se trouvent bloqués au Costa Rica.

Près de 6 000 Cubains, candidats à l’émigration vers les Etats-Unis, se trouvent coincés au Costa Rica, sans possibilités de poursuivre leur voyage vers le Nord. Après s’être rendus en Equateur, seul pays d’Amérique latine à ne pas exiger de visa aux Cubains, ils ont entrepris un long périple à travers le continent pour se rendre principalement à Miami. Mais leur chemin s’est arrêté au Costa Rica. En effet, les pays d’Amérique centrale, du Nicaragua au Mexique, refusent de laisser passer les migrants, cibles des réseaux criminels, et exigent une réponse politique de Washington, principal responsable de cette situation [1].

En effet, les Cubains qui entrent illégalement aux Etats-Unis sont accueillis les bras ouverts, alors que les clandestins des autres nations sont immédiatement arrêtés et expulsés vers le pays d’origine. Cette spécificité est due à la volonté historique des Etats-Unis d’utiliser la problématique migratoire comme arme pour ébranler la Révolution cubaine [2].

Dès 1959, les Etats-Unis ont exprimé leur hostilité au gouvernement de Fidel Castro. Ils ont ouvert leurs portes aux héritiers de l’ancien régime militaire de Fulgencio Batista, y compris aux forces de sécurité impliquées dans les crimes de sang. Washington a également accueilli l’élite économique du pays et a favorisé le départ du personnel hautement qualifié dans le but de déstabiliser la société.

L’impact a été rude pour Cuba. En effet, dans un secteur aussi vital que la santé, près de la moitié des médecins cubains, soit 3 000 d’entre eux, avaient répondu aux sirènes étasuniennes qui leur promettaient une vie meilleure. Cet épisode a plongé le pays dans une grave crise sanitaire. D’autres professionnels hautement qualifiés ont également été incités par les autorités étasuniennes à quitter l’île pour des opportunités économiques plus lucratives en Floride [3].

Dans sa guerre contre Cuba, Washington avait décidé d’utiliser la problématique migratoire pour déstabiliser le pays. En 1966, le Congrès a adopté la loi d’Ajustement cubain, unique au monde, qui stipule que tout Cubain qui émigre légalement ou illégalement, pacifiquement ou par la violence, le 1er janvier 1959 ou après, obtient automatiquement le statut de résident permanent au bout d’un an et un jour, diverses aides sociales (logement, travail, couverture médicale, etc.), ainsi que la possibilité d’obtenir la citoyenneté étasunienne au bout de cinq ans [4].

Il s’agit là d’un formidable outil d’incitation à l’émigration illégale. En effet, depuis près de 50 ans, le pays le plus riche de la planète ouvre ses portes à la population d’un petit pays pauvre du Tiers-monde, aux ressources limitées et victime, de surcroit, de sanctions économiques extrêmement sévères. La logique voudrait que l’ambassade des Etats-Unis à La Havane concède un visa à tout candidat à l’émigration en vertu de cette loi. Or ce n’est pas le cas. Au contraire, Washington limite sévèrement le nombre de visas accordés chaque année aux Cubains afin de stimuler l’émigration illégale et dangereuse et d’instrumentaliser les crises à des fins politiques. Ainsi, faute de visa, les Cubains qui souhaitent émigrer vers les Etats-Unis doivent risquer leur vie à bord d’embarcations de fortune, en espérant ne pas être interceptés par les garde-côtes, ou réaliser de longs périples à travers le continent, à la merci des trafiquants de personnes et des bandes criminelles de toute sorte.

Le New York Times a lancé un appel en faveur de l’abrogation de la loi d’Ajustement cubain :

« Il est temps de se débarrasser de cette politique, une relique de la Guerre froide, qui constitue un obstacle à la normalisation des relations entre Washington et La Havane. […] Ce système fait le bonheur des trafiquants de personnes en Amérique latine et a créé de graves problèmes pour les pays allant de l’Equateur au Mexique. […] L’administration Obama doit négocier un nouvel accord avec le gouvernement cubain afin que l’émigration ordonnée devienne la norme. […] Les autorités américaines sont incapables d’expliquer le traitement spécial réservé aux Cubains, lequel contraste avec la force utilisée par les Etats-Unis contre les Centraméricains, y compris les mineurs, alors que nombre d’entre eux fuient leur pays pour protéger leur vie [5] ».

Par ailleurs, depuis près de 10 ans, Washington applique également une politique destinée à piller Cuba – pays reconnu mondialement pour l’excellence de son système de santé – de ses médecins. En effet, en 2006, l’administration Bush a adopté le Programme médical cubain dont l’objectif est de favoriser l’émigration des professionnels de la santé cubains vers les Etats-Unis en leur offrant la possibilité d’y exercer leur métier. Ce programme cible plus particulièrement les 50 000 médecins cubains et autres personnels de la santé qui exercent leur métier dans les régions rurales de 60 pays du Tiers-Monde, venant en aide aux populations déshéritées. Le Président Barack Obama, au pouvoir depuis 2009, n’a pas éliminé ce dispositif, malgré ses déclarations favorables à une normalisation des relations avec Cuba. [6]

L’abrogation de la loi d’Ajustement cubain et du Programme médical cubain est indispensable afin de pouvoir construire une relation apaisée entre Cuba et les Etats-Unis. Washington ne peut espérer une entente cordiale avec La Havane en maintenant des législations hostiles qui mettent en péril la vie des citoyens cubains.

Ainsi, un an après le rapprochement historique du 17 décembre 2014 entre Cuba et les Etats-Unis, de nombreux points de discorde persistent entre les deux pays. A titre d’exemple, le Président Obama, malgré ses déclarations positives, n’a toujours pas fait usage de l’ensemble de ses prérogatives pour mettre un terme aux sanctions économiques. Celles-ci affectent les catégories les plus vulnérables de la population cubaine et constituent le principal obstacle au développement de l’île.

Salim Lamrani

EN COMPLEMENT

Cuba et Migrations : jeux, enjeux et double-jeux
http://www.legrandsoir.info/cuba-et-migrations-jeux-enjeux-et-double-jeux.html

[1El Nuevo Herald, “Presidente de Costa Rica viajará a Cuba en medio de crisis por migrantes”, 19 décembre 2015.

[2U.S Citizenship and Immigration Services, “Cuban Adjustment Act”, 1996. http://www.uscis.gov/green-card/other-ways-get-green-card/green-card-cuban-native-or-citizen (site consulté le 25 décembre 2015).

[3Elizabeth Newhouse, « Disaster Medicine : U.S. Doctors Examine Cuba’s Approach », Center for International Policy, 9 juillet 2012. http://www.ciponline.org/research/html/disaster-medicine-us-doctors-examine-cubas-approach (site consulté le 18 juillet 2012).

[4United States Congresse, “Cuban Adjustment Act”, 2 novembre 1966. https://www.gpo.gov/fdsys/pkg/STATUTE-80/pdf/STATUTE-80-Pg1161.pdf (site consulté le 25 décembre 2015).

[5The New York Times, « A New Cuban Exodus », 21 décembre 2015.

[6United States Department of State, « Cuban Medical Professional Parole Program », 26 janvier 2009. http://www.state.gov/p/wha/rls/fs/2009/115414.htm (site consulté le 25 décembre 2015).


URL de cet article 29775
  

Même Auteur
Washington contre Cuba.
Salim LAMRANI
WASHINGTON CONTRE CUBA - L’affaire des Cinq. Un demi-siècle de terrorisme, dirigé par Salim Lamrani. Edition le temps des cerises Textes de : Howard Zinn, Noam Chomsky, William Blum, Michael Parenti, Piero Gleijeses, Ignacio Ramonet, Leonard Weinglass, Wayne S. Smith, Saul Landau, Michael Steven Smith, James Petras, Jitendra Sharma, Ricardo Alarcon, Gianni Mina, Nadine Gordimer. « Les Etats-Unis n’ont jamais annexé Cuba, mais ils en ont fait une colonie virtuelle jusqu’à ce que, en janvier (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

Une fois que vous avez vu certaines choses, vous ne pouvez pas les -voir. Et ne rien voir est autant un acte politique que de voir quelque chose.

Arundhati Roy

"Un système meurtrier est en train de se créer sous nos yeux" (Republik)
Une allégation de viol inventée et des preuves fabriquées en Suède, la pression du Royaume-Uni pour ne pas abandonner l’affaire, un juge partial, la détention dans une prison de sécurité maximale, la torture psychologique - et bientôt l’extradition vers les États-Unis, où il pourrait être condamné à 175 ans de prison pour avoir dénoncé des crimes de guerre. Pour la première fois, le rapporteur spécial des Nations unies sur la torture, Nils Melzer, parle en détail des conclusions explosives de son enquête sur (...)
11 
Ces villes gérées par l’extrême-droite.
(L’article est suivi d’un « Complément » : « Le FN et les droits des travailleurs » avec une belle photo du beau château des Le Pen). LGS Des électeurs : « On va voter Front National. Ce sont les seuls qu’on n’a jamais essayés ». Faux ! Sans aller chercher dans un passé lointain, voyons comment le FN a géré les villes que les électeurs français lui ont confiées ces dernières années pour en faire ce qu’il appelait fièrement « des laboratoires du FN ». Arrêtons-nous à ce qu’il advint à Vitrolles, (...)
40 
Reporters Sans Frontières, la liberté de la presse et mon hamster à moi.
Sur le site du magazine états-unien The Nation on trouve l’information suivante : Le 27 juillet 2004, lors de la convention du Parti Démocrate qui se tenait à Boston, les trois principales chaînes de télévision hertziennes des Etats-Unis - ABC, NBC et CBS - n’ont diffusé AUCUNE information sur le déroulement de la convention ce jour-là . Pas une image, pas un seul commentaire sur un événement politique majeur à quelques mois des élections présidentielles aux Etats-Unis. Pour la première fois de (...)
23 
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas | Bernard Gensane
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.