Quantcast
RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes

Sur les visions figées et la tendance à continuer à faire les choses qui ont cessé d’être favorables.

Cartes obsolètes et paysages peu familiers

Il existe une tendance humaine très naturelle à continuer à essayer de faire les choses qui ont pu tourner en votre faveur même après qu’elles ont cessé de le faire. Il est facile de le mettre en évidence parmi diverses faiblesses et fragilités humaines – refuser de reconnaître la réalité, s’engager dans des vœux pieux, se nourrir de châteaux en Espagne… Il est quelque peu difficile de discerner dans cette tendance une saine stratégie… car elle est supérieure à toute alternative disponible.

Le 25 avril 2017 – Source Club Orlov

Dans son récent article sur le blog A Matter of Mercy, James Howard Kunstler a comparé l’état d’esprit général aux États-Unis à celui d’un patient souffrant d’une maladie d’Alzheimer. Des thèmes apparaissent aux infos et les porte-paroles des médias de masse deviennent hystériques à leur sujet. Ensuite, brusquement, la musique s’arrête et le thème du jour disparaît de la vue. L’ingérence russe dans les élections présidentielles aux États-Unis a fait beaucoup de bruit. Et puis... grillons. Un peu plus tard, il y a eu une prétendue attaque chimique en Syrie (dont il n’existe toujours aucune preuve vérifiable) ; par conséquent, « Assad doit payer » (en tirant sur une poignée de jets inutilisés vieux de 30 ans).
Malheureusement, seulement un tiers de ces missiles de croisière Tomahawk très coûteux sont parvenus à atteindre la cible (mais le mauvais bout de l’aérodrome). Encore plus maladroit, les Russes saisissent cette occasion pour montrer leurs équipements de guerre électronique précédemment secrets. Et alors, l’histoire meurt (tout comme les États-Unis refusent d’autoriser une enquête sur l’attaque chimique). Et ensuite, on passe à la Corée du Nord. Et ainsi de suite, sans fin.

Kunstler fait valoir que le dialogue national aux États-Unis semble atteindre les tréfonds de la sénilité : des images dérangeantes clignotent sur l’écran ; un certain nombre de personnes soi-disant bien informées et réfléchies font des bruits rauques en se raclant la gorge sur ce sujet selon la ligne « quelque chose doit être fait », et puis... rien ! C’est en effet ce que nous avons observé. Mais quelles sont les causes profondes de cette amnésie nationale en série ? Même si cela ressemble à de la sénilité, est-ce que cela ne constitue pas le symptôme d’une maladie nationale entièrement différente ? Après tout, tout le monde aux États-Unis n’est pas sénile... Une explication bien meilleure n’est pas difficile à trouver. Plongeons.

Il existe une tendance humaine très naturelle à continuer à essayer de faire les choses qui ont pu tourner en votre faveur même après qu’elles ont cessé de le faire. Il est facile de le mettre en évidence parmi diverses faiblesses et fragilités humaines – refuser de reconnaître la réalité, s’engager dans des vœux pieux, se nourrir de châteaux en Espagne... Il est quelque peu difficile de discerner dans cette tendance une saine stratégie... car elle est supérieure à toute alternative disponible.

À mesure que nous grandissons et que nous gagnons en maturité, nous nous sommes créé une certaine carte mentale du monde que nous utilisons pour nous représenter l’économie, la politique et la société. Pour être utile, cette carte mentale doit être conforme aux informations filtrées par nos sens. Par exemple, la carte mentale de la ville où une personne a grandi a tendance à inclure des choses appelées les rues, et nous avons tendance à continuer à les appeler « rues » même lorsque, à chaque marée haute, elles se transforment en canaux de drainage. Elles restent des « rues » après une tornade qui les remodèle avec des arbres morts et diverses épaves. Lorsque de telles choses se produisent, nous nous attendons à ce que les choses retournent à la normale. Même si ce n’est pas le cas, nous avons tendance à nous accrocher à l’ancienne carte, en nous rappelant ce qui était autrefois avec un sentiment de nostalgie et de perte. Cette ancienne carte définit qui nous sommes, pour nous-mêmes et pour les autres. Quand elle nous met en échec, notre moins mauvaise option est de reculer face à la réalité. Toutes les autres options sont encore pires : non seulement elles ne fonctionnent pas non plus, mais elles nous font en plus nous sentir mal.

Par exemple, il était une fois un nom sur un gros bout de la carte politique du monde : « l’URSS ». Les gens critiquaient farouchement cette entité politique à laquelle ils résistaient, pour tous ses nombreux défauts, tout comme ils s’accrochaient violemment à l’idée que c’était réel. Et au début des années 1990, elle a disparu. La carte était toujours là – sur le papier et dans la tête des gens – mais le terrain sous leurs pieds avait changé. Toutes sortes de choses en accord avec la carte d’avant ne l’étaient plus après et les gens ne pouvaient plus l’utiliser pour naviguer sur un terrain autrefois familier. Ça a été un peu plus facile pour les jeunes, du moins psychologiquement, parce qu’ils avaient investi beaucoup moins de temps et d’efforts dans l’ancienne carte. Mais beaucoup de personnes âgées ont été soudainement rendues impuissantes, parce que leur carte mentale ne fonctionnait plus. Elles sont devenues plus impuissantes que les jeunes : aussi désorientées, mais moins souples dans leurs besoins et leurs habitudes et moins capables d’apprendre et d’improviser. Quelques opportunistes particulièrement ingénieux et impitoyables ont bien réussi, mais dans de nombreux cas, le résultat a été la dépression, l’alcoolisme et une mort prématurée.

Après un certain temps, une nouvelle carte a pris forme : avec le capitalisme à la place du socialisme, le fédéralisme en lieu et place de l’internationalisme, l’Église orthodoxe à la place de l’athéisme et de la pratique en lieu et place de l’idéologie politique. Et pourtant, la vieille carte mentale est encore présente. Demandez à un certain nombre d’Ukrainiens ou de Criméens à quel pays ils se sentent vraiment appartenir et ils vous diront, peut-être avec un certain chagrin, que c’est l’URSS. La Russie moderne est une terre étrange pour eux, l’Ukraine moderne est une zone désastreuse et une blague cruelle, et donc l’URSS est tout ce qui leur reste pour s’accrocher. En partie par nostalgie, en partie par respect d’un passé grand et glorieux, ils refusent de s’en séparer. Plutôt étonnamment, beaucoup de ces personnes étaient soit très jeunes, soit pas encore nées quand l’URSS s’est effondrée. Apparemment, cette ancienne carte est toujours bonne pour quelque chose, pour se souvenir de la grandeur de l’URSS (à certains égards, plus que d’autres).

Et maintenant, la chose sur la carte connue sous le nom des États-Unis montre des signes semblables de coller de moins en moins à la réalité sur le terrain. Les choses qui travaillaient en faveur des Américains ne le font plus. À défaut de toute autre carte mentale, les Étasuniens n’ont d’autre choix que d’essayer de naviguer sur un terrain en évolution rapide et de moins en moins familier en utilisant une carte qui n’est plus à jour. En fait, il n’y a pas une mais deux cartes très différentes : une internationale et une domestique. Examinons chacun d’elles.

À l’échelle internationale, le schéma étasunien testé et approuvé consiste à faire de l’intimidation. Les États-Unis sont l’empire mondial avec des troupes stationnées dans le monde entier assurant la « domination sur tout le spectre ». C’est la nation indispensable, le policier mondial, le garant de la paix et de la démocratie, le rempart contre la dictature et l’oppression, le défenseur des droits de l’homme avec une « responsabilité de protéger », etc... Cela donne aux officiels de ce pays le droit de s’autoriser à aller partout où ça leur chante et d’expliquer ce qu’ils veulent que le gouvernement d’un pays donné fasse. Si le pays cible s’y conforme, il est dépouillé de ses ressources. S’il refuse, il y a une suite de conséquences avec des manœuvres de type braquage de plus en plus douloureuses : la pression politique et l’isolement, les sanctions économiques, la perturbation politique à travers les révolutions de couleur et enfin l’invasion et la destruction du pays récalcitrant. Si, pour une raison ou une autre, cette séquence ne peut être suivie à un point où le pays est obligé de coopérer, il reste un État paria pendant de nombreuses décennies. Il obtient une mauvaise presse aux États-Unis, la plupart du temps pour de fausses raisons mais, à tout le moins, préjudiciables et tendancieuses. De toute évidence, les États-Unis sont un mauvais perdant. Cuba, la Corée du Nord et l’Iran se renforcent de ces mauvais traitements tant par la bureaucratie étasunienne que par la presse. Mais ce sont de petits pays, et le fait que les États-Unis ne peuvent pas vraiment faire beaucoup de choses contre eux ne semble pas trop significatif.

Récemment, cependant, les États-Unis ont couru après de très grands pays très puissants comme la Chine et la Russie, qui ne toléreront plus de telles maltraitances, plus du tout. Autrefois la Russie était faible et fragmentée, mais depuis sa réunification et son réarmement, elle est prête à se défendre, tant sur le plan économique que politique, et même militairement si nécessaire. Les sanctions contre la Russie ont totalement échoué. En fait, elles ont aidé la Russie à se développer économiquement grâce au remplacement des importations. En seulement trois ans, l’industrie pétrolière et gazière de Russie est devenue technologiquement autosuffisante et la Russie a fait de grands progrès pour rendre autonome sa production alimentaire.

Cet échec, selon le protocole d’intimidation, appelle la guerre, mais, historiquement, aller à la guerre contre la Russie est un moyen particulièrement efficace de se débarrasser de toutes ses ambitions en tant que grande puissance militaire : c’est ainsi que cela s’est passé pour les Suédois, les Français, les Allemands et les Turcs, et c’est ainsi que cela se passerait aussi pour les États-Unis. Dans l’intervalle, la Chine est devenue une puissance économique mondiale et a atteint un point où elle peut exiger que les États-Unis la traitent comme un égal et subissent des mesures de rétorsion soigneusement calibrées en cas de non-conformité. Les économies des États-Unis et de la Chine sont entrelacées de tant de façons que les États-Unis ne peuvent espérer blesser la Chine sans s’infliger de préjudice irréparable.

On pourrait raisonnablement penser que ce serait un bon mouvement pour les États-Unis de jeter l’ancienne carte et d’en adopter une nouvelle – pour coopérer avec d’autres pays grâce à une diplomatie bilatérale et multilatérale. Mais cela s’avère impraticable : des décennies d’intimidation ont miné sa capacité à s’engager dans la diplomatie. Il n’y a pas de baguette magique qui puisse transformer instantanément les intimidateurs grossiers en diplomates brillants et accomplis. Nikki Haley, la représentante des États-Unis à l’ONU, est la dernière tête d’affiche pour la dysfonction diplomatique étasunienne. Si elle est diplomate, alors je suis sept fois gagnant du concours Miss America ! En outre, le changement pour développer une nouvelle carte nécessite certaines étapes préliminaires, comme admettre que l’ancienne carte est fausse, mais ce serait un geste politiquement suicidaire pour quiconque à Washington. Par conséquent, il est préférable de continuer à recycler les vieux tropismes, en retirant subrepticement une histoire dès que la réalité commence à s’immiscer dans le récit fictif soigneusement filé.

Mais cette stratégie a des ratés dès qu’il devient évident pour tout le monde, que quel que soit le flot de magouilles artificiellement lancées, la carte globale n’est plus d’accord avec le terrain. Vous pouvez suivre la carte pendant un certain temps dans n’importe quelle direction, mais sous peu, vous vous retrouvez systématiquement dans une impasse. Alors quoi ? Les vieux tropismes fonctionnent encore pendant un court laps de temps – avec quelques cycles de news – mais à un moment donné, il devient nécessaire de produire des signes de progrès, de résultats, ou au moins quelque chose. Vous pouvez intimider tout ce que vous voulez, mais si vous ne pouvez pas faire en sorte que l’autre côté refuse de céder après un délai raisonnable, il devient évident que vous n’êtes plus vraiment un intimidateur et que vous essayez simplement de faire perdre leur temps à des personnes sérieuses avec votre comportement brutal. Une telle prise de conscience serait plus que troublante et entraînerait une forte dissonance cognitive. Le manque de congruence entre la carte du « super-pouvoir mondial » et la réalité du terrain, « le rôle pathétique et démodé de l’intimidateur », pourrait devenir, si on utilise un terme précis, inquiétant (ou dans la terminologie allemande de Sigmund Freud, unheimlich). Les choses semblent étranges et troublantes quand elles ont l’air étrangement familières, mais aussi inquiétantes. Les gens sont attirés mais en même temps effrayés. Les effets vont de la chair de poule à la panique et à la psychose de masse.

C’est la raison précise pour laquelle certaines histoires dans les informations doivent être abandonnées à la hâte : éviter d’induire du doute et de l’anxiété dans le public – la dissonance cognitive est le terme chic. L’« ingérence russe » dans la politique américaine – disparue ! L’attaque avec les armes chimiques présumée mais sans fondement en Syrie – disparu ! Les représailles anti-Assad, alimentant le jet de Tomahawks aux requins – disparues ! Aider la Chine à « remettre dans le droit chemin » la Corée du Nord – disparue ! Mais ces choses sont faciles : peu d’Étasuniens sont directement touchés par ce qui se passe dans l’un de ces pays, et ils peuvent facilement les oublier une fois qu’elles ne sont plus à l’affiche.

Les problèmes internes, par contre, sont beaucoup plus déplaisants, car ils blessent directement les gens ; et quand les gens sont blessés, ils ont tendance à se souvenir de ce qui les a blessés, quel que soit le jour de parution de cette information. L’infrastructure défectueuse, les programmes de retraite désespérément sous-financés, la police d’État hors de contrôle, le système de justice pénale de mise en esclavage moderne, des élites de l’enseignement jusqu’au-boutistes préparant des étudiants à la vie sur une planète encore à découvrir, une agriculture industrielle qui rend les gens gros, malades et fous, la blague totale du système de soins de santé... La liste des problèmes internes devient très longue.

Le défilé de fausses initiatives en matière de politique étrangère semble spécifiquement conçu pour distraire les gens des problèmes internes insolubles. Mais pour combien de temps ce tour de passe-passe continuera-t-il à fonctionner ? Quand cela cessera d’opérer, les désaccords entre la carte et le terrain reviendront au premier plan et exigeront leur résolution. Mais la résolution ne sera pas disponible car les variances qui se sont glissées entre la carte et le terrain au fil du temps ne peuvent être annulées. Permettez-moi d’énumérer seulement trois des plus dramatiques.

1. Pratiquement toutes les infrastructures décrépites aux États-Unis – les autoroutes, les aéroports, l’étalement des banlieues – ont été construites avec l’espoir que l’énergie resterait peu chère et abondante à jamais. Cette attente est en contradiction avec le fait que l’approvisionnement en pétrole des États-Unis a atteint un sommet vers 1970 et est en déclin terminal. L’investissement récent dans la technologie de fracturation hydraulique a produit une surabondance temporaire de pétrole et, en particulier, de gaz naturel, mais au prix de la destruction d’une grande partie de l’industrie pétrolière. Sur le plan financier, c’est un désastre : d’ici la fin 2017, on s’attend à ce qu’un tiers des entreprises énergétiques étasuniennes cessent leur activité. En dépit de toutes les discussions sur les énergies renouvelables, dans l’ensemble cela ne représente qu’une fraction de la consommation globale d’énergie. Même s’il était théoriquement possible de tout convertir aux énergies principalement renouvelables, la quantité prodigieuse d’énergie conventionnelle nécessaire à cette conversion n’existe tout simplement pas. La raison pour laquelle le pétrole est relativement peu coûteux est que la consommation de pétrole est subventionnée par de la dette et aussi que le pétrole n’est plus aussi efficace pour stimuler l’activité économique et générer des bénéfices. Ainsi, l’espoir que la plupart des Américains pourront continuer à vivre dans des maisons, conduire des voitures et passer leurs journées dans des bureaux et des espaces de vente au détail, tous équipés de chauffage et de climatisation, ne sera plus conforme à la réalité. La carte indique que la population va garder son confort. Le terrain, de plus en plus, ne correspond pas. De plus en plus, une grande partie de la population des États-Unis sera obligée d’habiter des paysages post-urbains à peine habitables, en grande partie impraticables tels que Detroit et Flint dans le Michigan, Camden dans le New Jersey et de nombreux autres.

2. La carte affirme toujours que les États-Unis sont un pays riche. Cela peut encore être vrai en moyenne, mais en regardant juste les statistiques moyennes sur la richesse et le revenu, on ignore le fait que les États-Unis sont devenus une nation du Tiers Monde depuis un certain temps maintenant. Il y a maintenant trois classes : une élite minuscule, très riche, une petite classe professionnelle composée de leurs serviteurs salariés, et la sous-classe permanente vaste et en pleine expansion. Près de la moitié de la population n’a aucune économie et ne gagne pas assez pour payer l’impôt sur le revenu. La carte indique que les États-Unis offrent des chances à ceux qui jouent au jeu pour gagner. Elle dit aussi que ceux qui travaillent dur et économisent pour leur retraite peuvent s’attendre à vivre une vie longue et confortable. Le terrain est celui d’un pays qui a truqué les règles contre son peuple et est dominé par des parasites qui nous rackettent et des rentiers, où les comptes de retraite ont été pillés à tous les niveaux et où de plus en plus de personnes choisissent de sortir tôt du jeu de la vie par l’alcoolisme et la toxicomanie. La richesse de l’hyper-classe semble réelle, mais seulement pour le moment. La majeure partie est liée à des actifs papier. Leur prix a été totalement dégradé par rapport à leur valeur sous-jacente par la plus grande bulle financière de l’histoire du monde. La majeure partie du reste est liée à des actifs improductifs tels que l’immobilier résidentiel. Quand (et pas si) ces bulles éclateront, ces élites finiront presque aussi pauvres que le reste.

3. La carte dit que les États-Unis sont une démocratie. Le terrain est, lui, un système de fraude où les intérêts financiers, y compris ceux des entreprises et des étrangers, comme les Israéliens et les Saoudiens, déterminent les résultats des élections. C’est un système de politique de type « payer pour jouer », pas une démocratie. Selon le Washington Post, « seulement 107 000 voix dans trois États ont décidé de l’élection présidentielle » en 2016, sur 231 556 622 électeurs admissibles. C’est-à-dire que l’élection a été décidée par 0,05% de l’électorat. Selon quelle norme est-ce une démocratie ? Quelle logique torturée pourrait conduire à conclure que Trump a un quelconque mandat pour gouverner ? Bien que quelques personnes aient célébré l’élection de Donald Trump comme un triomphe pour les non-possédants, rien ne peut être plus éloigné de la vérité. Les non-possédants n’ont rien à voir avec l’élection, qui était, en tout cas, un faux choix entre un membre d’une dynastie politique et un oligarque.

Ces grands désaccords entre la carte et le terrain peuvent rester cachés, mais seulement tant que les gens estiment qu’ils ont quelque chose à perdre : logements subventionnés, bons alimentaires, accès aux drogues et à l’alcool, à la télévision, aux jeux vidéo... Mais à mesure que le terrain continue de se détériorer, de plus en plus de gens seront forcés de se rendre compte que leur carte n’est plus bonne. Ce qui se passera après cela n’est que ma supposition car personne n’a une carte pour ce genre d’avenir. Gardez à l’esprit que les entités artificielles telles que l’URSS et les États-Unis ne sont que des noms sur une carte.

Je ne suis pas d’accord avec Kunstler que cette amnésie nationale récurrente que nous observons soit une sorte de « miséricorde de Dieu ». Non, ce n’est qu’une nation de personnes qui refusent de lâcher leur ancienne carte mentale et qui sont, au moins à ce point, à la fois désireux et incapables d’en développer une nouvelle correspondant réellement au terrain altéré. Mais finalement, tous seront forcés de le faire. À la fin, certains d’entre eux réussiront, et beaucoup d’autres mourront plus tôt que tard.

Si vous voulez savoir où vous allez, ignorez la carte et apprenez à lire le terrain.

Dmitry Orlov

Note du Saker Francophone

Dmitry Orlov nous fait le plaisir de nous autoriser à traduire ses textes en français alors qu’ils sont payants en anglais. S’ils vous plaisent, vous pouvez toujours le remercier en achetant son livre, disponible ci-dessous, aux éditions Le Retour aux Sources.
Les cinq stades de l’effondrement, le livre de Dmitry Orlov est l’un des ouvrages fondateur de cette nouvelle « discipline » que l’on nomme aujourd’hui : « collapsologie », c’est à-dire l’étude de l’effondrement des sociétés ou des civilisations.

Traduit par Hervé, vérifié par Wayan, relu par Michèle pour le Saker Francophone

»» http://lesakerfrancophone.fr/cartes-obsoletes-et-paysages-peu-familiers
URL de cet article 31843
   
Hillary Clinton, la « Reine du Chaos »
Diana JOHNSTONE
1. Dans votre dernier livre, vous appelez Hillary Clinton la « Reine du Chaos. » Pouvez-vous expliquer pourquoi vous avez choisi ce sobriquet péjoratif pour décrire Hillary ? En un mot, la Libye. Hillary Clinton était si fière de son rôle majeur dans le déclenchement de la guerre contre la Libye qu’elle et ses conseillers avaient initialement prévu de l’utiliser comme base d’une « doctrine Clinton », ce qui signifie une stratégie de changement de régime façon « smart power » , comme un slogan de la (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

Le Capital a horreur de l’absence de profit. Quand il flaire un bénéfice raisonnable, le Capital devient hardi. A 20%, il devient enthousiaste. A 50%, il est téméraire ; à 100%, il foule aux pieds toutes les lois humaines et à 300%, il ne recule devant aucun crime.

Karl Marx, Le Capital, chapitre 22


Lorsque les psychopathes prennent le contrôle de la société
NdT - Quelques extraits (en vrac) traitant des psychopathes et de leur emprise sur les sociétés modernes où il s’épanouissent à merveille jusqu’au point de devenir une minorité dirigeante. Des passages paraîtront étrangement familiers et feront probablement penser à des situations et/ou des personnages existants ou ayant existé. Tu me dis "psychopathe" et soudain je pense à pas mal d’hommes et de femmes politiques. (attention : ce texte comporte une traduction non professionnelle d’un jargon (...)
40 
Cette épuisante sensation de courir dans l’eau (plaidoyer pour rompre définitivement avec le PS)
Vous avez déjà essayé de courir dans l’eau ? Epuisant n’est-ce pas ? Au bout de quelques pas, je me dis que j’irai plus vite en marchant. Alors je marche. Comme je n’ai jamais pris la peine de me chronométrer, je ne sais ce qu’il en est réellement, mais la sensation d’aller plus vite et plus loin est bien là. Et quoi de plus subjectif que le temps ? Préambule défoulant : Socialistes, j’ai un aveu à vous faire : je ne vous supporte plus. Ni vos tronches, ni vos discours, ni vos écrits, ni vos (...)
58 
Le fascisme reviendra sous couvert d’antifascisme - ou de Charlie Hebdo, ça dépend.
Le 8 août 2012, nous avons eu la surprise de découvrir dans Charlie Hebdo, sous la signature d’un de ses journalistes réguliers traitant de l’international, un article signalé en « une » sous le titre « Cette extrême droite qui soutient Damas », dans lequel (page 11) Le Grand Soir et deux de ses administrateurs sont qualifiés de « bruns » et « rouges bruns ». Pour qui connaît l’histoire des sinistres SA hitlériennes (« les chemises brunes »), c’est une accusation de nazisme et d’antisémitisme qui est ainsi (...)
115 
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.