RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher

Amérique Latine : L’Eldorado plus l’Enfer

«  Les campagnes alarmistes déclenchées au sujet des ressources de la planète et de l’empoisonnement de la nature par l’industrie n’annoncent certainement pas un projet des milieux capitalistes d’arrêter la croissance. C’est le contraire qui est vrai. Le capitalisme s’engage maintenant dans une phase où il va se trouver contraint de mettre au point tout un ensemble de techniques nouvelles de la production de l’énergie, de l’extraction des minerais, du recyclage des déchets, etc.,, et de transformer en marchandises une partie des éléments naturels nécessaires à la vie. Tout cela annonce une période d’intensification des recherches et de bouleversements technologiques qui exigeront des investissements gigantesques. Les données scientifiques et la prise de conscience écologique sont utilisées et manipulées pour construire des mythes terroristes qui ont pour fonction de faire accepter comme des impératifs absolus les efforts et les sacrifices qui seront indispensables pour que s’accomplisse le nouveau cycle de l’accumulation capitaliste qui s’annonce. » (Pierre Souyri, La dynamique du capitalisme au vingtième siècle, Paris, Editions Payot, 1983 (1).)

Les récents événements de Cajamarca (2), Pérou, avec la résistance d’une partie importante de la population devant un méga-chantier (proyecto Conga) minier menaçant gravement les écosystèmes de leur région, malgré les manoeuvres de division et la brutale répression (3) déclenchée par un gouvernement pourtant élu sur un discours vigoureusement «  écologique » et «  démocratique », viennent nous rappeler une triste réalité. Le continent subit toujours, 520 ans après le débarquement de Colomb, une spoliation massive de ses ressources minérales, l’exploitation calamiteuse de ses sols agricoles, la déforestation intensive, avec en prime la transformation de ses sites prestigieux en parcs à touristes. Le résultat en est une diminution rapide de la bio-diversité naturelle et cultivée (4), et la destruction souvent violente des structures sociales traditionnelles. Des sociétés encore dynamiques, pourtant, après cinq siècles de domination.

Rien de bien neuf, donc, sous le soleil d’El Dorado. Si ce n’est cette formidable accélération de techniques de plus en plus dévastatrices, comme la lixiviation et le rejet de cyanure, d’arsenic et autres poisons dans les lacs et cours d’eau, le recours massif aux semences OGM, débouchant sur l’emploi non moins intensif d’herbicides et pesticides hautement toxiques ...et le fait que les promoteurs de ce pillage bénéficient aujourd’hui d’alliés de choix : les nouveaux gouvernements progressistes, «  de gauche » et «  nationalistes » d’Amérique Latine.

Certes, la «  nouvelle ère minière » dans laquelle nous sommes entrés depuis une dizaine d’années est toujours en grande partie dominée par des pays comme les USA et le Canada (ce dernier «  abrite » 75% des grandes entreprises de ce secteur).

Mais la croissance chinoise, indienne et brésilienne (5) entraîne un accroissement gigantesque des besoins dans tous les domaines : biens d’équipement (construction) et de consommation...

L’or, comme valeur-refuge dans une période où les spéculations peuvent emporter en quelques semaines les montages financiers les plus puissants, l’augmentation vertigineuse de la «  demande » en matière de téléphones portables, ordinateurs et autres appareils électroniques, l’explosion de la production de matériel militaire, qui fait largement appel à des alliages spéciaux à base de métaux rares (6), à un moment où justement les opérations guerrières à grande échelle sont menées ou préparées pour s’assurer la mainmise sur les ressources minières et énergétiques, tout ceci permet d’augurer qu’une bonne partie de l’humanité, incapable de concevoir un autre mode de vie et de développement que celui que lui impose le capitalisme industriel, intoxiquée par le mythe omniprésent et tentaculaire du progrès et de la techno-science, va continuer à coopérer avec un bel enthousiasme à cette nouvelle course au trésor (7).

De l’Argentine au Mexique, en passant bien évidemment par le Brésil, le continent américain rivalise avec l’Afrique et les vastes régions de l’Asie. Où détruira-t-on le plus vite ?

Et ce ne sont pas les gouvernements de Cristina Fernández, Dilma Roussef, Evo Morales, Hugo Chávez ou Felipe Calderón qui vont démériter dans cette sinistre compétition.

Tout au plus sont-ils en train (en tous cas pour les quatre premiers (8)) de participer à une remise en cause de l’hégémonie nord-américaine et européenne, et à une redistribution des cartes, menée de main de maître par les dirigeants chinois et indiens.

Mais les conséquences, en termes de destruction environnementale, division souvent meurtrière des populations, militarisation et paramilitarisation, exode rural, entassement dans les banlieues surpeuplées, perte de la souveraineté alimentaire, etc., sont tragiquement les mêmes.

Certains vont continuer à croire aux vertus d’un «  vote citoyen » pour remédier à ces désastres. Et au passage, qu’un Etat généreux peut tout se permettre, à condition de redistribuer quelques miettes de la manne à des masses populaires devenues totalement dépendantes.

Peu réceptives à ces illusions de «  solutions » venues d’en haut, les communautés paysannes et indigènes de l’Autre Amérique sont en train de nous indiquer qu’elles ont compris le danger, et qu’elles sont déterminées à se mettre en travers des bulldozers et des carabiniers, pour préserver cette Terre-mère, cette maison commune que personne d’autre ne semble décidé à respecter. Reste à savoir si leur combat trouvera un écho utile de ce côté-ci de ce qu’il nous faut encore appeler le monde.

Jean-Pierre Petit-Gras

31 déc. 2011

URL de cet article 15500
  

Même Thème
Figures Révolutionnaires de l’Amérique latine
Rémy HERRERA
Cet ouvrage propose au lecteur sept chapitres consacrés à quelques-uns des révolutionnaires les plus importants d’Amérique latine et caribéenne : Simón Bolívar, José Martí, Ernesto Che Guevara, Hugo Chávez, Fidel Castro et Evo Morales. L’Amérique latine et caribéenne offre depuis le début des années 2000 l’image de peuples qui sont parvenus à repasser à l’offensive, dans les conditions historiques très difficiles qui sont celles de ce début de XXIe siècle. C’est cette puissante mobilisation populaire qui est (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

"Je n’en dors pas la nuit de voir comment, au cours des 11 dernières années, nous, journalistes, activistes, intellectuels, n’avons pas été capables d’arrêter ce monde à l’envers dans lequel de courageux dénonciateurs et éditeurs vont en prison tandis que des criminels de guerre et des tortionnaires dorment paisiblement dans leur lit."

Stefania Maurizi
28 octobre 2021, au cours du procès d’appel en extradition de Julian Assange

Analyse de la culture du mensonge et de la manipulation "à la Marie-Anne Boutoleau/Ornella Guyet" sur un site alter.
Question : Est-il possible de rédiger un article accusateur qui fait un buzz sur internet en fournissant des "sources" et des "documents" qui, une fois vérifiés, prouvent... le contraire de ce qui est affirmé ? Réponse : Oui, c’est possible. Question : Qui peut tomber dans un tel panneau ? Réponse : tout le monde - vous, par exemple. Question : Qui peut faire ça et comment font-ils ? Réponse : Marie-Anne Boutoleau, Article XI et CQFD, en comptant sur un phénomène connu : "l’inertie des (...)
93 
Appel de Paris pour Julian Assange
Julian Assange est un journaliste australien en prison. En prison pour avoir rempli sa mission de journaliste. Julian Assange a fondé WikiLeaks en 2006 pour permettre à des lanceurs d’alerte de faire fuiter des documents d’intérêt public. C’est ainsi qu’en 2010, grâce à la lanceuse d’alerte Chelsea Manning, WikiLeaks a fait œuvre de journalisme, notamment en fournissant des preuves de crimes de guerre commis par l’armée américaine en Irak et en Afghanistan. Les médias du monde entier ont utilisé ces (...)
17 
Comment Cuba révèle toute la médiocrité de l’Occident
Il y a des sujets qui sont aux journalistes ce que les récifs sont aux marins : à éviter. Une fois repérés et cartographiés, les routes de l’information les contourneront systématiquement et sans se poser de questions. Et si d’aventure un voyageur imprudent se décidait à entrer dans une de ces zones en ignorant les panneaux avec des têtes de mort, et en revenait indemne, on dira qu’il a simplement eu de la chance ou qu’il est fou - ou les deux à la fois. Pour ce voyageur-là, il n’y aura pas de défilé (...)
43 
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas | Bernard Gensane
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.