Quantcast
RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher

14 

Antisémitisme : une inquiétante dérive sémantique

Depuis plusieurs années, une dérive sémantique est en marche qui vise à qualifier de "nouvel antisémitisme" toute critique de l'Etat d'Israël, de sa politique ultranationaliste, d'apartheid et de colonisation. Un amalgame scandaleux pour défendre l'indéfendable et un rapprochement idéologique inquiétant. D'autant qu'une tentative récente de promotion de l’antisémitisme, le vrai, ajoute au malaise

« Je viens de publier un livre abominablement antisémite, je vous l’envoie. Je suis l’ennemi n° 1 des Juifs »

C’est par ces mots que Louis Ferdinand Céline assurait la promotion de ses pamphlets où il donnait libre cours à sa haine antijuive. Pas d’ambiguïté donc.

Ces textes répugnants : Bagatelles pour un massacre (1937), L’école des cadavres (1938) et Les Beaux draps (1941) ne seront finalement pas republiés (pour l’instant) par Gallimard, éditeur historique de l’écrivain.

De nombreuses voix se sont élevées contre la possible réédition de ces propos fous, délirants, immondes. Mais peu se sont interrogées sur le pourquoi aujourd’hui, quelle nécessité ?

D’autant que les éditions du temps du nazisme et de la collaboration sont toujours en circulation chez les bouquinistes, sur internet, et en bibliothèque, à la disposition des chercheurs et des historiens qui travaillent sur cette période.

Céline nous donne peut-être lui même la réponse : " Que demande toute la foule moderne ? Elle demande à se mettre à genoux devant l’or et devant la merde ! " (Bagatelles pour un massacre)

Car ce "coup éditorial" aurait apporté la caution d’une grande maison d’édition à une sorte "d’antisémitisme mondain", affaiblissant ainsi toute possibilité de sanctionner paroles, écrits et propagande antisémite.

Les pamphlets céliniens sont une véritable caricature de l’antisémitisme, de l’incitation à la haine, à la discrimination et à la violence raciale, des délits qui tombent, en France, sous le coup de la Loi.

Pourtant, inculture ou irresponsabilité, le Gouvernement français, par la voix de son Premier Ministre, Edouard Philippe, s’est dit favorable à la republication de ces écrits abjects.

Le même Premier Ministre qui annonçait le 2 octobre dernier dans une synagogue parisienne un nouveau plan de lutte contre l’antisémitisme et déclarait : "Nous ne laisserons rien passer », qualifiant l’antisémitisme de « bête immonde » qui « emprunte à la fois à l’hydre et au phénix : [...] quand on le croit disparu, il réapparaît encore et encore ».

Mais alors pourquoi cette apparente volte-face ?

Ce n’en n’est pas une.

Car depuis plusieurs années, une inquiétante dérive sémantique est à l’œuvre. Qui qualifie désormais de "nouvel antisémitisme" (sic) le combat contre le racisme, la colonisation et les massacres de l’Etat d’Israël.

Cette campagne de propagande honteuse est menée par le Gouvernement, une majorité de lâches politiciens, de voix racistes et relayée par des media complaisants.

Elle vise à transformer systématiquement une opinion (critiquer la politique d’Israël) en un délit (l’antisémitisme). Ainsi le "délit d’opinion", propre des dictatures, s’est peu à peu infiltré dans la République.

Les membres les plus zélés de cette coalition indigne, si prompte à soutenir un nationalisme criminel, ont habituellement tribune ouverte dans les media. Tels les Valls, Hidalgo ou BHL par exemple.

Sauf erreur, ils ne se sont pas exprimés concernant la possible réédition des écrits ignobles de Céline, qui ont participé à conduire des millions d’hommes et de femmes à la mort dans le plus abominable génocide de l’Histoire.

Nous vivons une époque dangereuse et devons être vigilants. Méfions-nous des rapprochements idéologiques périlleux entre tous ceux qui ont pour fond de commerce les haines, les communautarismes, les guerres.

Jusqu’où sont-ils prêts à aller, à défendre l’indéfendable, pour attiser le chaos nécessaire à la mise en oeuvre de leur soif de pouvoir ?

»» https://blogs.mediapart.fr/register/blog/110118/antisemitisme-une-inqu...
URL de cet article 32832
   
Viêt Nam, voyages d’après-guerres
André BOUNY
Nul mieux qu’un écrivain ne peut faire découvrir un pays. Que saurions-nous de l’Écosse sans Boswell et Johnson et comment nous représenterions-nous la magnificence de l’Orient au XVIe siècle sans les Pérégrinations de Fernaõ Mendes Pinto ? André Bouny s’inscrit dans cette lignée de voyageurs. Sa plume trace avec précision ce que tous les sens perçoivent du Viêt Nam traversé. Elle le fait doublement en accompagnant son texte de ses prodigieux dessins à la mine de plomb qui emmènent le lecteur de Hanoi à (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

Il n’y a pas de pays musulman plus intégriste que l’Arabie Saoudite (...) et pourtant c’est à la fois un ami et un pays important pour les Etats-Unis. (...) Nous ne devons nous opposer à l’intégrisme que dans la mesure exacte où nos intérêts nationaux l’exigent.

James Baker
Ministre des Affaires Etrangères des Etats-Unis, 1996


Ces villes gérées par l’extrême-droite.
(L’article est suivi d’un « Complément » : « Le FN et les droits des travailleurs » avec une belle photo du beau château des Le Pen). LGS Des électeurs : « On va voter Front National. Ce sont les seuls qu’on n’a jamais essayés ». Faux ! Sans aller chercher dans un passé lointain, voyons comment le FN a géré les villes que les électeurs français lui ont confiées ces dernières années pour en faire ce qu’il appelait fièrement « des laboratoires du FN ». Arrêtons-nous à ce qu’il advint à Vitrolles, (...)
30 
Médias et Information : il est temps de tourner la page.
« La réalité est ce que nous prenons pour être vrai. Ce que nous prenons pour être vrai est ce que nous croyons. Ce que nous croyons est fondé sur nos perceptions. Ce que nous percevons dépend de ce que nous recherchons. Ce que nous recherchons dépend de ce que nous pensons. Ce que nous pensons dépend de ce que nous percevons. Ce que nous percevons détermine ce que nous croyons. Ce que nous croyons détermine ce que nous prenons pour être vrai. Ce que nous prenons pour être vrai est notre réalité. » (...)
54 
Hier, j’ai surpris France Télécom semant des graines de suicide.
Didier Lombard, ex-PDG de FT, a été mis en examen pour harcèlement moral dans l’enquête sur la vague de suicides dans son entreprise. C’est le moment de republier sur le sujet un article du Grand Soir datant de 2009 et toujours d’actualité. Les suicides à France Télécom ne sont pas une mode qui déferle, mais une éclosion de graines empoisonnées, semées depuis des décennies. Dans les années 80/90, j’étais ergonome dans une grande direction de France Télécom délocalisée de Paris à Blagnac, près de Toulouse. (...)
68 
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.