RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher

Au crépuscule de la Cinquième ou Chronique du règne (d’un) débutant.

8 mai 2017, l’image frappe les esprits. Emmanuel Macron et François Hollande côte à côte, tel le père et le fils. La continuité « républicaine » des Président-Rois est en marche. Image solennelle issue de la monarchie, on en reviendrait presque au « le Roi est mort, vive le Roi ! ». Image qu’on aurait pu éviter en se donnant l’objectif de la Sixième République, l’Histoire s’écrit au jour le jour, mais elle peut être en ligne de mire le 11 juin prochain.

Donc voilà, c’est fait, le peuple de France a un nouveau Président-Roi. Hier, Emmanuel Macron a été élu, plus comme vote contre le F-Haine et que pour ses idées et son programme. Et sans surprise, sa victoire c’est changée en Sacre Royal dans la cour du Palais du Louvre, symbole cher à Louis-Napoléon Bonaparte et son Oncle Napoléon Ier. Quel bel écrin pour ce nouveau « Souverain » qui veut régner tels les monarques, par Ordonnance. Et quelle mise en scène Royale de cet Emmanuel Macron sortant seul du Palais Royal qu’est le Louvre pour se présenter au Bon Peuple de France… Image actuelle et pourtant rappelant la lignée des Rois de France. Bref, une négation des acquis de nos ainés, et une République en déclin mais qui refuse de laisser place à la République du Peuple, la Sixième.

Bref, on y est. Nous les progressistes, la vraie gauche qui propose une alternative, nous savons tous que nous devons nous préparer. Nous préparer à prendre la rue et à battre le pavé. La République n’attend pas et souffre en silence. Quant à la marche vers la destruction sociale, elle se fera au pas de charge à coup d’ordonnances dès cet été, quand le peuple profite de ses vacances estivales bien méritées. Nous devons donc tenir le terrain et ne pas le lâcher.

Premier objectif, les législatives. Nous devons faire entrer à l’Assemblée notre majorité insoumise. Nous devons avoir un maximum de députés crédibles, prêts à prendre réellement leurs responsabilités face au peuple, et mettre en défaut le Président-Roi en ne lui permettant pas de mener sa politique destructrice ! Mais aussi en menant une lutte permanente et implacable pour porter notre programme. De là, nous la gagnerons notre constituante. Notre lutte ne souffre aucune erreur. Dans nos rangs, mettons en avant ceux qui par leurs luttes et leur militantisme seront en position de mener le pays vers les jours heureux. Tous ces syndicalistes, associatifs et lanceurs d’alertes, qui sont depuis le premier jour autour de Jean-Luc Mélenchon, ont toute légitimité à nous représenter à l’Assemblée Nationale et à être nos fers de lance dans la période qui s’ouvre. Osons, l’insoumission, seul remède pour relever notre République et construire les conditions d’arriver à la Sixième.

Je pense à mes amis, Philippe Juraver, Mehdi Kemoune, Karine Monségu, Laurent Courtois, Lionel Burrielo, Thomas Domenech, Céline Boussié, Jérôme Flament… Tous des syndicalistes, des lanceurs d’alertes candidats de la France Insoumise. Mais aussi à tant d’autres qui sont ou auraient été en aptitude de mener ce combat ! Et, qui plus est, le mèneront que ça soit à l’Assemblée ou dans la rue. Nul n’est indispensable, mais tant sont irremplaçables dans la période qui s’ouvre. Il nous reste un mois pour mener la campagne des législatives à la victoire. Alors donnons-nous en les moyens ! La lutte ne souffre aucune erreur et aucune hésitation. A l’élection présidentielle, Jean-Luc Mélenchon et ses 7 000 000 d’électeurs ont mis la France Insoumise en position de force. Nous sommes la première force de gauche et d’opposition à l’ultra-nationalisme et l’ultra-finance ! Alors donnons-nous les moyens de transformer l’essai ! L’investissement de tous doit être total pour mener une campagne intense dans le peu de temps qu’il nous reste. Je sais que mes camarades et amis se donnent déjà plus qu’à fond depuis des mois, alors répondons leur, avec les candidats en tête, c’est leur rôle mais aussi leur devoir, en nous mettant en ordre de bataille ! Si en Février 2016, nous avons été cinquante à lancer ce premier appel coordonné par Philippe, syndicaliste et porte-parole auprès des luttes, c’est que nous croyions en l’énergie des Insoumis ! Et nous y croyons toujours plus fort !

Alors Adelente Compañeros, la lucha sigue ! Allons-y à fond ! La victoire est à notre portée, et nous pouvons mettre fin à cette Monarchie-Présidentielle dès les 11 et 18 Juin prochain.

L’heure du Peuple arrive ! Et avec elle, les jours heureux et le goût du bonheur !

Kevin KIJKO

URL de cet article 31871
  
AGENDA

RIEN A SIGNALER

Le calme règne en ce moment
sur le front du Grand Soir.

Pour créer une agitation
CLIQUEZ-ICI

L’Eglise et l’école, de Marceau Pivert
La laïcité séduit au XIXe siècle une bourgeoisie soucieuse de progrès et d’efficacité. Les socialistes en font également leur cheval de bataille. La séparation de l’Église et de l’École puis de l’Église et de l’État en 1905 en est le symbole, mais ce fragile compromis est bientôt remis en cause. Face à une contestation grandissante, la bourgeoisie et l’Église s’allient pour maintenir l’ordre social, politique et moral. Depuis les années 1920, leur offensive conjointe reprend une à une les conquêtes laïques. La (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

« Il faut prendre à César tout ce qui ne lui appartient pas. »

Paul Eluard, Notes sur la poésie, GLM, 1936

Médias et Information : il est temps de tourner la page.
« La réalité est ce que nous prenons pour être vrai. Ce que nous prenons pour être vrai est ce que nous croyons. Ce que nous croyons est fondé sur nos perceptions. Ce que nous percevons dépend de ce que nous recherchons. Ce que nous recherchons dépend de ce que nous pensons. Ce que nous pensons dépend de ce que nous percevons. Ce que nous percevons détermine ce que nous croyons. Ce que nous croyons détermine ce que nous prenons pour être vrai. Ce que nous prenons pour être vrai est notre réalité. » (...)
55 
Analyse de la culture du mensonge et de la manipulation "à la Marie-Anne Boutoleau/Ornella Guyet" sur un site alter.
Question : Est-il possible de rédiger un article accusateur qui fait un buzz sur internet en fournissant des "sources" et des "documents" qui, une fois vérifiés, prouvent... le contraire de ce qui est affirmé ? Réponse : Oui, c’est possible. Question : Qui peut tomber dans un tel panneau ? Réponse : tout le monde - vous, par exemple. Question : Qui peut faire ça et comment font-ils ? Réponse : Marie-Anne Boutoleau, Article XI et CQFD, en comptant sur un phénomène connu : "l’inertie des (...)
93 
Comment Cuba révèle toute la médiocrité de l’Occident
Il y a des sujets qui sont aux journalistes ce que les récifs sont aux marins : à éviter. Une fois repérés et cartographiés, les routes de l’information les contourneront systématiquement et sans se poser de questions. Et si d’aventure un voyageur imprudent se décidait à entrer dans une de ces zones en ignorant les panneaux avec des têtes de mort, et en revenait indemne, on dira qu’il a simplement eu de la chance ou qu’il est fou - ou les deux à la fois. Pour ce voyageur-là, il n’y aura pas de défilé (...)
43 
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas | Bernard Gensane
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.