Quantcast
RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher

17 

Biodiversité. Des animaux de plus en plus menacés

Jamais depuis la dernière extinction de masse, il y a 66 millions d’années, la planète n’avait perdu ses espèces de vertébrés à un rythme aussi effréné, alerte une étude.

En 2016, on ne comptait plus que 7 000 guépards et 35 000 lions africains, soit un déclin de 43 % depuis 1993, quand les populations d’orangs-outans de Bornéo ont chuté de 25 % ces dix dernières années. Quant aux girafes, elles sont passées de 115 000 spécimens en 1985 à 97 000 en 2015. Les pangolins, eux, ont été tout simplement décimés. Et plus près de nous, en France, le chardonneret a enregistré une baisse de 40 % de ses effectifs depuis dix ans... Autant de chiffres qui font froid dans le dos ! Selon une étude parue lundi dans la revue Proceedings of the National Academy of Sciences (Pnas), plus de 30 % des espèces de vertébrés sont en déclin, à la fois en nombre d’animaux et en étendue. « Il s’agit d’un anéantissement biologique qui survient au niveau global, même si les espèces auxquelles appartiennent ces populations existent toujours quelque part sur Terre », affirment les auteurs de l’étude.

Pour parvenir à cette conclusion, les chercheurs ont examiné les évolutions de populations de 26 700 espèces d’oiseaux, mammifères et reptiles, soit la moitié des vertébrés connus sur les cinq continents. Ils ont ensuite observé les baisses de populations dans un échantillon de 177 espèces de mammifères de 1900 à 2015. Au total, 32 % des espèces étudiées déclinent, en termes de population et d’étendue ! Une diminution qui s’explique principalement par la disparition de leur habitat, la surconsommation des ressources, la pollution ou le développement d’espèces invasives et de maladies, sans compter le changement climatique.

Des espèces communes comme les lions sont désormais en danger

Les mammifères d’Asie du Sud et du Sud-Est sont particulièrement touchés : environ 40 % des mammifères – parmi lesquels rhinocéros, orangs-outans, gorilles et grands félins – survivent désormais sur 20 %, voire moins, des territoires sur lesquels ils vivaient autrefois. « La réelle ampleur de l’extinction de masse qui touche la faune a été sous-estimée : elle est catastrophique », jugent les scientifiques. En outre, près de 30 % de ces espèces en déclin sont considérées comme communes ; elles ne sont pas encore classées « en danger » par l’Union internationale pour la conservation de la nature (UICN), qui a dressé l’inventaire mondial le plus complet de l’état de conservation de la biodiversité. « Qu’autant d’espèces communes voient leurs effectifs diminuer est un signe fort de la gravité de l’épisode d’extinction biologique actuel », prévient l’un des auteurs, Gerardo Ceballos, de l’université nationale autonome du Mexique.

Mais, surtout, ce mouvement s’est accéléré, ces dernières années. « Plusieurs espèces d’animaux, qui étaient relativement en sécurité il y a dix ou vingt ans », comme les lions ou les girafes, « sont désormais en danger », pointe l’étude. « Cette perte massive est un prélude à la disparition de nombreuses autres espèces et au déclin des écosystèmes qui rendent la civilisation possible », avertit Gerardo Ceballos.

En 2015, les auteurs avaient déjà publié une étude qui montrait que la faune était d’ores et déjà en train de subir sa sixième extinction de masse : ils avaient calculé que les disparitions d’espèces avaient été multipliées par 100 depuis 1900, soit un rythme sans équivalent depuis l’extinction des dinosaures, il y a 66 millions d’années. Alors que plusieurs millions d’années sont nécessaires pour recouvrir une diversité biologique à la suite d’une extinction massive, les chercheurs appellent à agir contre les causes du déclin de la vie sauvage, notamment la surpopulation et la surconsommation.

Alexandra CHAIGNON

L’article scientifique

»» http://www.humanite.fr/biodiversite-des-animaux-de-plus-en-plus-menaces-638723
URL de cet article 32095
   
Laurent Mauduit. Les Imposteurs de l’économie.
Bernard GENSANE
Serge Halimi expliquait autrefois pourquoi il ne voulait jamais débattre avec un antagoniste ne partageant pas ses opinions en matière d’économie : dans la mesure où la doxa du capitalisme financier était aussi « évidente » que 2 et 2 font quatre ou que l’eau est mouillée, un débatteur voulant affirmer un point de vue contraire devait consacrer la moitié de ses explications à ramer contre le courant. Laurent Mauduit a vu le « quotidien de référence » Le Monde se colombaniser et s’alainminciser au (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

On l’appelle le "Rêve Américain" parce qu’il faut être endormi pour y croire.

George Carlin


Médias et Information : il est temps de tourner la page.
« La réalité est ce que nous prenons pour être vrai. Ce que nous prenons pour être vrai est ce que nous croyons. Ce que nous croyons est fondé sur nos perceptions. Ce que nous percevons dépend de ce que nous recherchons. Ce que nous recherchons dépend de ce que nous pensons. Ce que nous pensons dépend de ce que nous percevons. Ce que nous percevons détermine ce que nous croyons. Ce que nous croyons détermine ce que nous prenons pour être vrai. Ce que nous prenons pour être vrai est notre réalité. » (...)
51 
« SIN EMBARGO » - Paroles cubaines sur le blocus (et le reste aussi) - Préambule - 1/13
PREAMBULE « Un microphone ? Hum... » Ca y’est, deux jours à la Havane et je commence à me sentir comme un fucking Chevalier de la Table Ronde à la recherche du Graal. Oui, j’ai besoin d’un microphone, avec une petite prise, pour le brancher là. « Tu veux acheter un microphone ? » Ben oui, à peine arrivé, le mien est tombé en panne, alors j’ai besoin d’un microphone. « Oui, oui, je comprends. Un microphone... ». Je suis dans un centre culturel. Un grand centre culturel. J’ai l’impression de voir des (...)
L’UNESCO et le «  symposium international sur la liberté d’expression » : entre instrumentalisation et nouvelle croisade (il fallait le voir pour le croire)
Le 26 janvier 2011, la presse Cubaine a annoncé l’homologation du premier vaccin thérapeutique au monde contre les stades avancés du cancer du poumon. Vous n’en avez pas entendu parler. Soit la presse cubaine ment, soit notre presse, jouissant de sa liberté d’expression légendaire, a décidé de ne pas vous en parler. (1) Le même jour, à l’initiative de la délégation suédoise à l’UNESCO, s’est tenu au siège de l’organisation à Paris un colloque international intitulé « Symposium international sur la liberté (...)
18 
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.