RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher
Thème : ARTE

Arte : d’indécrottables préjugés !

André LACROIX

Spectateur régulier de la chaîne ARTE, j’espérais beaucoup du documentaire diffusé le 27 novembre, ainsi présenté dans la presse quotidienne : « À l’occasion du 70e anniversaire de la Déclaration universelle des droits de l’homme, le réalisateur Claus Kleber, par ailleurs présentateur vedette de la ZDF, procède à un inventaire et dresse un état des lieux soulevant des questions complexes. Car si ce texte, rédigé en 1948 suite aux horreurs de la Seconde Guerre mondiale, ambitionnait de s’appliquer à tous les citoyens du monde, il reflète néanmoins une vision occidentale. Ainsi, les valeurs de la culture islamique ou encore les normes sociales asiatiques constituent aussi des clés nécessaires pour appréhender nombre de crises et conflits actuels. Comment, dès lors, concilier des conceptions des droits humains parfois très éloignées, selon les cultures, des principes que les Occidentaux souhaitaient universels ? »

Une telle annonce laissait entrevoir un documentaire passionnant. La déception a été grande chez les téléspectateurs qui ont eu le courage de regarder jusqu’au bout cette émission d’une heure et demie, brouillonne et bavarde, ne répondant que très partiellement au programme annoncé (1). Si l’on peut comprendre que, dans le contexte actuel d’islamophobie, « les valeurs de la culture islamique » aient été passées au bleu, en revanche on était en droit d’attendre une mise en perspective de la Déclaration de 1948 et notamment le rappel que ce texte fondamental ne concernait pas seulement les droits individuels (liberté d’expression, d’association, de religion), mais également les droits sociaux (nourriture, santé, éducation). Seules allusions à ces droits sociaux : un professeur de Shanghai revendiquant comme priorité l’éradication de la pauvreté et le rappel de la sortie de la misère de 600 millions de Chinois ; une infirmière kényane parcourant les villages pour inculquer les principes du contrôle des (...) Lire la suite »

Mélenchon victime d’un "fake" de "28 Minutes" sur Arte.

Jacques-Marie BOURGET

"28 Minutes" d'Arte se prend pour le lieu géométrique de la vérité. Pas un mot, pas un son, pas un signe de cette tribune qui ne soit vrai, authentique comme le camembert à la louche. Mardi 9 janvier la clique à Quin s'en est pris à Mélenchon accusé de "Fake". Manque de pot c'est celui qui le dit qui y est : Mélenchon a "bon" et les petits marquis d'Arte, "faux".

Le 4 septembre 2009 le journal « Le Parisien » nous faisait part d’une fondamentale et magnifique nouvelle : « La journaliste Elisabeth Quin a été nommée chargée de mission pour les industries de la haute couture et du prêt-à-porter auprès du ministre de l'Industrie, Christian Estrosi. » Editorialiste, « reporter sur la haute couture » et chroniqueuse culture à Madame Figaro, critique de cinéma à Paris Première, la journaliste a 46 ans... « Elle devra également exercer un rôle de veille en créant notamment un lien permanent entre les professionnels et le ministre ». Je me demandais depuis longtemps où Elisabeth Quin qui, chaque soir lors de son émission « 28 minutes » sur Arte noie les naïfs qui la regardent d’un flot de bonnes pensées, je me demandais donc où la dame avait appris toutes ses certitudes ? Voilà, c’est chez Estrosi qu’elle a parfait son absence de doute. Faut dire qu’avoir pour patron un motodidacte vous conduit tout de suite soit dans le décor, soit dans le savoir. Heureusement le « trailbike » (...) Lire la suite »
47 
Membre de la présidence du conseil de surveillance d’Arte, BHL veille sur son impartialité depuis 21 ans

La chaîne ARTE où l’info… c’est RATÉ !

Daniel VANHOVE

Mardi dernier 03 novembre, Arte annonçait la diffusion de reportages exceptionnels et exclusifs en soirée à propos de l’implantation calamiteuse de l’Etat d’Israël en Palestine.

L’extrême complexité du sujet ne semblait pas désorienter la présentatrice joyeuse, sémillante et même « fière » (sic) de cette « exclusivité » - l’un des reportages ayant été primé - comme si c’était-là le plus important à annoncer aux téléspectateurs. Au-delà de commentaires contestables, les reportages en question se sont révélés évidemment orientés, évitant de soulever bien des questions – trop nombreuses à énumérer ici – mais chacun pourra revoir ces reportages sur le site de la chaîne Arte pour s’en faire une idée. La ligne directrice de la chaîne a singulièrement évolué ces dernières années, et particulièrement depuis l’arrivée au sein de son Conseil d’Administration de LA lumière de St-Germain-des-Prés, LE philosophe B-H Lévy. Il ne se passe pas une semaine sans qu’un programme n’érige la Palestine en exemple de courageuse résistance à l’encontre de l’idéologie sioniste mortifère à l’œuvre sur ses terres à travers un film, un documentaire, un reportage, une fiction, … Et absolument tous les commentaires et analyses des (...) Lire la suite »

Quand les médias s’abreuvent aux sources de l’agence de presse « Le Grand Soir »

legrandsoir
On avait déjà eu Le Figaro donnant un lien pour que ses lecteurs lisent un article traduit et publié par LGS . On avait eu Le Monde Diplomatique qui nous cite comme média crédible. On avait eu Charlie Hebdo qui nous aime tellement qu'il veut nous protéger sur notre droite (hum !). Voici que la chaîne Franco-Allemande Arte nous affiche sur son écran à une heure de grande écoute. Jeudi 17 janvier 2013, Arte offrait à ses téléspectateurs (hauts de gamme, n'est-ce pas ?) un débat sur Cuba. Encore un ! On se demande pourquoi cette petite île perdue là -bas, si loin, passionne à ce point nos médias (re-hum !). Bref, s'affrontaient vers 20H30 dans l'émission « 28 mn » sur le plateau d'Arte, des gens qui haïssent Cuba (et qui mentent sans vergogne) des gens qui n'aiment pas trop Cuba et des gens qui l'aiment un tout petit peu (un bisou, mais pas sur la bouche). Les amis de Cuba, les Cubains de l'ambassade, les intellectuels cubains exerçant à Cuba n'étaient pas là , par manque de chaises (Arte, faible (...) Lire la suite »
17