RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher

13 raisons de réélire Dilma Rousseff (Brasil de Fato)

Je voterai pour la politique nationale de participation sociale ; pour le maintien des quotas dans les universités ; pour l’Enem, le Pronatec et le ProUni ; et pour l’augmentation du pourcentage du PIB investi dans l’éducation.

1. Malgré les aléas et les contradictions du PT et du gouvernement actuel, je voterai pour Dilma pour que soient améliorées les politiques sociales qui, au cours des 12 dernières années, ont sorti de la pauvreté 36 millions de Brésiliens.

2. Je voterai pour que le Brésil continue d’être indépendant et souverain, libre de l’ingérence de la Banque mondiale et du FMI, loin des exigences de l’Union européenne et critique des actions impérialistes des USA.

3 Je voterai Dilma pour l’intégration de l’Amérique latine et des Caraïbes ; pour un soutien solidaire aux gouvernements de Cuba, du Venezuela, de la Bolivie, de l’Équateur et de l’Uruguay ; et pour l’autonomie de la CELAC et du Mercosur.

4 Je voterai Dilma pour le respect du droit de grève et des manifestations publiques, inscrit dans la Constitution, sans criminalisation des mouvements sociaux et de leurs dirigeants.

5 Je voterai Dilma pour la politique nationale de participation sociale ; pour le maintien des quotas dans les universités ; pour l’Enem (1), le Pronatec et le ProUni (2) ; et pour l’augmentation du pourcentage du PIB investi dans l’éducation.

6 Je voterai en faveur du programme Mais médicos (Plus de médecins) qui, grâce à son action préventive, a fait diminuer le taux de mortalité des nouveaux-nés à 15,7 pour 1000.

7 Je voterai pour un accès facilité au crédit et pour l’augmentation annuelle du salaire minimum, afin d’élargir le pouvoir d’achat des familles brésiliennes, pour que le voyage aérien ne soit plus le luxe des classes riches.

8 Je voterai pour que le travail-esclave dans les fermes de l’agro-industrie soit sévèrement puni et que les propriétés concernées soient confisquées en faveur de la réforme agraire.

9 Je voterai pour que la police fédérale reste non partisane, et qu’elle puisse procéder à des arrestations même de membres du gouvernement, et qu’elle continue la lutte contre le trafic de drogue, la contrebande et l’activité néfaste de ceux qui pratiquent le change illégal de monnaie.

10 Je voterai pour que l’inflation soit maintenue sous contrôle et, qu’au Brésil, la croissance de l’IDH (Índice de Desenvolvimento Humano - Indice de développement humain) soit considérée comme plus importante que le PIB. Si notre PIB augmente peu, notre IDH est le deuxième dans le monde derrière les États-Unis, compte tenu de la taille de la population (3).

11 Je voterai pour que notre diplomatie reste indépendante, alliée à des causes justes, sans que l’on soit obligé enlever ses chaussures à la douane nord-américaine (4) et sans devoir approuver le terrorisme guerrier des États-Unis, qui dissémine larmes et souffrance dans de nombreuses régions de la planète.

12 Je voterai pour la préservation du Marco Zero de l’Internet (5), sans ingérence des géants des télécommunications, qui ne s’intéressent qu’à la marchandisation des réseaux sociaux et à la garde du contrôle de la communication numérique.

13 Je voterai, enfin, pour un Brésil meilleur, même si le gouvernement actuel est contradictoire et incapable de promouvoir des réformes structurelles ni de punir les responsables des crimes de la dictature militaire. Cependant, je crains la régression et, dans la conjoncture actuelle, je n’échangerai pas le connu contre l’inconnu.

Frei Betto

http://www.brasildefato.com.br/node/29804

Frei Betto (né le 25 août 1944 à Belo Horizonte, Minas Gerais, au Brésil) est un moine dominicain brésilien, théologien de la libération, écrivain, militant politique proche du Parti des Travailleurs au pouvoir.

Traduit par Nicolas pour SI LE BRÉSIL M’ÉTAIT TRADUIT…

»» http://lebresilentraduction.over-blog.com

Notes du traducteur :

(1) ENEM (Exame Nacional do Ensino Médio - Examen National de l’Enseignement Secondaire) – examen de fin d’étude secondaire, équivalent du Baccalauréat, qui remplace depuis peu les examens d’entrée propres à chaque université.

(2) PRONATEC (Programa Nacional de Acesso ao Ensino Técnico e Emprego Institucional – Programme national d’accès à l’enseignement technique et à l’emploi institutionnel) ;
PROUNI (Programa Universidade para Todos – Programme Université pour tous) – deux programmes gouvernementaux qui fournissent des bourses d’études.

(3) Il faut beaucoup chercher pour arriver à une telle conclusion, mais comme on est d’accord avec le reste du texte...

(4) Référence à l’épisode vécu par l’ambassadeur du gouvernement de Fernando Henrique Cardoso Celso Lafer, en 2002, que l’on obligea à enlever ses chaussures à l’aéroport de Miami, ce qu’il fit.

(5) Loi nº 12.965, du 23 avril 2014 qui régule l’utilisation d’Internet au Brésil, en définissant les droits et les devoirs des internautes, ainsi que l’action du gouvernement. Cette loi est considérée comme une avancée pour la protection numérique des citoyens.


URL de cet article 26940
  

"Pourquoi les pauvres votent à droite"
Thomas Frank
Titre original : What’s the matter with Kansas ? (2004, 2005, 2007) Traduit de l’anglais par Frédéric Cotton Nouvelle édition. Première parution française dans la collection « Contre-feux » (Agone, 2008) À la fin des années 1960, la concurrence internationale et la peur du déclassement transforment un populisme de gauche (rooseveltien, conquérant, égalitaire) en un « populisme » de droite faisant son miel de la crainte de millions d’ouvriers et d’employés d’être rattrapés par plus déshérités qu’eux. (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

"Il est difficile de faire comprendre quelque chose à quelqu’un lorsque son salaire lui impose de ne pas comprendre."

Sinclair Lewis
Prix Nobel de littérature

Analyse de la culture du mensonge et de la manipulation "à la Marie-Anne Boutoleau/Ornella Guyet" sur un site alter.
Question : Est-il possible de rédiger un article accusateur qui fait un buzz sur internet en fournissant des "sources" et des "documents" qui, une fois vérifiés, prouvent... le contraire de ce qui est affirmé ? Réponse : Oui, c’est possible. Question : Qui peut tomber dans un tel panneau ? Réponse : tout le monde - vous, par exemple. Question : Qui peut faire ça et comment font-ils ? Réponse : Marie-Anne Boutoleau, Article XI et CQFD, en comptant sur un phénomène connu : "l’inertie des (...)
93 
Lorsque les psychopathes prennent le contrôle de la société
NdT - Quelques extraits (en vrac) traitant des psychopathes et de leur emprise sur les sociétés modernes où ils s’épanouissent à merveille jusqu’au point de devenir une minorité dirigeante. Des passages paraîtront étrangement familiers et feront probablement penser à des situations et/ou des personnages existants ou ayant existé. Tu me dis "psychopathe" et soudain je pense à pas mal d’hommes et de femmes politiques. (attention : ce texte comporte une traduction non professionnelle d’un jargon (...)
46 
"Un système meurtrier est en train de se créer sous nos yeux" (Republik)
Une allégation de viol inventée et des preuves fabriquées en Suède, la pression du Royaume-Uni pour ne pas abandonner l’affaire, un juge partial, la détention dans une prison de sécurité maximale, la torture psychologique - et bientôt l’extradition vers les États-Unis, où il pourrait être condamné à 175 ans de prison pour avoir dénoncé des crimes de guerre. Pour la première fois, le rapporteur spécial des Nations unies sur la torture, Nils Melzer, parle en détail des conclusions explosives de son enquête sur (...)
11 
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas | Bernard Gensane
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.