RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher

Casse du service public : l’exemple de la médiathèque d’Orléans.

Christian Morrisson le dit sans la moindre ambiguité dans son fascicule "La Faisabilité politique de l’ajustement, Cahier de politique économique n°13" publié par le Centre de développement de l’OCDE : "Pour réduire le déficit budgétaire, une réduction très importante des
investissements publics ou une diminution des dépenses de fonctionnement ne
comportent pas de risque politique. Si l’on diminue les dépenses de fonctionnement,
il faut veiller à ne pas diminuer la quantité de service, quitte à ce que la qualité
baisse".

Un des moyens employés par les bons élèves de l’OCDE et autres OMC pour casser les services publics est l’AUDIT.

Un audit doit toujours conduire à une évaluation "objective" ; pour cela il est réalisé par un organisme "indépendant" ; immanquablement, l’étude montre un "déficit en matière de productivité" et conduit à des "réductions des dépenses de fonctionnement". En clair : des licenciements et une baisse de la qualité du service proposé au public. L’argent du contribuable ne doit pas être dépensé en services inutiles, mais à financer... les sociétés d’audit !

L’exemple des bibliothèques d’Orléans est on ne peut plus clair.

Il est exposé sur le site de la LCR du loiret :


Où se trouvent les poussières de la colère ?

C’est par le biais de deux sources écrites bien distinctes, que l’on apprend l’existence d’un audit. La première source écrite de référence est le tract de l’intersyndicale CGT - CFDT distribué le samedi 22 novembre 2003 devant les portes vitrées de l’entrée de la médiathèque. L’autre source écrite est un article de la République du Centre de la plume de Michel Varagne paru dans l’édition du 14 novembre.

Mais dans l’audit, évidemment...

L’audit sur la médiathèque d’Orléans tant désiré devait être rendu depuis plusieurs semestres. Autant dire, que la surprise fut à la hauteur du désir...

Premier problème de taille. Un énorme décalage existe entre les informations de l’intersyndicale, qui a estimé le coût de l’audit à 60 000 € [1] et l’article de Michel Varagne qui écrit « pour la CGT et la CFDT, cet audit aurait coûté 120 000 € ». D’où proviennent les sources du journaliste ? Nous n’en saurons rien. L’écart est donc de 60 000 € entre les deux versions. Déjà , plusieurs hypothèses peuvent être émises à l’encontre du journaliste, à savoir l’analphabétisme, les difficultés d’algèbre, troubles sérieux de l’appareil auditif, ou même la production d’un article « vite fait, mal fait » qui caractérise tant notre journal local, ou volonté délibérée de discréditer les organisations syndicales. Ou toutes ces raisons à la fois...

Cet audit était censé évaluer de manière objective le rapport temps-travail & investissement financier, bref pour parler comme un vulgaire économiste économe : le rendement ou la productivité ! Sa simple existence témoigne déjà d’une logique de rentabilité dans le domaine de la politique culturelle municipale, ce qui est déjà en soi plus que condamnable... Tout l’édifice de l’audit repose sur une alchimie aussi étrange que savante, puisqu’il exclut de fait les différentes formes d’encadrement du public comme les expositions, les conférences, les services annexes que sont les déplacements dans les autres services publics comme la lecture dans les prisons et les écoles maternelles, les inévitables achats pour la constitution du catalogue, les gestes "parasites" comme la souris encrassée, qui mérite d’être nettoyée ou les pellicules qui piccotent le cuir chevelu.

Cet audit a le don de se focaliser exclusivement sur des options purement statistiques et techniques sur le temps écoulé dans la gestion du stock des ouvrages, le rangement, l’informatisation. Il fallait s’attendre à un point de vue extrêmement orienté, puisqu’il met de côté un nombre conséquent de paramètres, contrairement aux affirmations d’objectivité tant vantées par la mairie !

Le contenu de l’audit soulignait l’énorme baisse de fréquentation de la médiathèque d’Orléans ; rien d’étonnant dans tout cela, puisque ce résultat était imputable à l’épuisement du phénomène de curiosité des usagers, qui s’étend bien au-delà des premiers mois d’ouverture de la médiathèque. Il évoquait aussi le surnombre du personnel initialement recruté pour faire à une forte affluence, qui ne doit plus servir de cadre de référence. Comme c’est bien connu, la montagne accouche toujours d’un magnifique rat : la conclusion se résumait à un vibrant appel à gérer avec plus d’efficacité les ressources humaines ! Autant dire, que le maire d’Orléans était obligé d’utiliser tous ses talents de rhétorique pour bien son sinistre projet.

Pour en savoir plus, lire l’article très complet de Mohamed Ben Abd-El Krim sur le site LCR-45 : Cliquer ici


URL de cet article 1179
  
AGENDA

RIEN A SIGNALER

Le calme règne en ce moment
sur le front du Grand Soir.

Pour créer une agitation
CLIQUEZ-ICI

Même Thème
Lettre ouverte à ceux qui sont passés du col Mao au Rotary
Guy HOCQUENGHEM
Préface de Serge Halimi : Avant de mourir, à 41 ans, Guy Hocquenghem a tiré un coup de pistolet dans la messe des reniements. Il fut un des premiers à nous signifier que, derrière la reptation des « repentis » socialistes et gauchistes vers le sommet de la pyramide, il n’y avait pas méprise, mais accomplissement, qu’un exercice prolongé du pouvoir les avait révélés davantage qu’il les avait trahis. On sait désormais de quel prix - chômage, restructurations sauvages, argent fou, dithyrambe des patrons - (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

Malheur aux pays qui ont besoin de héros.

Bertolt Brecht

Hier, j’ai surpris France Télécom semant des graines de suicide.
Didier Lombard, ex-PDG de FT, a été mis en examen pour harcèlement moral dans l’enquête sur la vague de suicides dans son entreprise. C’est le moment de republier sur le sujet un article du Grand Soir datant de 2009 et toujours d’actualité. Les suicides à France Télécom ne sont pas une mode qui déferle, mais une éclosion de graines empoisonnées, semées depuis des décennies. Dans les années 80/90, j’étais ergonome dans une grande direction de France Télécom délocalisée de Paris à Blagnac, près de Toulouse. (...)
69 
La crise européenne et l’Empire du Capital : leçons à partir de l’expérience latinoaméricaine
Je vous transmets le bonjour très affectueux de plus de 15 millions d’Équatoriennes et d’Équatoriens et une accolade aussi chaleureuse que la lumière du soleil équinoxial dont les rayons nous inondent là où nous vivons, à la Moitié du monde. Nos liens avec la France sont historiques et étroits : depuis les grandes idées libertaires qui se sont propagées à travers le monde portant en elles des fruits décisifs, jusqu’aux accords signés aujourd’hui par le Gouvernement de la Révolution Citoyenne d’Équateur (...)
Reporters Sans Frontières, la liberté de la presse et mon hamster à moi.
Sur le site du magazine états-unien The Nation on trouve l’information suivante : Le 27 juillet 2004, lors de la convention du Parti Démocrate qui se tenait à Boston, les trois principales chaînes de télévision hertziennes des Etats-Unis - ABC, NBC et CBS - n’ont diffusé AUCUNE information sur le déroulement de la convention ce jour-là . Pas une image, pas un seul commentaire sur un événement politique majeur à quelques mois des élections présidentielles aux Etats-Unis. Pour la première fois de (...)
23 
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas | Bernard Gensane
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.