Quantcast
RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes


D’abord l’ALENA, ensuite le mur : comment les Etats-Unis ont joué au pompier-pyromane avec le Mexique (The Sacramento Bee)

Il est peu probable que le président Trump puisse accomplir son rêve de forcer le Mexique a payer pour le mur le long de la frontière au sud des Etats-Unis. S’il est construit, ce seront sûrement les contribuables étasuniens qui paieront la facture, estimée a près de 50 milliards de dollars. Mais il est intéressant de se pencher préalablement sur les relations économiques entre le Mexique et les Etats-Unis afin de comprendre comment l’immigration en provenance du voisin du sud est devenue un sujet à part entière dans la politique américaine au point d’être utilisé à son avantage par un personnage comme Trump.

L’ALENA (l’Accord de Libre Echange Nord-Américain) [1] est un bon point de départ. Alors que de plus en plus de personnes ont commencé à se rendre compte que ces accords trompeusement labellisés « de libre échange » ont causé du tord à des millions de travailleurs étasuniens, il est encore commun d’entendre dire autant à gauche qu’à droite que l’ALENA a été bénéfique pour le Mexique. Pourtant, cette affirmation est fortement contredite par les faits.

Si nous nous penchons sur les indicateurs les plus basiques en termes de progrès économique, l’augmentation du PIB ou le revenu par habitant, le Mexique se place à la 15ème place sur 20 pays latino-américains depuis qu’il a rejoint l’ALENA en 1994. D’autres indicateurs montrent un panorama encore plus accablant. Selon les dernières statistiques nationales du Mexique, le taux de pauvreté était de 55.1% en 2014 – donc plus haut que le taux de 1994 qui était de 52.4%.

On retrouve la même chose pour les salaires : quasiment pas d’augmentation par rapport aux salaires de 1994 si l’on tient compte de l’inflation – à peine 4.1% en 21 ans.

Pourquoi est-ce que le Mexique s’en est si mal sorti avec l’ALENA ? Il faut bien comprendre que l’ALENA était la continuation de mesures économiques qui ont commencé dans les années 80 [2], sous la pression de Washington et du FMI, à un moment où le Mexique était particulièrement vulnérable à cause de sa crise de la dette et du contexte de la récession mondiale. Ces mesures ont inclus la dérégulation et la libéralisation de l’industrie, des investissements étrangers et de la propriété (70% du système bancaire mexicain est aujourd’hui détenu par des capitaux étrangers). Le Mexique a aussi laissé derrière lui les politiques de développement mises en place durant la décennie antérieure pour se tourner vers les nouvelles recettes néolibérales qui l’ont encore plus lié à son voisin du nord et ses idées discutables en matière de développement économique.

L’objectif de l’ALENA était de verrouiller ces changements et ces mesures dans un traité international, afin de rendre plus difficile leur annulation. Il a été aussi conçu de façon à favoriser les multinationales, avec par exemple le droit de poursuivre en justice les régulations mises en place par les gouvernements et qui potentiellement réduiraient leur profits – même dans le cas de régulations dans le secteur de la santé publique ou la sécurité environnementale. Ces actions en justice sont tranchées par un tribunal composé majoritairement par des avocats d’affaires qui ne sont liés à un aucun système légal national.

Près de 2 millions d’emplois ont été détruits dans le secteur agricole mexicain, et des millions de personnes ont été déplacées, alors que le maïs subventionné [en provenance des Etats-Unis] a décimé les petits fermiers. De 1994 à 2000, l’immigration du Mexique vers les Etats-Unis a augmenté de 79%, avant de ralentir fortement les années suivantes.

Quand au mur que voudrait construire le président Trump, si l’économie mexicaine avait continué de croître après 1980 comme elle l’avait fait durant les deux décennies antérieures, les Mexicains auraient aujourd’hui le même salaire moyen que celui des Européens. Peu de Mexicains prendraient les énormes risques [que représentent traverser illégalement la frontière] pour aller vivre ou travailler aux Etats-Unis. Mais la croissance a collapsé après 1980, suite à l’expérience [économique] échouée de Washington. Même si l’on ne se concentre que sur les 23 années qui ont suivi la signature de l’ALENA, le PIB par habitant n’a augmenté que de 29%, ce qui ne représente qu’une petite fraction comparé aux 99% d’augmentation durant la période 1960-1980.

En fin de compte, si jamais il est construit, ce mur causerait de lourds dommages environnementaux ainsi qu’économiques. Mais au final, ce sont les dommages sur le long terme causés par Washington aux dépends de l’économie mexicaine qui nous ont amené au point où un président américain en est à proposer de genre de solution tout à fait monstrueuse.

Mark Weisbrot

Mark Weisbrot est co-directeur du Center for Economic and Policy Research CEPR), basé à Washington, Etats-Unis ; il préside aussi l’organisation Just Foreign Policy. Il est l’auteur du livre "Echec. Ce que les ‘experts’ n’ont pas compris au sujet de l’économie globale" (Akal, Madrid, 2016).

Traduit par Luis Alberto Reygada pour Le Grand Soir.
Twitter : @la_reygada

NOTES DU TRADUCTEUR :

[1] L’Accord de libre-échange nord-américain, connu sous l’acronyme ALÉNA (en anglais, North American Free Trade Agreement, NAFTA, en espagnol, Tratado de Libre Comercio de América del Norte, TLCAN), est un traité, entré en vigueur le 1er janvier 1994, qui institue une zone de libre-échange entre les États-Unis, le Canada et le Mexique, couvrant environ 480 millions d’habitants (Wikipédia).

[2] Ces mesures entrent dans le cadre de ce que l’on connaît comme « Le consensus de Washington », un corpus de mesures d’inspiration libérale appliquées aux économies en difficulté face à leur dette (notamment en Amérique latine) par les institutions financières internationales siégeant à Washington (Banque mondiale et Fonds monétaire international) et soutenues par le département du Trésor américain. Il reprend les idées présentées en 1989, sous la forme d’un article par l’économiste John Williamson soutenant dix propositions fortement inspirées de l’idéologie de l’école de Chicago (Wikipédia).

»» http://www.sacbee.com/opinion/article131631804.html
URL de cet article 31529
   
Même Thème
La Nuit de Tlatelolco, histoires orales d’un massacre d’Etat.
Elena Poniatowska
« Pour le Mexique, 1968 se résume à un seul nom, à une seule date : Tlatelolco, 2 octobre. » Elena Poniatowska Alors que le monde pliait sous la fronde d’une jeunesse rebelle, le Mexique aussi connaissait un imposant mouvement étudiant. Dix jours avant le début des Jeux olympiques de Mexico, sous les yeux de la presse internationale, l’armée assassina plusieurs centaines de manifestants. Cette histoire sociale est racontée oralement par celles et ceux qui avaient l’espoir de changer le Mexique. (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

On l’appelle le "Rêve Américain" parce qu’il faut être endormi pour y croire.

George Carlin


« SIN EMBARGO » - Paroles cubaines sur le blocus (et le reste aussi) - Préambule - 1/13
PREAMBULE « Un microphone ? Hum... » Ca y’est, deux jours à la Havane et je commence à me sentir comme un fucking Chevalier de la Table Ronde à la recherche du Graal. Oui, j’ai besoin d’un microphone, avec une petite prise, pour le brancher là. « Tu veux acheter un microphone ? » Ben oui, à peine arrivé, le mien est tombé en panne, alors j’ai besoin d’un microphone. « Oui, oui, je comprends. Un microphone... ». Je suis dans un centre culturel. Un grand centre culturel. J’ai l’impression de voir des (...)
Ces villes gérées par l’extrême-droite.
(L’article est suivi d’un « Complément » : « Le FN et les droits des travailleurs » avec une belle photo du beau château des Le Pen). LGS Des électeurs : « On va voter Front National. Ce sont les seuls qu’on n’a jamais essayés ». Faux ! Sans aller chercher dans un passé lointain, voyons comment le FN a géré les villes que les électeurs français lui ont confiées ces dernières années pour en faire ce qu’il appelait fièrement « des laboratoires du FN ». Arrêtons-nous à ce qu’il advint à Vitrolles, (...)
30 
Médias et Information : il est temps de tourner la page.
« La réalité est ce que nous prenons pour être vrai. Ce que nous prenons pour être vrai est ce que nous croyons. Ce que nous croyons est fondé sur nos perceptions. Ce que nous percevons dépend de ce que nous recherchons. Ce que nous recherchons dépend de ce que nous pensons. Ce que nous pensons dépend de ce que nous percevons. Ce que nous percevons détermine ce que nous croyons. Ce que nous croyons détermine ce que nous prenons pour être vrai. Ce que nous prenons pour être vrai est notre réalité. » (...)
51 
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.