Quantcast
RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher


Adieu, Monsieur David Pujadas, vendeur de l’année 2016.

Tout le monde ne peut pas citer Marx, Kant ou Lao-Tseu. Moi, je reprends souvent cette expression trouvée il y a longtemps chez San Antonio : « Il vendrait un ventilateur à un philatéliste. »

Pourtant, en 2016, on a vu encore plus fort, vous, Monsieur David Pujadas.

C’était au soir d’une manif contre la loi El Khomri, le 14 juin 2016, de la place d’Italie à l’esplanade des Invalides. Peu importe d’ailleurs le parcours, je ne suis pas du tout parisien et ces noms sont pour moi des abstractions.

Non ! L’important, c’est que la CGT revendiquait plus d’un million de manifestants, et le gouvernement en annonçait énormément moins.

Ce soir-là, soucieux comme toujours de pluralisme et d’honnêteté à la « m’as colhonat », Monsieur David Pujadas, vous avez invité Philippe Martinez au journal de 20h.

Au moment de parler du nombre de manifestants, Vous lancez « l’œil du 20h ».

Et là, le grand art !
http://embed.francetv.fr/?ue=d5a6b3d0ec19ed1dc831a29a31f1decb&videoid=NI_740287
L’équipe du 20h démontre mathématiquement que le parcours de la manif ne peut absolument pas contenir un million de personnes, sauf à les entasser à 5 par mètre carré, ce qui ne correspond pas du tout aux images du cortège.

A la fin, Monsieur Pujadas, vous interpellez sur cette « preuve par l’image » un Martinez abasourdi et celui-ci a à peine le temps de faire remarquer que tous les manifestants n’ont n’a pas pu défiler tellement ils étaient nombreux.

Eh oui ! Le parcours de la manif ne pouvait contenir que 150 000 à 200 000 personnes à un instant précis, sauf que lorsque ce parcours se remplit à un bout et se vide à l’autre pendant plus de cinq heures, ces 150 000 à 200 000 se multiplient par un nombre... que « l’œil du 20h » n’a surtout pas calculé, de peur de montrer que les chiffres de la CGT étaient exacts !

D’autant plus que la place d’Italie était effectivement encore noire de monde au moment où il avait fallu se disperser à cause des horaires de train et de car pour rentrer chez soi. Comme l’avaient brillamment démontré vos larbins de « l’œil du 20h », Maître Pujadas, le parcours de la manif ne pouvait vraiment pas contenir autant de monde. Sans le faire exprès, vos sbires avaient dit une vérité !

« L’œil du 20h » avait surtout fait la démonstration que lorsqu’on enlève un paramètre aussi important que le temps d’un tel calcul, on est un con ou un tricheur.

Ce soir-là, Monsieur Pujadas, vous avez fait mieux que vendre un ventilateur à un philatéliste. Vous avez réussi à vendre à des millions de Français une photo pour le prix d’un film de cinq heures.

Ce qui me gonfle, ce n’est pas que vous ayez ainsi réussi la vente de l’année. Non ! Vous avez fait, et magistralement, ce pour quoi vos maîtres vous payent. Chapeau l’artiste !

Ce qui me gonfle, une fois de plus, c’est que 99% des téléspectateurs, ce soir-là, ont acheté une photo pour le prix d’un film de cinq heures, et avec l’impression de faire une bonne affaire !

Car le lendemain, dans les conversations de bistrot, et hélas aussi de salle des profs, ceux qui rigolaient de la CGT avaient l’air plus intelligents que ceux qui la défendaient, bien sûr.

Car l’anticégétisme, comme l’anticommunisme, sont d’excellents produits deux-en-un : ils permettent aussi bien de passer au bistrot pour un homme, un vrai, un musclé, que dans la salle des profs pour un intellectuel, un vrai, de gauche.

Toujours le même match avec le même score, ça devient lassant : connerie un, humanisme zéro.

URL de cet article 31964
   
Comment la mondialisation a tué l’écologie
Aurélien BERNIER
Le débat scientifique sur la réalité du changement climatique a ses imposteurs. Mais, en matière d’environnement, les plus grandes impostures se situent dans le champ politique. Lorsque l’écologie émerge dans le débat public au début des années 1970, les grandes puissances économiques comprennent qu’un danger se profile. Alors que la mondialisation du capitalisme se met en place grâce à la stratégie du libre échange, l’écologie politique pourrait remettre en cause le productivisme, l’intensification du (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

Je ne sais pas ce qu’est un homme, je ne connais que son prix.

Bertolt Brecht


Médias et Information : il est temps de tourner la page.
« La réalité est ce que nous prenons pour être vrai. Ce que nous prenons pour être vrai est ce que nous croyons. Ce que nous croyons est fondé sur nos perceptions. Ce que nous percevons dépend de ce que nous recherchons. Ce que nous recherchons dépend de ce que nous pensons. Ce que nous pensons dépend de ce que nous percevons. Ce que nous percevons détermine ce que nous croyons. Ce que nous croyons détermine ce que nous prenons pour être vrai. Ce que nous prenons pour être vrai est notre réalité. » (...)
51 
Ces villes gérées par l’extrême-droite.
(L’article est suivi d’un « Complément » : « Le FN et les droits des travailleurs » avec une belle photo du beau château des Le Pen). LGS Des électeurs : « On va voter Front National. Ce sont les seuls qu’on n’a jamais essayés ». Faux ! Sans aller chercher dans un passé lointain, voyons comment le FN a géré les villes que les électeurs français lui ont confiées ces dernières années pour en faire ce qu’il appelait fièrement « des laboratoires du FN ». Arrêtons-nous à ce qu’il advint à Vitrolles, (...)
30 
Cuba - Tchernobyl : Lettre à Maria.
24 août 2006. Chère Maria, Je ne sais pas si mon nom vous dira quelque chose. A vrai dire, je ne crois pas vous avoir laissé un souvenir impérissable. C’est pourtant vous qui m’avez donné, au détour d’une seule phrase, une des plus belles leçons d’humanité qu’un homme puisse recevoir. Il y a déjà quelques années de cela mais, comme vous pouvez le constater, je n’ai pas oublié. Vous souvenez-vous, Maria, de cet occidental en visite sur votre île qui voulait vous poser quelques questions ? En réalité, et (...)
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.