RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher

« Xi le Dictateur » : un mythe né de l’ignorance et des préjugés (Counterpunch)

Le buzz dans les médias occidentaux a commencé il y a des années. Il a récemment atteint un crescendo avec le XIXe Congrès du Parti communiste chinois qui a confié un second mandat à Xi Jinping en tant que dirigeant national.

On a beaucoup glosé sur le fait que Xi serait maintenant le leader chinois le plus puissant depuis Mao et Deng, et même Mao lui-même. Il l’aurait emporté dans les luttes de pouvoir habituelles, et aurait supplanté ses rivaux, dit-on. Le nouveau néologisme à la mode est « Xiconomics », qui laisse entendre qu’il aurait aussi pris le contrôle de l’économie Chinoise. Tout cela assorti des éternelles allusions aux dangers de la dictature, de l’hyper-concentration des pouvoirs, de l’abus d’autorité, de la répression, etc.

Cette vision occidentale ne fait que démontrer, une fois de plus, l’ignorance et les préjugés dont ceux qui la colportent font preuve depuis longtemps à l’égard de la Chine. Pour comprendre la position de Xi Jinping, il faut étudier de plus près la nature de la gouvernance chinoise d’aujourd’hui et regarder comment elle devenue ce qu’elle est.

La Chine d’aujourd’hui est une méritocratie qui a un leadership véritablement collectif. Ces deux caractéristiques déterminantes ont pris forme à l’époque de Deng Xiaoping. Pour Deng et ses camarades réformateurs, les excès dévastateurs de la période maoïste ont clairement démontré qu’un pouvoir incontrôlé au sommet était très dangereux pour le bien de la nation. Deng a interdit tout culte de la personnalité autour de sa personne. De toute façon, la présence d’autres révolutionnaires de la première génération - comme Chen Yun et Li Xiannian – montrait bien que Pékin n’était plus dirigé par un seul homme.

Après Deng, la Chine s’est installée dans un système où le chef du Parti communiste partageait l’autorité avec ses collègues du Comité permanent du bureau politique du parti communiste. Ils ont mis en place un système efficace de méritocratie en ressuscitant l’examen impérial de la compétence idéale pour évaluer au mieux l’aptitude à occuper des postes élevés. Au XXIe siècle, les critères de bonne gouvernance ont été l’expérience et la capacité d’action. Le résultat : un parti et un gouvernement éprouvés dont les cadres et les dirigeants ont accumulé une expérience bien plus riche et des compétences bien plus impressionnantes que celle de leurs homologues de n’importe quelle démocratie.

Avec 85 millions de membres, le Parti communiste lui-même est plus grand que la plupart des nations sur Terre. La « dictature du parti unique » qu’ont inventée les occidentaux, dans leur ignorance, est en fait un assortiment de multiples factions aux intérêts divergents réunies sous un même toit. Les différences entre ces factions sont plus grandes et infiniment plus significatives que celles qui existent entre les partis Démocrate et Républicain aux États-Unis, par exemple. Les débats internes au Parti communiste chinois sur les politiques à mener sont fréquents et vigoureux. A la fin, les questions non résolues sont réglées par le Comité permanent.

Les meilleurs cerveaux de la nation débattent et décident des meilleures politiques de gouvernance pour la nation. Ce n’est donc pas un hasard si, au cours des dernières décennies, la Chine est parvenue à améliorer le niveau de vie de ses habitants dans une mesure de plus en plus reconnue comme unique au monde.

C’est dû au système de gouvernement qui a permis de voir, il y a une dizaine d’années, que Xi Jinping était la meilleure personne pour conduire la Chine dans la phase suivante de son redressement après un nadir* historique, et de décider de lui confier cette mission. Contrairement à la mythologie et à l’obsession occidentales, Xi n’a pas « lutté » pour le pouvoir ni ne l’a « pris » pour arriver au sommet. C’est la méritocratie chinoise, qui a évolué sur plusieurs générations, qui a décidé de le mettre là où il est, après qu’il a passé brillamment tous les tests de tous les systèmes d’évaluation.

La méritocratie a choisi Xi pour s’attaquer à une tâche extrêmement difficile. Son mandat comporte deux volets : résoudre les problèmes terribles accumulés par des décennies de réformes accélérées (corruption galopante, discipline militaire laxiste, intensification de l’hostilité de l’Empire américain, etc.), et conduire l’économie chinoise au stade suivant. Pour lui donner la meilleure chance d’y parvenir, le leadership collectif lui a conféré la plus grande autorité depuis Deng Xiaoping.

La prochaine fois que vous entendrez parler de Xi le dictateur ou de Xi-qui-s’est-accaparé-le-pouvoir, pensez à tout ce que je viens de vous dire.

Thomas HON WING POLIN

Note  :

* Le nadir (de l’arabe نظير, naẓīr, « opposé ») est, en astronomie, le point de la sphère céleste représentatif de la direction verticale descendante, c’est-à-dire le point de la sphère céleste « en dessous » d’un endroit particulier. Il est donc l’opposé du zénith. Par extension, le nadir peut signifier « le point le plus bas » (Wikipedia).

Traduction : Dominique Muselet

»» https://www.counterpunch.org/2017/12/26/98516/
URL de cet article 32749
  

Même Thème
Les Chinois sont des hommes comme les autres
Maxime VIVAS
Zheng Ruolin (Ruolin est le prénom) publie chez Denoël un livre délicieux et malicieux : « Les Chinois sont des hommes comme les autres ». L’auteur vit en France depuis une vingtaine d’années. Son père, récemment décédé, était un intellectuel Chinois célèbre dans son pays et un traducteur d’auteurs français (dont Balzac). Il avait subi la rigueur de la terrible époque de la Révolution culturelle à l’époque de Mao. Voici ce que dit le quatrième de couverture du livre de ZhengRuolin : « La Chine se (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

La propriété privée nous a rendus si stupides et si bornés qu’un objet n’est nôtre que lorsque nous le possédons.

Karl Marx

Lorsque les psychopathes prennent le contrôle de la société
NdT - Quelques extraits (en vrac) traitant des psychopathes et de leur emprise sur les sociétés modernes où ils s’épanouissent à merveille jusqu’au point de devenir une minorité dirigeante. Des passages paraîtront étrangement familiers et feront probablement penser à des situations et/ou des personnages existants ou ayant existé. Tu me dis "psychopathe" et soudain je pense à pas mal d’hommes et de femmes politiques. (attention : ce texte comporte une traduction non professionnelle d’un jargon (...)
46 
Analyse de la culture du mensonge et de la manipulation "à la Marie-Anne Boutoleau/Ornella Guyet" sur un site alter.
Question : Est-il possible de rédiger un article accusateur qui fait un buzz sur internet en fournissant des "sources" et des "documents" qui, une fois vérifiés, prouvent... le contraire de ce qui est affirmé ? Réponse : Oui, c’est possible. Question : Qui peut tomber dans un tel panneau ? Réponse : tout le monde - vous, par exemple. Question : Qui peut faire ça et comment font-ils ? Réponse : Marie-Anne Boutoleau, Article XI et CQFD, en comptant sur un phénomène connu : "l’inertie des (...)
93 
Le DECODEX Alternatif (méfiez-vous des imitations)
(mise à jour le 19/02/2017) Le Grand Soir, toujours à l’écoute de ses lecteurs (réguliers, occasionnels ou accidentels) vous offre le DECODEX ALTERNATIF, un vrai DECODEX rédigé par de vrais gens dotés d’une véritable expérience. Ces analyses ne sont basées ni sur une vague impression après un survol rapide, ni sur un coup de fil à « Conspiracywatch », mais sur l’expérience de militants/bénévoles chevronnés de « l’information alternative ». Contrairement à d’autres DECODEX de bas de gamme qui circulent sur le (...)
103 
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas | Bernard Gensane
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.