Quantcast
RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher

12 
L’information selon ARTE ou les mensonges tranquilles :

ARTE et ses chroniqueurs menteurs et professionnellement branleurs.

Le soir, à 20 h 05 sur ARTE, le magazine « 28 minutes » (qui prétend apporter un « éclairage original et iconoclaste » sur les questions politiques, économiques et sociales ») succède au journal de 19 h 45.
Voyons comment ARTE fait une fixette malhonnête sur les pays d’Amérique latine qui résistent à l’Oncle Sam.

1- CUBA

Le mercredi 8 avril, à 20 h 05 dans le « 28 minutes », l’éditorialiste attitré Jean-Mathieu Pernin nous parla des médecins cubains qui sont sortis de leur pays pour aller combattre le Covid-19 un peu partout dans le monde. On sait qu’ils interviennent en France (dans les DOM-TOM : la Martinique, la Guadeloupe, la Guyane et Saint-Pierre-et-Miquelon) et dans la principauté d’Andorre dont le coprince est le président français. Le journaliste nous en parla-t-il pour les remercier ? Que nenni ! Figurez-vous que l’ONU, dans un rapport de janvier s’alarme de leurs conditions de travail qui en font des « esclaves » de « la dictature cubaine ». Si j’avais le temps de courir derrière tous les mensonges pour les dénoncer, je rechercherais ce rapport, je le lirais en y cherchant vainement où il qualifie Cuba de « dictature » et les médecins cubains d’« esclaves ». J’ai eu naguère l’occasion de passer une journée, à Toulouse (mentor et guide) avec une doctoresse cubaine invitée par l’association France-Cuba et je n’ai pas perçu chez elle le moindre abattement d’une esclave, mais plutôt la fierté d’une patriote au service des humains.

2- LE VENEZUELA

Le journal d’ARTE est annoncé comme « une approche européenne et culturelle de l’actualité ».
Cela signifie que c’est la vision « européenne » de l’actualité qui nous est propose, et non pas l’actualité. On est bien d’accord, là.
Le mardi 5 mai, un « sujet » de 2 minutes est consacré au Venezuela où une tentative d’invasion par des mercenaires vient d’échouer. Je vous laisse déguster ce sommet de mauvaise foi et de contradiction concentrées, œuvre de Christian Roudaut (photo) qui se présente comme journaliste, auteur et réalisateur (et pas menteur ?).

Le titre : « Le Venezuela victime d’une tentative d’invasion ». Attendez, il y a une suite : « selon son président ».

Et l’info : « Nicolas Maduro dans son rôle favori : l’homme d’Etat que l’on voulait abattre ». Et encore : « Devant les caméras, le président du Venezuela ne boude pas son plaisir… »

La vidéo d’ARTE nous montre bien que la tentative a eu lieu, mais, pour Christian Roudaut, le commentateur d’ARTE, le conditionnel est de rigueur :
« Selon les autorités vénézuéliennes, un groupe de mercenaires aurait cherché à accoster... ».

Ses mises en doute sont permanentes alors que les faits ont bien eu lieu. Les images nous le montrent. Tous les commentaires de Christian Roudaut s’acharnent lamentablement à les effacer de nos esprits.

Cette tentative d’invasion est démontrée dans la vidéo, on voit les prisonniers, on voit des documents saisis, on voit les pièces d’identité de deux ressortissants américains,« brandies par Maduro, telles des trophées de guerre ». Et si l’on a affaire à une prétendue agression imaginée par « le pouvoir chaviste… », comment Christian Roudaut peut-il affirmer : « L’opération s’est soldée par la mort de 8 hommes » ? Il fallait dire : « se serait soldée ».

Et puis, n’êtes-vous pas (comme Christian Roudaut) scandalisés d’entendre que ces braves envahisseurs, qui n’ont pas envahi mais qui ont été tués ou arrêtés (en essayant de) sont « qualifiés de terroristes par le pouvoir chaviste… »

Mais le plus beau est ici, où il est clair que Christian Roudaut est un branleur de première : selon lui, le leader de l’opposition, Juan Guaidó « revendique toujours la victoire à la présidentielle de 2018 ».

Election dont il ne pouvait sortir ni vainqueur ni vaincu puisqu’il n’était pas candidat !

Tirez la chasse sur Christian Roudaut, « auteur et réalisateur », je veux bien, puisqu’il le dit, mais « journaliste », je ne crois pas, ou alors, la « Charte de Munich  » ne s’applique pas à ce glandeur malveillant qui a bafoué la plupart de ses préconisations en 2 minutes à peine.

Maxime VIVAS

A lire absolument cet article sourcé et documenté de mon ami Thierry Deronne, depuis Caracas :
Vous allez voir la différence entre un journaliste et un branleur (oui, j’insiste, mais, hein ? Et puis, le mot « connard » est déjà utilisé par Viktor Dedaj pour désigner les formatés d’HEC).


EN COMPLEMENT : Romain Migus explique la situation :

URL de cet article 36107
   

Même Auteur
Les Chinois sont des hommes comme les autres
Maxime VIVAS
Zheng Ruolin (Ruolin est le prénom) publie chez Denoël un livre délicieux et malicieux : « Les Chinois sont des hommes comme les autres ». L’auteur vit en France depuis une vingtaine d’années. Son père, récemment décédé, était un intellectuel Chinois célèbre dans son pays et un traducteur d’auteurs français (dont Balzac). Il avait subi la rigueur de la terrible époque de la Révolution culturelle à l’époque de Mao. Voici ce que dit le quatrième de couverture du livre de ZhengRuolin : « La Chine se (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

C’est seulement quand le nombre de cadavres de l’oppresseur est suffisamment grand qu’il commence à écouter.

Amilcar Cabral

Le DECODEX Alternatif (méfiez-vous des imitations)
(mise à jour le 19/02/2017) Le Grand Soir, toujours à l’écoute de ses lecteurs (réguliers, occasionnels ou accidentels) vous offre le DECODEX ALTERNATIF, un vrai DECODEX rédigé par de vrais gens dotés d’une véritable expérience. Ces analyses ne sont basées ni sur une vague impression après un survol rapide, ni sur un coup de fil à « Conspiracywatch », mais sur l’expérience de militants/bénévoles chevronnés de « l’information alternative ». Contrairement à d’autres DECODEX de bas de gamme qui circulent sur le (...)
97 
Comment Cuba révèle toute la médiocrité de l’Occident
Il y a des sujets qui sont aux journalistes ce que les récifs sont aux marins : à éviter. Une fois repérés et cartographiés, les routes de l’information les contourneront systématiquement et sans se poser de questions. Et si d’aventure un voyageur imprudent se décidait à entrer dans une de ces zones en ignorant les panneaux avec des têtes de mort, et en revenait indemne, on dira qu’il a simplement eu de la chance ou qu’il est fou - ou les deux à la fois. Pour ce voyageur-là, il n’y aura pas de défilé (...)
43 
La crise européenne et l’Empire du Capital : leçons à partir de l’expérience latinoaméricaine
Je vous transmets le bonjour très affectueux de plus de 15 millions d’Équatoriennes et d’Équatoriens et une accolade aussi chaleureuse que la lumière du soleil équinoxial dont les rayons nous inondent là où nous vivons, à la Moitié du monde. Nos liens avec la France sont historiques et étroits : depuis les grandes idées libertaires qui se sont propagées à travers le monde portant en elles des fruits décisifs, jusqu’aux accords signés aujourd’hui par le Gouvernement de la Révolution Citoyenne d’Équateur (...)
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas | Bernard Gensane
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.