Quantcast
RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher

21 

Alexandre Benalla, le barbare

L’affaire Benalla en France a son volet politique : La méfiance des partis d’opposition français, toutes tendances confondues, envers Emmanuel Macron qu’il soupçonne d’ambitions césariennes et d’évoluer vers un pouvoir autoritaire, échappant au contrôle parlementaire.

Mais cette affaire a aussi les allures d’un roman à la Stendhal, où le Julien Sorel du Rouge et le noir serait Alexandre Benalla. Certains l’ont fait d’ailleurs remarquer dans la presse française. C’est l’histoire en effet qui se répète toujours, de ceux qui, tel le héros du roman de Stendhal, ne font pas partie du monde social auquel ils cherchent à s’intégrer et qui, au final, en sont rejetés. Un Julien Sorel, certes, mais un Julien Sorel de notre époque, un Julien Sorel qui viendrait d’Evreux, un Julien Sorel arabe.

Cela personne ne le dit ou n’ose le dire, mais on le sent bien dans ces non dits, dans ce rejet qui est là, en permanence, en arrière plan, comme ces fichiers cachés qu’on ne voit pas dans l’ordinateur mais en déterminent le fonctionnement. Alexandre Benalla le sent lui même. Il le dit à demi-mots lors de son interview au journal Le Monde : "Je viens d’Evreux, je ne suis pas sorti de l’ENA".

Il a rasé sa barbe lorsqu’il semble avoir compris qu’elle lui donnait un air islamiste. Et puis il s’appelle ou s’est fait appeler Alexandre. Mais rien n’y a fait. Il est pourtant parfait. Sur TF1, Il parle très bien. Son discours, sa tenue, sa sobriété, sa cohérence sont impressionnants. Fines lunettes cerclées d’argent. Pas un cheveu qui dépasse. Pas un mot de plus, à part ce mot "conneries" mais qui peut passer pour une coquetterie d’aristocrate du XVIème. Et au fond, même cette intervention violente du premier mai, n’est- elle pas à mettre plutôt, au compte d’une marque de zèle, de cette propension à en faire plus, à en faire trop qu’ont tous ceux qui doivent sans arrêt prouver quelque chose. Il est vrai que c’est sur le zèle des serviteurs et l’attachement au chef qu’on constitue une garde prétorienne, comme on en soupçonne Emmanuel Macron.

Cléopâtre, dit on, était la plus belle femme du monde. Mais elle était aussi reine d’Egypte, grenier et banquier de Rome. Elle avait séduit César et portait son enfant. Un vent de panique saisit l’opinion romaine et le Sénat. Une barbare et son fils pourraient diriger Rome ! Peu après, César était assassiné à la sortie du Sénat, par un groupe de sénateurs, dont son fils adoptif Brutus, qui le soupçonnaient de vouloir détruire la République et rétablir la royauté. Mais l’assassinat de César va au contraire accélérer le passage à la royauté impériale, On peut se demander si ce n’est pas aussi ses relations avec une barbare qui ont joué un rôle dans la fin de César.

Depuis Rome jusqu’à nos jours, ce syndrome du barbare traverse toute l’histoire de l’Occident. Par contre, il ne semble pas avoir influencé le monde arabo-islamique : beaucoup des dynasties qui ont régné sur le monde arabo-musulman n’étaient pas issues de la péninsule arabique : Berbères Almohades ( Al Mouwahhidoun ) et Almoravides ( Al Mourabitoun), Turcs ottomans etc.. C’est le cas aussi des élites qui l’ont administré ou qui ont développé sa vie culturelle et scientifique : perses, afghans, chrétiens, juifs etc. Tandis que l’occidentalisation, même parfaite d’un "barbare" n’est en rien la garantie de son acceptation.

Mais si Alexandre Benalla a des allures à la Julien Sorel, Emmanuel Macron, lui, a des airs de Rastignac. Tout y est, ou presque. Sa jeunesse qui inquiétait déjà les Français, l’incroyable concours de circonstances qui a abouti à son élection, son ascension fulgurante, son audace conquérante.

De l’intérêt de la littérature en politique.

Djamel LABIDI

»» http://www.lequotidien-oran.com/++cs_INTERRO++news=5264908
URL de cet article 33680
   
Israël/Palestine - Du refus d’être complice à l’engagement
Pierre STAMBUL
Entre Mer Méditerranée et Jourdain, Palestiniens et Israéliens sont en nombre sensiblement égal. Mais les Israéliens possèdent tout : les richesses, la terre, l’eau, les droits politiques. La Palestine est volontairement étranglée et sa société est détruite. L’inégalité est flagrante et institutionnelle. Il faut dire les mots pour décrire ce qui est à l’oeuvre : occupation, colonisation, apartheid, crimes de guerre et crimes contre l’humanité, racisme. La majorité des Israéliens espèrent qu’à terme, les (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

Il faudrait d’abord étudier comment la colonisation travaille à déciviliser le colonisateur, à l’abrutir au sens propre du mot, à le dégrader, à le réveiller aux instincts enfouis, à la convoitise, à la violence, à la haine raciale, au relativisme moral, et montrer que, chaque fois qu’il y a au VietNam une tête coupée et un oeil crevé et qu’en France on accepte, une fillette violée et qu’en France on accepte, un Malgache supplicié et qu’en France on accepte, il y a un acquis de la civilisation qui pèse de son poids mort, une régression universelle qui s’opère, une gangrène qui s’installe, un foyer d’infection qui s’étend et qu’au bout de tous ces traités violés, de tous ces mensonges propagés, de toutes ces expéditions punitives tolérées. de tous ces prisonniers ficelés et interrogés, de tous ces patriotes torturés, au bout de cet orgueil racial encouragé, de cette jactance étalée, il y a le poison instillé dans les veines de l’Europe, et le progrès lent, mais sûr, de l’ensauvagement du continent. [...]

Aimé Césaire


Revolucionarios : "On ne nait pas révolutionnaire... on le devient."
Chères lectrices, cher lecteurs du Grand Soir Nous vous proposons à la diffusion un documentaire intitulé « Revolucionarios ». Durée 57 Min – Version VOSTFR. Ce film, le premier d’une série, c’est la révolution cubaine racontée par celles et ceux, souvent anonymes, qui y ont participé d’une manière ou d’une autre. Des témoignages qui permettront de comprendre la réalité de ce que vivait le peuple cubain avant l’insurrection, de découvrir les raisons de cet engagement dans la lutte et de voir comment chacun (...)
20 
Cette épuisante sensation de courir dans l’eau (plaidoyer pour rompre définitivement avec le PS)
Vous avez déjà essayé de courir dans l’eau ? Epuisant n’est-ce pas ? Au bout de quelques pas, je me dis que j’irai plus vite en marchant. Alors je marche. Comme je n’ai jamais pris la peine de me chronométrer, je ne sais ce qu’il en est réellement, mais la sensation d’aller plus vite et plus loin est bien là. Et quoi de plus subjectif que le temps ? Préambule défoulant : Socialistes, j’ai un aveu à vous faire : je ne vous supporte plus. Ni vos tronches, ni vos discours, ni vos écrits, ni vos (...)
58 
Cuba - Tchernobyl : Lettre à Maria.
24 août 2006. Chère Maria, Je ne sais pas si mon nom vous dira quelque chose. A vrai dire, je ne crois pas vous avoir laissé un souvenir impérissable. C’est pourtant vous qui m’avez donné, au détour d’une seule phrase, une des plus belles leçons d’humanité qu’un homme puisse recevoir. Il y a déjà quelques années de cela mais, comme vous pouvez le constater, je n’ai pas oublié. Vous souvenez-vous, Maria, de cet occidental en visite sur votre île qui voulait vous poser quelques questions ? En réalité, et (...)
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.