RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher
25 

Biélorussie : le piège d’un autre Maidán

La tenue d’élections présidentielles en Biélorussie le 9 août, qui ont donné la victoire à Alexandre Loukachenko (soutenu par le Parti communiste et d’autres forces de gauche), a relancé le vieux plan de Washington et de Bruxelles visant à déstabiliser le pays. Les États-Unis et l’Union européenne se sont empressés de disqualifier les élections, s’abstenant de présenter des preuves, stimulant les protestations dans le pays dans le but de renverser le gouvernement de Minsk.

En fait, les États-Unis et leurs pays clients (Pologne, Lituanie, République tchèque) se préparent à la déstabilisation depuis des mois, en brandissant la prétendue défense de la liberté et de la démocratie qu’ils ont utilisée, à leur convenance, en d’autres occasions.

Les campagnes contre le Belarus viennent de loin, qualifiant Loukachenko de "dernier dictateur d’Europe", ignorant le soutien populaire qu’il entretient et la tenue d’élections, preuve agaçante et discréditée par le recours au dossier interventionniste : si les résultats électoraux sont au goût de Washington, les élections sont impeccables ; sinon, elles répondent toujours à la manipulation d’un gouvernement qui devrait être renversé. L’obsession américaine et européenne pour le Belarus provient du fait que le pays a conservé une grande partie des conquêtes sociales soviétiques, telles que la santé et l’éducation, ainsi que la propriété publique de la plupart des entreprises du pays. Cependant, les plans néolibéraux et l’ambition impérialiste ne sont pas nouveaux : les sanctions et les pressions des gouvernements occidentaux remontent aux années Bush et font partie des plans de déstabilisation et de changements violents de gouvernement qui ont été mis en œuvre en Géorgie, en Ukraine, au Kirghizstan, en Moldavie, au Kazakhstan et dans d’autres anciennes républiques soviétiques.

Dans cette nouvelle crise, l’implication de la Pologne, de la Lituanie et de la République tchèque est notoire, et se nourrit, en toile de fond, de l’action des États-Unis, avec l’"information" de Radio Free Europe-Radio Liberty (qui est allée jusqu’à qualifier de "philanthrope" le banquier d’opposition corrompu Viktar Babarika), le financement de l’opposition de droite et libérale du pays, et la formation de groupes d’intervention pour créer le chaos. Les secteurs occidentaux les plus extrémistes ont même demandé l’implication de l’OTAN dans la crise biélorusse.

Les médias conservateurs, et certaines forces de gauche qui ont cédé à la campagne de propagande menée à Washington et à Bruxelles, ont décrit les protestations après les élections comme étant pacifiques, ce qui ne correspond pas à la réalité. Au-delà du fait que d’autres questions pertinentes nécessitent des éclaircissements (comme la présence des mercenaires russes de Wagner arrêtés à Minsk, et dont la présence ne peut être exclue comme étant le résultat d’un plan des services secrets ukrainiens), les gouvernements occidentaux exigent la passivité de la police biélorusse, considérant toutes les protestations comme pacifiques malgré les actions évidentes des groupes nazis et des détachements d’extrême droite, qui complètent les protestations de l’opposition libérale pour créer des poches de chaos à Minsk et dans d’autres villes, et qui ont même conduit à la création de groupes de femmes en blanc, pour imiter les campagnes contre Cuba, en essayant de créer une autre Maidán qui justifierait l’application de nouvelles sanctions, le harcèlement politique et diplomatique, et qui pourrait finalement servir de déclencheur pour renverser le gouvernement Loukachenko.

Malgré les déclarations de Washington et de Bruxelles, qui adoptent toujours le vêtement vertueux et hypocrite des revendications démocratiques, le plan promu par les États-Unis et soutenu par les gouvernements satellites de Pologne, de Lituanie et de la République tchèque, a l’ambition de répéter le scénario réussi qu’ils ont déjà appliqué lors du coup d’État de 2014 en Ukraine, qui a porté au pouvoir un gouvernement d’extrême droite et a déclenché la répression contre la gauche ukrainienne et la guerre dans l’est du pays.

L’Union européenne, qui a collaboré et apporté un soutien logistique et diplomatique aux putschistes de Kiev en 2014, qui a soutenu un gouvernement avec des ministres néo-nazis et qui s’est abstenue de condamner les élections ukrainiennes ultérieures qui se sont déroulées dans un climat de terreur, avec des gangs d’extrême droite qui ont lynché et assassiné des membres de partis de gauche, et qui aujourd’hui ne se préoccupe pas du désastre humanitaire que ses partenaires ont fait subir à l’Ukraine, ni des régimes en place en Géorgie ou en Azerbaïdjan, considère désormais que les élections biélorusses n’ont été ni libres ni équitables", bien qu’il se soit abstenu de présenter des preuves et des témoignages. L’Union européenne n’a pas la crédibilité nécessaire pour s’accorder le statut de tribunal de bonne pratique démocratique, surtout lorsque parmi ses membres il y a des États, comme les États baltes, qui gardent une partie de leur population sans droits de citoyenneté.

La crise biélorusse et la tentative de relance de Maidan n’ont rien à voir avec la liberté et la démocratie. Au bas de l’échelle se trouvent les États-Unis qui, d’une part, poursuivent leur déploiement militaire en Europe de l’Est, harcelant la Russie, et d’autre part, stimulent les centres de crise aux frontières de la Russie, déstabilisant des gouvernements gênants pour compléter le siège, avec deux objectifs : D’une part, briser l’union politique entre Moscou et Minsk, qui tentent d’avancer vers un État unifié, sabotant le projet stratégique russe de reprise des liens historiques avec les anciennes républiques soviétiques, et imposant à terme un régime de clientèle à Minsk, similaire à celui de l’Ukraine ; d’autre part, entraver le développement de la nouvelle route de la soie chinoise qui a en Biélorussie l’une de ses principales branches pour assurer le transit et le développement commercial entre la Chine et l’Europe. Le vieil et misérable impérialisme américain ne s’est pas converti à la liberté.

Le Parti communiste espagnol exige que l’Union européenne ne contribue pas à la déstabilisation de la Biélorussie et que les pays membres acceptent les résultats des élections présidentielles. En outre, le PCE considère que l’Union doit œuvrer à la création d’un nouveau climat de coopération en Europe de l’Est, auquel ne contribuent pas les opérations de harcèlement et les plans de renversement des gouvernements décidés à Washington. En même temps, le Parti communiste espagnol condamne l’hypocrisie et l’interventionnisme des États-Unis en Biélorussie et en Europe qui, au mépris des règles de coexistence entre les pays et suivant les anciennes pratiques impériales, tentent de renverser les gouvernements afin d’imposer des régimes clients et de maintenir leur hégémonie sur le continent européen.

PARTI COMMUNISTE D’ESPAGNE (PCE ) 13/08/2020source : https://www.mundoobrero.es/pl.php?id=9512

PS. LGS a changé (17/8/2020) la photo du logo dont on nous a signalé que la légende était peut-être erronée.

URL de cet article 36370
  

Le choix de la défaite - Les élites françaises dans les années 1930
Annie LACROIX-RIZ
Comment, pour préserver leur domination sociale, les élites économiques et politiques françaises firent le choix de la défaite. Un grand livre d’histoire se définit premièrement par la découverte et l’exploitation méthodique de documents assez nombreux pour permettre des recoupements, deuxièmement, par un point de vue qui structure l’enquête sur le passé (Annie Lacroix-Riz répond à Marc Bloch qui, avant d’être fusillé en 1944, s’interrogeait sur les intrigues menées entre 1933 et 1939 qui conduisirent à (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

"Chaque fois que nous sommes témoins d’une injustice et que nous n’agissons pas, nous entraînons notre caractère à être passif en sa présence et nous finissons par perdre toute capacité de nous défendre et de défendre ceux que nous aimons. Dans une économie moderne, il est impossible de s’isoler de l’injustice."

Julian Assange - Wikileaks

La crise européenne et l’Empire du Capital : leçons à partir de l’expérience latinoaméricaine
Je vous transmets le bonjour très affectueux de plus de 15 millions d’Équatoriennes et d’Équatoriens et une accolade aussi chaleureuse que la lumière du soleil équinoxial dont les rayons nous inondent là où nous vivons, à la Moitié du monde. Nos liens avec la France sont historiques et étroits : depuis les grandes idées libertaires qui se sont propagées à travers le monde portant en elles des fruits décisifs, jusqu’aux accords signés aujourd’hui par le Gouvernement de la Révolution Citoyenne d’Équateur (...)
Médias et Information : il est temps de tourner la page.
« La réalité est ce que nous prenons pour être vrai. Ce que nous prenons pour être vrai est ce que nous croyons. Ce que nous croyons est fondé sur nos perceptions. Ce que nous percevons dépend de ce que nous recherchons. Ce que nous recherchons dépend de ce que nous pensons. Ce que nous pensons dépend de ce que nous percevons. Ce que nous percevons détermine ce que nous croyons. Ce que nous croyons détermine ce que nous prenons pour être vrai. Ce que nous prenons pour être vrai est notre réalité. » (...)
55 
Hier, j’ai surpris France Télécom semant des graines de suicide.
Didier Lombard, ex-PDG de FT, a été mis en examen pour harcèlement moral dans l’enquête sur la vague de suicides dans son entreprise. C’est le moment de republier sur le sujet un article du Grand Soir datant de 2009 et toujours d’actualité. Les suicides à France Télécom ne sont pas une mode qui déferle, mais une éclosion de graines empoisonnées, semées depuis des décennies. Dans les années 80/90, j’étais ergonome dans une grande direction de France Télécom délocalisée de Paris à Blagnac, près de Toulouse. (...)
69 
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas | Bernard Gensane
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.