RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher
10 
Le ministère de l’intérieur parle « d’une macabre commande »

Assassinat du député vénézuélien Robert Serra (du PSUV)

Caracas, 1° octobre AVN - Le député à l’Assemblée Nationale vénézuélienne membre du Parti Socialiste Uni du Venezuela (PSUV), Robert Serra [27 ans], a été trouvé mort ce mercredi dans sa résidence située dans la paroisse La Pastora de la municipalité Liberador de Caracas, a indiqué aujourd’hui le ministre de l’Intérieur, de la Justice et de la Paix, Miguel Rodriguez Torres.

Le ministre a indiqué, depuis le lieu des faits, que l’assassinat s’est produit autour de 22H30 et que l’épouse du parlementaire, Maria Herrera, avait aussi perdu la vie.
Dans des déclarations diffusées par Venezolana de Television, le ministre Miguel Rodriguez Torres a précisé que le corps sans vie de la femme avait été retrouvé au rez-de-chaussé de l’habitat tandis que le corps du député Serra se trouvait à l’étage.
Rodriguez Torrez a déclaré que de plus amples informations seraient transmises au fur et à mesure de l’avancée de l’enquête qu’effectue la police.

"Ce que nous pouvons assurer aux Vénézuéliens, c’est qu’il y a une équipe spécialisée sur place qui mène une enquête afin de trouver les responsables de ce double assassinat".

Le ministre a aussi lancé un appel calme aux militants du PSUV et autres sympathisants. "de notre côté, nous garantissons que nous mènerons une enquête afin d’éclaircir ce qu’il s’est passé, et nous trouverons les responsables de cet acte monstrueux certainement très rapidement", a-t-il affirmé.

Pour sa part, la procureure générale de la République, Luisa Ortega Diaz, a indiqué sur son compte Twitter @lortegadiaz que le sous-directeur des Délits de Droit Commun, Juan Carlos Tabares et la procureure nationale N°36, Johana Peña, avaient été désignés pour enquêter sur l’assassinat du parlementaire et de sa compagne.

Source : Agence vénézuélienne d’informations
http://www.avn.info.ve/contenido/asesinaron-al-diputado-robert-serra-0

Ministre de l’intérieur : « l’assassinat de Robert Serra était un crime planifié »

2 Octobre 2014
Caracas, 02 Oct. AVN.- « Les premiers indices de l’enquête menée au sujet de l’assassinat du député socialiste Robert Serra révèlent qu’il s’agit d’un crime planifié », c’est ce qu’a informé ce jeudi le ministre de l’Intérieur Miguel Rodriguez Torres.
“D’après les premières expertises (…) nous pouvons dire qu’il ne s’agit pas d’un crime qui serait le fruit d’un malheureux concours de circonstances, mais bien que nous avons affaire à un homicide intentionnel et exécuté avec une grande précision », a expliqué le ministre.

“Il s’agit d’un assassinat planifié, organisé et exécuté avec minutie dans un intervalle de 15 et 20 minutes, avec une arme tranchante qui a produit la mort par hémorragie au jeune parlementaire ainsi qu’à sa compagne, Maria Herrera.

(…) “Son meurtre est sans aucun doute le fruit d’une macabre commande ».
Je demande aux vénézuéliens d’avoir confiance en la Police qui saura trouver surement très rapidement les auteurs intellectuels et matériels de ce meurtre. « Nous n’aurons pas de repos dans notre lutte contre les terroristes politiques, les paramilitaires et la délinquance organisée ainsi que toute forme de violence. Il n’y aura pas d’impunité. »
Je demande aux vénézuéliens, surtout au secteur de l’opposition, de ne pas transformer cet événement tragique en un événement médiatique.
Le député Robert Serra et sa compagne ont été assassinés mercredi dans leur domicile qui se trouve dans la parroquia La Pastora de la municipalité Libertador, à Caracas, aux alentours de dix heures et demie du soir.

Source : AVN 02/10/2014 11:13
http://www.avn.info.ve/contenido/asesinato-robert-serra-fue-crimen-planificado

Robert Serra : une jeunesse consacrée à la Révolution

2 Octobre 2014
Caracas 1° octobre AVN - "L’avenir de ce pays est là et dans l’avenir, nous serons là (à l’Assemblée Nationale) pour le représenter. Cette jeunesse est la garantie de la révolution, au-delà de 2021, même si cela gêne certains", furent les premiers mots de Robert Serra, encore étudiant, dans l’hémicycle de l’assemblée Nationale vénézuélienne en juin 2007.

Serra, 27 ans, originaire de Zulia, a été élu député à l’AN aux élections parlementaires du 26 septembre 2010. C’était un des plus jeunes députés et il s’est fait connaître pour ses fortes prise de parole en défense de la Révolution Bolivarienne.

En plus d’être un militant du Parti Socialiste Uni du Venezuela (PSUV), il fut le créateur du Mouvement Avancé Révolutionnaire construit par des jeunes et conseiller au Conseil Municipal des enfants et des Jeunes de la municipalité Libertador.

Avant d’avoir de hautes responsabilités politiques avec le Gouvernement bolivarien, Serra fut dirigeant étudiant. Sa première apparition sur l’échiquier national, a été lors de sa participation au débat étudiant qui a eu lieu à l’Assemblée nationale le 7 juin 2007.

Son discours l’a amené à faire partie de la commission Présidentielle du Pouvoir Populaire Etudiant, créée par le Commandant Hugo Chavez cette année-là.

Serra fut reconnu pour sa lutte pour les droits de la jeunesse et distingué parmi les révolutionnaires pour sa capacité de travail pour construire une société juste et solidaire au service du peuple.

Sa participation a également été importante dans l’articulation entre la jeunesse du PSUV (JPSUV) avec le Ministère de l’Intérieur, de la Justice et de la Paix, pour travailler sur le thème de l’insécurité dans le programme Mil Veces Juventud.

En novembre 2009, il s’est mesuré à ses premières élections populaires au Congrès Fondateur du PSUV où il fut élu en 7ème position à Caracas, sur 13 postes à pourvoir.

Ensuite, il participa aux élections internes du PSUV pour être candidat à un poste de député à l’AN où il obtint le poste principal dans la 2° circonscription de Caracas.

http://www.avn.info.ve/contenido/robert-serra-una-juventud-entera-dedi...ón
Traduction Françoise Lopez - Cuba Si France Provence

URL de cet article 27094
  

Même Thème
Ainsi parle Chávez
Hugo Chávez, figure du Venezuela et de l’Amérique latine contemporaine, si critiqué et diffamé dans la plupart des médias, était indéniablement le président métisse, issu d’une famille pauvre, avec lequel les classes populaires pouvaient s’identifier. Pendant 13 ans, chaque dimanche, il s’est adressé à son peuple dans une émission appelée « Allô président », fréquemment enregistrée sur le terrain et en public. Ce livre recueille certaines de ses allocutions. Tour à tour professeur, historien, blagueur, (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

Depuis 1974 en France, à l’époque du serpent monétaire européen, l’État - et c’est pareil dans les autres pays européens - s’est interdit à lui-même d’emprunter auprès de sa banque centrale et il s’est donc lui-même privé de la création monétaire. Donc, l’État (c’est-à -dire nous tous !) s’oblige à emprunter auprès d’acteurs privés, à qui il doit donc payer des intérêts, et cela rend évidemment tout beaucoup plus cher.

On ne l’a dit pas clairement : on a dit qu’il y avait désormais interdiction d’emprunter à la Banque centrale, ce qui n’est pas honnête, pas clair, et ne permet pas aux gens de comprendre. Si l’article 104, disait « Les États ne peuvent plus créer la monnaie, maintenant ils doivent l’emprunter auprès des acteurs privés en leur payant un intérêt ruineux qui rend tous les investissements publics hors de prix mais qui fait aussi le grand bonheur des riches rentiers », il y aurait eu une révolution.

Ce hold-up scandaleux coûte à la France environ 80 milliards par an et nous ruine année après année. Ce sujet devrait être au coeur de tout. Au lieu de cela, personne n’en parle.

Etienne Chouard

Appel de Paris pour Julian Assange
Julian Assange est un journaliste australien en prison. En prison pour avoir rempli sa mission de journaliste. Julian Assange a fondé WikiLeaks en 2006 pour permettre à des lanceurs d’alerte de faire fuiter des documents d’intérêt public. C’est ainsi qu’en 2010, grâce à la lanceuse d’alerte Chelsea Manning, WikiLeaks a fait œuvre de journalisme, notamment en fournissant des preuves de crimes de guerre commis par l’armée américaine en Irak et en Afghanistan. Les médias du monde entier ont utilisé ces (...)
17 
"Un système meurtrier est en train de se créer sous nos yeux" (Republik)
Une allégation de viol inventée et des preuves fabriquées en Suède, la pression du Royaume-Uni pour ne pas abandonner l’affaire, un juge partial, la détention dans une prison de sécurité maximale, la torture psychologique - et bientôt l’extradition vers les États-Unis, où il pourrait être condamné à 175 ans de prison pour avoir dénoncé des crimes de guerre. Pour la première fois, le rapporteur spécial des Nations unies sur la torture, Nils Melzer, parle en détail des conclusions explosives de son enquête sur (...)
11 
Comment Cuba révèle toute la médiocrité de l’Occident
Il y a des sujets qui sont aux journalistes ce que les récifs sont aux marins : à éviter. Une fois repérés et cartographiés, les routes de l’information les contourneront systématiquement et sans se poser de questions. Et si d’aventure un voyageur imprudent se décidait à entrer dans une de ces zones en ignorant les panneaux avec des têtes de mort, et en revenait indemne, on dira qu’il a simplement eu de la chance ou qu’il est fou - ou les deux à la fois. Pour ce voyageur-là, il n’y aura pas de défilé (...)
43 
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas | Bernard Gensane
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.