Quantcast
RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher

Ils n’arrivent même pas à croire eux-mêmes à leurs bobards

Le laborieux enfumage intermittent d’Europe 1 sur l’attentat contre Nicolas Maduro

Titre d’Europe 1, le 10 août 2018. « Venezuela : le député arrêté reconnaît son implication dans l’"attentat" ».

Ce titre va rendre fou le DECODEX du Monde. Un coupable avoue sa participation à une action qui, pour Europe 1 et la plupart des médias français, n’a peut-être pas eu lieu.

La mise entre guillemets par Europe 1 du mot « attentat » indique bien que, pour cette radio privée (Lagardère), l’attaque à laquelle un député reconnaît avoir été mêlé n’a peut-être pas existé.

En français, les guillemets ont plusieurs fonctions distinctes. Ceux qui encadrent ici le mot attentat sont ce qu’on appelle des guillemets d’ironie. Ils marquent la distance, l’ironie, le mépris, le doute, que l’auteur entend manifester à l’égard de ce qu’il rapporte. Ils ont une fonction de distanciation et indiquent les réserves du journaliste.

Poursuivons. Le député qui a avoué son implication dans un attentat inventé par Maduro met en cause Juan Monasterios, un militaire vénézuélien à la retraite « qui après son arrestation a admis avoir participé à l’"attentat" avec des drones chargés d’explosifs dont le chef de l’État socialiste dit avoir été victime samedi dernier ».

Traduction tatillonne : Maduro dit avoir été visé par un « attentat » (qui n’a peut-être pas existé mais auquel deux citoyens avouent avoir participé). Bref, pour la radio de Lagardère, nous n’avons pas une tentative d’assassinat contre le président vénézuélien, méfait prouvé par de nombreuses vidéos et reconnu par deux suspects arrêtés (un député, un général), mais une sorte d’incident grossi par Maduro qui se sent exagérément menacé dès que des drones s’approchent de lui et explosent.

Au passage, remarquons que la radio du milliardaire nous signale que le chef d’Etat est socialiste, ce qui est de la bonne information, d’autant plus qu’Europe 1 parle toujours du chef d’Etat capitaliste de la Colombie, des USA, de la France...

Plus loin, Europe 1 va faire une économie de guillemets et de conditionnel en usant pour cela, trois fois en suivant, du mot « selon ». Hélas, au moment précis où l’on commençait à se demander si une banale fuite de gaz n’avait pas été surmédiatisée par les autorités vénézuéliennes drapée dans le drap rouge des martyrs, voici que (distraction, manque de conviction ?) Europe 1 poursuit en utilisant le présent (« ont ») alors que le conditionnel (« « aurait ») s’imposait pour la cohérence de son parti pris. C’est ici : « Dix-neuf personnes "directement liées" à l’attentat, selon la justice.
Selon le procureur, 19 personnes au total sont "directement liées" à cet "attentat" qui, selon le gouvernement, a été organisé depuis une ferme à Chinacota, en Colombie, par des personnes qui ont reçu pour cela 50 millions de dollars ».

Oui, oui. Pour cet attentat qui n’a jamais existé que dans la tête de Maduro, dans celle de deux suspects et sur des images vidéos, des complices ont reçu de l’argent.

Amusant aussi ce passage : « L’ex-président colombien accusé. Dès samedi, jour de l’"attentat", Nicolas Maduro a accusé l’opposition vénézuélienne et l’ex-président colombien Juan Manuel Santos d’être derrière cette attaque fomentée avec des fonds provenant des États-Unis ».
Oh ! ils ont oublié les guillemets à « attaque ».

Bref, à Caracas où ils ne sont pas allés, les journaleux d’Europe 1 ont appris que des suspects ont avoué leur participation un attentat qui n’a pas eu lieu et pour lequel des complices ont reçu en Colombie 50 millions de dollars sans avoir rien fait du tout (LA sinécure !).
L’article d’Europe 1 est ici.

Vincent MORET

PS. Les photos du logo nous montrent comment Chavez, qui brandissait un bouquet de fleurs à la tribune, se retrouve avec un pistolet dans le quotidien Tal Cual.

URL de cet article 33681
   
Même Thème
Chávez. L’homme qui défia l’histoire
Modesto E. Guerrero
Cette biographie complète du commandant Hugo Chávez, écrite par un intellectuel vénézuélien reconnu, révèle les traits essentiels d’un personnage qui n’appartient pas seulement à la légende mais aussi à l’histoire de son temps. Le lecteur est entraîné dans ce parcours exceptionnel, de la province de Barinas jusqu’aux plus hautes charges de la plus grande révolution d’après la guerre froide. Le portrait intime et politique rejoint ici l’épopée de la libération d’un peuple et de tout un continent. 514 pages (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

(...) quelqu’un a dit il y a vingt ans : "vous pouvez croire tout ce qu’on raconte sur cet homme, sauf qu’il est mort".

(...) Ce lieu sera pour toujours un témoignage de lutte, un appel à l’humanisme. Il sera aussi un hommage permanent à une génération qui voulait transformer le monde, et à l’esprit rebelle et inventif d’un artiste qui contribua à forger cette génération et en même temps en est un de ses symboles les plus authentiques.

Les années 60 étaient bien plus qu’une période dans un siècle qui touche à sa fin. Avant toute chose, elles ont été une attitude face à la vie qui a profondément influencé la culture, la société et la politique, et a qui a traversé toutes les frontières. Un élan novateur s’est levé, victorieux, pour submerger toute la décennie, mais il était né bien avant cette époque et ne s’est pas arrêté depuis. (...)

Avec une animosité obstinée, certains dénigrent encore cette époque - ceux qui savent que pour tuer l’histoire, il faut d’abord lui arracher le moment le plus lumineux et le plus prometteur. C’est ainsi que sont les choses, et c’est ainsi qu’elles ont toujours été : pour ou contre les années 60.

Ricardo Alarcon,
président de l’Assemblée Nationale de Cuba
Allocution lors de l’inauguration de la statue de John Lennon à la Havane, Décembre 2000


« SIN EMBARGO » - Paroles cubaines sur le blocus (et le reste aussi) - Préambule - 1/13
PREAMBULE « Un microphone ? Hum... » Ca y’est, deux jours à la Havane et je commence à me sentir comme un fucking Chevalier de la Table Ronde à la recherche du Graal. Oui, j’ai besoin d’un microphone, avec une petite prise, pour le brancher là. « Tu veux acheter un microphone ? » Ben oui, à peine arrivé, le mien est tombé en panne, alors j’ai besoin d’un microphone. « Oui, oui, je comprends. Un microphone... ». Je suis dans un centre culturel. Un grand centre culturel. J’ai l’impression de voir des (...)
Analyse de la culture du mensonge et de la manipulation "à la Marie-Anne Boutoleau/Ornella Guyet" sur un site alter.
Question : Est-il possible de rédiger un article accusateur qui fait un buzz sur internet en fournissant des "sources" et des "documents" qui, une fois vérifiés, prouvent... le contraire de ce qui est affirmé ? Réponse : Oui, c’est possible. Question : Qui peut tomber dans un tel panneau ? Réponse : tout le monde - vous, par exemple. Question : Qui peut faire ça et comment font-ils ? Réponse : Marie-Anne Boutoleau, Article XI et CQFD, en comptant sur un phénomène connu : "l’inertie des (...)
91 
Comment Cuba révèle toute la médiocrité de l’Occident
Il y a des sujets qui sont aux journalistes ce que les récifs sont aux marins : à éviter. Une fois repérés et cartographiés, les routes de l’information les contourneront systématiquement et sans se poser de questions. Et si d’aventure un voyageur imprudent se décidait à entrer dans une de ces zones en ignorant les panneaux avec des têtes de mort, et en revenait indemne, on dira qu’il a simplement eu de la chance ou qu’il est fou - ou les deux à la fois. Pour ce voyageur-là, il n’y aura pas de défilé (...)
39 
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.