RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher

Adieu, Monsieur David Pujadas, vendeur de l’année 2016.

Tout le monde ne peut pas citer Marx, Kant ou Lao-Tseu. Moi, je reprends souvent cette expression trouvée il y a longtemps chez San Antonio : « Il vendrait un ventilateur à un philatéliste. »

Pourtant, en 2016, on a vu encore plus fort, vous, Monsieur David Pujadas.

C’était au soir d’une manif contre la loi El Khomri, le 14 juin 2016, de la place d’Italie à l’esplanade des Invalides. Peu importe d’ailleurs le parcours, je ne suis pas du tout parisien et ces noms sont pour moi des abstractions.

Non ! L’important, c’est que la CGT revendiquait plus d’un million de manifestants, et le gouvernement en annonçait énormément moins.

Ce soir-là, soucieux comme toujours de pluralisme et d’honnêteté à la « m’as colhonat », Monsieur David Pujadas, vous avez invité Philippe Martinez au journal de 20h.

Au moment de parler du nombre de manifestants, Vous lancez « l’œil du 20h ».

Et là, le grand art !
http://embed.francetv.fr/?ue=d5a6b3d0ec19ed1dc831a29a31f1decb&videoid=NI_740287
L’équipe du 20h démontre mathématiquement que le parcours de la manif ne peut absolument pas contenir un million de personnes, sauf à les entasser à 5 par mètre carré, ce qui ne correspond pas du tout aux images du cortège.

A la fin, Monsieur Pujadas, vous interpellez sur cette « preuve par l’image » un Martinez abasourdi et celui-ci a à peine le temps de faire remarquer que tous les manifestants n’ont n’a pas pu défiler tellement ils étaient nombreux.

Eh oui ! Le parcours de la manif ne pouvait contenir que 150 000 à 200 000 personnes à un instant précis, sauf que lorsque ce parcours se remplit à un bout et se vide à l’autre pendant plus de cinq heures, ces 150 000 à 200 000 se multiplient par un nombre... que « l’œil du 20h » n’a surtout pas calculé, de peur de montrer que les chiffres de la CGT étaient exacts !

D’autant plus que la place d’Italie était effectivement encore noire de monde au moment où il avait fallu se disperser à cause des horaires de train et de car pour rentrer chez soi. Comme l’avaient brillamment démontré vos larbins de « l’œil du 20h », Maître Pujadas, le parcours de la manif ne pouvait vraiment pas contenir autant de monde. Sans le faire exprès, vos sbires avaient dit une vérité !

« L’œil du 20h » avait surtout fait la démonstration que lorsqu’on enlève un paramètre aussi important que le temps d’un tel calcul, on est un con ou un tricheur.

Ce soir-là, Monsieur Pujadas, vous avez fait mieux que vendre un ventilateur à un philatéliste. Vous avez réussi à vendre à des millions de Français une photo pour le prix d’un film de cinq heures.

Ce qui me gonfle, ce n’est pas que vous ayez ainsi réussi la vente de l’année. Non ! Vous avez fait, et magistralement, ce pour quoi vos maîtres vous payent. Chapeau l’artiste !

Ce qui me gonfle, une fois de plus, c’est que 99% des téléspectateurs, ce soir-là, ont acheté une photo pour le prix d’un film de cinq heures, et avec l’impression de faire une bonne affaire !

Car le lendemain, dans les conversations de bistrot, et hélas aussi de salle des profs, ceux qui rigolaient de la CGT avaient l’air plus intelligents que ceux qui la défendaient, bien sûr.

Car l’anticégétisme, comme l’anticommunisme, sont d’excellents produits deux-en-un : ils permettent aussi bien de passer au bistrot pour un homme, un vrai, un musclé, que dans la salle des profs pour un intellectuel, un vrai, de gauche.

Toujours le même match avec le même score, ça devient lassant : connerie un, humanisme zéro.

URL de cet article 31964
  

Bernard Klein. Les expressions qui ont fait l’histoire. Paris, E.J.L. 2008
Bernard GENSANE
Ce qu’il y a d’intéressant avec les phrases historiques, c’est que, souvent, elles n’ont pas été prononcées par les personnes à qui on en a attribué la paternité. Prenez la soutière (je sais, le mot "soutier" n’a pas de féminin, mais ça ira quand même) du capitalisme américain qui siège au gouvernement français, Christine Lagarde. Elle a effectivement, lors de la flambée du prix des carburants, conseillé au bon peuple d’utiliser le vélo plutôt que la voiture. Mais la reine Marie-Antoinette, qui a tant fait (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

« Si le Président se présente devant le Peuple drapé dans la bannière étoilée, il gagnera... surtout si l’opposition donne l’impression de brandir le drapeau blanc de la défaite. Le peuple américain ne savait même pas où se trouvait l’île de la Grenade - ce n’avait aucune importance. La raison que nous avons avancée pour l’invasion - protéger les citoyens américains se trouvant sur l’île - était complètement bidon. Mais la réaction du peuple Américain a été comme prévue. Ils n’avaient pas la moindre idée de ce qui se passait, mais ils ont suivi aveuglement le Président et le Drapeau. Ils le font toujours ! ».

Irving Kristol, conseiller présidentiel, en 1986 devant l’American Enterprise Institute

Le 25 octobre 1983, alors que les États-Unis sont encore sous le choc de l’attentat de Beyrouth, Ronald Reagan ordonne l’invasion de la Grenade dans les Caraïbes où le gouvernement de Maurice Bishop a noué des liens avec Cuba. Les États-Unis, qui sont parvenus à faire croire à la communauté internationale que l’île est devenue une base soviétique abritant plus de 200 avions de combat, débarquent sans rencontrer de résistance militaire et installent un protectorat. La manoeuvre permet de redorer le blason de la Maison-Blanche.

Appel de Paris pour Julian Assange
Julian Assange est un journaliste australien en prison. En prison pour avoir rempli sa mission de journaliste. Julian Assange a fondé WikiLeaks en 2006 pour permettre à des lanceurs d’alerte de faire fuiter des documents d’intérêt public. C’est ainsi qu’en 2010, grâce à la lanceuse d’alerte Chelsea Manning, WikiLeaks a fait œuvre de journalisme, notamment en fournissant des preuves de crimes de guerre commis par l’armée américaine en Irak et en Afghanistan. Les médias du monde entier ont utilisé ces (...)
17 
Médias et Information : il est temps de tourner la page.
« La réalité est ce que nous prenons pour être vrai. Ce que nous prenons pour être vrai est ce que nous croyons. Ce que nous croyons est fondé sur nos perceptions. Ce que nous percevons dépend de ce que nous recherchons. Ce que nous recherchons dépend de ce que nous pensons. Ce que nous pensons dépend de ce que nous percevons. Ce que nous percevons détermine ce que nous croyons. Ce que nous croyons détermine ce que nous prenons pour être vrai. Ce que nous prenons pour être vrai est notre réalité. » (...)
55 
La crise européenne et l’Empire du Capital : leçons à partir de l’expérience latinoaméricaine
Je vous transmets le bonjour très affectueux de plus de 15 millions d’Équatoriennes et d’Équatoriens et une accolade aussi chaleureuse que la lumière du soleil équinoxial dont les rayons nous inondent là où nous vivons, à la Moitié du monde. Nos liens avec la France sont historiques et étroits : depuis les grandes idées libertaires qui se sont propagées à travers le monde portant en elles des fruits décisifs, jusqu’aux accords signés aujourd’hui par le Gouvernement de la Révolution Citoyenne d’Équateur (...)
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas | Bernard Gensane
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.