RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher

La droite européenne capitalise sur la crise

Les gouvernements de la zone euro et les autorités européennes se servent de l’économie pour justifier la promotion de changements politiques de droite

Si l’on se réfère à la plupart des reportages, une chose devrait être clarifiée à propos de la situation des économies de la zone euro qui n’est pas claire du tout. Nous ne sommes pas dans une situation où des pays sont confrontés à un « dilemme » parce qu’ils ont trop dépensé et qu’ils ont accumulé trop de dette publique. Ils ne sont pas confrontés à des « choix difficiles » qui les forceraient à réduire les dépenses et à augmenter les impôts, alors que l’économie est faible ou en récession, afin de « satisfaire les marchés financiers ».

Ce qui se passe réellement est que des intérêts puissants au sein de ces pays - incluant l’Espagne, la Grèce, l’Irlande et le Portugal - tirent parti de la situation pour entreprendre les changements qu’ils désirent. Ce qui est peut-être encore plus important est que les autorités européennes - incluant la Commission Européenne, la Banque Centrale Européenne et le FMI - qui tiennent les cordons de la bourse de tous les fonds destinés aux subventions sont encore plus impliqués que les gouvernements nationaux aux changements politiques de droite. Et, ils n’ont de comptes à rendre à aucun électeur.

Dans « Treize Banquiers » [Thirteen Bankers], de Simon Johnson (l’ancien chef économiste du FMI) et de James Kwak, les auteurs décrivent les crises des marchés émergents des années 90 et font remarquer que Washington les a utilisées pour promouvoir les changements voulus par le gouvernement américain : « Lorsqu’une élite économique existante a conduit un pays dans une crise profonde, le temps du changement est venu. Et la crise elle-même présente une occasion unique, mais de courte durée, pour le changement. » Naomi Klein (« The Shock Doctrine) fournit une excellente histoire sur la façon dont les crises ont été utilisées pour introduire ou consolider des « réformes » économiques régressives et impopulaires.

C’est ce qui se passe actuellement dans les économies de la zone euro, bien que cette « crise » soit très exagérée dans la plupart d’entre elles. L’Espagne est un bon exemple. L’histoire selon laquelle l’Espagne s’est retrouvée dans un sale état à cause de la dépense excessive de son gouvernement n’est pas soutenue par les chiffres. L’Espagne a drastiquement réduit le ratio de sa dette par rapport à son PIB, alors que son économie croissait entre 2000 et 2007, de 59% à 36% de son PIB, et a connu des surplus budgétaires au cours des trois années qui ont précédé le krach de 2008. Ce krach a été déclenché par l’éclatement d’une grosse bulle immobilière en Espagne, en même temps que l’éclatement d’une grosse bulle boursière : La valeur des actions a plongé, passant de 125% du PIB en novembre 2007 à 54% du PIB un an plus tard. L’éclatement de ces deux bulles a eu un énorme impact sur la dépense privée qui s’est contractée. La récession mondiale a ajouté d’autres chocs externes à l’économie espagnole.

Aujourd’hui, l’Espagne a juste 61 milliards d’euros de dette arrivant à échéance cette année ; les autorités européennes pourraient les couvrir très facilement s’ils voulaient éviter l’éventualité d’une augmentation des taux d’intérêts sur la dette espagnole. Sans une augmentation brutale des taux d’intérêts, la dette espagnole est relativement gérable, puisqu’ils ont démarré avec une dette nette de juste 45,8% du PIB en 2009 et des intérêts à payer de seulement 1,8% du PIB. (La plupart des reportages utilisent la dette brute du pays, mais la dette nette est une meilleure mesure. La dette brute inclut la dette qui est détenue par le gouvernement lui-même, et les intérêts à payer sur cette dette incombent donc au gouvernement et, par conséquent, ne s’ajoutent pas au poids de la dette du pays.)

Bien sûr, l’Espagne connaît, cette année, un déficit budgétaire important d’environ 9% de son PIB et cela ne peut pas durer indéfiniment. Mais ce ne sera pas le cas. Le déficit se réduira surtout au moyen du processus inverse de celui qui l’a amené à ce niveau : lorsque l’économie croît, le revenu des impôts augmente, la dépense sur les « stabilisateurs automatiques » comme les indemnités de chômage se réduit et la dette baisse en fonction de l’économie ; c’est ce qui importe. Cela n’a aucun sens de réduire les dépenses et d’augmenter les impôts maintenant, alors que l’économie est toujours très faible, que l’inflation est négative et qu’il y a un risque sérieux de retomber dans la récession.

A moins que l’objectif ne soit de réduire les salaires et les avantages dans le secteur public, d’affaiblir l’emploi, de redistribuer les revenus vers le haut et de réduire la taille de l’administration, alors il n’y a pas de meilleur moment que le présent pour faire passer tout cela. Nous avons un problème politique similaire aux Etats-Unis, bien qu’il ne soit pas aussi grave : Les faucons anti-déficit montent actuellement une campagne pour réduire l’aide sociale, même si les paiements promis peuvent être honorés pendant les 33 prochaines années.

L’ironie, c’est que ceux qui veulent tirer parti de la « crise » en Espagne augmentent réellement le risque de voir les problèmes liés à la dette s’aggraver, puisque le poids de la dette augmentera si l’économie bascule dans la récession ou dans des années de stagnation, à e réaliser leurs objectifs politiques.

Mark Weisbrot est économiste et co-directeur du Center for Economic and Policy Research.

traduction :JFG-QuestionsCritiques

URL de cet article 12138
  

Même Thème
Double Morale. Cuba, l’Union européenne et les droits de l’homme
Salim LAMRANI
En juin 2003, sous l’impulsion de l’ancien Premier ministre espagnol, José Marà­a Aznar, l’Union européenne décide d’imposer des sanctions politiques et diplomatiques à Cuba. Cette décision se justifie, officiellement, en raison de la « situation des droits de l’homme » et suite à l’arrestation de 75 personnes considérées comme des « agents au service d’une puissance étrangère » par la justice cubaine et comme des « dissidents » par Bruxelles. Le seul pays du continent américain condamné par l’Union européenne (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

"Si vous n’avez pas suivi de près l’affaire Julian Assange, tout ce que vous croyez savoir est probablement faux."

Viktor Dedaj

"Un système meurtrier est en train de se créer sous nos yeux" (Republik)
Une allégation de viol inventée et des preuves fabriquées en Suède, la pression du Royaume-Uni pour ne pas abandonner l’affaire, un juge partial, la détention dans une prison de sécurité maximale, la torture psychologique - et bientôt l’extradition vers les États-Unis, où il pourrait être condamné à 175 ans de prison pour avoir dénoncé des crimes de guerre. Pour la première fois, le rapporteur spécial des Nations unies sur la torture, Nils Melzer, parle en détail des conclusions explosives de son enquête sur (...)
11 
Médias et Information : il est temps de tourner la page.
« La réalité est ce que nous prenons pour être vrai. Ce que nous prenons pour être vrai est ce que nous croyons. Ce que nous croyons est fondé sur nos perceptions. Ce que nous percevons dépend de ce que nous recherchons. Ce que nous recherchons dépend de ce que nous pensons. Ce que nous pensons dépend de ce que nous percevons. Ce que nous percevons détermine ce que nous croyons. Ce que nous croyons détermine ce que nous prenons pour être vrai. Ce que nous prenons pour être vrai est notre réalité. » (...)
55 
Hier, j’ai surpris France Télécom semant des graines de suicide.
Didier Lombard, ex-PDG de FT, a été mis en examen pour harcèlement moral dans l’enquête sur la vague de suicides dans son entreprise. C’est le moment de republier sur le sujet un article du Grand Soir datant de 2009 et toujours d’actualité. Les suicides à France Télécom ne sont pas une mode qui déferle, mais une éclosion de graines empoisonnées, semées depuis des décennies. Dans les années 80/90, j’étais ergonome dans une grande direction de France Télécom délocalisée de Paris à Blagnac, près de Toulouse. (...)
69 
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas | Bernard Gensane
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.