RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher
2005-03-26

Appel au colloque du 26 mars à la Sorbonne

Appel de Denis Collin et Jacques Cotta, animateurs d’Utopie Critique.
Au 21 février, les interventions d’Éric Cocquerel pour le MARS et de Jean-Luc Gonneau pour la CNGR et le Cactus Républicain sont acquises. D’autres, sans doute nombreuses, vont venir.

JMH

Dans quelques semaines, les Français seront appelés à approuver par voie référendaire le projet de Traité établissant une Constitution pour l’Europe (élaboré sous la direction de Valéry Giscard d’Estaing), déjà adopté par les chefs d’Etat et de gouvernement.

Ce choix sera simple.

Ceux qui diront OUI à ce traité diront OUI à la destruction de la souveraineté nationale !

Ceux qui diront OUI à ce traité diront OUI à l’anéantissement des bases fondatrices de notre République, et notamment à la disparition de la laïcité qui permet de vivre ensemble !

Ceux qui diront OUI à ce traité diront OUI à une Construction européenne qui méprise la démocratie et bafoue l’égalité, la liberté, et la fraternité des peuples !
Ceux qui diront OUI à ce traité diront OUI à la destruction des lois sociales !

Ceux qui diront OUI à ce traité diront encore OUI à la liquidation des services publics, à l’accélération des privatisations, à la destruction de l’éducation, à la mise sous tutelle de notre système judiciaire !

Ce traité constitutionnel européen signifie supranationalité, assujettissement dans tous les domaines de la vie aux lois du marché et aux échanges commerciaux.

C’est pourquoi il n’y a qu’une réponse possible, simple, nette, sans équivoque : c’est le NON !

Cette affaire nous concerne au premier chef. Nous savons que les promoteurs de ce projet vont cadenasser le débat, compliquer les arguments, tenter de nous plonger dans l’abstention !

Il n’en n’est pas question.

Ni OUI, ni abstention, mais NON !

Pour la gauche, pour les partis et syndicats ouvriers, c’est l’heure du choix décisif. Il existe, traditionnellement, au sein de la gauche, des points de vue bien différents sur la question européenne.
Certains sont partisans d’une Europe fédérale...
D’autres défendent une Europe des nations indépendantes ouvertes à des coopérations...

Mais ces divergences, légitimes et anciennes, risquent bien d’être obsolètes : l’adoption du Traité constitutionnel européen barrerait pour longtemps la voie de la réalisation tant de l’une de ces perspectives que de l’autre.

C’est pourquoi, indépendamment des positions qu’on puisse avoir sur l’Europe, nous pensons nécessaire l’unité sans exclusive, la plus large possible à gauche, pour barrer la route au Traité constitutionnel de Giscard d’Estaing !

De nombreuses organisations politiques et syndicales, dont la première d’entre elles, la CGT, se sont d’ores et déjà prononcées pour voter NON. Comme elles, nous décidons de faire savoir notre position NON, NON et encore NON !

A l’initiative de la revue UTOPIE CRITIQUE, un colloque se tiendra le samedi 26 mars 2005 à la Sorbonne pour contribuer à construire cette unité pour le NON, sur lequel doivent se retrouver tous ceux qui sont attachés aux conquêtes et traditions du mouvement ouvrier, tous les militants de gauche, tous les républicains.

Pour le NON, pour l’unité permettant de l’emporter, nous serons à ce colloque et appelons à y participer.

URL de cet article 2094
  

Résistant en Palestine - Une histoire vraie de Gaza.
Ramzy BAROUD
Comprenez, de l’intérieur de Gaza, comment le peuple palestinien a vécu la signature des Accords d’Oslo : les espoirs suscités et immédiatement déçus, la désillusion et la colère suscitée par l’occupation et la colonisation israéliennes qui continuent... La seconde Intifada, et la montée politique du Hamas... Né à Gaza en 1972, Ramzy BAROUD est un journaliste et écrivain américano-palestinien de renommée internationale. Rédacteur en chef de The Brunei Times (version papier et en ligne) et du site Internet (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

La pire chose qui soit jamais arrivée au peuple juif, après l’Holocauste, c’est la création de l’état d’Israël.

William Blum - juin 2010

Médias et Information : il est temps de tourner la page.
« La réalité est ce que nous prenons pour être vrai. Ce que nous prenons pour être vrai est ce que nous croyons. Ce que nous croyons est fondé sur nos perceptions. Ce que nous percevons dépend de ce que nous recherchons. Ce que nous recherchons dépend de ce que nous pensons. Ce que nous pensons dépend de ce que nous percevons. Ce que nous percevons détermine ce que nous croyons. Ce que nous croyons détermine ce que nous prenons pour être vrai. Ce que nous prenons pour être vrai est notre réalité. » (...)
55 
Hier, j’ai surpris France Télécom semant des graines de suicide.
Didier Lombard, ex-PDG de FT, a été mis en examen pour harcèlement moral dans l’enquête sur la vague de suicides dans son entreprise. C’est le moment de republier sur le sujet un article du Grand Soir datant de 2009 et toujours d’actualité. Les suicides à France Télécom ne sont pas une mode qui déferle, mais une éclosion de graines empoisonnées, semées depuis des décennies. Dans les années 80/90, j’étais ergonome dans une grande direction de France Télécom délocalisée de Paris à Blagnac, près de Toulouse. (...)
69 
Ces villes gérées par l’extrême-droite.
(L’article est suivi d’un « Complément » : « Le FN et les droits des travailleurs » avec une belle photo du beau château des Le Pen). LGS Des électeurs : « On va voter Front National. Ce sont les seuls qu’on n’a jamais essayés ». Faux ! Sans aller chercher dans un passé lointain, voyons comment le FN a géré les villes que les électeurs français lui ont confiées ces dernières années pour en faire ce qu’il appelait fièrement « des laboratoires du FN ». Arrêtons-nous à ce qu’il advint à Vitrolles, (...)
40 
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas | Bernard Gensane
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.