RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher
L’opposant "pacifique" qui attaque une caserne et y vole des armes de guerre

Amérique latine : de quel côté est la violence ?

On a beaucoup parlé de la violence au Venezuela ces derniers mois, violence venant du gouvernement Maduro, bien entendu.

Pourtant, ce lundi 19 décembre, Oscar Perez, opposant violent au régime, s’est attribué l’attaque de la GNB (Garde Nationale Bolivarienne) afin de dérober des armes de guerre comme 26 fusils AK-103 avec 108 chargeurs et 3 pistolets 9 mm et 3 chargeurs. Pourquoi faire ? Sans doute avec des intentions pacifiques...

Mais qui est donc Oscar Perez ?

Un ancien policier qui revendique le renversement du gouvernement Maduro par les armes. Il prétend récupérer les armes du peuple pour le peuple. Il s’est fait connaître le 27 juin dernier, au milieu d’une vague de manifestations pour la démission du président Maduro au cours desquelles 130 personnes ont été tuées entre avril et juillet. Ce jour-là, Perez et d’autres hommes non identifiés avaient survolé Caracas à bord d’un hélicoptère de la police scientifique dont ils s’étaient emparés. Ils avaient lancé quatre grenades sur le Tribunal de la Cour Suprême de Justice et ouvert le feu sur le ministère de l’Intérieur, le tout sans faire de victimes. Le 6 août, une vingtaine d’hommes, dont trois militaires, ont attaqué un autre objectif appartenant à l’armée, le fort de Paramacay à Valencia, une ville du nord du Venezuela. Les affrontements avec les militaires qui défendaient le fort ont duré trois heures. Deux des attaquants ont été tués, huit ont été capturés, mais d’autres se sont enfuis en emportant des armes. Maduro a ordonné aux militaires d’ouvrir le feu sur les auteurs de telles actions. Oscar Perez est depuis accusé d’attaque terroriste et un mandat d’arrêt a été lancé contre lui.

Cette attaque n’est pas anodine et s’inscrit dans un climat de violence généralisée dans de nombreux pays d’Amérique latine : fraude électorale au Honduras suivie de 15 morts lors des affrontements avec l’armée, forte répression en Argentine lors du débat sur les retraites, persécutions et assassinats en Colombie contre des dirigeants syndicaux, journalistes assassinés au Mexique...

Au Honduras, Juan Orlando Hernandez nomme René Orlando Ponce Fonseca comme nouveau Chef d’Etat Major. Il a été à la tête des escadrons de la mort responsables de milliers de disparus.

Et que fait l’OEA ? Où est Almagro ? Silence total des USA sur toutes ces exactions.

Alors, de quel côté est la violence ? Pas un mot dans les médias.

Mais, bien sûr, tout ça est de la faute du gouvernement de Maduro...

Venezuelaaaaaaaaaa !

PS LGS : en illustration, Oscar Perez

URL de cet article 32721
  
AGENDA

RIEN A SIGNALER

Le calme règne en ce moment
sur le front du Grand Soir.

Pour créer une agitation
CLIQUEZ-ICI

Mai 68 : Histoire sans fin
Gérard FILOCHE
Nicolas Sarkozy accuse mai 68 d’avoir « imposé le relativisme intellectuel et moral », « liquidé l’école de Jules Ferry », « introduit le cynisme dans la société et dans la politique » et « abaissé le niveau moral de la politique ». Il aime à dire que « Les héritiers de ceux qui, en mai 68, criaient " CRS = SS " prennent systématiquement le parti des voyous, des casseurs et des fraudeurs contre la police », avant d’ajouter : « Je veux tourner la page de mai 68 une bonne fois pour toutes ». Selon (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

"Nos sociétés sont des taudis intellectuels. Nos croyances sur le monde et sur les autres ont été créées par le même système qui nous a entraînés dans des guerres répétées qui ont tué des millions de personnes. On ne peut pas construire une civilisation uniquement à partir de l’ignorance et du mensonge." - Julian Assange

Lorsque les psychopathes prennent le contrôle de la société
NdT - Quelques extraits (en vrac) traitant des psychopathes et de leur emprise sur les sociétés modernes où ils s’épanouissent à merveille jusqu’au point de devenir une minorité dirigeante. Des passages paraîtront étrangement familiers et feront probablement penser à des situations et/ou des personnages existants ou ayant existé. Tu me dis "psychopathe" et soudain je pense à pas mal d’hommes et de femmes politiques. (attention : ce texte comporte une traduction non professionnelle d’un jargon (...)
46 
Le fascisme reviendra sous couvert d’antifascisme - ou de Charlie Hebdo, ça dépend.
Le 8 août 2012, nous avons eu la surprise de découvrir dans Charlie Hebdo, sous la signature d’un de ses journalistes réguliers traitant de l’international, un article signalé en « une » sous le titre « Cette extrême droite qui soutient Damas », dans lequel (page 11) Le Grand Soir et deux de ses administrateurs sont qualifiés de « bruns » et « rouges bruns ». Pour qui connaît l’histoire des sinistres SA hitlériennes (« les chemises brunes »), c’est une accusation de nazisme et d’antisémitisme qui est ainsi (...)
124 
Reporters Sans Frontières, la liberté de la presse et mon hamster à moi.
Sur le site du magazine états-unien The Nation on trouve l’information suivante : Le 27 juillet 2004, lors de la convention du Parti Démocrate qui se tenait à Boston, les trois principales chaînes de télévision hertziennes des Etats-Unis - ABC, NBC et CBS - n’ont diffusé AUCUNE information sur le déroulement de la convention ce jour-là . Pas une image, pas un seul commentaire sur un événement politique majeur à quelques mois des élections présidentielles aux Etats-Unis. Pour la première fois de (...)
23 
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas | Bernard Gensane
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.