RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher

Argentine : dette contre Patagonie ?


L’Argentine joue mal au Monopoly !


Mai 2003


Au Monopoly, quand on ne peut plus payer ses dettes, on donne ses territoires. Dans le contexte actuel de re-colonisation mondiale, la rumeur se fait insistante : l’État argentin songe à donner l’immense région de la Patagonie à ses créanciers contre l’effacement d’une dette devenue impayable. Riche en pétrole et en eau douce, ce territoire est convoité par les mêmes Anglo-Américains qui font présentement main basse sur l’Irak.

L’an dernier, aucun grand média à Buenos Aires ou à l’étranger n’a repris la nouvelle de la journaliste Monica Cané, de Comodoro Rivadavia, une petite ville de Patagonie.

Elle révélait qu’en mars 2002, la firme de sondage « Jorge Giacobe y Asociados » posait d’étranges questions aux habitants de la Patagonie. Par exemple : « Accepteriez-vous que le pays cède ses droits sur l’Antarctique en échange de l’annulation de la dette extérieure ? »

Ou s’ils accepteraient « que le pays troque des terres fiscales nationales ou provinciales contre le paiement de la dette » ou encore « de confier l’économie argentine à un fonctionnaire du FMI ou d’une autre organisation internationale ».


Conseillers américains

La Patagonie occupe la moitié de la superficie de l’Argentine (c’est-à -dire, la taille de la Turquie) et seulement 4 % de la population y habite. Elle recèle toutefois près des trois quarts des réserves pétrolières et gazières du pays et des gisements d’eau douce parmi les plus importants du monde.

De plus, le président Eduardo Duhalde - qui dirige le pays par intérim et n’a donc pas été élu - s’est entouré de conseillers américains parmi les plus conservateurs.

Son conseiller politique personnel, Norman Bailey, recommande au gouvernement une forme d’échange des « terres fiscales » appartenant à l’État contre une partie de la dette. Il s’agirait d’émettre aux créanciers de l’Argentine des bons fédéraux garantis par ces terres dont la superficie totale atteint la taille de l’Italie.


Henry Kissinger

De plus, Duhalde a embauché par décret trois firmes anglo-américaines pour conseiller le gouvernement en matière de remboursement de la dette extérieure et l’aider à trouver « le financement international nécessaire ».

L’une de ces firmes (ZEMIC) appartient à nul autre que Henry Kissinger, l’un des principaux idéologues du système d’endettement des pays du Tiers-Monde et partisan acharné de la méthode de remboursement dite « dette contre actifs », c’est-à -dire en échange des entreprises d’État les plus rentables.

Mais il ne reste plus tellement d’actifs à l’Argentine et l’ex-député péroniste Juan Gabriel Labaké est persuadé que le sondage en Patagonie était commandé par le FMI et les banques étrangères « pour tester la réaction des Argentins sur le projet de payer la dette en vendant des territoires ».


Écologistes colons

La firme de Kissinger, elle, recommande la privatisation de banques d’État comme la « Banco Nacion » et la « Provincia » qui détiennent des hypothèques sur 14,5 millions d’hectares de terres. L’acheteur se retrouverait ainsi propriétaire virtuel de près de la moitié de la pampa humide au nord de la Patagonie.

Les Argentins sont aussi préoccupés par l’achat de vastes étendues de terres par des Nord-Américains et des Britanniques. Plusieurs de ces acheteurs, telle la Patagonia Land Trust, se réclament de l’écologie.

Cela rappelle à Juan Gabriel Labaké le Texas, État usurpé aux Mexicains dans les années 1830-1840 suite à l’achat massif de terres par des « colons » anglo-américains qui, une fois assez forts, avaient provoqué une « révolte populaire » exigeant l’annexion aux Etats-Unis.

« Les propriétés achetées par les étrangers sont tellement immenses, lance l’historien Carlos Moreno, la Patagonie tellement éloignée de Buenos Aires que si un gouvernement étranger décidait d’y construire une base militaire, on s’en apercevrait seulement vingt ans après ! »

André Maltais

- Source : http://www.lautjournal.info
(Titre original : Dette contre territoires)


- Lire aussi :

Les États-Unis lorgnent l’Amazonie et la Patagonie.



URL de cet article 825
  

Même Thème
La Colombie [sans Ingrid ni Pablo] – Un récit de voyage
Cédric Rutter
On ne peut pas évoquer la Colombie sans penser à Ingrid Betancourt ou à Pablo Escobar. Pourtant, les interlocuteurs rencontrés par Cédric Rutter au cours de son voyage n’ont jamais parlé d’eux. Ce pays ne se limite pas au trafic de drogue et à la guérilla des Farc. Cette zone stratégique et magnifique, porte de l’Amérique du sud entre deux océans, abrite des communautés et des individus en demande de paix dans une démocratie fragile. Ils ont tant à enseigner et à dire. L’auteur les a écoutés et nous (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

Le système bancaire moderne fabrique de l’argent à partir de rien. Ce processus est peut-être le tour de dextérité le plus étonnant qui fut jamais inventé. La banque fut conçue dans l’iniquité et est née dans le pêché. Les banquiers possèdent la Terre. Prenez la leur, mais laissez-leur le pouvoir de créer l’argent et, en un tour de mains, ils créeront assez d’argent pour la racheter. ôtez-leur ce pouvoir, et toutes les grandes fortunes comme la mienne disparaîtront et ce serait bénéfique car nous aurions alors un monde meilleur et plus heureux. Mais, si vous voulez continuer à être les esclaves des banques et à payer le prix de votre propre esclavage laissez donc les banquiers continuer à créer l’argent et à contrôler les crédits.

Sir Josiah Stamp,
Directeur de la Banque d’Angleterre 1928-1941,
2ème fortune d’Angleterre.

Ces villes gérées par l’extrême-droite.
(L’article est suivi d’un « Complément » : « Le FN et les droits des travailleurs » avec une belle photo du beau château des Le Pen). LGS Des électeurs : « On va voter Front National. Ce sont les seuls qu’on n’a jamais essayés ». Faux ! Sans aller chercher dans un passé lointain, voyons comment le FN a géré les villes que les électeurs français lui ont confiées ces dernières années pour en faire ce qu’il appelait fièrement « des laboratoires du FN ». Arrêtons-nous à ce qu’il advint à Vitrolles, (...)
40 
Comment Cuba révèle toute la médiocrité de l’Occident
Il y a des sujets qui sont aux journalistes ce que les récifs sont aux marins : à éviter. Une fois repérés et cartographiés, les routes de l’information les contourneront systématiquement et sans se poser de questions. Et si d’aventure un voyageur imprudent se décidait à entrer dans une de ces zones en ignorant les panneaux avec des têtes de mort, et en revenait indemne, on dira qu’il a simplement eu de la chance ou qu’il est fou - ou les deux à la fois. Pour ce voyageur-là, il n’y aura pas de défilé (...)
43 
Médias et Information : il est temps de tourner la page.
« La réalité est ce que nous prenons pour être vrai. Ce que nous prenons pour être vrai est ce que nous croyons. Ce que nous croyons est fondé sur nos perceptions. Ce que nous percevons dépend de ce que nous recherchons. Ce que nous recherchons dépend de ce que nous pensons. Ce que nous pensons dépend de ce que nous percevons. Ce que nous percevons détermine ce que nous croyons. Ce que nous croyons détermine ce que nous prenons pour être vrai. Ce que nous prenons pour être vrai est notre réalité. » (...)
55 
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas | Bernard Gensane
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.