RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher
33 

Iran, la quête occidentale d’une hécatombe justificatrice…

Avec l’océan de bave et d’encre, l’Himalaya de conneries et d’invectives proférées contre le régime iranien par les jeteurs de sorts des médias occidentaux, tous vilement, bêtement tournés vers ce pays devenu centre du monde, l’occident cache à peine sa volonté de voir un terrible massacre de milliers de gens qui justifierait ses accusations de cruauté inhumaine du pouvoir iranien.

Je voudrais croire volontiers à la bonne foi de nos médias si dans le même temps, ces défenseurs de démocratie osaient défier les crapules bancaires et financières qui font des milliers de morts par la faim et la misère dans le monde chaque jour de l’année. Car l’ennemi du monde, c’est l’engeance bancaire, financière et industrielle occidentale qui impose des politiques économiques opprimantes et affameuses un peu partout dans le monde où elle sévit derrière la banque mondiale, le Fmi et leurs organismes régionaux faisant et défaisant les gouvernements dans les pays pauvres. Je dis que les peuples occidentaux doivent faire attention à ce qu’ils entendent, regardent ou lisent venant de leur organe de presse s’ils veulent rester humains et dignes du respect du reste du monde. De toute façon, en occident même, tout le monde sait qui fignole le mode social où frappent le stress intenable, le travail éreintant, l’endettement généralisé, la pauvreté, la misère, l’explosion des épidémies de civilisation telles le cancer, les maladies cardio-vasculaires, les névroses, les psychoses, la barbarie de l’incommunication entre individus, les complexes liés à la mégalomanie dans la consommation, l’impossibilité de fréquenter un être humain encore humain… Tout cela ne vient point du dehors mais de l’immonde système barbare institué selon nos élites économiques et procédant des structures de domination gérée par la faune politicienne à leur service. L’Iran et ses élections, voilà une diversion en temps de crise occidentale, un défoulement malsain pour les peuples infantilisés et réifiés par les médias. Car à moins d’être totalement abruti, nul n’est sans savoir que la démocratie que prétendent défendre les chiens baveurs de la presse occidentale, n’existe pas à l’intérieur de pays où tout appartient à quelques familles de banquiers et d’industriels qui fignolent récession et croissance au gré de leur cupidité dans le supérieur mépris des peuples. Il n’y pas non plus de liberté d’expression où la presse appartient soit à ces mêmes familles riches qui asservissent pillent les peuples ou à l’État à la solde des familles susdites au dédain des nations. Ce qui est dit et montré dans la presse, l’est uniquement pour l’abrutissement des esprits et le règne débilitant de l’oligarchie selon ce qu’elle entend faire passer comme information ou stimuli à l’échantillon-peuple dans le behaviorisme collectif dont la presse est l’instrument privilégié.

Qui ne se rappelle l’élection frauduleuse et scandaleuse de Georges W. Bush en 2000 ? Ici, il faut bien comprendre que ce ne fut pas une question d’écart plus petit qui ne changerait en rien le candidat victorieux desdites élections comme c’est probablement le cas d’Ahmadinedjad vainqueur sur Moussavi d’après même les préalables sondages étasuniens, mais vraiment de soupçon d’un réel vol de la victoire électorale d’Al Gore. Pourtant, tout a été réglé derrière les caméras loin des agitations par les maîtres du système.

Quant aux manifestations de rue, l’on sait comment ça se passe aux É.-U., la police assigne le parcours permis aux manifestants, et comme la presse ne perd pas son temps en général avec des trublions de la rue, sauf quelques scoops montrant en quelques secondes aux nouvelles, les gens qui défilent ; et gare à eux s’ils s’aventurent ailleurs que les lieux autorisés, la matraque les dispersera… Les peuples occidentaux doivent toujours se méfier de leurs télévisions, ces abîmes de tous les mensonges, de toutes les manipulations et de tous les abêtissements. N’oublions pas le faux charnier de Timisoara-Roumanie en décembre 1989 où 200 morts tout au plus, avaient été transformés en des milliers par nos télévisions alors que l’armée étasunienne amoncelait dans un véritable charnier de plus de trois milliers de civils panaméens zigouillés gratuitement par des yankees, sans que la presse y eût accès.

1989 : invasion du Panama par les Etats-Unis...
...éclipsée dans les médias par le faux charnier de Timisoara (Roumanie)

Ploutocratie ou théocratie, la démocratie est perdante.

Les évènements d’Iran me conduisent au triste constat que les états moyens qui veulent échapper au surcontrôle des occidentaux dont la pulsion pathologique consiste à faire du monde entier leur domaine privé, est de se référer à des positions extrêmes pour combattre l’extrême. Ainsi donc malgré la laideur de toute théocratie que j’abhorre dans leur essence et par conviction, la salissure interventionniste occidentale, laisse-t-elle d’autres choix aux nations quand on sait que la ploutocratie fait fonctionner l’économie comme une métaphysique de l’immuable, une théologie du faux ? La ploutocratie occidentale est en soi une forme de théocratie sans dieu et sans église dont le hiératisme financier réel a su ériger l’économisme malsain de la finance avec ses mensonges, ses arcanes fallacieuses, ses asservissements invisibles des peuples proprement occidentaux par le crédit, le travail incessant, la performance aliénante et la consommation exponentielle nécessaire pour combler la dette artificielle créée afin d’enrichir les banquiers et leurs acolytes…

Entre la théocratie proprement théocratique de l’Iran et la théocratie financière de l’occident nous sommes dans les deux camps si éloignés de la démocratie et du respect des droits inaliénables de la personne. Si éloignés aussi de cette démocratie hallucinée des journaleux et des simplistes des médias occidentaux ou des protagonistes de l’opinion publique occidentale constamment biaisée, asservie !!!

En attendant, pour sa mesquine gloire et sa haine de qui les déifie, l’occident fait tout pour obtenir un bain de sang, une hécatombe des foules qu’il utilise comme marchepied de ses ambitions et son orgueil blessé par le régime islamique. Hécatombe appelée des voeux sordides des establishments occidentaux criminels et maudits où le sang des victimes iraniennes servirait d’eau apportée au moulin d’un occident ethno-sociocentriste prolifique de bave hégémonique et droit-de-l’hommiste contre l’Iran.

Que les citoyens occidentaux prennent garde ! Car encore une fois, on fait d’eux les ombres mouvantes de la mascarade d’une « élite » oligarchique infâme et infernale dans sa folie mégalomane de maîtresse des esprits, des vies et des biens sur la planète Terre où après les sales siècles de colonisation et d’esclavagisme, elle profite éhontée dans les pays du sud, du travail esclave des enfants, de l’esclavage moderne des femmes et des hommes, de l’exploitation de toutes sortes tant économiques que sexuelles de la masse de milliards de gens vivant pour la plupart avec moins d’un ou de deux dollars par jour dans la crasse et la déshumanisation programmée !

Camille Loty Malebranche

URL de cet article 8778
  

30 ans d’Humanité, ce que je n’ai pas eu le temps de vous dire
Michel TAUPIN
Quel plaisir de lire José Fort ! Je pose le livre sur mon bureau. Je ferme les yeux. Je viens de l’avaler d’une traite. Comme je le trouve trop court, je décide de le relire. Même à la seconde lecture, il est captivant. Cette fois, j’imagine ce qu’aurait été ce bouquin illustré par son compère Georges Wolinski comme c’était prévu. Ç’aurait été tout simplement génial. Des tarés fanatiques ne l’ont pas permis. La bêtise a fait la peau de l’intelligence et de l’élégance. De l’élégance, José Fort n’en manque pas. (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

« Partout où l’antisémitisme n’existe pas, le sionisme le fabrique »

Lorsque les psychopathes prennent le contrôle de la société
NdT - Quelques extraits (en vrac) traitant des psychopathes et de leur emprise sur les sociétés modernes où ils s’épanouissent à merveille jusqu’au point de devenir une minorité dirigeante. Des passages paraîtront étrangement familiers et feront probablement penser à des situations et/ou des personnages existants ou ayant existé. Tu me dis "psychopathe" et soudain je pense à pas mal d’hommes et de femmes politiques. (attention : ce texte comporte une traduction non professionnelle d’un jargon (...)
46 
"Un système meurtrier est en train de se créer sous nos yeux" (Republik)
Une allégation de viol inventée et des preuves fabriquées en Suède, la pression du Royaume-Uni pour ne pas abandonner l’affaire, un juge partial, la détention dans une prison de sécurité maximale, la torture psychologique - et bientôt l’extradition vers les États-Unis, où il pourrait être condamné à 175 ans de prison pour avoir dénoncé des crimes de guerre. Pour la première fois, le rapporteur spécial des Nations unies sur la torture, Nils Melzer, parle en détail des conclusions explosives de son enquête sur (...)
11 
Reporters Sans Frontières, la liberté de la presse et mon hamster à moi.
Sur le site du magazine états-unien The Nation on trouve l’information suivante : Le 27 juillet 2004, lors de la convention du Parti Démocrate qui se tenait à Boston, les trois principales chaînes de télévision hertziennes des Etats-Unis - ABC, NBC et CBS - n’ont diffusé AUCUNE information sur le déroulement de la convention ce jour-là . Pas une image, pas un seul commentaire sur un événement politique majeur à quelques mois des élections présidentielles aux Etats-Unis. Pour la première fois de (...)
23 
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas | Bernard Gensane
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.