Quantcast
RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher

14 

Antisémitisme : une inquiétante dérive sémantique

Depuis plusieurs années, une dérive sémantique est en marche qui vise à qualifier de "nouvel antisémitisme" toute critique de l'Etat d'Israël, de sa politique ultranationaliste, d'apartheid et de colonisation. Un amalgame scandaleux pour défendre l'indéfendable et un rapprochement idéologique inquiétant. D'autant qu'une tentative récente de promotion de l’antisémitisme, le vrai, ajoute au malaise

« Je viens de publier un livre abominablement antisémite, je vous l’envoie. Je suis l’ennemi n° 1 des Juifs »

C’est par ces mots que Louis Ferdinand Céline assurait la promotion de ses pamphlets où il donnait libre cours à sa haine antijuive. Pas d’ambiguïté donc.

Ces textes répugnants : Bagatelles pour un massacre (1937), L’école des cadavres (1938) et Les Beaux draps (1941) ne seront finalement pas republiés (pour l’instant) par Gallimard, éditeur historique de l’écrivain.

De nombreuses voix se sont élevées contre la possible réédition de ces propos fous, délirants, immondes. Mais peu se sont interrogées sur le pourquoi aujourd’hui, quelle nécessité ?

D’autant que les éditions du temps du nazisme et de la collaboration sont toujours en circulation chez les bouquinistes, sur internet, et en bibliothèque, à la disposition des chercheurs et des historiens qui travaillent sur cette période.

Céline nous donne peut-être lui même la réponse : " Que demande toute la foule moderne ? Elle demande à se mettre à genoux devant l’or et devant la merde ! " (Bagatelles pour un massacre)

Car ce "coup éditorial" aurait apporté la caution d’une grande maison d’édition à une sorte "d’antisémitisme mondain", affaiblissant ainsi toute possibilité de sanctionner paroles, écrits et propagande antisémite.

Les pamphlets céliniens sont une véritable caricature de l’antisémitisme, de l’incitation à la haine, à la discrimination et à la violence raciale, des délits qui tombent, en France, sous le coup de la Loi.

Pourtant, inculture ou irresponsabilité, le Gouvernement français, par la voix de son Premier Ministre, Edouard Philippe, s’est dit favorable à la republication de ces écrits abjects.

Le même Premier Ministre qui annonçait le 2 octobre dernier dans une synagogue parisienne un nouveau plan de lutte contre l’antisémitisme et déclarait : "Nous ne laisserons rien passer », qualifiant l’antisémitisme de « bête immonde » qui « emprunte à la fois à l’hydre et au phénix : [...] quand on le croit disparu, il réapparaît encore et encore ».

Mais alors pourquoi cette apparente volte-face ?

Ce n’en n’est pas une.

Car depuis plusieurs années, une inquiétante dérive sémantique est à l’œuvre. Qui qualifie désormais de "nouvel antisémitisme" (sic) le combat contre le racisme, la colonisation et les massacres de l’Etat d’Israël.

Cette campagne de propagande honteuse est menée par le Gouvernement, une majorité de lâches politiciens, de voix racistes et relayée par des media complaisants.

Elle vise à transformer systématiquement une opinion (critiquer la politique d’Israël) en un délit (l’antisémitisme). Ainsi le "délit d’opinion", propre des dictatures, s’est peu à peu infiltré dans la République.

Les membres les plus zélés de cette coalition indigne, si prompte à soutenir un nationalisme criminel, ont habituellement tribune ouverte dans les media. Tels les Valls, Hidalgo ou BHL par exemple.

Sauf erreur, ils ne se sont pas exprimés concernant la possible réédition des écrits ignobles de Céline, qui ont participé à conduire des millions d’hommes et de femmes à la mort dans le plus abominable génocide de l’Histoire.

Nous vivons une époque dangereuse et devons être vigilants. Méfions-nous des rapprochements idéologiques périlleux entre tous ceux qui ont pour fond de commerce les haines, les communautarismes, les guerres.

Jusqu’où sont-ils prêts à aller, à défendre l’indéfendable, pour attiser le chaos nécessaire à la mise en oeuvre de leur soif de pouvoir ?

»» https://blogs.mediapart.fr/register/blog/110118/antisemitisme-une-inqu...
URL de cet article 32832
   
« Cuba mi amor », un roman sur le Che de Kristian Marciniak (Rebelion)
Leyde E. Rodri­guez HERNANDEZ
Publié chez Publibook, une maison d’édition française, le roman de Kristian Marciniak : « Cuba mi amor » circule dans Paris ces jours-ci. Dans un message personnel adressé au chroniqueur de ce papier, l’auteur avoue que Cuba a été le pays qui lui a apporté, de toute sa vie, le plus de bonheur, les plus grandes joies et les plus belles émotions, et entre autres l’orgueil d’avoir connu et travaillé aux côtés du Che, au Ministère de l’Industrie. Le roman « Cuba mi amor » est un livre impressionnant de plus de (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

Les prolétaires n’ont rien à perdre que leurs chaînes. Ils ont un monde à gagner. Prolétaires de tous les pays, unissez-vous !

Karl Marx


La crise européenne et l’Empire du Capital : leçons à partir de l’expérience latinoaméricaine
Je vous transmets le bonjour très affectueux de plus de 15 millions d’Équatoriennes et d’Équatoriens et une accolade aussi chaleureuse que la lumière du soleil équinoxial dont les rayons nous inondent là où nous vivons, à la Moitié du monde. Nos liens avec la France sont historiques et étroits : depuis les grandes idées libertaires qui se sont propagées à travers le monde portant en elles des fruits décisifs, jusqu’aux accords signés aujourd’hui par le Gouvernement de la Révolution Citoyenne d’Équateur (...)
Le fascisme reviendra sous couvert d’antifascisme - ou de Charlie Hebdo, ça dépend.
Le 8 août 2012, nous avons eu la surprise de découvrir dans Charlie Hebdo, sous la signature d’un de ses journalistes réguliers traitant de l’international, un article signalé en « une » sous le titre « Cette extrême droite qui soutient Damas », dans lequel (page 11) Le Grand Soir et deux de ses administrateurs sont qualifiés de « bruns » et « rouges bruns ». Pour qui connaît l’histoire des sinistres SA hitlériennes (« les chemises brunes »), c’est une accusation de nazisme et d’antisémitisme qui est ainsi (...)
120 
Hier, j’ai surpris France Télécom semant des graines de suicide.
Didier Lombard, ex-PDG de FT, a été mis en examen pour harcèlement moral dans l’enquête sur la vague de suicides dans son entreprise. C’est le moment de republier sur le sujet un article du Grand Soir datant de 2009 et toujours d’actualité. Les suicides à France Télécom ne sont pas une mode qui déferle, mais une éclosion de graines empoisonnées, semées depuis des décennies. Dans les années 80/90, j’étais ergonome dans une grande direction de France Télécom délocalisée de Paris à Blagnac, près de Toulouse. (...)
68 
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.