RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher

Bolivie : La fructifère réforme de l’or noir se poursuit.




Evo Morales, Président de la Bolivie.






Le Courrier, samedi 29 décembre 2007.


Bolivie - Nationalisations et industrialisation au menu de 2008.


Le gouvernement du président Evo Morales poursuit sa réforme du secteur des hydrocarbures. Mercredi, il a annoncé son projet de renationalisation de quatre entreprises de production ou de transport de gaz appartenant à des compagnies étrangères. La Paz projette également de créer une nouvelle entreprise pétrochimique - Petrobol - chargée d’industrialiser le gaz bolivien. Des annonces faites alors que le patronal Institut bolivien pour le commerce extérieur (IBCE) annonce un nouveau record d’exportations portées par le secteur pétrolier. La Bolivie possède les deuxièmes réserves de gaz de la région après le Venezuela.

Le ministre des Hydrocarbures, Carlos Villegas, a admis que les négociations avec les transnationales n’avaient pas encore commencé mais il a averti que le gouvernement avait la ferme intention de prendre au plus vite au moins 51% des parts dans Transredes, la société chargée du transport d’hydrocarbures liquides et de gaz naturel, qui appartient à la britannique Ashmore et à l’anglo-néerlandaise Shell. Une priorité absolue pour La Paz s’il entend contrôler réellement les flux et assurer l’approvisionnement national. Des négociations suivront pour Andina (Repsol-YPF), exploitante des gigantesques gisements de San Alberto et San Antonio, pour la gazière Chaco (BP) et la Compagnie logistique d’hydrocarbures de Bolivie, appartenant à une firme germano-péruvienne.

L’an dernier, la Bolivie avait déjà racheté deux raffineries à la société brésilienne Petrobras pour 112 millions de dollars. Pour pouvoir continuer à travailler en Bolivie, toutes les compagnies pétrolières ont également dû renégocier leurs contrats avec l’Etat et abandonner une grande part de leurs profits. Enfin, La Paz avait obtenu une hausse significative des prix du gaz fourni à ses voisins argentin et brésilien.

Toutes les transnationales pétrolières opérant en Bolivie avaient accepté de revoir à la hausse les royalties versées à l’Etat, mais la plupart ont réagi en gelant leurs investissements, notamment dans l’exploration, selon les milieux pétroliers à Santa Cruz. La création de Petrobol répond elle à la nécessité de décharger la société pétrolière publique YPFB - refondée l’an dernier - des tâches de transformation du gaz naturel. Un processus d’industrialisation mené notamment de concert avec le gouvernement argentin. Buenos Aires et La Paz s’apprêtent à bâtir une usine frontalière devisée à 450 millions de dollars.

Des projets avec Petrobras et le géant russe Gazprom sont également à l’agenda, pour un montant de 3 milliards de dollars. Ces investissements devraient renforcer le boom des exportations que connaît actuellement le pays andin. Selon l’IBCE, à fin novembre, la Bolivie avait déjà dépassé de 6% son record absolu réalisé l’an dernier. Le gouvernement table lui sur une hausse de la valeur des exportations de 11%. Comme en 2006, la balance commerciale devrait être excédentaire à plus de 1 milliard de dollars. Un succès dû en partie à la hausse des prix des hydrocarbures, mais également au dynamisme de l’agriculture et de l’industrie manufacturée. La croissance, elle, devrait s’élever à environ 4,2%.

Benito Perez


- Source : Le Courrier www.lecourrier.ch




Tensions extrêmes en Bolivie : l’ambassadeur américain travaille à la scission du pays, par André Maltais.






URL de cet article 5916
  

Même Thème
Figures Révolutionnaires de l’Amérique latine
Rémy HERRERA
Cet ouvrage propose au lecteur sept chapitres consacrés à quelques-uns des révolutionnaires les plus importants d’Amérique latine et caribéenne : Simón Bolívar, José Martí, Ernesto Che Guevara, Hugo Chávez, Fidel Castro et Evo Morales. L’Amérique latine et caribéenne offre depuis le début des années 2000 l’image de peuples qui sont parvenus à repasser à l’offensive, dans les conditions historiques très difficiles qui sont celles de ce début de XXIe siècle. C’est cette puissante mobilisation populaire qui est (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

On dit d’un fleuve emportant tout qu’il est violent, mais on ne dit jamais rien de la violence des rives qui l’enserrent.

Bertolt Brecht

L’UNESCO et le «  symposium international sur la liberté d’expression » : entre instrumentalisation et nouvelle croisade (il fallait le voir pour le croire)
Le 26 janvier 2011, la presse Cubaine a annoncé l’homologation du premier vaccin thérapeutique au monde contre les stades avancés du cancer du poumon. Vous n’en avez pas entendu parler. Soit la presse cubaine ment, soit notre presse, jouissant de sa liberté d’expression légendaire, a décidé de ne pas vous en parler. (1) Le même jour, à l’initiative de la délégation suédoise à l’UNESCO, s’est tenu au siège de l’organisation à Paris un colloque international intitulé « Symposium international sur la liberté (...)
19 
Le DECODEX Alternatif (méfiez-vous des imitations)
(mise à jour le 19/02/2017) Le Grand Soir, toujours à l’écoute de ses lecteurs (réguliers, occasionnels ou accidentels) vous offre le DECODEX ALTERNATIF, un vrai DECODEX rédigé par de vrais gens dotés d’une véritable expérience. Ces analyses ne sont basées ni sur une vague impression après un survol rapide, ni sur un coup de fil à « Conspiracywatch », mais sur l’expérience de militants/bénévoles chevronnés de « l’information alternative ». Contrairement à d’autres DECODEX de bas de gamme qui circulent sur le (...)
103 
Médias et Information : il est temps de tourner la page.
« La réalité est ce que nous prenons pour être vrai. Ce que nous prenons pour être vrai est ce que nous croyons. Ce que nous croyons est fondé sur nos perceptions. Ce que nous percevons dépend de ce que nous recherchons. Ce que nous recherchons dépend de ce que nous pensons. Ce que nous pensons dépend de ce que nous percevons. Ce que nous percevons détermine ce que nous croyons. Ce que nous croyons détermine ce que nous prenons pour être vrai. Ce que nous prenons pour être vrai est notre réalité. » (...)
55 
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas | Bernard Gensane
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.