Quantcast
RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher


Amérique latine : Les États-Unis cherchent à réhabiliter la doctrine de Monroe et à imposer ainsi le régime néolibéral dans toute la région...

Les États-Unis cherchent à réhabiliter la doctrine de Monroe et à imposer ainsi le régime néolibéral dans toute la région, et à contrer l’influence croissante de la Chine et de la Russie.

Mohsen Abdelmoumen : Pouvez-vous expliquer à nos lecteurs ce qu’est le concept : philosophie de la libération ?

Dr. Frederick B. Mills : Le mouvement philosophie de la libération, qui remonte à la fin des années 1960 en Amérique latine et dans les Caraïbes, est né d’un examen critique de l’influence de la philosophie occidentale sur la philosophie et la science latino-américaines. Cela a été ressenti par ses précurseurs, qui se demandaient s’il existait une philosophie particulièrement latino-américaine, comme une étape nécessaire pour faire avancer un projet philosophique libérateur. Une telle critique consiste à mettre à nu le mythe de la modernité. Ce mythe est une vision du monde eurocentrique déployée pendant la conquête et la colonisation de l’Amérindia pour justifier l’assujettissement des Africains et des peuples d’origine des Amériques. Il est toujours important d’étudier cette vision du monde aujourd’hui, car le mythe de la modernité ne s’est pas achevé dans la postmodernité mais persévère sous la forme de l’exceptionnalisme impérial, de la suprématie blanche et de diverses méthodes de domination postcoloniales. Pourquoi, après 500 ans, le mythe persiste-t-il, même dans les pays du Sud ? Nous ne pouvons pas blâmer les médias corporatifs et l’industrie culturelle, même si elle reproduit fidèlement la perspective hégémonique. Nous avons pleinement accès aux médias alternatifs et aux cultures de résistance. Comme Frantz Fanon et Ngũgĩ wa Thiong’o le soulignent, les opprimés intériorisent parfois la vision du monde de l’oppresseur. Ainsi, la critique de la modernité implique non seulement une étude de la philosophie occidentale, mais aussi, dans un sens, une réflexion de soi radicale. Pour une philosophie de libération, cette décolonisation de l’esprit – et c’est aussi une tâche pour les progressistes du Nord – est une condition indispensable pour revaloriser les traditions réprimées et s’engager dans un projet libérateur aux côtés des victimes du système en place.

Vous avez écrit « Enrique Dussel’s Ethics of Liberation« . À votre avis, pour mieux comprendre la philosophie de la libération, n’y a-t-il pas une nécessité d’étudier Enrique Dussel ?

Mon but en écrivant ce livre était de présenter aux lecteurs anglophones une perspective éthique qui défend la vie humaine et la biosphère terrestre et qui fait avancer le projet de construire un monde plus juste. Enrique Dussel est un cofondateur et la voix la plus importante dans la philosophie du mouvement de libération.

Oui, il est nécessaire d’étudier Dussel maintenant et de traduire davantage son travail dans d’autres langues. La version anglaise de son magnum opus, écrite en 1998, a été publiée en 2013 : The Ethics of Liberation in the Age of Globalization and Exclusion (L’éthique de la libération à l’ère de la mondialisation et de l’exclusion). Ce livre présente les trois principes éthiques clés en détail. Très brièvement, le premier principe est que nous devons promouvoir la croissance de toute vie humaine en communauté. Le deuxième principe est que nous devons réaliser le premier principe en utilisant des procédures démocratiques dans lesquelles toutes les personnes touchées par les délibérations ont une voix égale. Et troisièmement, tout ce que nous décidons démocratiquement pour faire progresser la vie humaine devrait être réalisable. Ces trois principes s’informent mutuellement et aucun principe pris isolément ne suffit à un projet éthique, que ce projet soit dans le domaine politique, économique, social ou autre.

D’autres ouvrages importants sont disponibles en anglais, tels que : Twenty Theses on Politics ; The Invention of the Americas : Eclipse of “the Other” and the Myth of Modernity ; et le premier, mais très important : Philosophy of Liberation.

Vous êtes un fin connaisseur de la situation qui prévaut au Venezuela. D’après vous, que se passe-t-il réellement au Venezuela ?

Le contexte est important. Depuis que Hugo Chavez a été élu président en décembre 1998, l’opposition a eu une ligne dure qui a voulu mettre fin à la révolution bolivarienne par tous les moyens nécessaires. Chavez s’est présenté sur un programme, « l’alternative bolivarienne », qui avait trois piliers : l’indépendance régionale ; construire une alternative au régime néolibéral ; et payer la dette sociale. Les trois piliers sont interdépendants, mais je ne peux en aborder qu’un seul ici. Pour Chavez, l’indépendance régionale exigeait à la fois la promotion d’un monde multipolaire et la création d’institutions pour l’intégration de l’Amérique latine et des Caraïbes. C’est dans un monde multipolaire et au moyen d’un bloc régional unifié de nations que la souveraineté de toute nation est renforcée contre la domination d’une puissance ou d’un bloc de pouvoir. La réalisation réussie de cette vue met la cause bolivarienne en contradiction avec l’alliance américano-OTAN qui a cherché et cherche toujours à repousser l’influence chinoise et russe et à réimposer son hégémonie dans toute la région. L’attaque contre le Chavisme a été implacable. Chavez a survécu à un coup d’État de courte durée, à une grève du pétrole, à un référendum de rappel, et Maduro a résisté à des tentatives de coup d’État, les États-Unis ont soutenu les efforts visant à isoler le gouvernement dans l’OEA, la violence dans les rues, une guerre économique et, plus récemment, une tentative d’assassinat. Une grande partie du doigt pointé contre le gouvernement bolivarien dans la presse corporative se rapporte à la crise économique là-bas. Le problème, cependant, n’a pas été un échec du socialisme ; le problème a été un échec du capitalisme spéculatif. Avec la chute des prix du pétrole à partir de la fin de 2012, les faiblesses de l’économie qui n’avaient pas été aussi marquées sous Chavez se sont rapidement manifestées.

En bref, la crise est due à la fois à une mauvaise gestion interne de l’économie et à une guerre économique soutenue par les États-Unis imposée à ce pays d’Amérique du Sud. En ce qui concerne les causes internes, il y a eu un système de change brisé, des hausses de prix, le détournement de produits subventionnés vers le marché illégal et même vers d’autres pays et la corruption dans les secteurs privé et public. La crise économique a été sévèrement exacerbée par les sanctions américaines visant à « faire agoniser l’économie » dans le cadre d’une stratégie visant à faire tomber le gouvernement.

Lors des élections du 20 mai, qui ont été boycottées par une majorité au sein de l’opposition de la Table ronde de l’unité démocratique (MUD), Maduro a obtenu 68% des voix. Malgré les critiques du gouvernement et le mécontentement grandissant face aux difficultés économiques, il y avait une attente parmi certains dans la base qui se sont rendus aux urnes pour Maduro qu’il allait enfin prendre des mesures décisives sur le plan économique. Une mesure importante, prise il y a une semaine à peine, consistait à introduire une nouvelle monnaie, le Bolivar Soberano, attaché au Petro, une monnaie cryptée qui est elle-même évaluée au prix du baril de pétrole. Cette mesure, conjuguée à une augmentation du salaire minimum et à un nouveau barème de prix pour les biens de consommation de base, nécessite un soutien populaire et un effort soutenu pour empêcher un nouveau cycle d’exploitation, de thésaurisation, d’inflation et de contrebande. D’autres mesures ont également été mises en place, notamment la réforme des changes et la réduction de la contrebande de l’essence vénézuélienne en Colombie. Mais cela nécessiterait beaucoup plus de détails. En tout état de cause, le destin de la cause bolivarienne au Venezuela dépend de l’atteinte d’un succès important dans les semaines et les mois à venir sur ce front économique crucial.

Avez-vous des informations sur l’attentat qui a visé récemment le président Maduro ?

La tentative d’assassinat visait non seulement le président Maduro, mais également les dirigeants des principales institutions de l’État, au moyen de bombes (faites d’explosifs en c-4) livrées par des drones. Sept personnes ont été blessées. Le gouvernement rapporte qu’un nouveau complot visant à tuer les principaux dirigeants chavistes dans différentes régions du pays a été découvert quelques jours plus tard. Ces complots faisaient probablement partie d’un plan visant à provoquer le chaos afin d’ouvrir la voie à un gouvernement de droite « de transition » basé à Bogota et à Miami pour assermenter un nouveau président par intérim et appeler ensuite à une « coalition des partisans ». sous couvert d’une « intervention humanitaire », pour consolider son emprise sur le pouvoir. Ce sont, bien sûr, des spéculations, mais le fait de la tentative d’assassinat est bien documenté, l’existence d’un gouvernement de transition dans les coulisses est bien connue, certains des auteurs présumés de la tentative d’assassinat ont été arrêtés, et le gouvernement a émis des mandats internationaux pour des collaborateurs présumés qui résident actuellement à l’étranger.

Les États-Unis poursuivent-ils leur vieille méthode visant à déstabiliser et à faire des putschs contre des gouvernements progressistes en Amérique Latine, comme on l’a vu avec Dilma Roussef au Brésil ?

Les États-Unis cherchent à réhabiliter la doctrine de Monroe et à imposer ainsi le régime néolibéral dans toute la région, et à contrer l’influence croissante de la Chine et de la Russie. Pour cette raison, les pays de l’ALBA, qui ont fait partie de la vague rose des gouvernements progressistes, sont tous des cibles pour un changement de régime. Le président élu démocratiquement Manuel Zelaya a été renversé par un coup d’État en juin 2009 et l’administration Obama a soutenu le régime putschiste qui a suivi. Dilma Rousseff a été déposée dans ce qui était sans doute un coup d’État parlementaire en 2016. Et aujourd’hui, comme on peut l’entendre dans la rhétorique des décideurs de l’aile droite des États-Unis, Cuba, le Venezuela, le Nicaragua et la Bolivie sont sur la liste indésirable. Nous pourrions bientôt voir une ingérence renouvelée dans les prochaines élections au Salvador car, contrairement aux objectifs de Washington, l’administration FMLN (Front Farabundo Martí de libération nationale) du président Sanchez Ceren a soutenu les gouvernements du Nicaragua et du Venezuela lors de votes décisifs à l’OEA et juste la semaine dernière, le Salvador a établi des relations diplomatiques avec la Chine après avoir rompu ses liens officiels avec Taiwan. Donc, comme nous pouvons le voir, dans certains cas, le soft power peut réussir à faire tomber un gouvernement. Lorsque le soft power ne parvient pas à atteindre l’objectif, comme au Venezuela, nous voyons les menaces explicites d’une intervention militaire. Comme Camacaro et moi l’avons soutenu, l’utilisation de cette option contre le Venezuela pourrait plonger la région dans des années de conflit civil. Ce n’est une bonne option pour aucun pays, y compris les États-Unis.

Quel est le rôle précis de la CIA liée à des groupuscules d’extrême-droite dans les attaques que subissent les gouvernements légitimes de la gauche latino-américaine ?

Je ne connais pas le rôle actuel de la CIA en Amérique latine. Wikileaks a été une source d’information sur l’utilisation du soft power, comme le déploiement des fonds USAID et NED pour promouvoir des opinions politiques partisanes qui finissent par contester la légitimité démocratique des gouvernements qui ne soutiennent pas la politique américaine dans la région. Cela a été de plus en plus préoccupant au sein de la gauche latino-américaine.

Les médias au service du grand capital et de l’hégémonie US ne sont-ils pas coupables de mensonges en manipulant les informations sur le Venezuela, Cuba et tous les gouvernements progressistes d’Amérique Latine ?

Pour ne prendre qu’une étude de cas, un récent rapport de FAIR décrit comment la presse d’entreprise utilise le terme régime pour les gouvernements qui ne sont pas en faveur de la Maison Blanche afin de remettre en question leur légitimité démocratique. Et nous avons assisté à la présentation unilatérale des événements au Venezuela, au Nicaragua et, dans une certaine mesure, en Bolivie et à Cuba. La presse corporative reproduit souvent le point de vue officiel alors que le travail de la presse est de prendre une approche plus sceptique de narrative dominante de l’actualité. Mais vraiment, on ne peut pas généraliser. Certains journalistes des médias d’entreprise ont le courage de briser le moule. Nous l’avons vu récemment, par exemple, dans les reportages sur le Yémen et le Myanmar.

Vous avez signé récemment un article avec William Camacaro qui explique un mouvement plus que suspect de hauts fonctionnaires de l’administration US comme Mattis, Pompeo, Haley en Amérique Latine. Pensez-vous que les États-Unis vont intervenir militairement contre le Venezuela ?

J’espère que non, mais nous savons maintenant que le président Trump a envisagé une invasion du Venezuela, que la Maison Blanche maintient l’option militaire sur la table et que le Commandement du Sud se prépare à une telle éventualité lors d’exercices militaires aux côtés de ses alliés régionaux. Comme Camacaro et moi-même l’avons fait valoir dans l’article que vous mentionnez, toute force d’invasion devrait faire face à une résistance féroce à l’intérieur de la République bolivarienne et un conflit civil accru s’étendrait probablement à d’autres pays de la région. Une invasion du Venezuela provoquerait aussi probablement une expansion et une intensification de l’insurrection dissidente des FARC en Colombie, ainsi que la fin des ouvertures d’un accord de paix par l’ELN. Nous soupçonnons que le Brésil, l’Argentine et le Pérou, qui ont tous suffisamment de problèmes nationaux à faire face à une opposition politique croissante, auraient tous de sérieuses réserves quant à l’option militaire. Il est temps que Washington change de cap en abrogeant le décret exécutif contre le Venezuela, en levant les sanctions et en rétablissant des relations diplomatiques complètes.

L’impérialisme US qui a détruit l’Irak, la Syrie, la Libye et qui veut une guerre ouverte contre l’Iran et la Russie n’est-il pas en train de creuser la tombe de l’humanité entière ?

L’alliance américano-OTAN repousse la réalité d’un monde multipolaire et cherche à exercer un contrôle primaire sur les ressources minérales et industrielles de la Terre au prix d’un état permanent d’exception et de guerre. Une telle orientation est en effet insoutenable. Les coûts humains ont été et continuent d’être catastrophiques. L’alternative est que les États-Unis combinent la concurrence avec plus de diplomatie, de coopération et de complémentarité. L’unilatéralisme récent des États-Unis dans le commerce, les sanctions et l’abandon de l’accord sur le nucléaire iranien sont contre-productifs et pourraient même rompre ses relations avec l’UE.

Quel est l’impact de la victoire historique d’Andrés Manuel Lopez Obrador AMLO, candidat de la gauche mexicaine lors des dernières présidentielles, sur le continent américain ?

La victoire d’AMLO offre un espace politique au sein duquel le peuple mexicain peut commencer à s’attaquer à la corruption et à l’insécurité publique et orienter davantage la richesse du pays vers l’investissement social. Alors que certains critiques s’empressent de souligner la coopération d’AMLO avec les intérêts des grandes entreprises et certains politiciens plus conservateurs, je pense que la plupart veulent lui donner une chance de forger un nouveau genre de politique, plus inclusif des travailleurs, des paysans et des peuples autochtones du Mexique. En matière de politique étrangère, AMLO a déjà fait savoir que le Mexique serait du côté de la non-ingérence et du respect de la souveraineté des États américains. Cela changera sans aucun doute l’équilibre des forces à l’intérieur de l’OEA, en réduisant quelque peu l’interventionnisme du Groupe de Lima et l’extrême partisannerie anti-bolivarienne du Secrétaire général, Luis Almagro.

L’administration américaine n’a-t-elle pas peur d’une éventuelle jonction entre la gauche US et la gauche mexicaine ? Si oui, quelles en seraient les retombées sur la gauche en Amérique Latine et partout dans le monde ?

Non, je ne pense pas qu’ils s’inquiètent d’une telle jonction. Récemment, la gauche en Amérique latine et au Mexique a exprimé une convergence de vues sur l’idée d’un mur de frontière, l’atrocité de la séparation de la famille par l’ICE et d’autres questions d’immigration. Il existe en effet des liens de solidarité et de dialogue entre travailleurs syndiqués, mouvements écologiques, peuples autochtones et forums interculturels. Mais c’est loin de ce qui constituerait une jonction unifiée importante entre la gauche mexicaine et la gauche américaine.

Le régime US et ses alliés peuvent-ils encore continuer de parler des droits de l’homme et de démocratie alors qu’ils ont les mains et la conscience maculées du sang des peuples ?

L’exceptionnalisme américain a généralement politisé les droits de l’homme en exprimant une indignation sélective lorsque des abus se produisent, selon que le gouvernement concerné est un ami ou un ennemi de Washington. Cette indignation sélective sape l’une des caractéristiques les plus importantes des droits de l’homme : elle s’applique toujours de manière universelle. Pendant l’administration Bush, le masque est tombé et l’État a explicitement autorisé et déployé la restitution et l’utilisation de « techniques d’interrogatoire renforcées » ou, de manière plus explicite, la torture. Le bilan humain du changement de régime, par exemple en Irak et en Libye, ne propose pas Washington comme un porte-drapeau fiable des droits de l’homme.

D’après vous, un front mondial anti-impérialiste et anticapitaliste n’est-il pas plus que nécessaire ?

La logique interne du capital est une accumulation illimitée, en contradiction avec l’idéal de la vie humaine perpétuelle et de la préservation des écosystèmes de la terre. Il instrumentalise l’être humain et viole de ce fait son autonomie et sa dignité. L’inégalité croissante, l’écart entre le 1% et le reste du monde, bien que différant d’un pays à l’autre, a atteint des proportions obscènes au niveau mondial. Compte tenu de l’antagonisme social généré par l’inégalité économique croissante et la domination sociale, le système ne peut être maintenu que par une politique de coercition, de surveillance universelle et d’État policier. Pour ces raisons, le système du capital n’est sans doute ni socialement, ni économiquement, ni politiquement durable.

Il y a déjà un mouvement planétaire naissant qui cherche à réduire le changement climatique. Les conférences internationales sur le réchauffement climatique attirent l’attention du monde entier. Bien qu’incapable jusqu’ici d’inspirer un sentiment d’urgence suffisant dans le Nord, ce mouvement sensibilise sans aucun doute aux changements climatiques dans le monde entier.

Bien sûr, il y a d’autres problèmes urgents en plus du changement climatique. Mais le mouvement écologique fournit un exemple de ce qui est possible. Un mouvement planétaire progressif diversifié est en effet nécessaire pour résister à tous les systèmes totalisants, mais on ne peut prédire quelle forme il pourrait prendre ; il est fort probable que ce sera une coalition de forces progressistes à travers le monde qui s’unisse autour d’objectifs communs.

En tant que mouvement ou coalition libératrice planétaire, j’imagine que cela donnerait la priorité à la vie humaine plutôt qu’à l’accumulation privée et au soutien de la coopération par rapport à la concurrence. Cela combinerait probablement à la fois le pouvoir des États et les mouvements populaires engagés dans un changement progressif. Mais dire que le but est anticapitaliste est quelque peu partial. Tout système qui centraliserait la prise de décision entre les mains d’un petit nombre de personnes et instrumentaliserait les êtres humains, y compris le soi-disant socialisme du siècle dernier, finit par soumettre plutôt que libérer. C’est nous, les gens, en utilisant des procédures démocratiques, qui devons être les protagonistes de la construction d’un nouveau monde, « un monde dans lequel beaucoup de mots s’ajustent » (pour utiliser une expression zapatiste).

Dr. Frederick B. Mills

Interview réalisée par Mohsen Abdelmoumen

 

Qui est le Dr. Frederick B. Mills ?

Frederick B. Mills, Ph.D., est professeur de philosophie à la Bowie State University et membre de la Asociación de Filosofía y Liberación et de l’American Philosophical Association. Il a reçu des prix pour l’excellence de son enseignement et pour son rayonnement international à la Bowie State University. Dr. Mills a publié des articles sur la philosophie de l’esprit, l’éthique et les politiques publiques, Descartes, Spinoza, Kant, Sartre, Merleau-Ponty, Mario Bencastro, Enrique Dussel ainsi que des analyses politiques sur la politique latino-américaine contemporaine. Il a beaucoup écrit et donné de nombreuses conférences sur la révolution bolivarienne au Venezuela et sur la période d’après-guerre au Salvador. La série de Mills sur « Antonio Saca et la Tradicion de Arena » a reçu une mention honorable de l’Association nationale des publications hispaniques pour un article exceptionnel sur l’Amérique latine et les affaires politiques. Mills a contribué à des essais sur Counterpunch, sur Council on Hemispheric Affairs et sur d’autres médias indépendants. Il a publié une introduction au manuel de philosophie, une monographie sur Ethics of Liberation : An Introduction d’Enrique Dussel et est co-auteur d’un livre sur les relations entre les États-Unis et Cuba, plaidant pour la fin de l’embargo. Frederick Mills est éditeur d’évaluation et ancien rédacteur en chef de Humanities and Technology Review. Il participe au Foro Sao Paulo de Washington et est membre fondateur de l’Association pour le développement de l’éducation au Salvador (ADEES, Inc.).

Le site officiel de Frederick B. Mills

»» https://mohsenabdelmoumen.wordpress.com/2018/08/31/dr-frederick-b-mill...
URL de cet article 33742
   
Même Thème
Les Etats-Unis de mal empire : Ces leçons de résistance qui nous viennent du Sud
Danielle BLEITRACH, Maxime VIVAS, Viktor DEDAJ
Présentation de l’éditeur Au moment même où les Etats-Unis, ce Mal Empire, vont de mal en pis, et malgré le rideau de fumée entretenu par les médias dits libres, nous assistons à l’émergence de nouvelles formes de résistances dans les pays du Sud, notamment en Amérique latine. Malgré, ou grâce à , leurs diversités, ces résistances font apparaître un nouveau front de lutte contre l’ordre impérial US. Viktor Dedaj et Danielle Bleitrach, deux des auteurs du présent livre, avaient intitulé leur précédent ouvrage (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

« Le pire des analphabètes, c’est l’analphabète politique. Il n’écoute pas, ne parle pas, ne participe pas aux événements politiques. Il ne sait pas que le coût de la vie, le prix de haricots et du poisson, le prix de la farine, le loyer, le prix des souliers et des médicaments dépendent des décisions politiques. L’analphabète politique est si bête qu’il s’enorgueillit et gonfle la poitrine pour dire qu’il déteste la politique. Il ne sait pas, l’imbécile, que c’est son ignorance politique qui produit la prostituée, l’enfant de la rue, le voleur, le pire de tous les bandits et surtout le politicien malhonnête, menteur et corrompu, qui lèche les pieds des entreprises nationales et multinationales. »

Bertolt Brecht, poète et dramaturge allemand (1898/1956)


L’UNESCO et le «  symposium international sur la liberté d’expression » : entre instrumentalisation et nouvelle croisade (il fallait le voir pour le croire)
Le 26 janvier 2011, la presse Cubaine a annoncé l’homologation du premier vaccin thérapeutique au monde contre les stades avancés du cancer du poumon. Vous n’en avez pas entendu parler. Soit la presse cubaine ment, soit notre presse, jouissant de sa liberté d’expression légendaire, a décidé de ne pas vous en parler. (1) Le même jour, à l’initiative de la délégation suédoise à l’UNESCO, s’est tenu au siège de l’organisation à Paris un colloque international intitulé « Symposium international sur la liberté (...)
18 
« SIN EMBARGO » - Paroles cubaines sur le blocus (et le reste aussi) - Préambule - 1/13
PREAMBULE « Un microphone ? Hum... » Ca y’est, deux jours à la Havane et je commence à me sentir comme un fucking Chevalier de la Table Ronde à la recherche du Graal. Oui, j’ai besoin d’un microphone, avec une petite prise, pour le brancher là. « Tu veux acheter un microphone ? » Ben oui, à peine arrivé, le mien est tombé en panne, alors j’ai besoin d’un microphone. « Oui, oui, je comprends. Un microphone... ». Je suis dans un centre culturel. Un grand centre culturel. J’ai l’impression de voir des (...)
Comment Cuba révèle toute la médiocrité de l’Occident
Il y a des sujets qui sont aux journalistes ce que les récifs sont aux marins : à éviter. Une fois repérés et cartographiés, les routes de l’information les contourneront systématiquement et sans se poser de questions. Et si d’aventure un voyageur imprudent se décidait à entrer dans une de ces zones en ignorant les panneaux avec des têtes de mort, et en revenait indemne, on dira qu’il a simplement eu de la chance ou qu’il est fou - ou les deux à la fois. Pour ce voyageur-là, il n’y aura pas de défilé (...)
39 
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.