RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher

Au sujet de deux articles de Jean Ortiz

Le premier s'intitulant « Je ne veux pas partager mon deuil et ma douleur avec eux », chacun comprendra de qui il s'agissait ; le second « J'ai fait « un carton » sur les réseaux ! » montre en filigrane combien cette prise de position a déplu dans les rangs. Alors, je lui écris ce qui suit.

Jean ORTIZ,

Ce n’est pas parce qu’il y a eu foule dimanche que votre parole de l’avant-veille se trouve dévaluée.

Le phénomène est politique du fait de l’ampleur de la mobilisation. Comme la dévotion du peuple français après la finale de la Coupe du monde de football en 1998 a aussi été un phénomène politique. Le tout selon la loi dialectique de la transformation de la quantité en qualité, rien de plus.

Les dirigeants de la France continueront à être solidaire de l’impérialisme US ; ils trouveront même leur justification dans cette mobilisation extraordinaire qui non seulement n’a en rien contesté de ce qu’ils font, mais s’est implicitement solidarisée avec eux.

Et je n’insiste pas sur le fait que nous sommes tous des policiers, ou proches de « la communauté policière ».

C’est pour cette raison que vous étiez en dessous de la vérité en vous indignant de l’« entreprise de récupération politicienne, dégoûtante, de la légitime et généreuse émotion populaire », car ici c’est l’émotion populaire qui a aveuglément récupéré la politique de nos dirigeants.

Quand il n’y a plus dans le peuple ni droite, ni gauche, mais qu’il se mobilise sur des effets sans causes (ni intérieures ni extérieures), celui qui ne fait pas du nombre qui se rassemble le critère de la vérité ose aller jusqu’à penser qu’il se trouve plongé dans du fascisme rampant, à l’abri sous les grands mots abstraits et ronflants de défense des valeurs républicaines, de la liberté d’expression, du vivre ensemble ou, plus rudimentaires, de : je suis juif, je suis musulman (?), je suis Charlie, etc.

En effet, la plupart, je dis bien : la plupart de ceux qui ont activement participé à ces quelques journées ont-ils la moindre volonté d’une orientation nouvelle de la politique de leur pays sur les points directement concernés ? Ou, s’ils ne l’ont pas, ont-ils au moins la capacité de penser qu’elle serait possible et d’écouter les autres ?

Non, ils prennent les choses telles qu’elles sont : les banlieues sont les banlieues, et les interventions musclées de la France à l’étranger sont humanitaires.

Quant au deuil et à la douleur partagés, s’ils sont véritables et non pas plus ou moins déclamatoires, je les ai surtout vus se manifester chez des peuples qui perdaient des dirigeants respectés.

Et vous avez parfaitement raison de rappeler en conclusion de votre article que : « Jamais « l’union sacrée » n’a servi l’intérêt des peuples. »

Mauris Dwaabala

URL de cet article 27783
  
AGENDA

RIEN A SIGNALER

Le calme règne en ce moment
sur le front du Grand Soir.

Pour créer une agitation
CLIQUEZ-ICI

Cuba, Fidel et le Che - ou l’aventure du socialisme
Danielle BLEITRACH, Jacques-François BONALDI
Voilà notre livre, il est enfin sorti de l’imprimerie, tout chaud comme un petit pain… Il faut que je vous explique de quoi il s’agit, comment se le procurer s’il vous intéresse et comment organiser des débats autour si bien sûr vous êtes en mesure de le faire… Danielle Bleitrach D’abord sachez que ce livre inaugure une collection du temps des cerises, collection qui portera le nom "aventure du socialisme" Je reviendrai sur cette idée du socialisme comme aventure. L’idée donc du livre (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

« les Afghans (...) auraient brûlé eux-mêmes leurs enfants pour exagérer le nombre de victimes civiles. »

Général Petraeus, commandant des forces US en Afghanistan lors d’une réunion avec de hauts responsables afghans,
propos rapportés par le Washington Post, 19 février 2011

Reporters Sans Frontières, la liberté de la presse et mon hamster à moi.
Sur le site du magazine états-unien The Nation on trouve l’information suivante : Le 27 juillet 2004, lors de la convention du Parti Démocrate qui se tenait à Boston, les trois principales chaînes de télévision hertziennes des Etats-Unis - ABC, NBC et CBS - n’ont diffusé AUCUNE information sur le déroulement de la convention ce jour-là . Pas une image, pas un seul commentaire sur un événement politique majeur à quelques mois des élections présidentielles aux Etats-Unis. Pour la première fois de (...)
22 
"Un système meurtrier est en train de se créer sous nos yeux" (Republik)
Une allégation de viol inventée et des preuves fabriquées en Suède, la pression du Royaume-Uni pour ne pas abandonner l’affaire, un juge partial, la détention dans une prison de sécurité maximale, la torture psychologique - et bientôt l’extradition vers les États-Unis, où il pourrait être condamné à 175 ans de prison pour avoir dénoncé des crimes de guerre. Pour la première fois, le rapporteur spécial des Nations unies sur la torture, Nils Melzer, parle en détail des conclusions explosives de son enquête sur (...)
11 
Le fascisme reviendra sous couvert d’antifascisme - ou de Charlie Hebdo, ça dépend.
Le 8 août 2012, nous avons eu la surprise de découvrir dans Charlie Hebdo, sous la signature d’un de ses journalistes réguliers traitant de l’international, un article signalé en « une » sous le titre « Cette extrême droite qui soutient Damas », dans lequel (page 11) Le Grand Soir et deux de ses administrateurs sont qualifiés de « bruns » et « rouges bruns ». Pour qui connaît l’histoire des sinistres SA hitlériennes (« les chemises brunes »), c’est une accusation de nazisme et d’antisémitisme qui est ainsi (...)
122 
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas | Bernard Gensane
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.