Quantcast
RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher


Antisocial : La guerre sociale est déclarée, de Thomas Guénolé

Introduction : Il y a parfois des moments, où il est nécessaire de faire la promotion d’un livre, non pour le vendre, mais pour qu’il soit lu. Car ce qui compte dans le livre comme dans un journal, n’est pas le titre de propriété apparent que confère la dépense financière de l’achat, mais le rapport réel que confère sa lecture. Acheter un livre pour le stocker dans sa bibliothèque dévie l’utilité du bien pour le transformer en marchandise éventuellement spéculative, à l’image des tableaux. Dit autrement, « le livre n’appartient pas à celui qui l’achète, mais à celui qui le lit ». En l’occurrence, ici nous avons un vrai livre, dont l’utilité réelle ne peut être définie que par ses lectures successives et partagées afin que la substantifique moelle produise sur le corps social ses effets réels…

Un livre simple : l’auteur a cette qualité essentielle d’une écriture simple lisible et compréhensible par le plus grand nombre. De plus, les chapitres courts peuvent se lire de manière indépendante. On peut y rentrer dedans, sans être obligé de commencer par le début, à l’exception, et c’est normal, de son prologue qui, je le dis, met immédiatement le lecteur en situation d’appétence. Bien sûr, la compréhension globale de la démarche prend d’autant plus de sens que l’on suit le plan conçu par l’auteur, mais en ces temps de « manque de temps » et de « lecture SMS » la possibilité est offerte de picorer, en fonction de son humeur ou des questions sociales du moment.

Le Capitalisme sur le divan : Au-delà du contenu économique, sociologique et politique du contenu, nous avons ici le premier livre « d’analyse psychanalytique » du « capitalisme mondialisé » et des « réformes » appliquées de manière violente à notre société, dont le fondement est son système social que le MEDEF abhorre. Je rassure ici le lecteur, aucun terme psychanalytique n’est ici utilisé. Mais sur chaque thème abordé, les travestissements idéologiques sont dévoilés et le réel peut ainsi apparaître dans toute sa splendeur, mettant de fait à mal toute l’idéologie libérale promue par les médias propagandistes du marché. A ce titre cet ouvrage renvoie, pour moi, à « l’idéologie allemande », dont la démarche consistait aussi à dévoiler de manière philosophique l’idéologie du capitalisme. Sont ainsi successivement mis sur le divan :

• Le chômage et les chômeurs
• Le code du travail
• Le syndicalisme
• La santé
• La retraite
• L’Education Nationale
• Les services publics et les fonctionnaires
• Le système fiscal
• Les oubliés.
• Mai 68 et les luttes sociales.

Dura lex sed lex : La plus grande force du livre ne vient pas des analyses énoncées, que syndicalistes ou militants politiques nous partageons de manière plus ou moins intuitive, ou par réflexe de « lutte de classe », mais par les chiffres incontestables et incessants à l’image des déferlantes qui attaquent les falaises des certitudes, et qui se répètent, pour chaque thématique, dans le sens contraire de tout ce que nous entendons au quotidien et dont l’objet est de justifier les « réformes » et de désarmer les militants. Incontestables, car venant des organes officiels peu susceptible de pouvoir être remis en cause (O.C.D.E, O.F.C.E, I.N.S.E.E, O.N.U, O.M.S).

Incontestables aussi sont les citations venant à l’appui du raisonnement énoncé car venant de la presse « main-stream » (Libération, Le Monde, Le Point, l’Express) peu susceptible de sympathie « sociologique », d’écriture « gauchisante » voir pire... de contenu Marxiste.

Dura lex sed lex, car l’empilement des statistiques, qui quelque soit le chapitre dévoile les mêmes résultats, allant toutes dans le même sens (« Antisocial »), ne peut plus se parer du voile mythique de la « main invisible », mais dévoile de fait une logique de système, de planification du profit et des pauvretés, imposée en amont car « c’est sur l’enfer des pauvres qu’est fait le paradis des riches » / Victor HUGO. C’est le démontage de ce système qui, ici, est matérialisé et les statistiques révélées sont plus dures que la loi.

Les critiques : Aucune œuvre humaine n’étant parfaite, je souligne ici quelques remarques, mais qui sont de ma lecture personnelle et qui peuvent éventuellement ne pas correspondre à un autre lecteur.

• Insuffisance de graphiques : L’économiste que je suis considère que le graphique est le meilleur moyen de représenter les statistiques en vue d’en dévoiler la profondeur. Il est dommage que cette forme ne soit utilisée que de manière très limitée, nécessitant de fait une lecture de tous les chiffres annoncés et obligeant de fait à une comparaison que l’on se construit dans la tête, ce qui est plus difficile pour le profane.

• Manque d’un chapitre systémique : Si tous les chapitres s’enchaînent et dévoilent chacun la cohérence interne, il manque un chapitre systémique pour montrer comment la crise vient de loin. Certes, cet aspect est dévoilé (la crise du système de Bretton Woods de 1971) mais elle est juste abordée dans le chapitre consacré aux fonctionnaires, alors qu’elle est la cause fondamentale de « l’ère des crises » que nous subissons depuis plus de 40 ans maintenant.

A la place, nous avons un chapitre sur « un nouveau mai 1968 » tout à fait intéressant et un épilogue intitulé « Que faire ? » rappelant l’interrogation de Lénine, nous renvoyant avec justesse à nos responsabilités individuelles et collectives.

Ouverture : Un livre percutant, se lisant comme on regarde une pièce de théâtre, dont le rideau se lève pourtant sur une scène inconnue aux spectateurs et pourtant plus réelle que toutes les comédies qui nous sont récitées à longueur d’antenne. Il serait très important que chaque section de syndicat en achète quelques exemplaires (18 euros-270 p), et le fassent circuler parmi les militants et au-delà. La « lutte des classes » dépend de la « conscience de classe » et ce livre, à l’image des « philosophes des lumières » contribue à la « prise de conscience ». En ces temps de régression sociale, et afin de remettre le monde à l’endroit, nous en avons toutes et tous besoin. Précisons que l’auteur Thomas Guénolé, est « politologue », formé par Sciences-Po, et politiquement engagé à « France Insoumise », ce qui n’est pas un moins mais l’expression qu’à l’image de Marx, c’est en son sein que le capitalisme fait émerger les intelligences qui le combattent le mieux.

Le 2 Avril 2018,

Fabrice

URL de cet article 33144
   
Communication aux lecteurs
Un bus pour Assange - 25 janvier - Paris/Londres

Journée de soutien à Julian Assange devant la prison de Belmarsh.

Le billet comprend l’aller-retour Paris-Londres Bus+Ferry

Infos/réservations : https://www.facebook.com/events/652271058646370/

URGENT : Il reste quelques places à prendre pour faire partir un deuxième bus.
Si vous ne pouvez pas participer, vous pouvez aider à financer une place pour quelqu’un. VOIR ICI https://www.lepotsolidaire.fr/pot/jglqu3rm

Même Thème
Histoire de ta bêtise
François Bégaudeau
PREFACE D’abord comme il se doit j’ai pensé à ma gueule. Quand en novembre les Gilets jaunes sont apparus pile au moment où Histoire de ta bêtise venait de partir à l’imprimerie, j’ai d’abord craint pour le livre. J’ai croisé deux fois les doigts : une première fois pour que ce mouvement capote vite et ne change rien à la carte politique que le livre parcourt ; une second fois pour que, tant qu’à durer, il n’aille pas jusqu’à dégager Macron et sa garde macronienne. Pas avant le 23 janvier 2019, date de (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

Abolissez l’exploitation de l’homme par l’homme et vous abolirez l’exploitation d’une nation par une autre nation.

Friedrich Engels


Comment Cuba révèle toute la médiocrité de l’Occident
Il y a des sujets qui sont aux journalistes ce que les récifs sont aux marins : à éviter. Une fois repérés et cartographiés, les routes de l’information les contourneront systématiquement et sans se poser de questions. Et si d’aventure un voyageur imprudent se décidait à entrer dans une de ces zones en ignorant les panneaux avec des têtes de mort, et en revenait indemne, on dira qu’il a simplement eu de la chance ou qu’il est fou - ou les deux à la fois. Pour ce voyageur-là, il n’y aura pas de défilé (...)
40 
Reporters Sans Frontières, la liberté de la presse et mon hamster à moi.
Sur le site du magazine états-unien The Nation on trouve l’information suivante : Le 27 juillet 2004, lors de la convention du Parti Démocrate qui se tenait à Boston, les trois principales chaînes de télévision hertziennes des Etats-Unis - ABC, NBC et CBS - n’ont diffusé AUCUNE information sur le déroulement de la convention ce jour-là . Pas une image, pas un seul commentaire sur un événement politique majeur à quelques mois des élections présidentielles aux Etats-Unis. Pour la première fois de (...)
22 
CUBA : modèle de résistance ou résistance d’un modèle ? (conférence/débat audio)
Conférence de Viktor Dedaj, animateur du site "Le Grand Soir", sur le Libre Teamspeak le 4 Décembre 2011. Notre conférencier nous explique enfin la vérité sur Cuba, sur son régime, et démonte minutieusement toute la propagande des États-Unis contre Cuba. Une conférence aussi excellente qu’indispensable. L’exposé initial de Viktor Dedaj dure une quarantaine de minutes et est suivi de deux heures de questions/débat avec les auditeurs. - http://lelibrets.blogspot.com/ Le compte Youtube ayant (...)
22 
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.