Quantcast
RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher


Antisocial : La guerre sociale est déclarée, de Thomas Guénolé

Introduction : Il y a parfois des moments, où il est nécessaire de faire la promotion d’un livre, non pour le vendre, mais pour qu’il soit lu. Car ce qui compte dans le livre comme dans un journal, n’est pas le titre de propriété apparent que confère la dépense financière de l’achat, mais le rapport réel que confère sa lecture. Acheter un livre pour le stocker dans sa bibliothèque dévie l’utilité du bien pour le transformer en marchandise éventuellement spéculative, à l’image des tableaux. Dit autrement, « le livre n’appartient pas à celui qui l’achète, mais à celui qui le lit ». En l’occurrence, ici nous avons un vrai livre, dont l’utilité réelle ne peut être définie que par ses lectures successives et partagées afin que la substantifique moelle produise sur le corps social ses effets réels…

Un livre simple : l’auteur a cette qualité essentielle d’une écriture simple lisible et compréhensible par le plus grand nombre. De plus, les chapitres courts peuvent se lire de manière indépendante. On peut y rentrer dedans, sans être obligé de commencer par le début, à l’exception, et c’est normal, de son prologue qui, je le dis, met immédiatement le lecteur en situation d’appétence. Bien sûr, la compréhension globale de la démarche prend d’autant plus de sens que l’on suit le plan conçu par l’auteur, mais en ces temps de « manque de temps » et de « lecture SMS » la possibilité est offerte de picorer, en fonction de son humeur ou des questions sociales du moment.

Le Capitalisme sur le divan : Au-delà du contenu économique, sociologique et politique du contenu, nous avons ici le premier livre « d’analyse psychanalytique » du « capitalisme mondialisé » et des « réformes » appliquées de manière violente à notre société, dont le fondement est son système social que le MEDEF abhorre. Je rassure ici le lecteur, aucun terme psychanalytique n’est ici utilisé. Mais sur chaque thème abordé, les travestissements idéologiques sont dévoilés et le réel peut ainsi apparaître dans toute sa splendeur, mettant de fait à mal toute l’idéologie libérale promue par les médias propagandistes du marché. A ce titre cet ouvrage renvoie, pour moi, à « l’idéologie allemande », dont la démarche consistait aussi à dévoiler de manière philosophique l’idéologie du capitalisme. Sont ainsi successivement mis sur le divan :

• Le chômage et les chômeurs
• Le code du travail
• Le syndicalisme
• La santé
• La retraite
• L’Education Nationale
• Les services publics et les fonctionnaires
• Le système fiscal
• Les oubliés.
• Mai 68 et les luttes sociales.

Dura lex sed lex : La plus grande force du livre ne vient pas des analyses énoncées, que syndicalistes ou militants politiques nous partageons de manière plus ou moins intuitive, ou par réflexe de « lutte de classe », mais par les chiffres incontestables et incessants à l’image des déferlantes qui attaquent les falaises des certitudes, et qui se répètent, pour chaque thématique, dans le sens contraire de tout ce que nous entendons au quotidien et dont l’objet est de justifier les « réformes » et de désarmer les militants. Incontestables, car venant des organes officiels peu susceptible de pouvoir être remis en cause (O.C.D.E, O.F.C.E, I.N.S.E.E, O.N.U, O.M.S).

Incontestables aussi sont les citations venant à l’appui du raisonnement énoncé car venant de la presse « main-stream » (Libération, Le Monde, Le Point, l’Express) peu susceptible de sympathie « sociologique », d’écriture « gauchisante » voir pire... de contenu Marxiste.

Dura lex sed lex, car l’empilement des statistiques, qui quelque soit le chapitre dévoile les mêmes résultats, allant toutes dans le même sens (« Antisocial »), ne peut plus se parer du voile mythique de la « main invisible », mais dévoile de fait une logique de système, de planification du profit et des pauvretés, imposée en amont car « c’est sur l’enfer des pauvres qu’est fait le paradis des riches » / Victor HUGO. C’est le démontage de ce système qui, ici, est matérialisé et les statistiques révélées sont plus dures que la loi.

Les critiques : Aucune œuvre humaine n’étant parfaite, je souligne ici quelques remarques, mais qui sont de ma lecture personnelle et qui peuvent éventuellement ne pas correspondre à un autre lecteur.

• Insuffisance de graphiques : L’économiste que je suis considère que le graphique est le meilleur moyen de représenter les statistiques en vue d’en dévoiler la profondeur. Il est dommage que cette forme ne soit utilisée que de manière très limitée, nécessitant de fait une lecture de tous les chiffres annoncés et obligeant de fait à une comparaison que l’on se construit dans la tête, ce qui est plus difficile pour le profane.

• Manque d’un chapitre systémique : Si tous les chapitres s’enchaînent et dévoilent chacun la cohérence interne, il manque un chapitre systémique pour montrer comment la crise vient de loin. Certes, cet aspect est dévoilé (la crise du système de Bretton Woods de 1971) mais elle est juste abordée dans le chapitre consacré aux fonctionnaires, alors qu’elle est la cause fondamentale de « l’ère des crises » que nous subissons depuis plus de 40 ans maintenant.

A la place, nous avons un chapitre sur « un nouveau mai 1968 » tout à fait intéressant et un épilogue intitulé « Que faire ? » rappelant l’interrogation de Lénine, nous renvoyant avec justesse à nos responsabilités individuelles et collectives.

Ouverture : Un livre percutant, se lisant comme on regarde une pièce de théâtre, dont le rideau se lève pourtant sur une scène inconnue aux spectateurs et pourtant plus réelle que toutes les comédies qui nous sont récitées à longueur d’antenne. Il serait très important que chaque section de syndicat en achète quelques exemplaires (18 euros-270 p), et le fassent circuler parmi les militants et au-delà. La « lutte des classes » dépend de la « conscience de classe » et ce livre, à l’image des « philosophes des lumières » contribue à la « prise de conscience ». En ces temps de régression sociale, et afin de remettre le monde à l’endroit, nous en avons toutes et tous besoin. Précisons que l’auteur Thomas Guénolé, est « politologue », formé par Sciences-Po, et politiquement engagé à « France Insoumise », ce qui n’est pas un moins mais l’expression qu’à l’image de Marx, c’est en son sein que le capitalisme fait émerger les intelligences qui le combattent le mieux.

Le 2 Avril 2018,

Fabrice

URL de cet article 33144
   
Même Thème
Les caisses noires du patronat
Gérard FILOCHE
A quoi servent les 600 millions d’euros des caisses noires du patronat, et où vont les 2 millions d’euros distribués chaque année en liquide par l’UIMM et le Medef ? Gérard Filoche dénonce ce scandale du siècle au coeur du patronat français. Il soulève toutes les questions posées par ce trafic d’argent liquide qui circule depuis si longtemps au Medef et montre comment le patronat se servait de cette caisse anti-grève pour briser la fameuse concurrence libre et non faussée. Denis Gautier-Sauvagnac, (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

Je pense que les institutions bancaires sont plus dangereuses pour nos libertés que des armées entières sur le pied de guerre. Si le peuple américain permet un jour aux banques privées de contrôler le devenir de leur monnaie, d’abord par l’inflation, ensuite par la récession, les banques et les compagnies qui fleuriront autour des banques priveront le peuple de tous ses biens jusqu’au jour où ses enfants se retrouveront sans toit sur la terre que leurs parents ont conquise.

Thomas Jefferson 1802


« SIN EMBARGO » - Paroles cubaines sur le blocus (et le reste aussi) - Préambule - 1/13
PREAMBULE « Un microphone ? Hum... » Ca y’est, deux jours à la Havane et je commence à me sentir comme un fucking Chevalier de la Table Ronde à la recherche du Graal. Oui, j’ai besoin d’un microphone, avec une petite prise, pour le brancher là. « Tu veux acheter un microphone ? » Ben oui, à peine arrivé, le mien est tombé en panne, alors j’ai besoin d’un microphone. « Oui, oui, je comprends. Un microphone... ». Je suis dans un centre culturel. Un grand centre culturel. J’ai l’impression de voir des (...)
Lorsque les psychopathes prennent le contrôle de la société
NdT - Quelques extraits (en vrac) traitant des psychopathes et de leur emprise sur les sociétés modernes où ils s’épanouissent à merveille jusqu’au point de devenir une minorité dirigeante. Des passages paraîtront étrangement familiers et feront probablement penser à des situations et/ou des personnages existants ou ayant existé. Tu me dis "psychopathe" et soudain je pense à pas mal d’hommes et de femmes politiques. (attention : ce texte comporte une traduction non professionnelle d’un jargon (...)
41 
La crise européenne et l’Empire du Capital : leçons à partir de l’expérience latinoaméricaine
Je vous transmets le bonjour très affectueux de plus de 15 millions d’Équatoriennes et d’Équatoriens et une accolade aussi chaleureuse que la lumière du soleil équinoxial dont les rayons nous inondent là où nous vivons, à la Moitié du monde. Nos liens avec la France sont historiques et étroits : depuis les grandes idées libertaires qui se sont propagées à travers le monde portant en elles des fruits décisifs, jusqu’aux accords signés aujourd’hui par le Gouvernement de la Révolution Citoyenne d’Équateur (...)
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.