RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher
10 

Capitalisme et esclavage : la vérité inconfortable

La BBC a rapporté la semaine dernière (31/8/23) que l’ancienne députée conservatrice Antoinette Sandbach avait demandé que toute mention de son nom soit supprimée d’un documentaire primé sur l’esclavage, basé sur les recherches entreprises par le doctorant, M. Al Nasir. Mme Sandbach a été identifiée dans le documentaire comme une descendante de Samuel Sandbach, l’un des marchands d’esclaves les plus riches et les plus actifs de Grande-Bretagne, qui détenait des participations dans des plantations aux Antilles. [1]

Samuel Sandbach a cofondé le cabinet Sandbach Tinne & Co, basé à Liverpool. Les recherches de M. Al Nasir révèlent l’ampleur de l’empire commercial de Sandbach qui comprenait le transport maritime, les banques, les assurances, les chemins de fer, les distilleries et l’esclavage dans les plantations. Sandbach Tinne & Co. a été indemnisée pour plus de 600 esclaves après que le Parlement britannique a adopté une loi abolissant l’esclavage dans la plupart des colonies britanniques en 1833. « Les esclaves africains de Sandbach Tinne ont été travaillés à mort dans leurs plantations et comptabilisés dans les comptes financiers parmi le bétail. ... à leur décès, la valeur de leurs actifs perçus a été radiée sous le « compte nègre ». [2]

Le gouvernement britannique a déboursé 20 millions de livres sterling pour indemniser quelque 3 000 propriétaires d’esclaves pour la perte de leur « propriété ». À l’époque, ce chiffre représentait 40 pour cent du budget de dépenses annuel du Trésor. En termes actuels, cela équivaut à environ 16,5 milliards de livres sterling. [3]

La Grande-Bretagne était directement responsable de la déportation de 3,1 millions d’esclaves depuis l’Afrique, dont près d’un demi-million sont morts pendant le transport. [4] Le gouvernement britannique a continué à verser des compensations échelonnées aux anciens propriétaires d’esclaves et à leurs descendants jusqu’en 2014. À ce jour, aucune excuse n’a été présentée aux esclaves ou à leurs descendants, ni un centime de réparation.

L’esclavage et les origines du capital

Une vérité qui dérange Antoinette Sandbach – et tous les apologistes et principaux bénéficiaires du capitalisme moderne – est que l’émergence du capital industriel a été financée en grande partie par la traite négrière. La révolution industrielle, avec la mécanisation à grande échelle, la construction d’usines, de villes et les infrastructures sociales et économiques nécessaires, ne s’est pas autofinancée. L’« accumulation primitive du capital » - un euphémisme pour désigner le processus violent par lequel les Africains ont été réduits en esclavage, les peuples coloniaux ont été volés et massacrés, le commerce de l’opium a été infligé à la Chine coloniale et les paysans ont été dépossédés de leurs terres [5] - a permis l’émergence initiale du capital, l’accumulation de capital financier nécessaire pour financer l’essor du mode de production capitaliste.

Une richesse monétaire extraordinaire, concentrée entre les mains des grands propriétaires fonciers, des commerçants et des usuriers, a financé la révolution industrielle et a entraîné la formation des classes de base de la société capitaliste, des salariés et des capitalistes. La montée du capitalisme britannique embryonnaire, rendue possible par l’accumulation primitive du capital, a financé le militarisme, l’expansion de l’empire britannique et la domination de la Britannia. Cela a à son tour fourni les ressources naturelles précieuses, la main-d’œuvre coloniale et les fonds qui ont permis la croissance exponentielle du capital britannique et le début de la phase impérialiste du capitalisme.

Financement de l’infrastructure socio-économique du Royaume-Uni

Entre 1630 et 1807, les marchands d’esclaves britanniques ont réalisé un bénéfice d’environ 12 millions de livres sterling. [6] Les marchands d’esclaves ont reçu une compensation supplémentaire de 20 millions de livres sterling de la part du gouvernement britannique [7], soit une somme totale de 32 millions de livres sterling, soit 7,68 % du PIB britannique de l’époque. La même part du PIB du Royaume-Uni s’élèverait aujourd’hui à 169 milliards de livres sterling.
Toutefois, cela n’inclut pas la valeur de la main-d’œuvre expropriée au cours de 200 ans d’esclavage colonial et ne représente qu’une fraction de la valeur totale de la traite négrière pour l’économie britannique. Un juge des Nations Unies a estimé que le Royaume-Uni devrait probablement plus de 18 000 milliards de livres sterling de réparations pour son implication dans l’esclavage transatlantique. [8]

Lorsque nous ajoutons cela aux 45 000 milliards de dollars que le Raj britannique a siphonnés hors de l’Inde [9], au vol et à l’exploitation coloniale brutalement imposés à l’Afrique, et aux sommes astronomiques accumulées par le capitalisme britannique ascendant en imposant le commerce de l’opium à la Chine, nous commençons par comprendre comment la Grande-Bretagne victorienne pouvait se permettre de construire l’infrastructure socio-économique qui a servi et soutenu la société britannique jusqu’à récemment.
C’est au cours de cette période, essentiellement entre 1870 et 1914, que le réseau d’aqueduc et d’égouts britannique a été construit, que la voie ferrée britannique a été posée, que la majeure partie du réseau ferroviaire souterrain a été construite, que le système de routes « A » a été créé, que 2 500 écoles ont été construites. construits et le noyau de nos hôpitaux et prisons urbains a été érigé. Ces magnifiques monuments victoriens ont été jugés nécessaires par les gouvernements conservateur et libéral de l’époque afin de produire et de soutenir une main-d’œuvre nationale enrichie, tout en assurant le transport des travailleurs, des matériaux et des marchandises.

Mais ils n’ont été que partiellement rendus possibles par la supériorité du capitalisme sur la féodalité en matière de création de richesses. La part du lion de l’investissement a été financée par un empire où le sang n’a jamais séché, y compris l’esclavage des peuples africains.

Une réforme modérée n’est pas la réponse, et elle n’est même pas proposée

Aujourd’hui, l’infrastructure archaïque de la Grande-Bretagne est dans un état critique et (heureusement) nous n’avons pas les sources d’accumulation primitive de capital pour la reconstruire. De plus, fin 2021, 23 % de la population britannique vivait dans la pauvreté, dont 5,2 millions d’enfants. Près de deux millions de personnes dépendaient des banques alimentaires, dont près d’un demi-million d’enfants. [10] Tout indique que ces mesures du bien-être social et de la viabilité économique continueront de se détériorer.
L’impérialisme britannique est bien vivant, comme en témoignent les projets du gouvernement visant à doubler les dépenses militaires d’ici 2030. Pourtant, l’avenir du capitalisme britannique promet un déclin chronique de la qualité de vie de la grande majorité de la population, avec une agitation sociale et industrielle croissante. une augmentation correspondante de la répression étatique. Si l’objectif est de maintenir le taux de profit, alors l’ultra-exploitation de la main-d’œuvre nationale, soutenue par la coercition institutionnelle, est la seule option disponible pour les propriétaires du capital monopolistique – autre que la guerre et l’intensification de l’expropriation des richesses néocoloniales. Treize années de gouvernement conservateur ont été consacrées à légiférer pour parer à ces éventualités, et nous assistons à des développements d’extrême droite similaires en Europe, aux États-Unis et au Japon, notamment une augmentation vertigineuse des dépenses militaires.

L’alternative n’est pas de bricoler les politiques formulées par les médias de l’establishment, les études de marché et les sondages YouGov. De telles politiques « phares » ne projettent même pas une redistribution modérée des richesses vers le bas, encore moins un renversement de la crise historique et durable du mode de production capitaliste. Ils sont plutôt conçus pour s’y accommoder, en se camouflant tout en poursuivant la suppression des droits démocratiques et les préparatifs de guerre. Ce qu’il faut, ce n’est pas une soumission « modérée » au cours réactionnaire actuel de l’histoire, mais son contraire, un mouvement de masse pour la paix, la démocratie et un changement fondamental. Les bénéficiaires de l’esclavage et de l’empire de la classe dirigeante pourraient alors, enfin, être tenus responsables.

Partagez s’il vous plait.

Remarques :
1. https://www.bbc.co.uk/news/uk-66648763
2. https://reparationscomm.org/.../britains-colonial-shame.../
3. https://reparationscomm.org/.../britains-colonial-shame.../
4. https://www.nationalarchives.gov.uk/.../british.../
5. https://morningstaronline.co.uk/.../what-primitive...
6. https://www.bbc.co.uk/bitesize/guides/zjyqtfr/revision/7
7. https://reparationscomm.org/.../britains-colonial-shame.../
8. https://www.bbc.co.uk/news/uk-66648763
9. https://www.livemint.com/.../British-Raj-siphoned-out-45...
10. https://www.facebook.com/.../pfbid0P26grh4nVUq65qetov49sC...

»» https://www.facebook.com/thesocialistcorrespondent/posts/pfbid0xkAJGg8...
URL de cet article 38873
  

Cuba Miracles
Ramon CHAO
(précipitez-vous pour acheter Cuba Miracles, cet "objet -livre", merveille de couleurs, d’odeurs et de musiques) Le « dictateur » cubain Fidel Castro vient de passer les rênes de l’Etat à son frère Raúl. C’est bien la première fois qu’un chef d’État abandonne ses fonctions motu proprio. Un certain nombre d’hommes politiques n’ont pas, eux, daigné se démettre de leur fonction avant de mourir. Souvenons-nous par exemple des longues agonies des entubés Georges Pompidou, François Mitterrand, ou Jean-Paul II, (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

Chaque prétendant à l’Empire claironne à l’extérieur qu’il veut conquérir le monde pour y apporter la paix, la sécurité et la liberté, et qu’il sacrifie ses enfants dans un but éminemment noble et humanitaire. C’est un mensonge, et un vieux mensonge, et pourtant des générations se succèdent et y croient !

Si les Etats-Unis ont la prétention de devenir un Empire, comme c’est la cas pour la plupart des nations, alors les réformes internes seront abandonnées, les droits des états seront abolis - pour nous imposer un gouvernement centralisé afin de renier nos libertés et lancer des expéditions à l’étranger.

Alors le Rêve Américain mourra - sur des champs de batailles à travers le monde - et une nation conçue dans la liberté détruira la liberté des Américains et imposera la tyrannie pour assujettir les nations.

George S. Boutwell - (1818-1905), Secrétaire du Trésor sous le Président Ulysses S. Grant, Governeur du Massachusetts, Sénateur and Représentant du Massachusetts

L’UNESCO et le «  symposium international sur la liberté d’expression » : entre instrumentalisation et nouvelle croisade (il fallait le voir pour le croire)
Le 26 janvier 2011, la presse Cubaine a annoncé l’homologation du premier vaccin thérapeutique au monde contre les stades avancés du cancer du poumon. Vous n’en avez pas entendu parler. Soit la presse cubaine ment, soit notre presse, jouissant de sa liberté d’expression légendaire, a décidé de ne pas vous en parler. (1) Le même jour, à l’initiative de la délégation suédoise à l’UNESCO, s’est tenu au siège de l’organisation à Paris un colloque international intitulé « Symposium international sur la liberté (...)
19 
Hier, j’ai surpris France Télécom semant des graines de suicide.
Didier Lombard, ex-PDG de FT, a été mis en examen pour harcèlement moral dans l’enquête sur la vague de suicides dans son entreprise. C’est le moment de republier sur le sujet un article du Grand Soir datant de 2009 et toujours d’actualité. Les suicides à France Télécom ne sont pas une mode qui déferle, mais une éclosion de graines empoisonnées, semées depuis des décennies. Dans les années 80/90, j’étais ergonome dans une grande direction de France Télécom délocalisée de Paris à Blagnac, près de Toulouse. (...)
69 
Analyse de la culture du mensonge et de la manipulation "à la Marie-Anne Boutoleau/Ornella Guyet" sur un site alter.
Question : Est-il possible de rédiger un article accusateur qui fait un buzz sur internet en fournissant des "sources" et des "documents" qui, une fois vérifiés, prouvent... le contraire de ce qui est affirmé ? Réponse : Oui, c’est possible. Question : Qui peut tomber dans un tel panneau ? Réponse : tout le monde - vous, par exemple. Question : Qui peut faire ça et comment font-ils ? Réponse : Marie-Anne Boutoleau, Article XI et CQFD, en comptant sur un phénomène connu : "l’inertie des (...)
93 
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas | Bernard Gensane
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.