Quantcast
RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher

21 

Alexandre Benalla, le barbare

L’affaire Benalla en France a son volet politique : La méfiance des partis d’opposition français, toutes tendances confondues, envers Emmanuel Macron qu’il soupçonne d’ambitions césariennes et d’évoluer vers un pouvoir autoritaire, échappant au contrôle parlementaire.

Mais cette affaire a aussi les allures d’un roman à la Stendhal, où le Julien Sorel du Rouge et le noir serait Alexandre Benalla. Certains l’ont fait d’ailleurs remarquer dans la presse française. C’est l’histoire en effet qui se répète toujours, de ceux qui, tel le héros du roman de Stendhal, ne font pas partie du monde social auquel ils cherchent à s’intégrer et qui, au final, en sont rejetés. Un Julien Sorel, certes, mais un Julien Sorel de notre époque, un Julien Sorel qui viendrait d’Evreux, un Julien Sorel arabe.

Cela personne ne le dit ou n’ose le dire, mais on le sent bien dans ces non dits, dans ce rejet qui est là, en permanence, en arrière plan, comme ces fichiers cachés qu’on ne voit pas dans l’ordinateur mais en déterminent le fonctionnement. Alexandre Benalla le sent lui même. Il le dit à demi-mots lors de son interview au journal Le Monde : "Je viens d’Evreux, je ne suis pas sorti de l’ENA".

Il a rasé sa barbe lorsqu’il semble avoir compris qu’elle lui donnait un air islamiste. Et puis il s’appelle ou s’est fait appeler Alexandre. Mais rien n’y a fait. Il est pourtant parfait. Sur TF1, Il parle très bien. Son discours, sa tenue, sa sobriété, sa cohérence sont impressionnants. Fines lunettes cerclées d’argent. Pas un cheveu qui dépasse. Pas un mot de plus, à part ce mot "conneries" mais qui peut passer pour une coquetterie d’aristocrate du XVIème. Et au fond, même cette intervention violente du premier mai, n’est- elle pas à mettre plutôt, au compte d’une marque de zèle, de cette propension à en faire plus, à en faire trop qu’ont tous ceux qui doivent sans arrêt prouver quelque chose. Il est vrai que c’est sur le zèle des serviteurs et l’attachement au chef qu’on constitue une garde prétorienne, comme on en soupçonne Emmanuel Macron.

Cléopâtre, dit on, était la plus belle femme du monde. Mais elle était aussi reine d’Egypte, grenier et banquier de Rome. Elle avait séduit César et portait son enfant. Un vent de panique saisit l’opinion romaine et le Sénat. Une barbare et son fils pourraient diriger Rome ! Peu après, César était assassiné à la sortie du Sénat, par un groupe de sénateurs, dont son fils adoptif Brutus, qui le soupçonnaient de vouloir détruire la République et rétablir la royauté. Mais l’assassinat de César va au contraire accélérer le passage à la royauté impériale, On peut se demander si ce n’est pas aussi ses relations avec une barbare qui ont joué un rôle dans la fin de César.

Depuis Rome jusqu’à nos jours, ce syndrome du barbare traverse toute l’histoire de l’Occident. Par contre, il ne semble pas avoir influencé le monde arabo-islamique : beaucoup des dynasties qui ont régné sur le monde arabo-musulman n’étaient pas issues de la péninsule arabique : Berbères Almohades ( Al Mouwahhidoun ) et Almoravides ( Al Mourabitoun), Turcs ottomans etc.. C’est le cas aussi des élites qui l’ont administré ou qui ont développé sa vie culturelle et scientifique : perses, afghans, chrétiens, juifs etc. Tandis que l’occidentalisation, même parfaite d’un "barbare" n’est en rien la garantie de son acceptation.

Mais si Alexandre Benalla a des allures à la Julien Sorel, Emmanuel Macron, lui, a des airs de Rastignac. Tout y est, ou presque. Sa jeunesse qui inquiétait déjà les Français, l’incroyable concours de circonstances qui a abouti à son élection, son ascension fulgurante, son audace conquérante.

De l’intérêt de la littérature en politique.

Djamel LABIDI

»» http://www.lequotidien-oran.com/++cs_INTERRO++news=5264908
URL de cet article 33680
   
Communication aux lecteurs
17/11 Annonce de Christine Assange

17/11 : Christine Assange annonce via son compte twitter @AssangeMrs qu’elle n’est plus impliquée dans la campagne pour faire libérer son fils, et ne fera pas de commentaires. Elle précise qu’elle va bien et remercie tout le monde pour leur soutien.


Vous avez une minute ?

Même Thème
Lettre ouverte à ceux qui sont passés du col Mao au Rotary
Guy HOCQUENGHEM
Préface de Serge Halimi : Avant de mourir, à 41 ans, Guy Hocquenghem a tiré un coup de pistolet dans la messe des reniements. Il fut un des premiers à nous signifier que, derrière la reptation des « repentis » socialistes et gauchistes vers le sommet de la pyramide, il n’y avait pas méprise, mais accomplissement, qu’un exercice prolongé du pouvoir les avait révélés davantage qu’il les avait trahis. On sait désormais de quel prix - chômage, restructurations sauvages, argent fou, dithyrambe des patrons - (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

Le plus grand crime depuis la deuxième guerre mondiale a été la politique étrangère des Etats-Unis.

Ramsey Clark
Ministre de la Justice des Etats-Unis sous la présidence de Lyndon Johnson


Comment Cuba révèle toute la médiocrité de l’Occident
Il y a des sujets qui sont aux journalistes ce que les récifs sont aux marins : à éviter. Une fois repérés et cartographiés, les routes de l’information les contourneront systématiquement et sans se poser de questions. Et si d’aventure un voyageur imprudent se décidait à entrer dans une de ces zones en ignorant les panneaux avec des têtes de mort, et en revenait indemne, on dira qu’il a simplement eu de la chance ou qu’il est fou - ou les deux à la fois. Pour ce voyageur-là, il n’y aura pas de défilé (...)
39 
Analyse de la culture du mensonge et de la manipulation "à la Marie-Anne Boutoleau/Ornella Guyet" sur un site alter.
Question : Est-il possible de rédiger un article accusateur qui fait un buzz sur internet en fournissant des "sources" et des "documents" qui, une fois vérifiés, prouvent... le contraire de ce qui est affirmé ? Réponse : Oui, c’est possible. Question : Qui peut tomber dans un tel panneau ? Réponse : tout le monde - vous, par exemple. Question : Qui peut faire ça et comment font-ils ? Réponse : Marie-Anne Boutoleau, Article XI et CQFD, en comptant sur un phénomène connu : "l’inertie des (...)
91 
Cuba - Tchernobyl : Lettre à Maria.
24 août 2006. Chère Maria, Je ne sais pas si mon nom vous dira quelque chose. A vrai dire, je ne crois pas vous avoir laissé un souvenir impérissable. C’est pourtant vous qui m’avez donné, au détour d’une seule phrase, une des plus belles leçons d’humanité qu’un homme puisse recevoir. Il y a déjà quelques années de cela mais, comme vous pouvez le constater, je n’ai pas oublié. Vous souvenez-vous, Maria, de cet occidental en visite sur votre île qui voulait vous poser quelques questions ? En réalité, et (...)
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.